Partagez | 
 

 The best decision

Aller en bas 
avatar
Âge : 24
Emploi : Elle peint, s'occupe d'animaux blessés et abandonner. Quand elle ne s'en ferme pas dans ses pensés
Administration
MessageSujet: The best decision   Sam 28 Avr - 18:38

The best decision

ft. Oh Ji Sang & Oh Na Yeon










Rien ne peut montrer qu'une personne est présente dans l''appartement. Tout est resté comme s'était depuis le matin. La tasse sur l'évier, le bol à moitié entamer sur la table avec une baguette sur le sol. Et pourtant, une personne se trouve assise devant une fenêtre, son regard perdu au loin. Quatre jours qu'elle est là, portant une robe de nuit en coton qui ne ressemble plus à rien. La couleur blanche devenue grise, grise de larme qui n'arrête pas de couler sur le visage de Na Yeon. Son corps se balance au rythme des tics tacs de l'horloge sur la cheminée.

Avant, tout était différent. Na Yeon était la première levée pour préparer l'uniforme de son époux et son petit déjeuner. Tout devait être parfait pour lui, elle ne négligeait rien. Même y passer une nuit blanche pour enlever une tâche sur le costume sombre seulement pour voir un acquiescement silencieux dans le regard de l'homme qu'elle avait épousé. Dès qu'il partait, elle n'avait pas le temps de s'ennuyer. S'occuper de leur chez eux, faire les courses ou rejoindre les autres femmes de la cour pour discuter de tout et rien. Non, Na Yeon était le genre de femme que tous les hommes de Lausan attendaient, dévouée, soumise. Dès que Ji Sang passait la porte, il n'avait plus besoin de faire quoi que ce soit. Elle était là, lui enlevant sa veste, le poussant vers la table où le repas l'attendait. Tout était parfait, si on oublie les bourdes à répétition qu'elle faisait. Il manquait seulement une chose à ce couple que beaucoup pensait très idyllique. Un enfant.

Son mouvement de va et vient s'arrête, un instant. Se posant sur son ventre, elle ouvre la bouche, elle crie. Peut-être qu'on entend se crie de désespoir dans l'immeuble. Elle n'a rien à faire. Elle a mal, elle souffre. Et Ji Sang qui ne l'aide pas. C'est de sa faute à lui, si elle a perdu leur enfant. Il l'a trompé à la vue de tous. Il l'a trompé, à bafouiller son honneur. Prouver à tous, qu'elle n'était pas digne de lui. Prise d'un geste de rage, elle attrape un livre sur la table à côté d'elle et elle le lance dans la pièce sans vraiment viser. Le bruit d'un vase se cassant résonne dans le salon. Un cadeau de l'oncle de son époux. Avant, elle aurait ramassé les morceaux, essayant de les recoler et priant pour que Ji Sang ne remarque rien, ce n'est pas comme si, il faisait attention à la décoration de leur chez eux. Ce n'est pas son rôle mais, le sien. Sauf qu'elle n'a plus la force Na Yeon de jouer à l'épouse parfaite. Non, elle se replace dans le fauteuil, regardant par la fenêtre un point imaginaire, se berçant au rythme du tic tac de l'horloge sur la cheminée.

Au loin, le soleil se cache derrière les immeubles gris de la capitale. Elle baisse son regard pour voir son époux revenir chez eux dans la rue. Mais elle ne bouge pas. Elle le hait à cet instant, elle le hait de ne rien ressentir, de ne pas lui parler, de faire comme si rien ne s'était passé. C'est de sa faute à lui, si elle est mal. Non, c'est de sa faute à elle. Na Yeon est perdue, complètement perdue. Et quand la porte d'entrée s'ouvre, elle n'a pas bougé son regard perdu sur la nuit étoilé de la capitale. Elle entend les pas de Ji Sang s'approcher, elle sent le regard qu'il pose sur elle, mais ne bouge pas. Perdue dans ses pensées, se perdant complètement dans son esprit.













Aimer, c'est entendre les silences de l'autre, Ce souffle léger, Ces petites perles invisibles Cachées au creux des lèvres, des mots étouffés Blottis dans un regard que seul l'amour sait voir.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 28 ans
Emploi : Général des services de renseignements
Administrateur
MessageSujet: Re: The best decision   Dim 29 Avr - 23:13

 


The Best Decision

Un silence pesant régnait dans le bureau de Ji sang. Il avait quitté le Palais Doré tôt le matin avant que son épouse n’ouvre les yeux. Il n’avait pas eu envie de la voir. Il ne s’approchait plus d’elle depuis la fameuse nuit. Terrible nuit. Il tapa du poing sur son bureau, dérangeant le calme. Pourquoi cette idiote avait-elle dû venir ? D’habitude, elle écoutait. Ji Sang avait fait en sorte qu’elle obéisse, qu’elle ne prenne pas de décisions sans le prévenir. Na Yeon devait seulement être sa femme. Pas une demoiselle farouche et rebelle. Alors oui, il avait réussi. Elle était parfaite dans son rôle d’épouse dévouée. Qui ne rêverait pas de Na Yeon pour compagne ? Beaucoup lui avait montré leur admiration pour ses talents de maitresse de maison. Mais pour Ji Sang cela importait peu. Elle était devenue une source de curiosité, une simple expérience qu’il  devait mener à bien. Mais en début de semaine, elle avait tout gâché. Oh Ji Sang était connu pour ses déboires, ses nuits sulfureuses tout comme sa cruauté. Sa femme avait été dupé sur son identité. Elle ne le connaissait que très peu. Son mari ne lui avait montré ou dit que ce qu’il souhaitait qu’elle écoute. Pauvre petit pantin.

Le neveu du Dictateur se leva et fit craquer ses os. Ji Sang était contrarié. Plus qu’il ne l’aurait voulu. Il pensait à l’allure de Na Yeon, à son état. A ce qu’elle avait perdu. Un enfant. Un enfant qui aurait pu être un nouveau symbole pour la famille du Dictateur. Même ça, elle n’avait pu le protéger. Ji Sang contourna son bureau et enfila son manteau. Il devait rentrer. C’était l’heure de se confronter à l’ombre de son épouse. Une femme meurtrie certainement. Bien que pour lui, la souffrance était minime. Il voulait seulement qu’elle disparaisse. Ne plus la voir. Il fit appeler un chauffeur, lui adressant à peine un regard. Lorsqu’il pénétra dans le Palais Doré, longeant les jardins de son oncle, il songea rapidement à son plan. Sa femme ne devait plus l’être. Quelque chose le dérangeait fortement dans cette relation. Il descendait de l’automobile avant de se diriger vers ses appartements. Il avait aperçu sa silhouette à travers les fenêtres de l’étage, seulement éclairée par la lumière de la nuit. Elle devait l’attendre.

La première chose qu’il fit en passant la porte de leur foyer, fut d’allumer les lumières du salon. Il se défit de son manteau, ne la regardant toujours pas. Puis il resta à un mètre d’elle. Ni trop près, mais pas loin non plus. Na Yeon ne bougeait toujours pas.

« Es-tu restée tout ce temps à cette place ? »
 
Il remarqua alors les morceaux du vase, et le livre ouvert plus loin. Il empoigna le bras de sa compagne pour la tourner vers lui.

« Qu’as-tu fais Na Yeon ?  »  demanda-t-il le regard froid et le ton sans chaleur.

© Frimelda, sur une proposition de © Blork



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 24
Emploi : Elle peint, s'occupe d'animaux blessés et abandonner. Quand elle ne s'en ferme pas dans ses pensés
Administration
MessageSujet: Re: The best decision   Lun 30 Avr - 8:28

The best decision

ft. Oh Ji Sang & Oh Na Yeon










Avant elle lui aurait sourit, attendant qu'il lui adresse la parole. Installé autour de la table, elle lui aurait survit une soupe, puis aurait fait chauffer l'eau pour qu'il puisse prendre un bain pour se détendre de sa longue journée. Elle l'aurait regardé, le dévorant du regard, elle lui aurait sourit, servit le plat consistant. Et là, elle lui aurait expliqué sa journée, lui expliquant les nouvelles rumeurs. Il l'aurait coupé en lui demandant de répéter une information, lui aurait fait remarquer qu'elle n'aurait pas dû se comporter ainsi. Ou bien, il lui apprendrait qu'il n'aime pas le plat alors que la semaine dernière, elle était certaine qu'il lui avait dit l'inverse. Là, elle se serait excusée en baissant la tête honteuse. Il aurait certainement rigolé. Et puis, tout dépend de leur emploi du temps et de la fatigue de Ji Sang. Na Yeon après tout, n'a rien à dire sur leur sortie.

Ce soir, comme depuis quatre jours, Na Yeon n'est pas près de la porte quand son mari rentre. Elle ne lui enlèvera pas sa veste, en lui volant un baiser. Elle ne fera rien de tout ce qu'elle fait depuis leur mariage, perdue dans son esprit. Elle le hait, elle veut mourir. Son corps se balance au son de l'horloge. La porte s'ouvre et se referme, la pièce principale s'allume. Les pas de Ji Sang trouble le silence. Combien de fois lui a-t-elle demandé d'enlever ses bottes car elle déteste le bruit sur le carrelage, souvent, trop souvent. Mais là, rien. Juste une silhouette protestée dans le fauteuil continuant le même mouvement au rythme du tic tac de l'horloge.

« Es-tu restée tout ce temps à cette place ? » 


Il parle, elle ne bouge pas. Il parle, elle ne l'entend pas. Elle le sent s'approcher d'elle, elle sent la main sur son bras. Mais elle ne bouge toujours pas, fixant un point dehors. La poigne l'oblige à se retourner.

« Qu’as-tu fais Na Yeon ?  »   

Et là, une chose étrange se passe à cette question. Na Yeon sourit mais cache vite le sourire de sa main libre. Elle tourne sa tête vers le vase brisé et le livre avant d'hausser les épaules comme une enfant prise en faute. La colère de Ji Sang va arriver, les reproches aussi. Alors qu'il tient toujours son bras, elle reprend ses mouvements, accélérant la cadence. Un murmure à peine audible, une voix brisée enrobée de pleure parvient aux oreilles de Ji Sang.

« Je l'ai tué. »

Elle lève les yeux vers lui, plantant son regard marron vide de vie dans celui sombre de Ji Sang. Il peut voir les traits tirés de sa femme, les cernes. Elle si parfaite habituellement, ne ressemble plus à rien. Dans un coin de ses yeux, une légère lumière de folie commence à prendre possession. De son bras libre, elle l'invite à la prendre dans ses bras, chose impossible chez eux. Jamais Na Yeon n'a réclamé la moindre affection de la part du neveu du Dictateur, car ce n'est pas à elle à décider de ce genre de chose. Sa bouche s'ouvre et se referme, comme si elle essayait de parler mais que les mots ne voulaient pas venir. Son bras retombe mollement sur le fauteuil. Elle baisse sa tête. Juste en une fraction de seconde, son esprit s'en va ailleur. Elle a tellement mal au fond d'elle, qu'elle se noie dans ses pensés. Ses larmes se calment d'elle-même.

Relevant la tête, son regard embrasse la fenêtre, avant de se poser sur la pièce et son mari. Elle le détaille de la tête au pied. « Dis-tu es qui monsieur ? » Un bâillement la surprend, qu'elle cache vite derrière une main avant de rigoler, ce genre de rire qui n'a plus lieu d'être depuis que Ji Sang s'est mit à jouer avec son esprit. « Pourquoi tu me regardes comme ça ? » Jamais Na Yeon n'aurait tutoyé son mari, un manque de respect, ça prouverait qu'ils sont proches, qu'elle est son égale, chose impossible. Son regard est attiré par les faibles lumières diffusent par les réverbères dehors, Na Yeon s'installe comme il faut dans le fauteuil. Et là, voilà de nouveau éteinte, perdue dans ses pensés. Murmurant juste un simple « Aide-moi, Ji Sang. » Une unique larme coule sur sa joue.














Aimer, c'est entendre les silences de l'autre, Ce souffle léger, Ces petites perles invisibles Cachées au creux des lèvres, des mots étouffés Blottis dans un regard que seul l'amour sait voir.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 28 ans
Emploi : Général des services de renseignements
Administrateur
MessageSujet: Re: The best decision   Lun 30 Avr - 15:16

 


The Best Decision

Si une chose pouvait bien agacée Oh Ji Sang s’était la désobéissance. Le fait que l’on ne réponde pas à ses ordres le mettait dans une rage folle. Valait mieux ne pas être dans les parages dans ces cas-là. Nombreux étaient les dommages collatéraux, et bien évidemment humains.

Na Yeon ne réagissait pas. Son époux voyait bien qu’elle n’était pas elle-même. Enfin, plutôt le pantin qu’il avait créé. Elle était absente. Les mots de Ji Sang ne semblait même pas lui parvenir. Il haussa un sourcil, étonné de cette soudaine léthargie. La semaine dernière, elle n’aurait même pas osé l’ignorer. Alors que le silence prenait place. Na Yeon sembla se réveiller. Elle cacha son sourire, bref, mais bien présent, de sa petite main. Son corps était pris de balancement, semblant incontrôlable. Ji Sang ne ressentait rien, mais sa curiosité face à ce comportement s’amplifia. Son épouse était décidemment en train de sombrer. Mais dans quoi ? Elle se mit à pleurer silencieusement alors que son mari cherchait la perfection autrefois visible sur les traits de cette femme. Son charme avait bel et bien disparu.

« Je l’ai tué.  »  

Un simple murmure qui aurait brisé le cœur de n’importe quel être humain si cela n’avait pas été JI Sang. L’homme le plus cruel de Lansan. Il ne réagit plas plus. Simplement parce qu’il ne sait pas quoi faire. Elle était en train de le prendre par surprise dans l’étreinte de ses bras. Etonnamment, Ji Sang se laissa faire. Sa tête partit en arrière et un voile de folie passa dans ses yeux. Oui, Ji Sang comprit qu’il venait de la perdre à cet instant. Et les mots qu’elle prononça ensuite ne le rassura pas sur l’état mental de son épouse. Avait-il été trop loin ?

« Tu devrais le savoir petite épouse.  »  

Il aurait voulu être plus méchant, plus froid, mais il n’y arriva pas. Na Yeon ne méritait plus le traitement qu’il lui infligeait. Elle n’était plus elle, quel était l’intérêt du coup ? Rien. Il avait cassé son plus beau pantin. « Je l’ai tué ». Oui, certainement. C’était sa faute après tout, si elle n’était pas venue, n’était pas partie en courant. Et les escaliers, elle les connaissait. Elle l’avait tué leur enfant. C’était un fait. Mais la petite femme fragile en face de lui n’était déjà plus sa femme. Le rire abominable qu’elle eut lui provoqua un frisson le long de la colonne vertébrale. Il ne fit pas attention au tutoiement qu’elle usa. Ça n’avait aucune importance.

« Je regarde la fin d’une personne. Une âme qui s’égare. »

La perte d’une épouse dévouée. Encore une fois, elle n’en fit qu’à sa tête. Elle quitta sa place pour s’installait dans un des fauteuils du salon. Le regard vide de vie. Et cette phrase…

« Aide-moi, Ji Sang. »  

Que devait-il faire ? Il marcha vers elle, puis s’accroupit. Dans un élan d’humanisme, il récupéra la larme qui coulait sur sa joue. Vraiment, une foule de questions prenaient place dans sa tête. Que devait-il faire de cette personne maintenant ?

« Oh Na Yeon ?  » appela-t-il, Presque tendrement. « Je ne peux pas te garder ici, petite épouse. Tu es partie bien trop loin. Que puis-je faire d’une femme qui n’obéit plus ? Qui n’est même plus là. Oh Na Yeon…il faut me répondre si tu ne veux pas que je devienne cruel avec toi. Tu vas me faire honte à être comme ça. »

En fait, soit elle se remettait de cette situation, soir Ji Sang devait se débarrasser d’elle. La prochaine étape serait de savoir comment.  Pour le moment, il restait accroupie devant cette femme.

© Frimelda, sur une proposition de © Blork



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 24
Emploi : Elle peint, s'occupe d'animaux blessés et abandonner. Quand elle ne s'en ferme pas dans ses pensés
Administration
MessageSujet: Re: The best decision   Lun 30 Avr - 21:26

The best decision

ft. Oh Ji Sang & Oh Na Yeon










Un simple murmure comme réponse. Une affirmation de la folie qui prend possession de cet esprit déjà mit à mal par simple jeu de cet homme à qui ont la vendu. Elle l'a tué, tué ce petit être que tous attendait, qu'ils attendaient tout les deux. Na Yeon est autre part, enfuie quelques parts. Elle se cache, elle pleure en silence. La perde de cette enfant et la trahison de Ji Sang. Elle s'enfonce profondément pour oublier cette douleur qui ne veut pas la quitter. Son corps souffre, sa tête tambourine et l'image de cette femme revient sans cesse. Elle se cache, se perdant dans un monde meilleur. Et pourtant, elle est encore là, Na Yeon. Elle veut que Ji Sang l'aide, qu'il réagisse. Qu'il se comporte comme les autres époux, et non pas cet homme froid qu'il peut être quand elle fait une bêtise. Ils ont tout les deux perdus un être cher et lui, ne dit rien.

Ses bras autours de la taille de Ji Sang, Na Yeon, l'attire contre lui. Juste un instant, car elle se bat encore pour ne pas fronder. Ce serait si simple si il la serrait contre lui, lui dirait des mots pour la rassurer. Mais ils ne connaissent pas ce genre de comportement. Ils ne savent pas parler de ses sentiments qu'on leur a jamais parlé. Elle le serre avant de rejeter sa tête en arrière, et là au fond du regard vide, une pointe de folie qui prend racine. Il faut peut pour que la jeune femme perde pied complètement.

A peine le relâche-t-elle, qu'elle devient une autre. Son comportement change de tout au tout. Jamais elle n'aurait osé le regarder droit dans les yeux pour lui parler, encore moins pour une question. Et c'est ce qu'elle fait, en le tutoyant. Comme une qui n'apprend pas encore les bonnes manières. Elle utilise se tu qui l'a met à égalité.

« Tu devrais le savoir petite épouse.  »  

Au surnom, elle lui sourit timidement. Sauf qu'il la regardé étrangement. Comme si il était surprit de son comportement. Et ça la met mal à l'aise. La deuxième question tombe, assez vite. Se regard sombre lui rappelle un souvenir, plusieurs souvenir. Certains sont tristes, d'autres sont jolies. Mais toujours le même regard sombre.

« Je regarde la fin d’une personne. Une âme qui s’égare. »

La parole, ramène un instant Na Yeon à l'instant présent. Prise d'une stupidité, elle s'éloigne de lui. Elle sent qu'elle a besoin de s'assoir, elle est si fatiguée. Elle veut oublier, tout oublier. Et là, dans le fauteuil du salon, elle murmure un appelle à l'aide. Ji Sang s'approche, s'accroupie devant elle. Un sursaut de stupeur prend Na Yeon, en sentant la main de son mari sur sa joue, d'un geste il récupère l'unique larme qui coule sur sa joue creuse.

« Oh Na Yeon ?  »  Il l'appelle, la faisant relever son regard vers lui. Sa main se pose sur celle de Ji Sang se trouvant sur son visage. Elle ne veut pas qu'il la lâche, savourant le rare moment que son mari a de tendre. La jeune femme ne le quitte pas du regard, même quand il continue à parler.

« Je ne peux pas te garder ici, petite épouse. Tu es partie bien trop loin. Que puis-je faire d’une femme qui n’obéit plus ? Qui n’est même plus là. Oh Na Yeon…il faut me répondre si tu ne veux pas que je devienne cruel avec toi. Tu vas me faire honte à être comme ça. »

Que pouvait-elle dire? Il n'y a pas de solution, ou il y en a une simple. Elle détourne sa tête pour regarder la veste au porte manteau, avant de frisonner de peur. Elle le regarde affoler. Il ne le fera pas, non. Ji Sang n'est pas un monstre, pas avec elle en tout cas. Elle ne lâche pas la main sur sa joue, l'emprisonnant entre ses doigts, serrant de ses faibles forces. Avant de poser son front contre son front.  « On part en vacance ?  » Un souvenir de Ji Sang lui annonçant qu'il venait d'acquérir une maison, et qu'ils iraient un jour lui revient en mémoire. Elle s'écarte de lui, et sourit fière de son idée. Tapant dans ses mains d'un air enjouée par la proposition.  

« Y a des papillons ? Des oiseaux ?   »

De son index, elle montre des dessins qu'elle faisait au début de leur mariage, avant qu'il se mette à jouer avec son esprit, assez beau pour qu'il accepte de les accrocher à la vue de tous. « Moi aussi, je veux voler.  »

Elle se recule encore plus de lui pour imiter un vole d'oiseau. Avant de s'arrêter, Na Yeon essaye de reprendre ses esprits, sauf que le manteau de Ji Sang se rappelle à elle. Même si l'arme de son époux n'est pas dans l'une des poches, elle sait qu'il l'a sur lui.  

« Je veux pas mourir, monsieur.» dit-elle en le regardant. En se penchant vers lui pour passer ses bras frêles autour de son cou. « Sauve-moi, Ji Sang.» Elle veut rajouter des mots qui ne veulent pas sortir de ses lèvres sèches. Son regard vide de vie parle à sa place. Si il tient à elle, il fera tout ce qu'il faut pour la sauver. Un enfant, ils peuvent en avoir d'autres. Mais une femme, sa femme, cette créature qu'il a apprit à connaître et qui répond au moindre de ses caprices sans qu'il est besoin de parler, il n'en a qu'une. Qui se cache au fond de son esprit mais elle est là. Quelque part, n'attendant qu'un geste de cet homme cruel et froid. De cet homme qui est devenue sa vie, même si elle le hait pour la trahison qu'il lui a fait.

« Tu me dois protection.» N'est-ce pas la promesse qu'il a dit devant tous, lors de leur mariage. Elle soumission et obéissance, et lui protection. Jusqu'à ce que la mort les sépare. « S'il vous plait, monsieur .» La tête de Na Yeon est dans le creux de celle de son époux. Elle se colle à lui comme si il était une bouée. Elle a besoin de savoir qu'il est là, qu'il va la protéger. Qu'importe ce qu'il compte faire. A cet instant, elle a besoin de cette étrange tendresse qu'il a instauré dans leur couple. Sans se douter que ce geste deviendra courant dans les années à venir.














Aimer, c'est entendre les silences de l'autre, Ce souffle léger, Ces petites perles invisibles Cachées au creux des lèvres, des mots étouffés Blottis dans un regard que seul l'amour sait voir.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 28 ans
Emploi : Général des services de renseignements
Administrateur
MessageSujet: Re: The best decision   Dim 13 Mai - 23:33

 


The Best Decision

Ji Sang se concentrait sur le tic-tac régulier de la petite horloge de la cheminée. Il devait se concentrer pour ne pas perdre son sang-froid. Ce n’était pas un de ces hommes insignifiants face à lui, au contraire, il s’agissait de son épouse. Petite compagne approuvait par son oncle. Mais que devait-il faire ? Pour la première fois de sa vie, le neveu du dictateur doutait fortement de la marche à suivre. Normalement il suivait ses instincts les plus primaires, aucune émotion entravait son destin. Pourtant la main de Na Yeon dans la sienne le ramenait à une réalité qu’il ne connaissait pas. Seule sa mère pouvait l’attendrir un peu.

« On part en vacance ? »  

Il regarda sa femme, légèrement surpris. En vacances ? Pourquoi elle lui parlait de vacances dans un cas pareil ? Elle avait vraiment perdu l’esprit. La petite Na Yeon avait disparu, laissant apparaitre une enfant. Ji Sang retira sa main violemment de celle de sa timbrée de femme. Bon sang ! Qu’est ce qu’il allait faire. Il tournait en rond pendant qu’elle parlait de papillons et de voler. Son regard se posa sur les tableaux qu’elle avait peint. Elle voulait des vacances, elle allait en avoir. Il ne pouvait pas la tuer. C’était impossible. Il revint s’accroupir près d’elle. Cette dernière en profita pour passer ses bras frêles autour de ses épaules. Il ne l’empêcha pas de faire, après tout cela n’avait aucune importance. Un peu de répit pour cette âme était le bienvenu. Na Yeon prononca alors des mots durs et tendre à la fois. Elle osa lui rappeler les vœux qu’ils avaient partagé. Oui, il se devait de la sauver. Pour une raison qu’il lui était inconnu. C’était son épouse. Choisie parmi tant d’autres, parce qu’elle était parfaite. Il était coupable de la folie de cet être. Des enfants, peut-être trouverait-il le moyen d’aimer cette créature. Il attrapa Na Yeon par la taille et retint sa tête doucement, comme il le ferait à un enfant s’il connaissait la tendresse. Il fallait qu’ils partent d’ici discrètement, qu’il emmène dans un endroit oublié de tous. Le seul qui lui vint à l’esprit fut la nouvelle maison à Naji. C’était un endroit calme et d’une tranquillité presque imaginaire. Lorsqu’il attrapa son manteau, Ji Sang sentit son arme sur flanc, il y avait toujours cette solution. Mais ça serait difficile, bien qu’il ne savait pas vraiment pourquoi. Il récupéra Na Yeon dans ces bas avant de partir vers sa voiture. Il a posa enfin et se sera la dernière fois que sa femme verra le Palais et sa vie.

« Tu as le droit à ma protection Na Yeon. Je t’emmène dans un endroit que tu aimeras peindre. Je ne sais pas si je te sauve. Mais je t’empêche d’être vu. Tu me feras le plus grand honneur à vivre loin de tout ça. De mon monde.  »  

Oui, elle ne lui fera pas honte puisque pour tous, elle sera morte d’avoir perdu leur enfant. Il faudra qu’il trouve une bonne histoire à raconter… Pour l’instant, Naji fera l’affaire, et une gouvernante devra veiller sur Na Yeon. Ji Sang obtiendra le silence.

© Frimelda, sur une proposition de © Blork



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 24
Emploi : Elle peint, s'occupe d'animaux blessés et abandonner. Quand elle ne s'en ferme pas dans ses pensés
Administration
MessageSujet: Re: The best decision   Mar 15 Mai - 14:23

The best decision

ft. Oh Ji Sang & Oh Na Yeon










Son front contre celui de Ji Sang, Na Yeon est totalement perdue. Elle ne comprend plus rien, tout s'embrouille dans sa tête, tourne et retourne. Celle qui est considérée comme le petit rayon de soleil de Lausan, essaye de rester mais son esprit s'embrouille. Son comportement, n'est plus celle de cette jeune femme que beaucoup admire pour être si parfaite aux yeux des hommes du pays. La main de son époux sur sa joue, est emprisonnée dans la sienne. Et elle fait cette chose, que jamais avant elle n'aurait fait. Comme si elle essayait qu'il s'énerve contre elle ou qui la protège. Ce simple geste qu'ils n'ont jamais eu l'un pour l'autre, aurait pu être une victoire pour elle, avant. Si elle était là, dans l'instant présent et pas perdue dans son esprit. Réussir à surprendre Ji Sang. Et là, elle propose, d'une voix qui n'est pas la sienne, remplie d'interrogation, d'un espoir même. Partir en vacance.

La main sur sa joue, la main qu'elle tenait entre ses doigts, est enlevée brusquement. En temps normale, Na Yeon aurait baissée sur les yeux sur ses genoux, baissant la tête honteuse. Mais là, ce n'est plus elle tout en étant elle. Elle ne réagit plus à rien. Commençant à imiter un oiseau qui vole, à parler de papillons, d'oiseaux en regardant les peintures que Ji Sang avait accroché sur les murs de leur appartement au début de leur mariage. Elle rigole toute seule, comme une enfant. Jusqu'à ce que Ji Sang revient vers elle, s'accroupie de nouveau devant elle. Elle le regarde souriant, avant de secouer la tête essayant de reprendre ses esprits.

Une peur sans nom la prend, quand elle revient un peu présente dans la pièce. La veste de Ji Sang est pas loin, elle sait Na Yeon ce qu'il y a logiquement à l'intérieur, dans la poche interne. Mais Ji Sang n'est pas comme ça, il n'est pas un monstre, même si les rumeurs sur le compte de son mari, circule dans le palais. Na Yeon n'y croit pas et n'y a jamais cru. Il serait un monstre après tout, il ne serait pas là, à cet instant, à la laisser le serrer contre elle. Elle réussit, Na Yeon, a avoir des propos logique. Lui rappelant les paroles échangés devant tous le jour de leur mariage. Sa tête se pose dans le creux de son cou, alors qu'elle murmure sa dernière phrase. Ji Sang la tire contre lui, posant sa main dans sa chevelure qu'il caresse doucement. Avant de l'abandonner en se levant. Na Yeon reste là dans le divan, reprenant ce qu'elle faisait avant qu'il rentre. Son regard perdu dans le vide, fixant un point invisible, se balançant au grès du tic tac de l'horloge.

Son mari revient vers elle, se plantant devant elle, Na Yeon lève la tête et lui sourit faiblement. Elle le laisse faire, ressemblant plus à une poupée de chiffon quand il la prend dans ses bras. Elle se colle contre lui, cherchant de la chaleur. Ses yeux se ferment alors que Ji Sang la porte. Elle laisse sa tête tombée en arrière, comme si elle était morte, sans savoir que son comportement va bien avec les plans que Ji Sang a en tête pour elle.

Dans la voiture, la portière a peine fermée. Na Yeon colle sa tête contre la vitre. Elle regarde le palais sans vraiment le voir sans savoir qu'elle ne le verra plus, que Ji Sang va lui construire un monde rien qu'à elle.

« Tu as le droit à ma protection Na Yeon. Je t’emmène dans un endroit que tu aimeras peindre. Je ne sais pas si je te sauve. Mais je t’empêche d’être vu. Tu me feras le plus grand honneur à vivre loin de tout ça. De mon monde. »  

La jeune femme lui sourit sans le voir. Elle ouvre les yeux, hochant la tête simplement.

« J'ai sommeil. »

En robe de nuit, pieds nus, les cheveux en bataille. Na Yeon ne comprend pas ce que veut faire Ji Sang. Pour elle, ils partent en vacance. Sans valise, sans rien. Elle ferme ses yeux, se laissant bercer par le ronron de la conduite de son époux. Au plus, ils s'éloignent de la capitale, au plus Na Yeon, se perd dans les méandres de son esprit, oubliant tout.

****************

Na Yeon ne se souvient de rien, de long mois sans aucun souvenir, sauf la voix de Ji Sang. Leur arrivé dans la maison qui deviendra son domaine quelques mois après, elle n'en a aucun souvenir. Juste les bras de son époux autour d'elle, et des paroles qu'il lui a dit, mauvaise, certainement. Il perdait après tout son jouet. Et elle, s'enfonçait dans les ténèbres, ne revenant à elle que pour fixer un point imaginaire. Durant de long mois, celle qu'on surnomait le petit rayon de soleil de Lausan, ne quitta pas sa chambre. Parfois Ji Sang était là, mais elle ne le reconnaissait pas.

Puis y a eu des jours où elle sortait de sa chambre pour s'installer devant une fenêtre. Jamais Na Yeon a regardé l'endroit où elle habitait, se perdant dans ses pensés. Comme souvent, elle se balançait au son du tic tac de l'horloge. Aucun son ne sortait de ses lèvres, elle qui avait été choisie car elle savait tenir une conversation. Non, elle était devenue une coquille vide. Et pourtant, il fallut des mois, pratiquement une année entière pour que Na Yeon ne se replie par sur elle-même. Ses pleures rythmait son quotidien, des cauchemars peuplaient ses rêves. Jusqu'à ce jour-là.

La gouvernante que Ji Sang a engagé pour s'occuper d'elle, est l'ancienne gouvernante de son époux, celle qui aurait dû s'occuper de leur enfant. Elle ne dira jamais rien de ce qui se passe dans cette maison, mais observe tout. Elle est celle qui donne des informations sur la jeune femme qui parait prisonnière de son propre esprit. Madame Llivia. Elle est douce avec Na Yeon, elle fait tout pour que la jeune maîtresse se sente bien. Et surtout, elle a constaté que la maîtresse des lieux changeait de comportement quand son époux était là.

" Je sais que ça ne me regarde pas monsieur, mais madame n'a pas une activité qu'elle aime ? " La peinture, Na Yeon n'est pas un peintre reconnu mais elle dessine assez bien pour que son mari est pendu quelques unes de ses toiles sur le mur de leur appartement au palais. " Soyez patient, madame est fort craintive. "

Et ce soir-là, après plus d'un an et demi loin de tout, Na Yeon va revivre doucement. Installée dans le fauteuil à bascule sur la terrasse du domaine, elle voit Ji Sang arrivé. Elle ne le quitte pas des yeux, se demandant ce qu'il porte. Elle ne le quitte pas des yeux quand il s'approche d'elle avant de détourner la tête, ne supportant pas qu'il la fixe de se regard indéchiffrable.













Aimer, c'est entendre les silences de l'autre, Ce souffle léger, Ces petites perles invisibles Cachées au creux des lèvres, des mots étouffés Blottis dans un regard que seul l'amour sait voir.  
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: The best decision   
Revenir en haut Aller en bas
The best decision
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haiti : Faux coupons, un site du PAM fermé à Pétionville
» Jude Celestin would not make it through to a presidential run-off!!
» Le Tribunal des référés de Fort-Liberté enjoint le CEP de surseoir à sa décision
» Quelle est la decision des Senateurs?
» Qui a dit qu'Elea Mayan ne pouvait pas travailler??! [Pv]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Lansan, vaste & mystérieux la partie rp :: Le hors temps-
Sauter vers: