Partagez | 
 

 oh na yeon - a doll that does not

Aller en bas 
avatar
Âge : 24
Emploi : Elle peint, s'occupe d'animaux blessés et abandonner. Quand elle ne s'en ferme pas dans ses pensés
Administration
MessageSujet: oh na yeon - a doll that does not   Mer 25 Avr - 15:51


Oh Na Yeon

ft. go ha sung [actrice]






nom : de naissance, c'est Yu. Suite à son mariage c'est devenu Oh, comme le neveu du dictateur vu qu'il est son neveu.
prénom : Na Yeon
âge : vint quatre printemps allant sur ses 25 ans.
habite à : à Naji, dans un domaine ancestral appartenant à Ji Sang (même si il l'appelle la maison de Na Yeon).
métier : Elle aurait pu travailler dans n'importe quel métier convenable. Avant son mariage, la demoiselle étudiait la littérature. Sauf qu'une dame de la haute société ne travaille pas. Surtout celle qui fait partie de l'élite du pays.
sexualité : elle est mariée et il est le seul à pouvoir la toucher.
statut matrimoniale : mariée depuis ses 19 ans, mariage arrangé. Elle tient un peu trop à son époux sans pouvoir mettre un nom sur l'étrange sentiment qui fait battre son coeur.  


Physique

Na Yeon, c'était cette jeune femme à peine sortie de l'adolescente que beaucoup admirent. Certainement pas pour sa taille, on la finesse de ses traits. C'était ce petit sourire sur ses lèvres qu'elle adressait à tous, de ce regard doux qu'elle posait sur les autres. Elle n'était pas un canon à proprement parler mais elle était belle. Na Yeon, elle en dehors des soirées officiels a toujours gardé ses longs cheveux lâchés car elle aimait la sensation du vent et les mèches un peu folle qui effleuraient son visage. Toujours pimpante en soirée, réussissant avec grâce à accorder le costume de son mari avec sa toilette. Elle était comme une rose venant à peine d'éclore. Na Yeon est l'une de ces beautés naturels de Lausan, pas froide mais pleine de vie.

Na Yeon, elle est cette femme qui ressemble à une sauvageonne maintenant. Des cheveux emmêlés, marchant pieds nus dans sa maison ainsi que la pelouse du domaine où elle vit. Ses mains et son visage sont couverts de peintures, bleu, rouge, jaune... On ne trouve plus cette flamme dans son regard vide. Les cernes sous ses yeux montrent les démons qui hantent ses nuits. Son sourire doux est devenu terne. Elle parait comme morte.

Parfois, elle redevient cette fleure à peine éclot qu'elle était à la capitale. Elle se prépare comme avant, avec soin. Sans artifice, juste maquillé de son regard marron si innocent et de son sourire doux.



Caractère


Na Yeon vit dans son monde, pouvant rester des heures si pas des jours à fixer un point imaginaire, sur un mur, le plafond ou dans le jardin du domaine. Suite à une chute dans les escaliers, elle a longtemps été amorphe. Pour se protéger de l'extérieur, la demoiselle s'est mise à se créer un autre monde. Monde où elle serait restée si son époux n'avait pas prit les choses en main. C'est ainsi que Na Yeon a pu reprendre le gout de la vie, sans être brusquée. Son regard éteint est redevenue légèrement vivant. Elle sait mettre des mots sur ce qui la dérange. Mais car il y a un mais, Na Yeon se comporte comme une enfant souvent. Il n'est pas rare qu'elle reste concentrée des heures sur un dessin qu'elle peint avec ses doigts. Sa passion n'est pas revenue seule, il a fallut que Ji Sang l'encourage, lui remonte les gestes qui pour elle était si simple avant. Un traumatisme ou même plusieurs la fait régresser à cet état où elle a besoin de se sentir protéger. Elle aime s'amuser, rigoler, marcher à pied nu dans l'herbre du domaine. Mais elle est devenue capricieuse, très capricieuse. Réclamant toujours plus. Et elle n'a pas peur de regarder celui qui est là pour elle dans les yeux, le défiant du regard, devenant bornée, têtue.

Parfois, elle redevient elle-même. Cette jeune femme remplit de vie qui peut tenir une conversation sur tout et n'importe quoi. Passant des heures à se préparer comme si elle était invitée à une soirée chez l'oncle de son mari. Il n'est pas rare dans ces moments-là, qu'elle se mette à chantonner. Mais son regard est vide de tout sentiment. Chaque mot, chaque geste est calculé pour que Ji Sang n'est pas honte d'elle. Car c'est ce qui lui fait le plus peur, que son mari lui dise qu'elle a encore commit une faute. Alors elle baisse la tête, s'excusant et retournant dans son monde. Na Yeon confond le temps, pour elle une semaine vaut peut être un jour ou une heure. Elle pense être en vacance depuis à peine une semaine. Alors, elle prépare le plat préféré de Ji Sang, pensant juste qu'il rentre le soir même. Heureusement que sa gouvernante est là pour veiller à ce que tout soit près quand il rend visite à son épouse.

Na Yeon avant, c'était cette fleure qui s'épanouissait dans la haute société. Curieuse de ce qui l'entourait, elle pouvait passer des heures à dévorer les livres de la bibliothèque du palais, pour avoir une conversation avec les autres dames de la cour mais aussi les hommes. Elle était jeune et donnait le pas sur la mode à la cour, comme son mari. Après tout, ils étaient bien assorti pour ça. Elle gardait sa tête haute devant les autres femmes, à part devant la mère de Ji Sang à qui elle devait obéissance. Et les mots de Ji sang étaient et sont encore lois dans son esprit. On peut dire qu'elle était l'exemple de ce qu'une femme de la société doit être, intelligente et soumise.

Mais Na Yeon c'est surtout une jeune femme perdue par des sentiments dont où lui a jamais donné une explication sur le sens. Elle essaye de comprendre pourquoi son coeur bat la chamade devant lui, quand son regard sombre se pose sur elle. Elle essaye de comprendre pourquoi elle a mal au coeur quand il part travailler. Jamais on ne lui a parlé de l'amour ou de manière ridicule. Car c'est ça au fond, Na Yeon est amoureuse de celui qui fut son tortionnaire durant un temps et qui est son sauveur maintenant. Na Yeon connait la jalousie, cette envie de crier, de gifler, de tuer quand elle sent le parfum d'une autre femme sur l'uniforme de son mari.














Coucou ! Je m'appelle Kiwi et j'ai xx ans. Cela fait 17 années que je suis dans le monde de RPG. Je pense passer ici environ 7/7 jours pour m'amuser avec vous. Au fait, j'ai trouvé le forum via top site y un peu avant sa fermeture. Et j'ai eu l'accord pour le relancer ^^. J'espère que cette version vous plaira comme les autres. Et j'ai hâte de rp avec vous tous (surtout que j'ai plein d'idée pour Na Yeon au grand désespoir de  Sinmua (mouhahaha)






Aimer, c'est entendre les silences de l'autre, Ce souffle léger, Ces petites perles invisibles Cachées au creux des lèvres, des mots étouffés Blottis dans un regard que seul l'amour sait voir.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 24
Emploi : Elle peint, s'occupe d'animaux blessés et abandonner. Quand elle ne s'en ferme pas dans ses pensés
Administration
MessageSujet: Re: oh na yeon - a doll that does not   Mer 25 Avr - 15:52



Tétanisée par la scène se jouant devant ses yeux, Na Yeon ne sait quoi faire. Faire remarquer sa présence en criant sur son mari ? Mauvaise idée, il ne la prendra pas au sérieux, se moquera d'elle en lui faisant croire qu'elle a juste rêvé. Elle devrait être la seule qu'il étreint ainsi, la seule à pouvoir enrouler ses jambes autour de lui. Elle veut hurler, Na Yeon. Elle veut s'approcher de se couple pour leur dire qu'elle sait. Puis le regard sombre qu'elle a apprit à adorer se pose sur elle. Il a un geste de recule, repoussant cette femme qui ne comprend rien. Sauf que Na Yeon est déjà partie en courant pour remonter chez eux, s'enfermer dans la chambre conjugale. Les larmes glissent sur ses joues, de honte, de désespoir. Une main sur son ventre, elle souhaitait lui annoncer la nouvelle, qu'ils allaient être parent. Et là, dans les escaliers, elle se met à détester cet être qui n'est pas encore né, elle souhaite sa mort, qu'il disparaisse. Ji Sang l'appelle de cette voix sévère, elle tourne la tête vers lui. Son pied se pose mal sur une marche, son corps tombe en avant, sa tête se cogne contre le marbre. On dit toujours qu'au moment de notre mort, l'histoire de notre vie défile dans notre tête, c'est ce qui se passe dans l'esprit de Na Yeon.

Son père installé derrière son bureau, lisant un rapport, Na Yeon âgée de cinq ans installée à une petite table pas loin. Son regard marron sur son idole, ses gestes recopiant les mêmes mimiques. Il râle, elle fait la même chose. Tirant une feuille de son cahier d'écriture qu'elle chiffonne et lance vers la corbeille en papier. Le rire cristalin de sa mère résonnant dans la pièce. « Notre fille pourrait être actrice, mon cher. Elle vous imite à la perfection. » Et comme chaque fois que l'avenir de l'enfant est concerné, son père se lève pour poser sa main dans ses cheveux noirs. « Vous savez que notre fille ne travaillera pas, sauf si son époux le souhaite. » La discussion est toujours la même depuis la naissance de Na Yeon, et elle, elle ne comprend pas ce qui se passe sous ses yeux. A cinq ans, elle est une directrice du centre de recherche, demain, si ça se peut, elle sera la femme du dictateur. Après tout, elle a l'âge de jouer.

Na Yeon ne comprend pas les gens, installée sur le banc dans le parc, un livre en main. Elle voit des garçons un peu plus vieux qu'elle en bousculer un plus jeune. Elle les fixes, regardant l'uniforme qu'ils portent, celui de l'école militaire. Ils devraient montrer l'exemple, vu qu'ils sont l'élite du pays mais non. Chaque jour c'est la même chose, mais pas les mêmes acteurs. Quand les deux agresseurs lâche enfin le plus jeune, partant vers une nouvelle victime. Na Yeon s'approche de celui au sol, sortant un mouchoir qu'elle imbibe d'eau de sa bouteille, pour nettoyer le sang. Un sourire rassurant sur ses lèvres, elle essaye de remonter le moral comme elle peut. En lui parlant du dernier livre qu'elle vient de lire, racontant les potins du quartier. Elle ne quitte pas le blesser jusqu'à ce qu'il rigole. Et là, elle se rappelle qu'elle doit rentrer chez elle pour se préparer pour une soirée donner au Palais.

Les années passent, elle grandie, perdant doucement les rondeurs de l'enfance. Na Yeon se sent ridicule dans la robe qu'elle doit porter ce soir-là. Et pourtant, elle danse, acceptant les demandes avec l'accord de son père. Car Na Yeon, elle est soumise à l’autorité paternel, comme toutes jeunes filles de bonne famille. Jamais elle n'a fait honte à sa famille, faisant tout pour l'honorer. Cette année-là, un an avant qu'elle parte travailler dans une ferme comme la loi le stipule, le dictateur en personne demande une danse, qu'elle accepte. Durant toute la danse, il lui pose des questions, sur elle, sur ce qu'elle souhaite faire après l'école, ses rêves. Il la reconduit à sa place, en félicitant son père d'avoir une enfant si agréable.
La maisonnée est sous tout ses états depuis une semaine, suite à une lettre cacheté du Dictateur. Na Yeon essaye de savoir ce qui se passe. Pourquoi son père n'arrête pas de lui dire qu'il est fière d'elle et sa mère, se met à pleurer dès qu'elle la regarde. De nouvelles robes ont été commandés pour elle. Pas du modèle qu'elle portait avant, mais celle avec un délicat décolté. Ses cheveux ont été coupées, on lui a même permit de se maquiller. Elle ne comprend rien, absolument rien. C'est seulement à lors du souper, en apercevant l'invité dans la salle à manger que la jeune fille comprend enfin. Oh Ji Sang, le neveu du dictateur, est là. La jeune fille, lance des regards à la dérobé de celui qu'elle a espionné comme toutes les filles de la capitale en âge de se marier. Il est après tout le meilleur parti de tout Lausan, si on oublie son oncle, bien entendu. En plus, d'être si bien né, il est beau garçon. Il ne lui fait pas une court assidu, pas de fleur, pas de douceur. Mais ça ne dérange pas Na Yeon, elle est assez romantique pour deux. Ce qui la dérange est se regard sombre qui se pose sur elle, se regard qui la met mal à l'aise.


Une douleur aiguë venant de son ventre, des cries d'horreur se font entendre dans le palais Dorée. Faiblement, elle ouvre les yeux cherchant dans la foule son mari. Une nouvelle fois, elle vient de lui faire honte. Ses yeux se ferment sans se rendre compte que son époux est là près d'elle, caressant ses cheveux alors que le médecin a été appelé d'urgence ordonne qu'elle soit conduite dans ses appartements pour être ausculté. Le bas de sa robe est couvert de sang, l'enfant n'a pas survécu à la chute, son front est ouvert suite au coup qu'elle s'est fait en tombant. Deux bras dans lesquels elle s'abandonne si souvent la soulève pour la conduire chez eux.

« Je vous jure fidélite et obéissance, jusqu'à ce que la mort nous sépare. » Quand se fut son tour de prononcer ses voeux. Na Yeon s'est perdu dans ce regard sombre pour savoir si elle respecterait les principes. Mais une étincelle dans le regard de Ji Sang lui a fait comprendre qu'il serait toujours là pour elle, qu'importe ce qui pourrait lui arriver. C'est dans un murmure qu'elle prononce les paroles tout en ne le quittant pas des yeux. Elle rougit quand il lui attrape la main, se sent gêné quand il l'embrasse devant tout le monde, après tout, c'est leur première baiser.

Au début, tout était parfait. Son époux prenait sur lui quand Na Yeon faisait une erreur. L'eau du bain trop froide, le repas trop cuit. Il disait rien, rigolait même. Mais ce qu'elle aimait par dessus tout était la nuit, quand il la serait contre lui. Il lui a tout apprit, tout prit aussi. Jamais il ne disait quoi que ce soit jusqu'à une première remarque dit sur le ton de la plaisanterie. Na Yeon fit de son mieux pour se faire pardonner. Et une deuxième, troisième, les remarques tombèrent l'une après l'autre. A tel point que Na Yeon n'osait plus rien faire ou dire sans un accord de Ji Sang. Il fallut du temps mais elle devient un pantin dans les mains de celui à qui elle dévait obéissance.

Il est là, installé sur une chaise à côté du lit dans lequel elle est allongée. Na Yeon n'a plus souvenir de rien, mélangeant le temps qui défile. Il est là, lisant un rapport à haute de voix, alors qu'elle attrape un oreiller et le lui lance avant de rire. La chute dans l'escalier s'est passée voilà plus de trois ans. Elle saute sur ses pieds avant de lui attraper la main. Elle ne sait rien de ce qui se passe à l'extérieur, et il ne lui dit rien. Tout ce qui compte est les moments qu'ils passent ensembles, pour elle et peut être pour lui. Ils passent devant la gouvernante, celle qui s'occupe de Na Yeon quand Ji Sang doit s'absenter. Il l'écoute parler, il l'écoute rigoler. Il fait ce qu'elle lui demande, ne répondant quand même pas à tout ses caprices. Et là, timidement, Na Yeon s'approche de lui pour poser ses lèvres contre les siennes. Le premier baiser depuis si longtemps. Pas de brusquerie de la part de l'homme qui sait qu'un rien pour la faire retomber dans sa folie. Elle parle, il l'écoute. Si il élève la voix, elle baisse la tête comme prit en faute. Mais Na Yeon ne fuit plus se regard sombre, Na Yeon ne connait pas ce sentiment qui fait battre son coeur à la chamade quand il la regarde. Mais elle aime cette sensation quand il est là.

En dehors du domaine, la vie a continué. Une lettre a déclenché une révolte. Des gens meurent, certains de la main de son mari. Na Yeon ne sait rien de tout ça, elle vit cacher, elle vit recluse loin de cette agitation. Et si un jour elle sait qu'elle est mariée à un démon ? Elle ne vous croira pas. Après tout, Ji Sang est celui qui la protége et puis... Une femme amoureuse fera tout pour protéger celui qu'elle aime, si besoin, elle pourra tuer pour le protéger. Mais l'histoire n'est pas encore là. Pour l'instant, la seule chose qu'elle veut est la balançoire que Ji Sang lui a promit, balançoire qui prend du temps à être installé à l'arbre... Et il ne faut pas oublier que par jalousie, elle a tué le petit être qu'elle portait en elle. Quoi que la chute n'était pas accidentelle, le souvenir d'une silhouette devant elle la poussant dans les escaliers du palais Doré vient peupler ses cauchemars.







Aimer, c'est entendre les silences de l'autre, Ce souffle léger, Ces petites perles invisibles Cachées au creux des lèvres, des mots étouffés Blottis dans un regard que seul l'amour sait voir.  
Revenir en haut Aller en bas
oh na yeon - a doll that does not
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Vos papiers la partie des personnages :: Contrôle d'identité :: Les fiches validées-
Sauter vers: