AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Heureux de te revoir, moi non plus. [+18]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Âge : 20 ans
Emploi : Soldat
Son Young Jae

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Heureux de te revoir, moi non plus. [+18]   Mar 14 Juin - 19:51

10h38. Presque dix minutes de retard. Notre arrivée était prévue à 10h30, mais nous avions eu un imprévu sur notre route. Un obus a explosé au passage d’un de nos camions de ravitaillement. Un mort. Quelles enflures, ces rebelles. Les informateurs ont dit vrai : la zone souffre de l’occupation rebelle. Je soupire de nostalgie en regardant le paysage. Ma terre, ma campagne. La province montagne de Leto. Lapanalda. Cela faisait une éternité que je n’étais plus revenu ici. Mais je me rappelais très bien des rizicultures, de la mairie, de la poste, des voisins, des champs de thé, les Hee…et bien d’autres choses.

Nous arrivons enfin. Les camions militaires s’arrêtèrent près de la mairie, le temps de régler quelques paperasses –entre autre, ceux de feu notre convoyeur. Puis ils redémarrèrent. Le mien me déposa au début des rizicultures –là où habite ma famille. J’appréhendais de les revoir. Ils avaient peut-être changé depuis le temps ; j’essayais de m’en convaincre dans ce camion, mais la pilule était dure à avaler. Peut-être qu’ils avaient fait couler de l’eau sur les ponts, mais pas moi. Je ne suis pas quelqu’un de rancœur, mais ce qu’ils m’ont fait est difficilement pardonnable. C’est quand même à cause d’eux que je suis parti, il ne faut pas l’oublier. Ils avaient été prévenus quelques jours en avance ; il n’y avait de surprise pour personne, mais ce n’était pas si simple.

Les retrouvailles se sont faites à cet endroit, à ce moment précis. C’est ma sœur, ma grande sœur, celle qui a été la plus proche de moi, qui m’a reconnu de loin, un bouquet de pousses de riz à la main. Elle a couru vers moi, ivre de joie, et nous nous sommes accueillis à bras ouverts. C’était bon de la revoir. Je sais que ce ne sera pas de même avec les autres, mais c’était mieux de démarrer en douceur.

Elle m’expliqua que tout le monde était de travailler, mais qu’elle s’accorderait cette pause pour aider, moi et ma valise, à nous installer. Nous avions donc traversés les champs pour aller à la maison. Je ne vous raconte pas le nombre de riziculteurs qui se sont retournés. Sans surprise, mon visage leur était familier, mais je me doutais que certains s’en demandaient la raison. Depuis la dernière fois, j’ai pris en taille et en masse.

Ça me faisait bizarre de revoir notre case. Redécouvrir notre maison toute riquiqui, et notre chambre où nous dormions à plusieurs. C’est dingue, je ne me souvenais plus à quel c’était petit. Heureusement que je n’avais pas pris trop d’affaires. Je redécouvris mon lit. Mon bon vieux lit…il n’avait pas pris une poussière depuis le dernier matin que je l’ai quitté. Je posai ma valise dessus et en sortis quelques affaires. Je les rangerai plus tard. Pour le moment, quittons l’uniforme pour des habits normaux. Un jean sombre, des chaussures de villes, un débardeur noir et une veste en jean, ça irait très bien. Et pourquoi une petite gourmette, pour une fois. Je me mis aussi du parfum dans le cou.

Quand je ressortis, ma sœur fut médusée. Je crois qu’elle ne m’avait jamais vue aussi bien sapé qu’aujourd’hui…alors qu’il s’agissait d’une tenue simple de ville. Mon Dieu, il ne fallait pas qu’elle voit mon costard pour les grandes occasions, elle tomberait dans les pommes. Enfin, c’est la campagne ici… Je lui répondis d’une manière amusé, lui souriant. Ça lui passera. Elle me servit un verre d’eau, et ce n’est que là qu’elle me tint au jus sur ce qui se passait ici. Rien de très politique ; les mariages des enfants des voisins, les ragots du moment, et autres futilités. Je l’écoutai avec grande attention. Mais à vrai dire, ça ne m’intéressais plus autant qu’avant. J’avais grandi, j’étais un homme maintenant. Ces commérages de femme me passent au-dessus de la tête. En attendant le retour de mes parents et des autres, elle me proposa d’aller voir nos amis, en commençant par les Hee. Quelle bonne idée ! J’ai toujours appréciés les Hee, ils seront contents de me revoir. Et bien sûr…Byeong Joo.

Une fois tous les deux sortis, nous nous sommes salués avant de se retrouver plus tard. Elle, les champs ; moi, retrouver mes amis d’enfance. D’abord, les Hee. En marchant, je saluai certains en train de travailler, contents de me revoir. J’ai revu aussi quelques papys et mamies du village. Ce sont les bêlements des moutons qui m’ont prévenu que j’étais près des Hee. Les moutons devaient être à l’étable, mais je suis sûr que les Hee étaient bien chez eux. Confiant, je toque à leur porte, me demandant qui allait m’ouvrir. Madame Hee ? Probablement. Monsieur Hee était…non, je ne préfère ne pas y penser. Il a dû se ranger depuis le temps, c’est obligé. Ou bien peut-être…le grand-père Hee ? Pas sûr qu’il sache toujours marcher correctement. J’étais tout excité. Ou encore…Byeong Joo ? Mon meilleur ami d’enfance ? Il avait dû m’oublier depuis le temps. Il ne va peut-être pas me reconnaître. Oh j’espère que non…c’était fort ce qu’on a vécu. Enfin, j’espère pour lui aussi. Oh, ça y est, j’entends qu’on vient ! La porte va s’ouvrir…


Dernière édition par Son Young Jae le Mar 2 Aoû - 16:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 20 ans
Emploi : apprenti éleveur à la propriété agricole familiale
Hee Byeong Joo

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Heureux de te revoir, moi non plus. [+18]   Lun 20 Juin - 23:27

Ce matin là, il faisait si beau sur Lapanalda. Un peu comme tous les matins. Byeong Joo s'y était finalement bien habitué. Et sa routine avait finalement pris le dessus sur toute les complications qu'avait pris sa vie. Il évitait le plus possible la ville, et de montrer le bout de son nez quand il y avait des rebelles ou des militaires dans son voisinage. Il avait repris sa manie de ne pas parler, gardant trop les choses pour lui, mais en réalité il échangeait le plus possible et le plus discrètement possible des lettres avec sa mère de coeur. Et puis, partir dans les montagnes pour y faire paître les moutons, lui donnait cette impression d'isolement et d'être finalement bien loin des problèmes. Il retrouvait là-haut sa paix et sa tranquillité passée.

Comme tout les matins, Joo s'était levé à l'aube et s'était préparé puis mis en route pour emmener le premier troupeau dans les collines et montagnes voisines. S'il n'avait rien oublié à la maison, il n'aurait pas abandonné le troupeau à peine arrivé, laissant Socrate aussi derrière lui, pour aller récupérer son déjeuner chez lui. Il était presque 11h lorsqu'il arriva enfin chez lui. Il posa son baton dans l'entrée et alla en cuisine emballer de quoi grignoter. Son grand-père était aux écuries, son père en ville et sa mère partie chez les Lee donner un coup de main à la mère de Song Ki. Il n'y avait donc que lui à la maison lorsque l'on frappa à la porte.

Il en avait sursauté. Le pire dans l'histoire c'était qu'il n'avait pas vu la personne venir. Alors ses craintes reprirent le dessus. Il avait même fini d'empaqueter son déjeuner. Il prit quelques minutes de réflexion, avant de glisser le déjeuner dans son sac, avant d'aller vers l'entrée. Son bâton de marche était juste à côté de la porte d'entrée. Ce qui le rassura un peu en un sens. Et finalement, il ouvrit la porte.

La première chose qu'il vit de la personne face à lui, fut les chaussures. Des chaussures qu'il aurait pu penser n'être que banale si la seconde d'après son regard n'avait pas croisé celui de son interlocuteur. Il rêvait ou bien c'était la réalité ? Une peur panique le saisi brutalement. Mais pas seulement. Il avait l'impression d'avoir plus affaire à une vision qu'à autre chose. Young Jae était devant sa porte. Devant lui. Son coeur se serra, sa gorge se bloqua et tout ce qu'il trouva de mieux à faire sur le coup, fut de prendre son bâton de marche et de sortir, bousculant celui qui était venu frapper à sa porte. La douleur dans son épaule précisa à Joo qu'il n'avait pas halluciné. Maintenant sa seule peur était que des regards ou des oreilles mal intentionnées les observent.

Les doigts crispés sur son bâton, il n'était pas allé bien loin, le choc étant bien trop fort. Il avait à peine mis un écart de 10 mètres entre lui et Young Jae avant de s'arrêter, les mains agrippées au morceau de bois. Et il peinait à faire face à ce flux incontrôlable d'émotions en tout genre.


Tu t'entremêles et tu reste enfermé, car tes songes te disent que tu es mieux ainsi. Et le monde t'inspire ce que tu redoutais, car les peines des plaisirs, tu aimes mieux éviter.by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 20 ans
Emploi : Soldat
Son Young Jae

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Heureux de te revoir, moi non plus. [+18]   Sam 25 Juin - 16:25

Young Jae s’attendait à tout sauf à ça. C’est Byeong Joo, son meilleur ami, qui lui a ouvert la porte…mais qui l’a complètement ignoré en refermant la porte derrière. Il n’avait même pas eu le temps de voir l’expression de son visage. Jae fronça les sourcils. Quoi ? Etre revenu de Dalis pour se faire bousculer et ignorer ?! L’ego de notre jeune militaire en fut atteint. Qu’est-ce que c’est que ça ? D’où Joo se comportait de la sorte avec lui ? Son meilleur ami ? Qu’est-ce qui lui avait pris ? Il se doutait que Joo pouvait lui en valoir pour l’avoir fui depuis toutes ces années, mais quand même…quand même, Jae avait espéré au fond de lui qu’il l’attendrait avec impatience malgré tout. Notre soldat n’a pas bougé d’un iota. En se retournant, il ne manqua de faire savoir à son ami d’enfance son ressenti sur son accueil chaleureuse.

- Qu’est-ce qui te prend ? Ne me dis pas que tu m’as oublié … c’est ça ? …

Il fixa le jeune berger d’un regard énervé –mais surtout déçu. Comment Joo a pu l’oublier si facilement… Dans sa tête, mille et une questions fusaient. Comment a-t-il vécu son départ, comment s’en est-il remis, qu’est-ce qu’il a fait après, quelles personnes a-t-il pu rencontrer depuis son départ…qu’est-ce qui a pu l’occupait pendant quatre ans qui a pu effacer Jae, son meilleur ami d’enfance, de sa mémoire. Il s’avança vers lui d’un pas décidé, et lui pris son bâton de berger sèchement de la main gauche en soupirant. Ce n’était pas de la méchanceté, il voulait juste détourner son attention pour qu’il le regarde en face. Qu’il le fixe comme lui était en train de faire à ce moment-là. L’armée lui fait aimer les regards francs et non dissimulés par un quelconque manque de confiance.

- Je suis désolé de revenir que maintenant. J’avais beaucoup de choses à faire…

L’hésitation était perceptible dans sa dernière phrase. Oh, il avait bien plus que des choses à faire. A ce moment-là, il était en train de penser qu’il aurait beaucoup plus à s’excuser que de simplement avoir tardé à rentrer. Première : le fait de ne lui avoir jamais parlé de ses prétentions à intégrer l’armée. Deuxièmement : le manque de lettres dès la première année, puis leur inexistence. Troisièmement : sa disparition dans la nature, que ce soit pour Joo ou pour tous les habitants de Lapanalda. Enfin, quatrièmement…qu’en est-il de leur couple ? En sont-ils toujours un ? Cette discussion sera lourde…mais tardive pour le moment. En tout cas, une chose était sûre : Byeong Joo n’avait pas beaucoup changé. Bien sûr, il avait pris en taille lui aussi –bien que Jae soit devenu le plus grand des deux désormais- mais il avait toujours la même bouille. Sa voix avait enfin muée depuis le temps. Que de beaux changements à ses yeux. Il ne l’avait pas encore vu sous sa plus simple tenue, mais Jae se doutait que sans vêtements son meilleur ami devait être…un bel adonis pour rester politiquement correct.


lansan will be safe
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 20 ans
Emploi : apprenti éleveur à la propriété agricole familiale
Hee Byeong Joo

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Heureux de te revoir, moi non plus. [+18]   Lun 27 Juin - 13:44


Joo se sentait perdu et en panique. Son coeur battait si fort dans sa poitrine et le mieux qu'il avait pu trouver pour dissimuler les éventuels tremblements de ses mains c'était de tenir fermement son bâton de marche. Bien sûr qu'il ne l'avait pas oublié. Comment pourrait-il seulement oublier Young Jae ? Il l'avait connu depuis tout petit, il avait été son ami et meilleur ami d'enfance, mais aussi son tout premier amour. En soit, Joo était heureux de le voir en vie, en bonne santé, il aurait même pu laisser éclater cette joie. Mais trop de choses entre temps s'étaient passées. Jae était un militaire à présent, et Joo ne pouvait pas oublier ce détail, la façon dont Jae était parti sans lui parler de ses ambitions futures. Et même, comment Jae le voyait-il aujourd'hui ? Le jeune berger se savait maintenant fils de rebelle, et pire que tout dans le collimateur de l'ancien chef des renseignements, devenu bien trop vite conseiller du dictateur. Alors mêlée à ses émotions positives, se trouvaient l'angoisse, l'amertume, et l'oppression. Il aurait préféré que ce ne soit rien qu'une illusion. Comment pouvait-il faire face maintenant à Young Jae ?

La voix du jeune militaire le fit sursauter et Joo ne bougea plus d'un pouce. Oui il avait été trop cruel à l'éviter de cette façon. Tout ce qu'il fit malgré tout, fut de nier de la tête qu'il l'avait oublié. Joo sursauta de nouveau alors que Jae lui prenait son bâton, son unique appui, mais si Jae avait visiblement pris de l'assurance, Joo lui n'arrivait pas à tenir le regard sur son meilleur ami. Les excuses de Jae lui serrèrent le coeur. Maintenant qu'il le disait, Joo se demandait si les choses ne se seraient pas passée autrement si Young Jae avait été là plus tôt. Et même, ces excuses réveillaient les questions qu'il s'était longtemps posées. Il aurait pu pleurer, mais de quoi aurait-il eu l'air devant Jae ? Il serra les dents et reprit vivement ce que Jae lui avait pris.

- ... Beaucoup de choses à faire... C'est ça aussi qui t'as empêché de me parler de tes ambitions? C'est ça alors qui suffit à justifier ta disparition ? J'ai imaginé tellement de scénarios... Et les lettres restées sans réponses... C'est pareil ?

Il avait le coeur si lourd, mais il avait vécu tellement de choses. Il relevait enfin les yeux vers Young Jae. Tout était mêlé dans ses yeux, son regard se faisant à la fois en colère et témoignant un peu de cette peur sourde qui lui prenait les tripes. Même en cet instant, il n'était même pas sûr que le fait que Jae soit là soit une très bonne idée. Saleté de père...
- ... Tu es sans doute aussi devenu ce que tu voulais... Mais tu pensais vraiment que tout serait comme avant ? Comment penses-tu être accueilli ici chez moi maintenant? Même en civil, maintenant tout le monde le sait, que tu es militaire. Et moi le premier... Et ça pour Joo ça impliquait beaucoup de chose.

Pour Joo, Jae avait rejoint les rangs de ceux qui lui causait encore de forts cauchemars la nuit, il avait rejoint le camp de la dictature et ça faisait de son père un ennemi... Et Joo devait faire quoi maintenant ? Il y avait même un secret dans la maison, que s'il était dévoilé, ce n'était pas juste son père qui serait atteint, mais tout le monde, même lui...
- ... Peut être que si tu étais revenu plus tôt... Les choses auraient été différentes... Mais ce n'est pas le cas... Et ici, il y a eu trop de changements pour que ce soit si facile.

Sur ces mots, Joo se remit en route, son sac bien calé sur son épaule. Que Jae le suive ou pas peu lui importait. Mais sûr qu'il préférai que Jae le suive. Il voulait des réponses malgré tout. Cependant il avait du travail à la montagne et il ne pouvait pas laisser ses animaux tous seuls plus longtemps.


Tu t'entremêles et tu reste enfermé, car tes songes te disent que tu es mieux ainsi. Et le monde t'inspire ce que tu redoutais, car les peines des plaisirs, tu aimes mieux éviter.by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 20 ans
Emploi : Soldat
Son Young Jae

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Heureux de te revoir, moi non plus. [+18]   Lun 27 Juin - 16:47

C’était le moment des reproches. Young Jae aurait dû y être préparé depuis le temps, mais ses mots lui firent très mal. Il a toujours refoulé ce moment au fond de lui où il devrait se justifier, alors la vérité était dure à encaisser. Dure aussi du fait que ce soit lui qui le lui dise. Il ne broncha pas, le laissant reprendre son bâton de berger sans résistance. Dans son regard, son meilleur ami d’enfance pouvait lire sa douleur de recevoir la souffrance de Byeong Joo. Diable, le jeune berger avait raison dans tout ça…oui Jae avait ses raisons, mais elles étaient loin d’être excusables. Le jeune soldat en avait profondément conscience, aussi il s’abstenait de tout commentaire, encaissant ce que Joo avait à lui dire. L’armée rend plus fort, mais elle n’aide pas à guérir des regrets du passé. Mais le plus dur était de se faire reprocher d’être militaire. Joo ne l’avait pas dit explicitement, mais Jae comprenait très bien ce qu’il entendait « et moi le premier ». Il se sentit d’autant plus impuissant quant à son retour un peu trop…tardif ? Il eut envie de lui répondre qu’on peut refaire le monde avec des « si », mais Joo ne lui laissa pas le temps.

L’espace d’un instant, il se sentit révolté. Quels changements ? Que s’est-il passé en son absence ?! Il ne pouvait pas partir sans le lui dire clairement ! Et comment pouvait-il lui reprocher de revenir que maintenant alors qu’à l’armée, tout le monde sait qu’on ne fait ce que l’on veut ! Ciel, il était enfin revenu, même après tant d’années, Jae était persuadé qu’il pouvait encore rattraper le temps perdu et que tout redeviendrait comme avant.

- Attends !

Les sourcils arqués, il lui emboîta le pas, ne voulant pas lui laisser ce dernier mot. Tout en marchant à ses côtés, il lui sortit ce qu’il avait sur le cœur.

- Je sais que quatre ans c’est long, mais comprends que je ne peux pas voyager dans Lansan comme je veux. J’ai commencé très bas, il n’y a que maintenant que je peux demander à être muté ici, à la caserne du village. Si j’avais pu revenir plus tôt, crois-moi que je l’aurais fait.

Un demi-mensonge qui avait ses chances de passer inaperçu. Il est vrai que lors des premières années de services, les jeunes recrues ont difficilement des permis de sortie. Mais de là à retourner à Lapanalda avant aujourd’hui…non, Young Jae n’en était pas prêt. Au contraire, c’était plus facile de réapparaître après un long moment, le temps de manquer aux gens et d’apaiser les tensions.

- De quels changements tu parles ? Toi et ta famille, vous restez des amis irremplaçables, armée ou pas armée. Il le devança pour s’arrêter devant, à nouveau face à face. Il reprit avec plus de passion. Maintenant que je suis là, on peut rattraper ce qu’on a perdu. Que tu m’écoutes ou pas, Byeong Joo, je crois toujours en nous…

Inconsciemment, il avait baissé de ton à ces derniers mots qui évoquaient aussi bien leur amitié que leur amour d’antant. Il eut une petite étincelle dans les yeux à ce moment, seul indice que très peu de personne pouvait comprendre. Seulement, il ne se doutait pas une seule seconde que les Hee soient dans le collimateur du service des renseignements. Il ne se doutait pas un seul instant que Byeong Joo parlait non pas d’une quelconque difficulté à donner une seconde chance à leur relation, mais d’un grave risque de délation.  Si le jeune berger ne s’était pas montré si distant, sûr que Jae l’aurait touché sans crainte, pouvant aller jusqu’à l’étreinte.


lansan will be safe
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 20 ans
Emploi : apprenti éleveur à la propriété agricole familiale
Hee Byeong Joo

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Heureux de te revoir, moi non plus. [+18]   Lun 27 Juin - 22:48


Bien sûr, c'était un comportement enfantin que de reprocher à Young Jae de ne pas être revenu plus tôt. Mais Joo le prenait ainsi, parce que plus que jamais à un moment, il avait ressenti un besoin immense de l'avoir près de lui. Sauf que cela n'arriva jamais. Et quelque part, Lian n'aurait pas été là non plus, Joo ne sait pas quelle tournure auraient pu prendre les évènements. Joo n'était pas non plus prêt à reprocher à Young Jae d'avoir choisi la voie qui lui plaisait le plus. Il respectait ça. Cependant, il aurait aimé malgré tout pouvoir garder un contact, recevoir des réponses à ses lettres, et ne pas l'imaginer tomber malade ou carrément mort après tant d'années d'absence.

Plus que tout, il avait de l'amertume et de la rancœur égoïstes, parce qu'au fond de lui, c'était aussi simple que ça : il aurait juste aimé que Young Jae ait été toujours là, et pas absent ou carrément disparu, ne laissant qu'un silence long et pesant jusqu'à aujourd'hui. Il avait imaginé le pire, cherchant un moyen d'avancer. Joo avait imaginé que Jae avait eu honte de lui pour être parti si vite et avait alors commencé un dur combat pour se cacher, et tenter de vivre malgré tout. Et en apprenant que Jae était devenu militaire, le berger avait pensé que dorénavant il n'avait plus que Lian et peut être Song Ki comme alliés, son meilleur ami ayant rejoint les rangs de ceux qui poursuivent son père.

Il ruminait toutes ces pensées dures et cruelles à s'en faire mal au cœur. Le retour de Jae avait fait rejaillir toutes ses peurs. Et malgré tout, il devait monter rejoindre son troupeau et dans le même temps tenter de trouver des réponses... Joo s'était remis en marche. Comme il s'attendait, Jae avait fait de même. Que répondre à ces explications ? Le berger s'en mordilla la lèvre.
- ... Ca n'excuse en rien ton silence et ta disparition soudaine... Même si elles restaient rares, j'aimais recevoir tes lettres. Au moins j'étais sûr de ton état...

Il marchait d'un pas vif, comme à son habitude, mais Jae semblait tenir le rythme et même pouvoir l'augmenter. De nouveau Joo du s'arrêter, devant cette fois faire face aux questions de son meilleur ami. Il serra de nouveau les dents, les muscles de son corps se crispant.
- Des amis, irremplaçables? Vraiment?... Et droit dans les yeux, Joo montra sans doute un visage qu'il n'avait jamais eu auparavant. Un visage dur, le regard lourd et grave. Le regard d'un homme qui a vu et vécu des tourments que Jae ne pouvait pas imaginer. Que personne finalement ne pouvait pas imaginer. Lian devait en être finalement la seule mise dans le secret. Du moins pour l'instant. Et si mon père se fait prendre ? Tu le défendrais ? Tu prendrais ce risque ? Tu deviendrais un traitre pour le pays que tu défends ! Et on ne perdra pas juste un Hee, mais toi aussi !

Perdre Jae. Voilà ce qui lui tordait le plus l'estomac. Dès le jour où il avait appris qu'il avait rejoins les militaires, Joo avait quasiment tout envisagé. Et à chaque fois, il arrivait à ce même résultat. A être avec lui, il risquait de le perdre.  
- ... Tu ne pourras pas protéger tout le monde. Jamais. Tu ne pourras pas me protéger...

Joo n'aspirait qu'à vivre tranquille. Et finalement, le seul endroit où il se sentait vraiment au mieux, loin de ces pensées, c'était là-haut, dans la montagne. Il n'avait pas le cœur de dire à Jae ce qu'il lui était arrivé. Du moins pas maintenant. Il poussa un soupir et le dépassa de nouveau, entamant l'ascension, le cœur lourd. Lui aussi avais gardé ce petit brin d'espoir que Jae et lui puisse être heureux ensemble. Il l'avait encore. Mais il préférait être cruel que d'entraîner Jae dans ses histoires. L'ascension se fit difficile. Dire que la première, avant son retour à la maison, s'était faite sans problème. Pourtant, il ne pouvait rien lâcher, les moutons avaient besoin de lui.


Tu t'entremêles et tu reste enfermé, car tes songes te disent que tu es mieux ainsi. Et le monde t'inspire ce que tu redoutais, car les peines des plaisirs, tu aimes mieux éviter.by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 20 ans
Emploi : Soldat
Son Young Jae

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Heureux de te revoir, moi non plus. [+18]   Mer 29 Juin - 17:09

Ah, les lettres…c’était inévitable. Quelle erreur il avait fait de ne jamais lui répondre. Joo avait raison de lui reprocher, même si ça lui faisait mal. Etre rassuré de son état ? Mais que puvait-il lui arriver dans un corps professionnel si bien protégé qu’est l’armée ? Enfin, nous avons à Joo, pas à n’importe qui : Jae savait combien savoir un proche en bonne santé était important pour son meilleur ami. Joo le lui rappelait à pleine figure, lui retournant le cœur de culpabilité. Il voyait bien Joo pleurer pendant des nuits en relisant sa dernière lettre vieille de quatre mois (si sa mémoire est bonne, il n’en a envoyé que deux ou trois sur un an). Si Jae n’a pas envoyé plus de lettres, c’était pour la seule et bonne raison qu’il ne voulait pas que ses camarades tombent sur du courrier sentimental. Envoyer des lettres à sa famille était normal. Mais envoyer des lettres en plus à une adresse différente, c’était suspect. Si Byeong Joo avait été une fille, cela les aurait juste fait rire. Mais nous parlons d’un homme. Il leur avait bien dit que c’était son meilleur ami, mais trop écrire à son meilleur ami aurait été étrange. Et puis, les services de renseignement surveillent les courriers. Jae écrivait déjà discrètement à Joo pour préserver son jardin secret, mais s’il devait se faire prendre par ses supérieurs à cause de quelques phrases un peu trop amoureuses…c’était difficile à gérer pour un gamin de 15 ans. Allez l’expliquer au petit berger, c’était mission impossible. Il avait trop de rancœur pour l’écouter. Il laissa un silence entre les deux comme réponse.

Face à lui, il se sentit pour la première fois décontenancé par lui. Ciel, Jae ne l’avait jamais vu comme ça…quels dégâts il avait causé à son meilleur ami, Jae s’en voulait énormément. Ses mots étaient très durs. Jae le regarda de bas en haut, impuissant et profondément attristé. C’est ici que le berger le laissa. Jae ne le suivit pas. Il était lourd de culpabilité. Comme il aurait aimé remonter le temps et dépasser ses peurs…sa peur d’être jugé. Pas que moralement, mais juridiquement, comme tous ces pédérastes dont il a participé à l’arrestation. Maintenant adulte, il a appris pleins de choses sur le fonctionnement de l’armée et du traitement des courriers, il savait que seulement un courrier sur cinq était lu pour des raisons pratiques, qu’écrire à Joo aurait été faisable, que ces retrouvailles auraient été heureuses s’il avait agi autrement…

Démoralisé, il retourna chez lui, où il vit sa mère qui était revenue il y a peu. Ils s’étreignirent. Il lui sourit. Mais le cœur n’y était pas. Dans sa tête, les mots de Joo revenaient. Ils le poursuivraient pendant un moment…le temps de digérer cette mauvaise rencontre avec son meilleur ami dont il avait longtemps espéré heureuse.


lansan will be safe
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 20 ans
Emploi : apprenti éleveur à la propriété agricole familiale
Hee Byeong Joo

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Heureux de te revoir, moi non plus. [+18]   Mer 29 Juin - 21:08


Leurs retrouvailles s'étaient donc achevées là, au milieu de l'ascension de la montagne. Joo avait réussi à retrouver son troupeau le coeur lourd. Quelque part, lui aussi aurait préféré que les retrouvailles aient été plus heureuses. Mais l'angoisse était bien là, et il avait senti de nouveau la peine qu'il avait ressenti à ne plus avoir de nouvelles de son meilleur ami. Il prit le temps de manger un peu et s'occupa de son troupeau ne pensant plus à rien d'autre qu'à ses bêtes. Comme toujours il allait passer la nuit là haut avec Socrate et rentrer le lendemain matin. Surveillant son troupeau, ramenant toujours les rares brebis qui tentaient d'aller trop loin, il n'eut plus le temps de penser à quoi que ce soit.

La nuit, la fraîcheur nocturne apporta avec elle une fine brume et une fine couche d'humidité sur les flans de la montagne. Joo prenait le temps de dormir, lorsqu'il fut réveillé d'un coup par du bruit. Un de ses animaux s'était retrouvé piégé dans du barbelé tout près du bord de la falaise. Elle n'était pas très haute, mais une chute pouvait tout de même faire très mal. Et pour un mouton c'était une chute mortelle. Joo tenta de s'approcher alors doucement, aidé de son baton, accompagné de Socrate qui resta assis pas loin, inquiet. Les pieds de Joo glissaient sur les pierres lisse de la montagne, du fait de l'humidité. Mais il tenta malgré tout d'avancer et une fois près de l'animal, il tenta de le rassurer et de le calmer pour pouvoir le libérer. Cependant, la bête s'agita furieusement sous la douleur et à peine avait-elle été libérée, elle chercha à fuir le danger et sans le vouloir poussa Joo de la falaise. Le choc à l'arrivée fut brutal mais pas mortel. Joo se sentit sonné pendant un petit temps avant de tenter de se redresser et de sentir une vive douleur un peu partout dans son corps et notamment à la tête. Il se rallongea, ne trouvant pas d'autre solution.

***

Le lendemain, l'après-midi commençait à s'achever et Joo n'était toujours pas rentré, de quoi inquiéter Madame Hee, surtout que Socrate était revenu tout seul, sans les bêtes et s'agitait dans tout les sens. Son mari était parti remplir ses fonctions de rebelles et son père peinait à faire dix pas. Elle savait son fils à la montagne, mais elle ne savait pas où exactement, n'étant jamais allée avec lui. Et puis tout un tas d'idées farfelues lui était venu en tête. Son fils lui avait parut si différent et mal depuis quelque temps, qu'elle ne pouvait pas s'empêcher d'imaginer le pire. Sans réfléchir plus longtemps, elle se rendit chez les Seo. Elle demandait directement s'ils n'avaient pas vu Joo dans la journée ou la veille, avant d'expliquer la situation et de leur demander de l'aide pour retrouver le berger.


Tu t'entremêles et tu reste enfermé, car tes songes te disent que tu es mieux ainsi. Et le monde t'inspire ce que tu redoutais, car les peines des plaisirs, tu aimes mieux éviter.by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 20 ans
Emploi : Soldat
Son Young Jae

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Heureux de te revoir, moi non plus. [+18]   Jeu 30 Juin - 18:32

Le lendemain après leur rencontre, Jae a revêtu son uniforme. Le travail recommençait, et une mission devait être remplie à la fin de ces deux mois de mutation. Young Jae avait donc déménageait une seconde fois pour loger à la caserne de Lapanalda avec les autres. Il n’avait eu qu’un jour de congé, comme tous les autres. Et pour commencer cette première journée à la campagne, les soldats avaient entamés un footing de  45min dès 7h du matin. Ce n’était que le début des activités, enfin le début pour Jae…cela permettait de ne penser à rien, surtout pas à hier. Ensuite, l’heure était aux patrouilles. Sur le planning, Jae était collé à la patrouille de la ville pendant une semaine. Les patrouilles militaires remplaçaient celles de la police à Lansan, et elles étaient d’autant plus importantes en période de traque. Et cette première journée était fort agréable pour notre jeune soldat. Elle lui a permis de revoir d’anciennes connaissances et de ne plus penser à  ce qui s’est passé la veille.

La patrouille se poursuivra la nuit, mais en attendant, Young Jae allait se faire relayer. Il avait 1h de pause. Il en profita pour rigoler et bavasser avec ses camarades à l’accueil autour d’une bonne bière avant de reprendre le service de 18h. Mais quelle ne fut pas surprise de voir sa mère et une de ses petites sœurs débarquer à l’accueil, le demandant en urgance. Il y avait un problème. Jae le savait. Après quatre ans passés dans une caserne, il leur avait tout de même appris les bons gestes en cas de danger : se rendre à la caserne la plus proche et  prévenir le plus vite possible l’armée. Les trois quarts des opérations provenaient des plaintes et des délations des habitants.
Sa mère était toute retournée…tout comme lui quand elle lui apprit la disparition de Beyong Joo. « Ce n’est pas possible maman, Byeong Joo connaît bien les coins d’ici… » Mais la suite écarta le reste de ses doutes. Elle lui expliqua que les parents de Joo étaient venus les trouver, qu’il était censé être revenu ce matin, qu’il n’allait pas bien depuis quelques jours…Jae la coupa. Il n’y avait plus de temps à perdre. Il fallait agir vite. Il la renvoya brièvement à la maison, lui disant qu’il s’en occuperait personnellement.  Quittant l’accueil, il se dépêcha de trouver un bon pote qui lui était affecté aux patrouilles des montagnes. Il négocia sa place au planning, puis il se dépêcha de monter sur le cheval qui lui a été affecté, n’oubliant pas au passage de rajouter des soins en plus de sa trousse de secours dans son sac.

Dix minutes plus tard, notre soldat s’était élancé dans les steppes de Leto. Il avait de la chance de monter ShaoLin, un étalon alezan castré qu’il connaissait bien et sur qui il avait appris à monter au centre équestre de l’armée. Il le connaissait bien. Harnaché d’un filet à œillères et de deux petits sacs derrière la selle,  ShaoLin portait également des protections sur ses jambes pour les longues sorties en pleine nature. Sa couleur caramel brillait malgré la faible clarté que laissait filtrer les nuages. C’était un cheval qui avait une belle allure. Entre deux galops, Jae s’arrêtait pour scruter l’horizon à l’aide de ses jumelles. C’est là qu’à plus de 2 000m, il vit quelques moutons vers l’Est. Il ne perdit pas une seconde de plus pour s’y rendre au grand galop.

Malheureusement, la piste des moutons ne mena à rien. C’était même très inquiétant d’en voir trois qui se baladaient hors du troupeau. Il lâcha un juron avant de poursuivre vers le sud, là où se rendaient les moutons. Bon sang, mais qu’est-ce qui a bien pu leur arriver ? C’était dangereux que Jae se rende tout seul dans ces montagnes brumeuses, il ne devait pas s’éterniser ; normalement, les patrouilles en milieu sauvage se font à deux minimum. Où Joo a-t-il pu faire brouter ces sales bêtes ? Par leurs années d’enfance, son meilleur ami lui avait appris quelques astuces du métier, mais il y avait belle lurette que Jae les avait oubliés. Il tenta alors de se rappela où, adolescent, il le retrouvait dans ces collines pour lui apporter son déjeuner et juste pour le voir…parce qu’il lui manquait cruellement et qu’il ne pouvait s’empêcher de s’inquiéter quand les Hee l’envoyait là-haut. S’inquiéter comme Joo pendant son service militaire. Ce souvenir lui serra la gorge. Il éperonna ShaoLin pour aller plus vite et chasser ce vieux souvenir.

Quelques minutes plus tard, il vit encore des moutons dans ses jumelles. Cette fois, ils étaient plus groupés. Ce devait être bon signe. Il fonça dans cette direction. Arrivé sur la colline, il se contenta du trot. A hauteur des moutons, il vit en contre-bas la raison de leur attroupement : Byeong Joo, inconscient, allongé en bas de la falaise. Une vision d’horreur pour son cœur transi d’amour. Il eut un temps sans réaction, de choc. Puis ses réflexes de survie appris à l’armée reprirent le dessus : il descendit et attacha ShaoLin à un rocher. Impossible pour un cheval de ne pas glisser sur ces pierres incurvées et dangereusement lisses. Lui-même dans ses rangers descendit avec une grande prudence. L’opération n’allait pas être simple.

Parvenu à sa hauteur, il s’accroupit pour voir son état. Pauvre Joo…visuellement, il n’avait rien, aucune fracture, rien, mais le choc avait dû être cérébral. Mon Dieu, et s’il était mort dans cette falaise… ? C’était dur pour Jae de ne pas y penser, mais il fallait qu’il ait ce courage de l’ausculter…par devoir militaire. Il prit son pouls avec en touchant ses poignets, évitant à tout prix de regarder son visage. Ses doigts tremblants trahissaient ses craintes. Le soldat voyait le berger déjà mort par accident, comme il a pu en voir lors de ses missions à la morgue de Dalis. Il soupira de soulagement avant d’esquisser un sourire d’un bonheur que peu en ont dans leur vie. Joo était en vie…bien, il ne fallait pas traîner. Il prit les membres du berger un à un, de sorte à lui faire prendre une position de premiers secours. Notre soldat débarrassa ses épaules de sac-à-dos et se pencha de plus près vers Joo.

- Joo…Byeong Joo…Byeong Joo…  fit-il avec douceur.

En vain. Jae savait quoi faire. Si la victime ne répondait pas à son nom trois fois, il fallait l’hydrater. Il sortit alors de son sac de l’eau, une serviette, et un verre. Il humidifia la serviette pour l’appliquer sur son front. C’était censé créer un choc thermique. Il le fit pour ses joues, son nez, ses lèvres…mais le berger ne réagissait pas. La deuxième option consistait à le faire boire. Pour cela, Jae lui ouvrit gentiment la bouche, comme on lui apprit, et lui porta un verre d’eau. S’il ne réagissait pas, il ne resterait plus qu’à attendre…et lever un camp ici.



Le camp fut mis au point en moins de dix minutes. ShaoLin n’avait pas bougé de son rocher. Le hongre continuait de brouter gaiement avec quelques moutons autour de lui. Une tente de secours avait été dressée, sa porte ouverte. C’est dedans que Jae avait allongé Joo. Notre soldat lui avait laissée les deux couvertures comme matelas et dessus de lit. Actuellement, il se donnait du mal à allumer le feu de ce soir.


lansan will be safe
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 20 ans
Emploi : apprenti éleveur à la propriété agricole familiale
Hee Byeong Joo

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Heureux de te revoir, moi non plus. [+18]   Ven 1 Juil - 0:01


Joo avait renoncé à bouger de là où il était, à tenter de se redresser, se remettre debout et à rentrer. Il avait tenté de le faire deux ou trois fois, avant de toujours ressentir la même fatigue et le même mal de tête. Son corps tout endolori ne souhaitait plus bouger. Alors il avait renoncé, fixant un moment le ciel bleu devenant légèrement orangé. Combien de temps arriverait-il à rester ainsi, sans perdre conscience? Il ne le savait pas trop. Il avait bien sentit qu'il avait un peu de sang en passant sa main sur sa tempe. Rien de grave. C'était ce qu'il s'efforçait de penser. Bizarrement, il repensa à Young Jae. Il était revenu à Lapanalda, et le berger ne pouvait que sentir la peine à avoir été si dur avec lui. Le voir devenu si fort physiquement, plus courageux et plus confiant avait ravivé les sentiments qu'il avait su taire pendant toutes ces années.

Il se remémora les moments passés avec lui durant l'enfance, à regarder ce même ciel, baigné de cette lumière annonçant l'arrivée prochaine de la nuit. Et puis soudainement, il se sentit avoir soif. Depuis combien de temps était-il là maintenant? Il n'avait assurément pas pu se remplir le ventre ayant chuté en pleine nuit. Donc depuis la veille il n'avait rien avalé. Et son corps le lui faisait savoir, sa gorge devenant sèche. Et ce fut sans doute la dernière chose à laquelle il pensa avant de tomber dans l'inconscience, son corps cherchant alors à diminuer la douleur, la fatigue et à oublier la sensation de soif et de faim. S'il restait là encore longtemps, il allait finir par être totalement déshydraté et tomber malade.

Le noir total. Combien de temps encore? Il sentit de l'eau dans sa gorge. Enfin. Il avait si soif. Il crut ouvrir les yeux. Ce qu'il revit alors fut cette tasse de thé venant du service à thé qu'on avait apporté le jour de son interrogatoire dans le bureau de Ji Sang. La tasse, il s'en souvenait lui brûlait les mains. Les questions et la stature impressionnante de l'officier donna de nouveau des sueurs froides à Byeong Joo. Dans son sommeil, il se trouva à être agité, les souvenirs les plus sombres lui revenant en plus de celui du chef des renseignements. Ses mains agrippées à la couverture il finit par se réveiller soudainement, respirant rapidement et lourdement, la sueur perlant sur son front. Progressivement, il se calma. Il regarda un peu autour de lui. Une tente? Il ne se souvenait pas d'en avoir monté une.

Et voilà qu'il repéra le haut d'un uniforme militaire. Paniqué, il bondit sur ses pieds et fuit hors de la tente, ne comprenant pas sur le coup pourquoi il se trouvait là, dans une tente de militaire, ce que ce dernier lui voulait, et surtout n'appréciant pas cette vue après les cauchemars qu'il venait de faire. Il tomba cependant dans l'herbe, n'ayant pas retrouvé toutes ses forces, gémissant sur le coup. Et voyant malgré tout le visage de Young Jae, il se sentit idiot.
- ... Y-... Young Jae?... Le bêlement des moutons, lui rappela où il se trouvait et pourquoi. Cependant, il n'arrivait pas à lâcher son meilleur ami des yeux.


Tu t'entremêles et tu reste enfermé, car tes songes te disent que tu es mieux ainsi. Et le monde t'inspire ce que tu redoutais, car les peines des plaisirs, tu aimes mieux éviter.by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 20 ans
Emploi : Soldat
Son Young Jae

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Heureux de te revoir, moi non plus. [+18]   Ven 1 Juil - 17:30

Après quelques minutes pénibles, ce feu a enfin pris ! Il crépitait à cinq mètres de la tente, diffusant une chaleur très agréable. Le froid commençait à tomber. Young Jae avait enfilé son écharpe kaki, mais il savait que dans peu de temps, elle lui serait d’aucune utilité. Notre soldat projetait de s’occuper de son cheval ; il n’allait tout de même pas le laisser dormir avec sa selle, son filet et ses protections. Mais un bruit de masse qui tombe le fit se tourner ; ShaoLin aussi avait braqué son regard sur le berger, quelque peu dérangé en pleine mastication. Jae eut un bref regard de frayeur.

- Byeong Joo !

Il se précipita vers lui, inquiet. Bon sang, pourquoi est-il sorti comme un diable de sa boîte ? Ca l’amuse de causer autant de souci pour tout le monde ? Il s’accroupit et jeta un bref regard sur le corps du berger. Il était probable qu’il se soit cassé quelque chose. Puis il le regarda, assez inquiet.

- Va te reposer, je m’occupe de tout. Si tu as besoin d’aide, appelle-moi, ne fais pas de gestes brusques pour le moment.

Sur ces mots, il le prit par les aisselles, le redressant d’une facilité étonnante, sans lui demander son avis. On ne jouait pas aux cartes à l’armée. Bien entendu, Jae avait beaucoup de choses à dire à Joo, mais pour le moment il avait besoin de le savoir en sécurité. Déjà, il était en forme, c’était une bonne chose. Il le raccompagna dans la tente, qu’il referma derrière eux. On y voyait assez clair grâce au feu qui crépitait sans discontinuer. Une chaleur se fit sentir ; le tissu de la tente était justement conçu pour garder la chaleur en cas de grand froid. S’asseyant à côté de lui, Jae retira écharpe, béret, et veste. Il déboutonna quelques boutons de sa chemise kaki, faisant assez bon à l’intérieur. Maintenant, place aux discussions. Il s’éclaircit la voix, et le regarda avec sérieux.

- Tes parents s’inquiètent, tu devais revenir ce matin apparemment. Ils ont demandés de l’aide, alors je suis allé te chercher. Il fait nuit, alors restons ici en attendant le lendemain matin.

Partir le soir serait de la folie. Impossible de se repérer et la montagne était d’autant plus dangereuse. Le berger ne pourrait pas le contredire. Baissant les yeux, il pensa que ça faisait longtemps qu’ils n’avaient plus eu un moment d’intimité comme celui-là. Cela remontait à une éternité. Un moment rien que tous les deux, loin des autres et des normes traditionnelles…des instants où ils pouvaient s’enlacer, s’embrasser autant qu’ils le voulaient, et personne ne pouvaient les interrompre. Personne ne pouvaient empêcher leur amour s’exprimer librement. Jae se surpris dans un instant nostalgique quand son amour d’antant reprit la parole.


lansan will be safe
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 20 ans
Emploi : apprenti éleveur à la propriété agricole familiale
Hee Byeong Joo

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Heureux de te revoir, moi non plus. [+18]   Ven 1 Juil - 18:48


Byeong Joo se sentait encore faible physiquement, mais étrangement, son corps avait trouvé la force nécessaire de le faire sortir de la tente à toute vitesse. Il n'était jamais bon de mettre un uniforme militaire sous ses yeux à peine sortait-il d'un de ses mauvais rêves. Mais évidemment, en voyant à qui appartenait l'uniforme, Byeong Joo se sentit vraiment bête d'avoir eu une telle réaction. Il fixait d'ailleurs son meilleur ami se demandant s'il ne rêvait pas, mais la douleur dans son épaule lui fit bien comprendre qu'il ne rêvait plus et qu'il était bel et bien réveillé. Remit debout par Young Jae, le berger aperçu le cheval, avant de reprendre son attention sur son ami, puis de baisser les yeux, n'aimant pas le savoir inquiet.
- ... Désolé... ce fut la seule chose qu'il trouva à dire suite aux conseils de son ami. Il faisait nuit. Et il savait très bien que Jae n'était pas le seul à se faire du soucis. Il se laissa raccompagner vers la tente et y installer. Si seulement Jae n'avait pas mis son uniforme. Il ne l'aimait vraiment pas. D'ailleurs il faisait de son mieux pour ne pas trop porter son attention dessus.

Byeong Joo écouta Young Jae. Il baissa encore un peu les yeux. Jae disait des paroles justes, il ne pouvait pas le contredire. La nuit était là, descendre de la montagne à une heure pareille était du suicide. Mais il ne supportait vraiment pas tout ce vert, cet ambiance d'armée. Cela ne faisait que lui miner le moral. Alors il se rapprocha de l'entrée de la tente, l'ouvrit et resta là, fixant le ciel, se sentant déjà mieux.
- ... Désolé. Je ne voulais pas inquiéter tout le monde. J'avais aussi prévu de rentrer ce matin. Il poussa un léger soupir. Il y a des barbelés là bas, pas loin de là où je suis tombé. Un des moutons s'y était pris la patte hier soir. J'ai fait de mon mieux pour le calmer et le libérer. Déjà hier soir, c'était glissant. J'ai perdu l'équilibre, à peine avais-je tiré l'animal de là.

Il laissa un silence. Il devait tourner le dos à Young Jae aussi. Mais il n'avait pas envie de se trouver de nouveau enfermer dans la tente, à se sentir comme à l'armée. Ce n'était pas contre son meilleur ami, il était juste trop sensible à ce genre de chose. Il vit le cheval et il sourit.
- ... Young Jae qui monte à cheval... Toi qui avait peur des chevaux des mes parents quand on était petit, te voilà maintenant capable de les monter. Il s'installa mieux, de façon à pouvoir regarder de nouveau Young Jae.
- Tu as vraiment changé... En bien... Il eut un petit sourire, son regard se tournant de nouveau vers l'extérieur. Il était heureux quelque part que Jae ait réussi à surmonter ses peurs et à grandir. Joo se sentait encore trop envahit par les siennes, et même pire. Totalement incapable de les combattre. Pour ça, il enviait un peu son meilleur ami.


Tu t'entremêles et tu reste enfermé, car tes songes te disent que tu es mieux ainsi. Et le monde t'inspire ce que tu redoutais, car les peines des plaisirs, tu aimes mieux éviter.by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 20 ans
Emploi : Soldat
Son Young Jae

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Heureux de te revoir, moi non plus. [+18]   Dim 3 Juil - 17:38

Jae le regarda avec attention, écoutant ses explications. Qu’il ne s’avise pas à sortir de cette tente, le soldat le ramènerait illico. Alors ceci expliquait cela…toute cette inquiétude à cause d’une pauvre bête. Jae ne trouva rien à redire, se contentant d’acquiescer de la tête, à moitié allongé sur le côté, s’appuyant d’un coude, la chemise kaki complètement ouverte, laissant voir son débardeur blanc-gris et une musculature très développée. Il l’observa silencieusement, le trouvant magnifique à la lueur du feu et des étoiles au-dessus de leurs têtes. Une beauté innocente. Mais il avait remarqué que son meilleur ami était tendu.

Il rigola à sa remarque. C’est vrai, il avait très peur des chevaux des Hee qui avaient tant économisés pour se les offrir. Ils lui paraissaient grands et immenses, capables de l’écraser s’ils le voulaient…mais à l’armée, le dépassement de soi était de chaque instant. Mais c’était surtout que passer pour une tapette aux yeux des camarades était inimaginable dans ce milieu-là. C’était rigide et déstabilisant, mais c’est comme ça qu’il a dépassé ses craintes et apprit à dominer ces animaux pour pouvoir aujourd’hui les manipuler à sa guise. Joo n’avait encore rien vu de ses capacités de cavalier.

Il en profita pour se rapprocher à son compliment, arborant un beau sourire. Il s’assit juste à côté de lui. C’était très différent de ce qu’il lui a dit hier, mais ça restait flatteur. Pour son cœur amoureux, c’était amplement suffisant.

- Toi aussi tu as changé, Byeong Joo…tu es devenu un bel homme, fit-il en regardant brièvement son torse. Et un berger prêt à risquer sa vie pour ses bêtes.

Petit sourire amusé. Oh non, il ne passait pas par quatre chemins. Il regarda le ciel à son tour, puis le feu. Jae était si près de Joo, près de ce feu. Des souvenirs lui revinrent, et il eut envie de les lui partager.

- Tu te souviens, quand je te cherchais au début dans les montagnes, en fin d’après-midi ? Je me perdais tout le temps, au final c’est toi qui me retrouvais. On campait la nuit…

Et là, un flot de petits récits. Il lui sortit quelques anecdotes comme ça pour le décontracter. Ça lui plaisait de savoir qu’ils pouvaient rire comme autrefois, qu’ils partageaient encore beaucoup de choses. L’écoutant, il rit aussi de ce que pouvait raconter son berger à propos d’eux. Qu’est-ce qu’il est quand il rit, se disait le soldat. Une ambiance de joyeux campeurs autour du feu s’établit. Pendant que son meilleur ami finissait sa phrase, Jae en profita pour prendre sa main dans la sienne, croisant ses doigts avec les siens. Un geste doux et intime pour nuancer cette ambiance. Il baissa un peu les yeux sur le feu avant de reprendre la parole, un ton plus bas.

- Et tu te souviens, quand on allait dans le grenier de tes parents ?

Il tourna la tête vers lui, tenant à voir sa réaction. Seul Joo pouvait savoir ce qu’ils pouvaient trafiquer dans ce grenier. Petits, ils ne s’y rendaient pas, préférant les espaces verts de la campagne pour partir en exploration. Ils l’ont fréquenté régulièrement qu’à l’adolescence, quand leur histoire a commencé. Là-haut, personne ne s’y rendait à par eux. C’était leur jardin secret. C’était qu’ils avaient appris à s’embrasser, et d’autres choses. Joo ne devait que comprendre cette allusion. Jae ne pouvait qu’en parler avec chaleur et nostalgie.

- On était si bien…on n’était que tous les deux, il n’y avait aucune chance que quelqu’un vienne…

Mais les paroles du berger lui revinrent en mémoire. Ses mauvaises excuses, le fait qu’il ne puisse pas les protéger…Joo avait tort. Jae en était intimement persuadé. Il sentait qu’il avait ces deux-trois petites choses à régler pour apaiser l’élu de son cœur. Il continua, maintenant son regard. Non, il ne lâchait pas sa main.

- J’ai fui parce que j’avais peur pour nous, mais j’ai fini par comprendre que c’était idiot. Avant, oui on pouvait risquer gros. Mais maintenant, je peux nous protéger. Dans quelques temps, j’aurai assez de fonction pour faire la loi, et nous pourrons vivre normalement sans nous soucier des services de renseignement puisque je serai au-dessus d’eux.

Il y croyait dur comme ferme. Monter dans la hiérarchie, et prendre un haut poste. Pouvoir avoir des privilèges et une vie privée obscure. Après quatre ans de méditation sur ses projets professionnels et personnels, c’était ainsi qu’il envisageait les choses. Etre venu à Lapanalda avait simplement rajouté Byeong Joo dans la vision de sa vie future. Ils avaient besoin de parler de ça. Parler de leur couple à un moment ou à un autre était inévitable.

- Il faut que je parle à ton père.

Monsieur Hee allait poser un gros problème à l’avenir. Jae le lui avait dit sur un ton grave et c’était effectivement le plus adéquat. Il fallait absolument qu’il prévienne M.Hee, ne serait-ce que de sa mission à Lapanalda. Il avait dû le remarquer, mais un batillon s’était rajouté à la caserne du village. Ce n’était pas pour rien. Les circonstances étaient graves. A la fin du mois, on comptait arrêter une vingtaine de rebelles. Sauver son père était une urgence. Il fallait que le soldat s'entretienne avec lui. Peut-être parlera-t-il de la relation entre son fils et lui...Jae se sentait pousser des ailes depuis son dernier grade.


lansan will be safe
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 20 ans
Emploi : apprenti éleveur à la propriété agricole familiale
Hee Byeong Joo

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Heureux de te revoir, moi non plus. [+18]   Mar 12 Juil - 20:23


Il resta assis là, dans l'entrée de la tente. Il se sentait moins oppressé, comme si tout cette couleur verte pouvait l'étouffer. Ceci étant, son meilleur ami s'approcha de lui, alors qu'il venait de lui donner des explications et... un compliment ? Byeong Joo ne pouvait pas nier qu'il ressentait encore quelque chose pour Young Jae. Tout ce qu'il ne pouvait pas accepter, c'était de l'embarquer dans ses mésaventure. Ji Sang n'était pas du tout un danger surmontable même pour un militaire. Joo l'avait vu de ses yeux : n'importe qui craignait celui qui venait d'avoir la promotion de conseiller. Et Joo savait que son nom était dans la liste des gens à surveiller, avec celui de son père évidemment, mais pas pour les mêmes raisons.

Plus que de ne plus recevoir de nouvelle de Jae, ce qui lui faisait bien plus mal était de devoir renier des sentiments extrêmement fort, simplement pour leur protection à tous les deux. Cependant, Joo se sentit flatté par les compliments de son ami. Il en eu un sourire un peu gêné. Son regard avait cessé de regarder dehors, et se perdait dans la contemplation de Jae. Le berger se souvenait lui aussi de ce que lui remémorait le militaire. Il eut un léger sourire amusé.
- - Parfois, je te trouvais en pleurs ou en colère parce que tu t'étais fait du soucis à ne pas me trouver... Mais au final, on se sentait bien là haut, seuls, juste avec les bêtes. Il se souvenait même des endroits favoris où ils allaient en montagne tous les deux, de l'amour de Jae pour les agneaux, leurs bêtises,... Lui aussi en racontait des bouts. Il finit par même en pousser un soupir.

Il ne s'attendit pas à ce que la main de Jae vienne prendre la sienne. Son coeur s'était mis à battre un peu plus fort sans qu'il ne le veuille vraiment. Joo avait relevé les yeux vers son ami, qui parlait déjà du grenier chez lui. Joo en perdit la parole. Parce que c'était des souvenirs précieux pour lui et qu'il n'avait pas besoin de les énumérer sachant très bien, en regardant Jae, que le militaire y faisait déjà référence. Le silence fut assez long, alors que Joo ne faisait que regarder le militaire. Il finit par rompre le contact visuel, quelque peu embarrassé.
- ... Il y a des jours où j'aimerai remonter le temps juste pour pouvoir revivre tout ça. La faute à ses angoisses. Ces foutues angoisses. Joo était un garçon qui savait rester positif. Mais il arrivait trop souvent que ses angoisses dévorent complètement son optimisme et ne prennent vraiment le dessus. Il aurait aimé pouvoir lâcher la main de Jae, mais celle-ci s'agrippait fermement à la sienne.

Byeong Joo n'osait plus vraiment regarder Jae. Ce dernier s'était même mis à lui donner de véritables explications, précisant qu'il pouvait les protéger maintenant Byeong Joo se crispa de nouveau. Jae avait poursuivi, disant qu'il n'avait qu'à grimper les échelons et se placer au dessus des services de renseignements pour que ce soit faisable. Et il avait conclu en disant qu'il fallait qu'il parle au père de Joo. Instinctivement il avait serré plus fort la main de Jae. Quelque part, il avait envie de croire en Jae, de croire qu'il pourrait prendre les devants. Ceci dit, l'ombre de Ji Sang le hantait toujours. - Tu crois vraiment que tu arriverais à faire ça ?... Pourtant... Oh Ji Sang... Le conseiller du dictateur aujourd'hui est l'ancien directeur du service des renseignements... Tu crois vraiment que tu arriveras à faire ce que tu dis ?

Maintenant c'était à lui de faire ses confessions, de lui donner des explications. Il avait bien plus peur à présent que toute sa malchance retombe sur Jae, que de le voir partir.
- ... J'ai tout essayé, tu sais... T'oublier, renier mes sentiments, renier ce que disait mon cœur pour n'obéir qu'à ma raison, n'être qu'avec des filles, séduire des filles, tenter de les aimer... J'aurais pu aller jusqu'à me fiancer si j'en avais eu la force. Malgré tout, Oh Ji Sang avait déjà deviné. Plusieurs fois j'ai eu l'ordre d'aller aux services pour un entretien privé avec lui. J'ai toujours nié. Mais je savais qu'il savait. La seule chose que je ne saurais jamais c'est si je mourrais pour aimer un garçon, ou si Ji Sang me garderait en vie et m'userait juste pour sa curiosité personnelle. Ou les deux...

Son regard, légèrement mouillé à présent, se tourna vers son ami. C'était maintenant comme s'il le suppliait de ne pas faire ce qu'il venait de dire.
- Parle pas de ça à mon père... Parle pas non plus de nous... Mon père doit connaître la réputation d'Oh Ji Sang du fait d'être parmi les rebelles. Si... Si tu parles de nous... Il vaut mieux que t'en parle pas. Jamais. Et Ji Sang... Ne le sous-estime pas, Jae. Il est loin d'être quelqu'un que l'on devrait prendre à la légère... Crois-moi. Surtout maintenant qu'il est conseiller.


Tu t'entremêles et tu reste enfermé, car tes songes te disent que tu es mieux ainsi. Et le monde t'inspire ce que tu redoutais, car les peines des plaisirs, tu aimes mieux éviter.by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 20 ans
Emploi : Soldat
Son Young Jae

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Heureux de te revoir, moi non plus. [+18]   Mer 13 Juil - 18:29

Quelle plaisir de voir Joo se perdre avec lui dans leurs souvenirs d’enfance. C’était vraiment une agréable soirée. L’accident de Joo avait de bons côtés. N’être que tous les deux, loin de tout et des regards, près d’un feu, sous une tente, là-haut, près des bêtes, dans une conversation des plus charmantes…comme lorsqu’ils campaient quand ils étaient plus jeune. Mais en plus mature. Joo ravissait le soldat ; le berger ne le quittait plus des yeux. L’avoir sous son charme était un bonheur immense. Jae ne quittait pas son berger des yeux quand celui-ci rompit leur échange visuel. Oh, il venait de lui dire qu’il regrettait ce temps-là…il lui réchauffait le cœur. Ému, son regard scintillait, transporté par une joie sourde. « Moi aussi je veux les revivre. J’aimerais même les vivre maintenant, Joo » pensa-t-il, mais cela ne franchit pas ses lèvres.

Ce fut le moment des explications. Jae ne s’attendait pas à celles de Joo. Toutes ses pulsions amoureuses retombèrent brutalement. Au début, il s’était simplement contenté de froncer les sourcils, lui répondant en toute logique.

- Ben oui. Mais pourquoi tu me parles d’Oh Ji Sang ?  

Il ne comprenait pas pourquoi son meilleur ami d’enfance parlait d’un haut militaire. Et puis, comment le connaissait-il ? D’où cet intérêt pour les hauts militaires alors qu’il en a une peur bleue ? Ça ne sentait pas bon. La peur animait son berger, la transmettant au soldat. Son attention augmenta d’un cran.

Jae fut d’un coup submergé d’un flot d’informations. Joo aux services de renseignement, Oh Ji Sang, lui avec des filles…notre soldat gardait une apparence impassible pour qu’il reste en confiance pour parler, mais à l’intérieur c’était l’effusion. Colère, jalousie, choc et effroi de l’imaginer dans un interrogatoire, seuls ses yeux étaient animés de tout ça. La vue de ses larmes lui fit mal. Il lui fendait le cœur. Il comprenait son inquiétude maintenant qu’il lui avait avoué tout ça…bordel, comment tout ça a pu arriver alors qu’il était loin de lui. Tout ça lui tomber sur la tête, autant de choses qu’il n’aurait imaginé.

- Joo… en regardant le sol, réalisant bien des choses. …c’est pour ça que tu as cherché à me fuir. Il lève les yeux sur lui. Mais j’étais déjà parti quand c’est arrivé…comment il a su pour nous deux ? Tu as eu des aventures avec d’autres garçons du village ? Et avec qui ?

C’était dur de lui poser cette question, mais il avait besoin de comprendre. Il avait enchaîné ses questions comme il le faisait dans un interrogatoire. Jae ne voyait que ça. Il a fricoté avec un autre, ils ont été vus, et seul Joo a été convoqué…bon sang, un autre mec. Rien que d’y penser, il en avait la rage. Il savait se contenir, mais sa jalousie était palpable. Mais il ne pouvait s’en prendre qu’à lui…à trop attendre, c’était forcé que Joo aille trouver l’amour d’un autre ailleurs. Passons à autre chose. Il soupira, regardant brièvement les étoiles, puis lui avec sérieux.

- Ton père a besoin de savoir. Je ne dirai rien sur nous, mais il doit savoir pour tes convocations chez le conseiller du Dictateur. Même si je n’approuve pas ce qu’il fait, il doit te protéger. Et moi aussi. Je te promets de faire mon possible pour t’éviter les ennuis.

Quelle situation…dire que la soirée avait été si agréable. Il avait lâché sa main. Jae commença à se lever. Le feu et le cheval n’attendraient pas plus longtemps. Il avait aussi besoin de digérer ça. Byeong Joo dans le collimateur d’un haut militaire...quel cauchemar.

- Alors si je comprends bien, nous deux c’est fini pour  t’éviter la prison, c'est ça que tu essaies de me dire à demi-mot ? Ne te fatigue. Je comprends.

Il était à présent debout. Il ne le regardait, complètement dépité et déçu. Ne plus jamais toucher Joo, ne plus jamais le prendre dans ses bras, ne plus jamais l’embrasser, ne plus le charmer comme il l’avait fait ce soir…même s’il lui disait qu’il le comprenait, sa tristesse s’entendait. Revenir et reprendre leur histoire là où ils l'avaient laissée, c'était un vieux rêve qu'il traînait depuis toutes ces années à l'armée. Un rêve qui partait en fumée. Le regard bas, il commença à marcher vers le feu. Tant pis pour sa veste.


lansan will be safe
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 20 ans
Emploi : apprenti éleveur à la propriété agricole familiale
Hee Byeong Joo

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Heureux de te revoir, moi non plus. [+18]   Sam 16 Juil - 1:39


Byeong Joo avait donc fini par révéler la source de tous ses tourments et tumultes dans sa tête. Il mentirait s'il disait qu'il n'était pas heureux de voir Young Jae de nouveau à Lapanalda. Au contraire. Il pourrai même se lancer à l'exprimer s'il le pouvait. Mais le retour de son meilleur ami avait réveillé des doutes et toutes ses angoisses qui pesaient si lourdement sur ses épaules au point qu'il avait encore du mal à dormir la nuit. Il se sentait injuste et nul à agir ainsi avec Young Jae. Il devrait se jeter dans ses bras, mais non, à la place, il lui explique tout. Son coeur se serre. Il donnerait vraiment n'importe quoi pour chasser tout ça et être pleinement heureux avec Young Jae.

Comment Ji Sang a sut ? Si seulement Joo en avait lui-même la réponse.
- Je ne sais pas comment il l'a sut... Je...Il n'en croyait pas vraiment ses oreilles... Jae venait de supposer qu'il s'était fourré avec d'autres garçons... Le coup lui fit assez mal. Jae pouvait lui reprocher certes d'avoir été avec des filles à qui il avait même finit par briser le coeur - il venait de le lui dire après tout - mais pas avec des garçons !

Joo serra les poings. Il n'eut pas la force de parler de suite, trop surpris par ce mouvement de jalousie soudain. Son père n'avait pas besoin de savoir pour ses convocations. Pourquoi Jae voulait absolument tout raconter à son père ? Il ne dit pas un mot cependant contenant quelque peu son agacement à ce sujet. Les dernières paroles le laissèrent sans voix également. Et à en croire l'expiration et l'inspiration qu'il dut prendre lorsque Jae fut dehors, elle lui avait comme coupé le souffle. Il sortit de la tente ayant très mal. Il commençait déjà à parler fort.

- Sais-tu ce que j'ai ressenti quand tu es parti sans prévenir ? J'ai cru que je t'avais dégoûté ! Et malgré les lettres, j'ai bien compris que tu prenais tes distances ! Pourquoi ? Jamais jusqu'à aujourd'hui je ne l'ai su, alors j'ai pensé... j'ai pensé que c'était moi le problème ! Et le fait que je sois un garçon !

Il dut reprendre son souffle pour pouvoir poursuivre. Je ne me suis pas senti normal, comme une erreur, un bug dans le système, alors j'ai fait ce que j'ai pu pour cacher ça, garder secret le fait que j'aime un garçon, non pas en sortant avec des garçons mais en cherchant à être avec des filles ! Malgré ça, ça n'a pas marché, parce que le garçon que j'aime n'était pas là certes mais trop présent dans ma tête et qu'il me manquait ! Que Ji Sang l'ait deviné, je ne sais pas comment il a pu le faire, ce type a plus d'un tour dans son sac et des "oreilles" partout... Et quelque part, Joo a longtemps pensé que Ji Sang avait remarqué qu'il n'ait jamais été avec des filles ou même montré de véritable intérêt pour les demoiselles. Il tenta de se calmer un tant soit peu histoire de pouvoir continuer à dire ce qu'il voulait dire, par rapport à ce que Jae venait d'expliquer.

- Comment peux-tu penser avec tout ça que je suis en train de dire que c'est fini ? J'ai juste peur ! Affreusement peur ! Peur qu'avec tout ça, ça te retombe dessus et que je te perde à nouveau ! C'est si dur à comprendre ?! Je donnerai n'importe quoi pour être débarrassé de tout ça, pouvoir être en paix à nouveau et peut-être aussi avec toi !

Il regardait Jae sans s'en lasser. Il hurlerait bien un je t'aime mais et s'ils n'étaient pas seuls ? Même là il avait peur de penser que quelqu'un pouvait les entendre ou les voir même de loin... Ça en devenait vraiment maladif...


Tu t'entremêles et tu reste enfermé, car tes songes te disent que tu es mieux ainsi. Et le monde t'inspire ce que tu redoutais, car les peines des plaisirs, tu aimes mieux éviter.by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 20 ans
Emploi : Soldat
Son Young Jae

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Heureux de te revoir, moi non plus. [+18]   Sam 16 Juil - 19:09

Notre soldat n’est pas allé bien loin. A deux pas de la tente, il s’était retourné, surpris qu’il l’ait suivi…et de se faire parler comme ça par son berger. Lui qui est si calme et timide, Jae était toujours abasourdi quand il lui prenait de l’ouvrir. Mais s’il s’attendait à ça…lui pensait clore la conversation. Qu’ils redeviendraient simplement amis…ce que lui dit Joo lui laissa sans voix, et un peu choqué. Partir par dégoût de lui ? Comment a-t-il pu penser ça ? Ses lèvres étaient tellement addictives dans ses souvenirs, il ne le comprenait pas. Ce qu’il le choqua, c’était les tourments identitaires de son meilleur ami d’enfance…ne pas se sentir normal par des actes de jeunesse, c’était impensable dans l’esprit de Jae. C’était peut-être étonnant, mais lui ne s’est jamais senti anormal pour des déviances sexuelles : dans sa tête, c’était juste des petits dérapages de jeunesse. Il en avait entendues des belles à l’armée, entre ceux qui s’étaient dépucellés à 11 ans et ceux qui se masturbaient en groupe pour le fun…vérités ou mensonges, Jae ne s’est senti aucunement honteux à côté de ces dalleux –affabulateurs- pour ses bisous avec son meilleur ami. Même s’il ne s’est jamais étalé sur la question face à eux, aimer son meilleur ami d’enfance ne l’avait pas empêché de se faire des amis et ça lui suffisait. Il avait mal pour Joo, resté au milieu des villageois, qu’il ait si mal vécu les choses après les avoir faites…à cause de lui. Il le regardait avec peine.

- Joo… avec douceur.

Il s’était avancé d’un pas vers lui. Qu’il était idiot d’avoir pensé qu’il avait été avec d’autres mecs. Comment a-t-il pu lui dire ça…ça le touchait de savoir qu’il l’avait toujours aimé et qu’il lui avait manqué. Etre toujours dans sa tête…mais ça le blessait de se savoir le responsable de son état. Son instinct avait senti que quelque chose ne tournait pas rond chez Joo : être en colère et lui en valoir était une chose, mais il sentait une légère paranoïa vis-à-vis de Oh. Il n’eut pas le temps d’pprofondir que Joo lui cria à nouveau sa stupidité…de croire que tout est fini. Avait-il bien entendu ?! Ses pupilles s’arrondirent de nouveau à ça. Peur…alors, il avait juste peur… ? Oh, mais il ne devrait pas…

- Joo…alors on est toujours ensemble ? Pour de vrai...? Tu me donnes une nouvelle chance ?

Il était tout sourire, à demi-voix. Il n'en revenait pas. Il se rapprocha encore de lui, et il le prit par la taille. Etre si près…cela faisait très longtemps. Jae comprit que le feu était vert. En tout cas, c’était clair pour Jae : Joo se faisait beaucoup trop de mouron sur les services de renseignement, et il avait besoin d’être rassuré. Plongeant son regard en lui avec des yeux amoureux, il reprit d’une voix douce.

- Je suis désolé, je n’aurais pas dû te dire ça…je regrette tellement d’avoir tardé à revenir, c’est ma faute si tout ça est arrivé. Je comprends que tu aies peur, mais calme-toi. Comme je te l’ai dit, je vais nous protéger, on fera juste plus attention…tu sais, comme on faisait, avant. En posant une main dans le cou de son interlocuteur. On aurait pu se faire prendre à plusieurs reprises, toi et moi. Ce n’est pas arrivé. Si on fait comme avant, tout se passera bien, tu verras. Fais-moi confiance.

Sa voix s’était faite plus rêveuse sur la fin. Oui, il y croyait. Maintenant que Joo l’a rassuré sur leur situation, Jae continuait à croire en ses rêves avec lui. Qu’Oh Ji Sang soit le conseiller ou pas, rien n’y changeait pour Jae ; au contraire, Oh a donc plus de responsabilités, donc moins de temps à perdre avec un petit paysan. Il connaît la réputation du directeur des services de renseignement, il connaît leur fonctionnement, et il connaît vraiment quelques astuces pour passer outre. Toutefois, ses connaissances étaient objectivement insuffisantes pour préserver une telle relation. Il n’avait pas pleinement conscience qu’il prenait des risques. Joo devait le voir. Amoureux, il perd de son bon sens. Un travers qu’il a conservé malgré ces années de séparation.

Et alors que le berger s’était mis à lui répondre, le soldat l’écouta d’une oreille. Hélas, Joo pouvait lui raconter n'import quoi, à ce moment-là Jae était en pleine contemplation de son visage, complètement ailleurs…un ailleurs qu’il s’imaginait avec lui. Pendant que son meilleur ami parlait, il en profita pour approcher son visage du sien en douceur…jusqu’à poser ses lèvres sur les siennes. Un ange passa. Sans violence, ses lèvres se murent pour solliciter celles de son tendre berger. Sa main glissa doucement de sa joue à son épaule jusqu’à son dos ; moment magique que Jae attendait depuis une éternité. Il le prolongerait volontiers si Joo le lui permettait.


lansan will be safe
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 20 ans
Emploi : apprenti éleveur à la propriété agricole familiale
Hee Byeong Joo

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Heureux de te revoir, moi non plus. [+18]   Lun 18 Juil - 20:36


Byeong Joo avait laissé parler son cœur. Entendre Jae lui dire si facilement que c'était la fin entre eux, lui avait fait un tel choc. Plus encore que de l'entendre supposer avoir été avec d'autres garçons. Être attiré par les hommes était quelque chose que Joo avait encore aujourd'hui du mal à accepter lui-même, surtout depuis le départ de Jae, l'engagement de son père dans la rébellion et l'intérêt de Ji Sang pour sa personne. C'en devenait pesant, et pourtant il se souvenait très bien de son insouciance lorsqu'ils étaient jeunes et avaient appris à se connaître dans le grenier.

Il avait tout exprimé et n'attendait plus qu'une réaction de la part de Jae. Ceci dit, lorsque Jae lui demanda s'il lui donnait une nouvelle chance, le jeune berger se sentit d'un coup extrêmement gêné. Faisait-il exprès de ne pas comprendre ? A se sentir soudainement si près du militaire, qui le tenait par la taille, Joo sentit son cœur battre doucement. Il ne le quittait pas des yeux cependant, espérant que malgré son silence actuel, Jae comprenne. Il avait toujours au fond de lui espéré son retour, espéré pouvoir être avec lui de nouveau.

Byeong Joo écouta Jae s'excuser de nouveau. Mais la suite ne rassura qu'à moitié Joo, malgré la voix douce de Jae. Cela lui fit même plaisir de l'entendre dire qu'il le protégerait. Cependant, ses paroles laissant entendre qu'il pourrait faire face au service de renseignements, Joo avait du mal à le croire. Alors il se lança dans une tirade, d'une voix légèrement tremblante :
- Faire comme avant ? Comment peux-tu croire qu'on puisse encore faire comme avant ? Et si j'étais sous surveillance hein ? Tu ne dois pas avoir déjà été en contact avec Oh Ji Sang pour dire des choses pareilles ! Même si ce n'est plus lui qui est à la tête des services, on est tous plus ou moins au courant de la réputation du nouveau patron aussi ! Et quand on connaît Oh Ji Sang, crois-moi qu'on ne-

Les lèvres de Jae le firent taire. Il en écarquilla les yeux sous la surprise. Sans qu'il ne s'en rende compte, Jae s'était rapproché de lui, finissant par pouvoir lui voler un baiser. Son cœur avait même fait un bond dans sa poitrine sur le coup. L'esprit de Joo se focalisa alors totalement sur ce contact soudain. Il était si doux... Comme avant. Il en eut de léger frissons... Voilà quelque chose qu'il n'avait pas eu droit depuis tellement longtemps. Et la sensation en fut trop agréable, si bien qu'il se laissa aller.

Sa main agrippant doucement la chemise de Jae, il ferma les yeux et répondit au baiser donné, ses lèvres savourant celles qu'elles ont longtemps convoitées.


Tu t'entremêles et tu reste enfermé, car tes songes te disent que tu es mieux ainsi. Et le monde t'inspire ce que tu redoutais, car les peines des plaisirs, tu aimes mieux éviter.by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 20 ans
Emploi : Soldat
Son Young Jae

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Heureux de te revoir, moi non plus. [+18]   Mar 19 Juil - 16:05

Douce soirée. Jae n’avait attendu que ça. Qu’ils se rapprochent. Qu’ils se serrent. Qu’ils se touchent. Sans pudeur. Lèvres contre lèvres, le cœur du jeune soldat s’emballait allégrement. Joie quand il sentit son tendre berger partageait avec lui cet échange. Comme il le faisait avant, Jae mouvait amoureusement ses lèvres contre les siennes, sans langue. Il affectionnait particulièrement ces baisers sans pénétration –juste de la tendresse- et de concentrer tout son amour dans un baiser délicat et chaste. Rien que ça lui donnait des frissons d’excitation. Rien que ça lui faisait oublier le froid glacial des montagnes de Leto. Ce baiser dura un long moment de quelques minutes avant de l’approfondir avec la langue. Il savait que Joo adorait ça. Comme avant, il laissa son meilleur ami le pénétrer. Jae n’était pas le plus friand des deux, aussi il continue de laisser Joo l’introduire dans ce plaisir-là. Plusieurs minutes s’écoulèrent à nouveau. La langue en plus, l’échange était parfois plus énergique, parfois plus lent. Ils avaient découvert ça adolescents ; Jae trouvait cela magique de le vivre en étant adulte.

Au bout d’une vingtaine de minutes, c’est Jae qui brisa lentement leur échange, le souffle court. Il soufflait pour deux raisons : l’ardeur du baiser, et l’excitation provoqué par celui-ci. Dès les premiers mouvements labiaux, son membre s’était durci et dressé. Aussi lointains que remontent leurs premiers baisers, Jae se souvient que Joo lui faisait parfois cet effet, mais pas aussi rapidement…ciel, s’il avait eu un rapprochement avait un autre que Joo à ce moment-là, froid montagnard ou pas, il l’aurait sauté sans état d’âme à même le sol. Aaah, la misère sexuelle à l’armée, c’était bien connu. Jae n’en était pas surpris. Il resta serré contre lui, le front contre le sien, partageant son souffle, souffle qui devint buée ; le vent lui glaçait le dos. Quelle idée de laisser sa veste à l’intérieur, le vent traversait le maigre tissu, lui donnant cette horrible sensation de dos nu. Suffisant pour calmer ses ardeurs, mais pas assez pour les mater. Bon sang, il ne veut pas que ça parte en quelque chose de sexuelle avec Joo. Même s’il en avait entendu des choses peu catholiques sur les « pédés », dans sa tête, ça reste impossible de faire l’amour à un homme…parce qu’il n’y a pas de vagin chez un homme. A part s’embrasser, il ne voyait pas comment épancher des pulsions sexuelles avec un homme.

- Désolé, j’ai trop froid…

Il avait une petite voix. Il ne devait pas plus effrayer Joo. Son meilleur ami d’enfance a dû le sentir, c’était obligé. Contrairement à lui, Joo était plus prude là-dessus, il le savait. Avalant sa salive, il le lâcha complètement, et le contourna, s’accroupissant pour écarter les pans de la tente et attraper sa veste. Veste kaki par-dessus la chemise kaki, il se hâta de boucler le tout, engonçant ses mains dans ses poches. Enfin, chaleur et réconfort. L’envie se fit plus ardente. Il le regarda, un peu hésitant avec ce qu’il vient de se produire.

- Rentre…non, reste près du feu. Je reviens, je n’en ai pas pour longtemps.

Sur ces mots, il lui tourna les talons. Il soupira en dépassant le feu. Il commença à s’enfoncer dans la pénombre. Ça lui plaisait pas de laisser Joo tout seul avec les bêtes, mais pour se déculpabiliser il se disait qu’il ne craignait rien. S’il avait un problème pendant son absence, les animaux avaient le temps de le prévenir et anticiper, il avait son famas posé près de son sac-à-dos…non, il ne craignait rien. Ce n’était pas cool de s’absenter comme ça sans explication. Joo comprendrait, pensait-il. Il fallait qu’il laisse son ami tranquille pendant quelques instants, le temps…de se soulager. Comment lui dire ça ? Même s’ils étaient proches, Jae ne se sentait pas mieux que ces chacals qu’il côtoyait à l’armée, prêts à sauter sur x plans cul, vis-à-vis de Joo. Le soldat voulait rester décent face à son meilleur d’enfance qu’il plaçait sur un piédestal. Aussi, il était résolu à évacuer ses chaleurs tout seul, sans être suivi.


lansan will be safe
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 20 ans
Emploi : apprenti éleveur à la propriété agricole familiale
Hee Byeong Joo

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Heureux de te revoir, moi non plus. [+18]   Sam 30 Juil - 1:53


Ce baiser était vraiment inattendu. Byeong Joo n'avait pas vraiment imaginé qu'il puisse pouvoir embrasser Jae aussi vite, aussi tôt, à peine retrouvé. Le contact des lèvres de Jae contre les siennes. Il avait l'impression de le redécouvrir, et d'en ressentir pour la première fois les sensations qu'il provoquait sur sa personne. Les doutes, les interrogations, les pensées négatives, tout s'envola juste par ce baiser. Baiser auquel il n'avait pas non plus pu résister et auquel il avait répondu. Se tenant tout proche de Jae, il se rapprocha encore, la main glissant sur le cou du militaire. Joo chercha à l'embrasser encore et plus chaudement, sa langue allant rejoindre sa partenaire, la caressant en douceur. Il savait que Jae n'était pas particulièrement fan de cette pratique, aussi à chaque fois qu'il le faisait, il y mettait de la douceur et de la sensualité. Bien sûr durant l'échange, cela variait tout de même, le baiser devenant plus ou moins langoureux, plus ou moins fièvreux, mais toujours plein d'amour.

Les bras autour du cou de Jae, Joo reprenait son souffle à la fin du baiser. Il se sentait avoir chaud, la fraîcheur lui faisant un bien fou. Il sentait la chaleur au niveau de ses joues mais pas seulement. Son entrejambe avait simplement aussi réagit à l'échange. Et s'il sentait bien que Jae n'était pas mieux que lui, il trouvait la situation légèrement embarrassante. Il n'y connaît vraiment rien pour les relations entre hommes, parce qu'il avait toujours eu ses premières expériences homosexuelles rien qu'avec Jae. Sûr que s'il avait été une fille, les choses auraient été facile et peut être qu'il aurait déjà été pris par Jae en ce moment précis. Mais il n'était pas une fille. Que faire alors ? Se soulager ensemble ? Toucher donc le sexe durcit de Jae pour l'aider ? et vouloir la même chose de la part de Jae ? Son coeur battait la chamade. La fraicheur ne calmait pas assez ses ardeurs non plus.

Jae le sortit de ce petit moment entre lui-même. Joo ne saisissait pas vraiment ce que Jae faisait. Et plus Jae agissait, plus Joo se disait que son amour retrouvé était encore en train de le fuir. Pourquoi ? Jae avait bien dû sentir qu'il était dans le même état, alors pourquoi cette fuite ? Il le dégoûtait ? Joo secoua vivement sa tête pour chasser cette pensée. Alors peut-être que ce sera bête, et totalement idiot, mais il rejoignit Jae pour avoir droit à des explications, plus précises.
- Jae ? Tu... Il perdit ses mots et ce qu'il voulait dire en voyant Jae en train effectivement en train de se masturber dans son coin. Un violent battement de coeur résonna dans sa tête. Il exigeait de regarder ailleurs et de ne pas casser ainsi l'intimité de son meilleur ami. Mais c'était comme si son corps refusait de bouger ou même de faire ce qu'il voulait. Pire, son cerveau lui jetait des images trop perverses que jamais il ne s'était cru capable d'avoir. Il n'arriva pas à réfléchir correctement, ni même à agir comme il le faisait normalement.

- ... Pourquoi tu te caches pour faire ça ? Les mots sortaient sans qu'il n'arrive vraiment à comprendre ce qu'il lui prenait. L'idée de l'aider se faisait beaucoup trop tentante finalement. Puis il avait dit qu'il avait froid. Alors drôle d'idée fortement illogique que de le faire aussi loin de la tente... En tout cas cette vue renforça ses ardeurs, ... d'autant que je suis pas mieux... Non, vraiment pas. Il se sentait vraiment à l'étroit maintenant, tant son entre-jambe était tendue. Et dans un murmure qu'il pensa peu audible il avait achevé le tout par ces simples mots :
- ... J'aurais peut-être même pu t'aider... ça aurait été plus vite... Il n'en savait rien en fait. En ce moment, c'était des envies, des pulsions qu'il exprimait dans l'innocence de son inexpérience.


Tu t'entremêles et tu reste enfermé, car tes songes te disent que tu es mieux ainsi. Et le monde t'inspire ce que tu redoutais, car les peines des plaisirs, tu aimes mieux éviter.by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 20 ans
Emploi : Soldat
Son Young Jae

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Heureux de te revoir, moi non plus. [+18]   Mar 2 Aoû - 16:11

Notre soldat pensait s’être assez éloigné, et être assez discret pour faire ses petites affaires. Entouré que de pénombres, il pensait être au calme et totalement seul –excepté les animaux sauvages. Le sous-bois était plein de craquements qu’il attribuait aux bêtes justement. Trouvant le premier arbre qui lui semblait bien rigide, il s’était arrêté juste à côté de lui. Sans plus attendre, il avait défait ceinture et bringuette, et avait sorti son membre gonflé de désirs. Se tenant d’une main au tronc, il se massait avec soulagement. Autour de lui, ses râles se firent bien entendre. Serrant le tronc, il avait posé le flanc contre l’arbre, repensant à leur baiser précédemment et à sa gorge qu’il aurait pu dévorer…il aurait posé un genou à terre s’il n’avait pas entendu son nom. Ouvrant grand les yeux, de surprise, il se sentit très mal pendant quelques secondes…la main sur son membre.

Mais qu’est-ce qu’il faisait là ?? Pourquoi n’était-il pas resté tranquille auprès du feu ?? C’était si intéressant ce qu’il faisait ?? Il resta interdit à sa question –trop honteux. Il se redressa de son arbre, rangeant sa virilité par des mouvements machinaux, prêt à reboutonner son pantalon, le souffle court. Il avait les joues rouges. Mais les derniers mots de son amour retrouvé le calmèrent d’un coup…avait-il bien entendu ? Il le regarda sur le côté. Impossible mais vrai…Joo était aussi excité que lui…il se rapprocha du berger, ne touchant plus à son pantalon. Posant les mains sur ses hanches, il baissa les yeux sur le bas ventre de Joo. Mouais, pas facile à distinguer, mais rien que de l’imaginer le faisait durcir de son côté. D’une voix un peu hésitante et plus ronde par l’excitation il lui demanda :

- C’est vrai…tu veux bien m’aider ?

+18:
 

Mais Jae brisa une nouvelle fois l’échange, pas pour les mêmes raisons. C’était trop bon pour continuer dehors. Ils avaient besoin de plus de confort. Il avait brusquement stoppé ses caresses et son étreinte pour lui prendre la main, reprenant déjà le chemin vers la tente. Sans un mot, il le fit s’allonger au milieu des couvertures, le rejoignant peu après au-dessus de lui. S’asseyant sur ses reins brièvement, il retira et jeta sa veste plus loin avec une sensualité inaccoutumée. Il se pencha sur lui, le regard suave, et posa les deux mains à côté de sa tête pour un baiser brûlant. Il ne refusait plus aucune langue. Il n’y avait plus d’interdit entre lui et son amour d’enfance dès à présent qu’ils s’étaient touchés dans son esprit. Après avoir franchi la limite de l’amitié il y a quelques années, ils avaient franchis celle de la pudeur.

+18:
 


lansan will be safe
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 20 ans
Emploi : apprenti éleveur à la propriété agricole familiale
Hee Byeong Joo

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Heureux de te revoir, moi non plus. [+18]   Mer 3 Aoû - 1:57


Ce dont Jae ne devait pas se rendre compte c'était que Joo, à peine arrivé là, avait plus qu'envie de faire demi-tour, se planquer, se fourrer dans un trou de souris... Qu'importe du moment que cela pouvait le sauver de cette gêne. Bien sûr qu'il ne mettait pas à l'aise Jae, et Joo n'avait qu'à voir le visage choqué de son meilleur ami pour le savoir. Il ne savait plus où se mettre, son corps ne voulait pas répondre à sa raison, réagissant à ce qu'il voyait automatiquement. Ses ardeurs s'étaient faites plus fortes encore, son coeur battait affreusement fort, et Joo avait l'impression de parler sans même calculer ce qu'il disait.

Allons bon. Voilà qu'il avait dit tout haut ce qu'il pensait tout bas. Son cerveau était même déjà en train de fantasmer tout seul, ce qui ne l'aidait pas du tout. Non c'était même pire. Alors physiquement, Joo tenta de se faire petit, même s'il ne bougeait pas. Son regard s'était donc enfin baissé sur l'herbe au niveau de ses pieds, et alors que Jae se trouva tout près, Joo avait machinalement fait un petit pas en arrière. Jae avait cependant les mains au niveau de ses hanches... Et sa façon de lui parler... Joo n'arrivait plus à contrôler quoi que ce soit, même sa respiration.

+18:
 

C'est à ce moment que Jae décida de rompre de nouveau le contact. Joo se sentit énormément frustré. Ceci dit, il se laissa guider bien vite vers la tente et compris même que rien de tout ça n'était terminé. Non. Loin de là. Il se retrouva allongé, Jae sur lui, retirant sa veste... Joo s'en mordit la lèvre inférieure. Il était... Sexy. Avec une musculature si parfaite... Alors que Jae lui offrit un nouveau baiser, auquel il répondit avec ferveur, Joo avait légèrement mis ses jambes un peu mieux pour sentir Jae plus contre lui.

+18:
 


Tu t'entremêles et tu reste enfermé, car tes songes te disent que tu es mieux ainsi. Et le monde t'inspire ce que tu redoutais, car les peines des plaisirs, tu aimes mieux éviter.by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 20 ans
Emploi : Soldat
Son Young Jae

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Heureux de te revoir, moi non plus. [+18]   Mer 3 Aoû - 17:47

+18:
 


lansan will be safe
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 20 ans
Emploi : apprenti éleveur à la propriété agricole familiale
Hee Byeong Joo

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Heureux de te revoir, moi non plus. [+18]   Mer 3 Aoû - 22:50



+18:
 


Tu t'entremêles et tu reste enfermé, car tes songes te disent que tu es mieux ainsi. Et le monde t'inspire ce que tu redoutais, car les peines des plaisirs, tu aimes mieux éviter.by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 20 ans
Emploi : Soldat
Son Young Jae

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Heureux de te revoir, moi non plus. [+18]   Jeu 4 Aoû - 22:27

+18:
 


lansan will be safe
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Heureux de te revoir, moi non plus. [+18]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Heureux de te revoir, moi non plus. [+18]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Au revoir Kaldrass
» Revoir les astuces du jeu
» .:Au revoir Gizmo!!!!:.
» Contente de te revoir !! [ P.v Domenico ]
» Une simple envie de te revoir [Pv Laora]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Lansan, vaste & mystérieux :: Lapanalda :: Habitations-
votez toutes les 2 heures

demandez vos points