AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 [+18] We need to talk || ft. Aran

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Âge : 24 ans
Emploi : Ouvrier - Rebelle
Nam Sang Min

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: [+18] We need to talk || ft. Aran   Lun 25 Avr - 11:19


We need to talk
Sang Min & Aran


Deux jours passèrent depuis la mission ratée et l'aide précieuse reçue de la part d'Aran, avant que je ne prenne enfin l'initiative d'aller lui rapporter ce qu'il avait laissé, ainsi que l'ensemble de ce qu'il avait demandé en contre-partie des soins qu'il m'avait prodigués. Encore une fois, ça ne s'était pas bien terminé entre lui et moi. Mais que pouvais-je y faire?

Quelque part j'avais compris que j'avais du terrifier bien trop Aran. D'où sa demande que je quitte la rébellion. Cependant, je m'y étais plongé depuis trop longtemps, corps et âme, pour pouvoir m'en aller et vivre tranquillement. La dictature devait déjà chercher à avoir ma tête. Même si je m'en allais, rien n'était forcément sûr que je puisse être hors de danger ou que personne de mon entourage le soit aussi. C'était bien trop compliqué. Je me doutais que j'avais du mettre ma mère dans le même état, ce qui n'avait pas dû arranger sa santé. J'en poussais un long soupir.

Je pensais à tout ça tandis que je me dirigeais à la clinique. Une fois arrivé, je pris le temps de m'annoncer. Oh, sans doute qu'il n'avait encore une fois aucune envie de me voir, mais il fallait bien finalement que l'on s'explique... Ou au moins qu'il récupère ce que j'apportais. J'avais le coeur battant. Allons, je ne devais pas appréhender une telle entre-vue! La porte s'ouvrit, je lui offris un joli sourire, comme toujours, un bonjour, et je lui montrais ce que j'avais en main pour expliquer ma venue.

- Je t'apporte ce que tu m'avais demandé... Et les affaires que tu avais laissées...


Dernière édition par Nam Sang Min le Dim 29 Mai - 0:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 24 ans
Emploi : Médecin-vétérinaire
Sang Aran

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [+18] We need to talk || ft. Aran   Lun 25 Avr - 15:22


We need to talk
Sang Min & Aran


Cela faisait deux jours peut-être depuis que je m’étais occupé des blessures de Sang Min. Comme toujours, ça s’était mal passé et j’en étais venu à me dire que sûrement il allait cette fois tenir la promesse que nous nous étions faite. Plus que jamais, je ne souhaitais aucunement avoir à recroiser sa route, d’aucune manière. Qu’il reste en ville, je suis très bien dans la campagne.

Accoudé à mon bureau tout en écrivant quelques diagnostiques possibles sur l’un de mes carnets, je plongeais la totalité de mes pensées dans mon travail. Crayon de bois en main, je griffonnais inlassablement depuis une quarantaine de minutes, oubliant toute notion du temps. Il arrivait parfois que je n’aie aucun animal à voir et que l’on ne m’en emmène pas à la clinique. Pour le coup, j’avais pu voir trois bêtes seulement ce jour là, ce qui n’avait pas particulièrement aidé à occupé mon temps. Lorsque j’entendis la porte d’entrée être cognée, je redressais un sourcil sans cesser d’écrire puis à l’énonciation de la personne se trouvant derrière la porte, tous mes muscles se contractèrent. J’avais la sensation de mettre prit une douche froide. Je ne voulais pas qu’il entre. De nombreux sentiments prirent possession de moi mais finalement, lorsqu’il mit un pas à l’intérieur, tout ce qui apparaissait sur mes traits fut le même manque d’expression.

Je venais de briser la mine de mon crayon et le fait même de m’occuper à tailler celui-ci me permit de retrouver un semblant de calme. Je n’avais nullement relevé les visages vers lui, pas plus que je n’avais tenté de le regarder. Je me doutais de ce pourquoi il se trouvait là, mais j’aurais préféré voir ses amis plutôt que lui. Il m’avait rejeté alors qu’il se tienne loin. Rejeté ? Qu’est ce que cela pouvait bien me faire ? Pourquoi cette simple pensée me donnait la chair de poule ? Il m’énervait.

Ce ne fut que lorsqu’il m’expliquait les raisons de sa venue que je me redressais pour le regarder. Je l’ignorais mais plus que jamais, mon visage semblait être figé dans la cire, aucune lueur, aucun reflet, n’apparaissaient dans mes yeux. Ma colère, ma déception, me faisait paraître alors plus inaccessible que jamais. Ce fut du bout de mon crayon que je pointais mon sac, posé prêt de mon attirail de médecine, situé sur un autre bureau à un bon mètre de celui sur lequel j’étais. « Poses ça là. » Un ton de voix morne, sans vie, et non plus simplement froid ou sec. Qu’il s’éloigne au plus vite, qu’il referme cette porte une dernière fois et que l’on oublie nos existences respectives. Je ne désirais rien de plus le concernant. Qu’il oublie tout semblant de discussion comme il le faisait d’habitude, il n’y aurait que le silence pour lui faire la conversation.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 24 ans
Emploi : Ouvrier - Rebelle
Nam Sang Min

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [+18] We need to talk || ft. Aran   Lun 25 Avr - 18:55


We need to talk
Sang Min & Aran


Il n'était pas venu m'ouvrir la porte. Déjà à ce moment là, je sentais qu'il m'en voulait encore. Le simple fait qu'il m'ignore déjà à cet instant ne me plaisait pas. J'avais donc poussé la porte de sa clinique et était entré. Comme toujours il était inexpressif, le visage fermé. Mais je remarquais tout de même qu'il l'était plus que d'habitude, il ne me regardait pas plus que cela d'ailleurs non plus. M'en voulait-il donc à ce point là d'avoir refusé de quitter la rébellion pour lui ? Pour lui je pouvais faire plein de chose... mais pour moi, accepterait-il, lui, de cesser son travail, ce qui le fait vivre ? Je poussais un léger soupir. Il m'indiqua l'endroit où poser ce que j'avais dans les mains.

Je m'adossais alors au bureau sur lequel je posais ses affaires comme il le demandait et puis je le regardais un long moment. Il ne me disait toujours rien. C'était frustrant et légèrement agaçant. Et me connaissant, j'allais sans doute finir par m'énerver.
- C'est donc comme ça que tu veux régler la question... Ne te donnes pas non plus la peine de répondre.

Je me redressais et m'avançais vers lui, m'appuyant cette fois à son bureau.
- Et si je te demandais de quitter ta clinique, d'arrêter ton taff en échange d'une vie avec moi... hum ? Tu le ferais ? T'abandonnerais tout ce qui fait ta vie ? T'abandonnerai si facilement ce que t'as construit ?

Je marquais une pause. Je n'attendais pas de réponse de sa part, j'avais bien compris qu'il voulait rester fermé. Je le fixais un moment avant de pousser à nouveau un soupir. Il me rend dingue, à parfois en avoir mal à la tête.
- J'ai réfléchi à ce que tu m'as demandé malgré tout. Je suis désolé si tu as eu peur en me voyant ainsi blessé. J'ai très bien compris que ça t'avais effrayé et que c'est pour ça que tu m'as demandé une telle chose. Mais cesser tout ne me mettra pas moins en danger, au contraire.

La dictature, il s'en fiche peut-être, mais elle peut être extrêmement cruelle avec tout le monde. Que ce soit lui ou moi. Que les gens soient rebelles ou non. Qu'ils soient pauvres ou riches. Et qu'Aran soit ou non avec moi, qu'il soit neutre ou non, si la dictature apprenait qu'il avait aidé des rebelles, il ne sera pas en sécurité dans sa clinique: la dictature viendra lui réclamer les noms. Et j'aurais beau changer de vie, elle me pourchassera.

Je pourrais le rassurer, lui dire autre chose. Mais ce serait mentir. Ma mère savait tout ça. Elle savait ce que voulait dire être un rebelle et tout ce que cela pouvait impliquer. La dictature m'avait quasiment tout pris, être rebelle m'a permis de retrouver énormément de choses et de donner du sens à ce que je vis. Mais Aran aurait pu être l'élément principal, ce qui pourrait me donner encore plus envie de rester vivant, de moins prendre de risques... D'être sûr de pouvoir rentrer. D'avoir toujours du courage. En être un repère fondamental.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 24 ans
Emploi : Médecin-vétérinaire
Sang Aran

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [+18] We need to talk || ft. Aran   Lun 25 Avr - 21:16


We need to talk
Sang Min & Aran


Je n'avais pas prévu la venue de Sang Min, je ne voulais pas la prévoir d'ailleurs. Plus il se tiendrait loin de moi, mieux cela serait ! Pourtant il arrivait toujours ainsi, lorsque je l'attendais le moins. Qu'il parte vite... Vite. Pourtant, comme toujours, et je ne devais pas m'attendre à autre chose, il décidait d'aller contre ma volonté, contre mon souhait évident. Il s'imposait à moi, comme toujours, comme pour mieux encrer sa présence dans mon esprit, y laissant après chaque passage une trace indélébile.

Lorsqu'il se mit à me faire la conversation, je ne le regardais déjà plus. Si je voulais régler les choses ? Non. Il n'y avait rien à régler. Je ne voulais plus de sa présence près de moi. Il n'y avait pas à chercher plus loin. C'était ainsi que je lui répondais, en gardant mes réponses pour moi, bien que je lui répondais bel et bien silencieusement.

Lorsqu'il prit appuie sur mon bureau, je relevais progressivement le regard vers lui, longeant son bras pour remonter à son visage. Quitter la clinique pour lui ? Pourquoi le ferais-je ? Il n'était rien pour moi. J'avais cru possible de lui donner ma personne en échange de l'arrêt de sa vocation secrète. Mais il m'avait refusé, avait préféré rester ainsi. Jamais je ne quitterai cette clinique, certainement pas pour lui qui n'était rien pour moi et pour qui je n'étais pas grand chose d'après les derniers événements.

Je l'écoutais encore et gardais toujours le silence, gardais toujours un regard vide droit tourné vers lui. Je ne le comprenais pas, il ne me comprenais pas, et cela avait toujours été ainsi, alors à quoi bon me faire la discussion. Pourtant, pour s’évertuer ainsi à me faire la causette, il devait tout de même avoir l'impression d'être lié à moi d'une quelconque manière. Alors je devais détruire cela... Probablement.

« Je ne quitterai jamais rien pour toi. » avais-je alors prononcé d'une voix monotone. « Ne gaspille ni ta salive, ni mon temps. Et ne me mets pas plus en danger encore. » J'avais dit les choses de manière concise, appuyant là où j'avais pas le passé supposé que ça faisait mal. Montrer une absence de sentiment de mon côté, et lui signifier qu'il m'attirait plus d'ennui que de bonnes choses. J’espérais que par ces paroles, j'ai pu coupé cet attachement qui ne semblait pas vouloir le quitter.

Reportant mon attention sur mon carnet, je réalisais doucement que plus que de l'éloigner, finalement, j'essayais de me venger de la douleur que j'avais pu ressentir en ayant été repoussé. N'étais-je alors pas plus cruel encore qu'un homme ? Etais-je aussi fourbe qu'une femme ivre de vengeance. Cette idée me faisait froid dans le dos, et je ne pu réprimer quelques tremblements perceptible au travers de mon écriture.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 24 ans
Emploi : Ouvrier - Rebelle
Nam Sang Min

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [+18] We need to talk || ft. Aran   Lun 25 Avr - 22:34


We need to talk
Sang Min & Aran


Je me demandais pourquoi je m'obstinais avec Aran. Finalement je me fatiguais peut-être trop à vouloir le voir faire partie de ma vie, à vouloir essayer de lui arracher ne serait-ce qu'un regard ou un sourire. C'était usant. Et en cet instant même, je ressentais de nouveau cette déception qui m'avait envahie quand il m'avait demandé de quitter la rébellion. Je n'avais pas attendu de réponse de sa part, ni même une seule parole de sa part, mais il m'en donna une qui confirmait le fond de ma pensée. Ce qui m'attristait était qu'il pourrait éventuellement quitter quelque chose pour quelqu'un d'autre. Et qu'il me considérait alors comme un danger.

L'amertume était bien là. Qu'est-ce qui me poussait au final à m'attacher à lui quand lui n'en avait finalement rien à faire? Je pensais qu'il n'était que renfermé, mais finalement je me demandais s'il avait ne serait-ce qu'une once de sentiment.

- Te mettre plus en danger ? J'eus un léger rire. C'est vrai... Tu as sauvé la vie d'un rebelle... Non. Attends. Pire que ça... Tu as aidé la famille de ce rebelle... Et il n'y a pas que ça... Dis moi, combien de gens comme moi as-tu soigné dans ta vie, en plus des animaux, que certains parmi nous gardent? Combien de fermiers au passé douteux, combien de camarades de la rébellion travaillant dans la région as-tu aidé ?

Je me faisais peut-être mauvais à parler ainsi, mais il m'y avait poussé. Je me redressais de son bureau. Il aura ce qu'il voulait depuis le début. Et moi je repartirai avec l'amertume, mais au moins une idée précise. Faire un trait sur le passé et Lapanalda. J'avais cependant le coeur bien trop serré.

- Tu me vois comme un danger parmi tant d'autres. Mais même parti, même sorti de ta vie, ça te poursuivra tu sais. La dictature ne te lâchera pas. Mais puisque c'est ce que tu veux, je me trouverai loin de toi, moi, celui qui apparemment t'attire les ennuis, et je ne vais pas faire barrage à tout ça. .

Pourtant, je l'aurais fait. Sans doute qu'au final malgré les mots que je prononçais là, je le ferai quand même. La dictature était mon ennemie, le parasite que je devais tuer. Alors mon instinct de rebelle me poussera sans doute à le sauver, comme tant d'autres...
Je m'éloignais de son bureau alors passant de l'autre côté, un sourire sur le visage, vaguement triste et amer. Je ne devais plus être tellement moi-même. Il m'avait mis trop sur les nerfs.

- Au moins si la dictature me tombe dessus, j'aurais un nom, un visage et un regard à mettre sur celui qui m'aura peut-être vendu.

Qui sait ? Puisque je suis un danger pour lui... Si la dictature se ramène dans cette clinique et puisqu'il ne prend pas parti, et surtout puisqu'il a l'air de me détester tant, il pourrait très bien en être capable. Dire que j'avais su lui faire confiance, voilà qu'il me poussait à me méfier et douter de lui maintenant, l'imaginant capable de trahir cette espèce de confiance aveugle que j'avais pour lui...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 24 ans
Emploi : Médecin-vétérinaire
Sang Aran

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [+18] We need to talk || ft. Aran   Lun 25 Avr - 23:56


We need to talk
Sang Min & Aran


J'ignorais encore que Sang Min ne serait probablement plus jamais comme avant avec moi, que je ressentirai une profonde tristesse en le voyant se détourner de moi cette fois alors qu'il était toujours revenu. Ce que j'avais toujours souhaité de lui ce n'était probablement pas ce que je voulais réellement. Si j'avais été honnête envers moi-même j'aurais su que je tenais plus à lui que je ne le voulais, plus que n'importe qui d'autre, plus que tout au monde. Malgré tout je trouvais cela étrange qu'il puisse être attaché à moi alors que je ne lui avais jamais tendu la main. J'ignorer la force de ses sentiments. J'ignorais même de quels sentiments il pouvait s'agir. Il était arrivé comme une fleur dans ma vie, et je n'avais vu son regard changé en ma présence alors que le temps jouait son rôle.

Il n'avait jamais été réellement cruel en retour de ce que je lui faisait toujours alors ce jour là devait être l'un des pires. Il se vengeait probablement de s'être attaché à moi sans retour, se vengeait sûrement même également de ce que j'étais. En tout cas, je n'étais pas préparé à cela.

J'avais déjà sauvé la vie de plusieurs personnes. Certaines douteuses, d'autres moins. ce qu'il ignorait alors en prononçant ces mots, c'est que certains rebelles avaient déjà fait pression sur moi. Si quelques-uns s'en étaient tenu à une pression psychologique, d'autres avaient été physiquement violent, en témoignait à ce jour ma difficulté à me déplacer sans grimacer de douleur. Je n'étais pas faible, loin de là. Mais on trouvait toujours plus fort que soi. Pour le coup, ça avait été plutôt la surprise qui m'avait fait défaut. La veille au soir, un homme que j'avais déjà aidé était venu me faire comprendre que je ne devais rien divulguer à personne. Un idiot qui n'avait que du muscle puisque je n'avais pas même demandé son nom. Un bon coup dans le ventre et un autre donné dans la hanche alors que j'étais au sol avait suffit. Mais je souffrais aujourd'hui des quelques coups. J'avais vu pire, mais avouons que ce n'était jamais agréable. Alors ses mots me firent me mordre la lèvre tout en massant nerveusement ma hanche endolorie. Je ne voulais pas lui en parler. Je ne voulais pas qu'il souffre de la réalité de son propre camp alors qu'il n'était plus que Sang Min le rebelle dans le fond. Je ne voulais pas en parler par orgueil non plus. J'avais après tout été mis en difficulté et je m'en sentais honteux. Aussi, je gardais toujours le silence malgré les quelques mouvements.

Et puis Sang Min me dit qu'il partirait loin de moi pour de bon et mon coeur se serrait à cette idée. Cet organe ne le souhaitait pas. J'avais même la sensation qu'il poussait mes poumons à se comprimer comme pour me faire comprendre que quelque chose de vital allait m'échapper.

Mais ce qui me fit perdre pied fut qu'il me mette en doute alors que je n'avais jamais rien fais pour lui porté réellement préjudice. De là, je fronçais les sourcils et ma voix se fit sifflante. "Qu'est ce qui te permet de m'accuser d'être l'un de ceux qui pourraient te faire mettre en pièce en donnant ton nom à ceux contre qui tu te bâts? Je ne te savais pas être un idiot pareil. En me connaissant un minimum tu saurais que ma conscience professionnel m'empêcherait de te vendre. Et je ne ferai jamais ça à ta défunte mère." Je brisais de nouveau la mine de mon crayon sur mon carnet alors que le sang me montait à la tête. "C'est sûrement bien mieux que tu partes vu l'image que tu as de moi. Comme si j'étais capable de te faire ça à toi. Ça me dégoute que tu puisses même y penser!"

J'étais hors de moi. Je n'avais certes mas hurlé mais ma voix était pleine de colère et de dégoût, tremblant d'une fureur contenue. Comme si je l'avais un jour abandonné et laissé en proie aux problèmes. même pour ses problèmes ridicules de sommeil j'avais toujours fait mon possible pour lui, alors tendre le couteau pour lui faire trancher la gorge, qu'il puisse me voir comme étant ainsi me rendais fou.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 24 ans
Emploi : Ouvrier - Rebelle
Nam Sang Min

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [+18] We need to talk || ft. Aran   Mar 26 Avr - 2:30


We need to talk
Sang Min & Aran


J'avais beau dire tout ça. J'avais beau chercher à lui faire du mal ainsi, je m'infligeais bien pire. Renoncer à de tels sentiments si forts était trop difficile pour moi. Je ne pouvais pas m'y résoudre non plus. Le blesser tout en disant tout cela me blessais tout autant. Mais il avait vraiment l'air de vouloir que je sorte de sa vie. J'avais eu envie qu'il s'ouvre à moi, qu'il ne soit pas juste cette carapace. Pour la deuxième fois, il fallait que je sorte de sa vie. Et cette fois ci il m'avait fait clairement sentir ce que sans doute depuis le début je refusais de croire.

Alors je laissais les mots sortir d'eux même. Je laissais cette amertume et déception parler à ma place. Il avait toujours été si distant avec moi. Il était peut être temps que j'ouvre les yeux ? Et si j'avais pris un risque depuis le début ? Qu'est ce qui me disait que je pouvais avoir confiance en lui ? il avait peut être soigné ma mère mais qu'est ce qui me disait qu'aujourd'hui, parce qu'il n'aimait pas le rebelle que j'étais, il n'irait jamais dire à mes ennemis mon nom? Je doutais de tout, remettais à plat la confiance que je lui avais donnée. Je ne lui avais jamais mis de pression, jamais je ne lui avais fait subir le moindre mal, sachant très bien ses compétences et sachant très bien qu'il était professionnel. Aussi j'avais dit ces dernières paroles dans le vague.

Cependant je ne m'attendais guère à le voir se mettre ainsi autant en colère. Pour la première fois j'avais l'impression qu'il ouvrait une brèche. Il ne ferai jamais ça à moi ? Pourquoi ? Juste à cause de ma mère ? Je l'attrapais alors au dessus de son bureau et parla sur le même ton :
- Alors quoi ?! Juste pour ma mère tu vas me protéger, c'est ça ? Juste pour elle tu viendras toujours me sauver la vie ? Tu veux que je sorte de ta vie, mais juste pour elle tu ferais tout ça ? Pourquoi le faire si je ne suis rien pour toi ?!

Je le lâchais. J'étais plus qu'honnête devant lui. J'étais celui que j'étais finalement. L'homme en colère, qui en veut à beaucoup de gens et qui aspire à une vie calme et rangée dans un pays où il se sentirai enfin libre et où les gens qu'il aime serait en sécurité.

- Que veux-tu que je pense hein ?! Depuis le début tu gardes tout pour toi, t'obstines à faire l'imperturbable, et à rester fermé face à moi ! Mais je devrais pouvoir tout comprendre c'est ça ?!

Je lâchais un soupir passant ma main sur mon visage. Je pris le temps de me calmer un tant soit peu. J'avais toujours pu supporter les moindres de ses pics, remarques ou gestes qui se voulaient délibérément blessants. Mais cette fois, je ne pouvais pas accepter ça. M'en vouloir de ne pas quitter la rébellion... C'était comme si je pouvais lui en vouloir de ne pas quitter sa clinique.

- Dis moi Aran, sincèrement, qu'est-ce que je dois comprendre ? Qu'est-ce que tu ne me dis pas ou qu'est-ce que tu me reproches vraiment ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 24 ans
Emploi : Médecin-vétérinaire
Sang Aran

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [+18] We need to talk || ft. Aran   Mer 27 Avr - 1:22


We need to talk
Sang Min & Aran


J'étais perdu face à ce Sang Min prêt à m'abandonner derrière lui. Perdu comme abandonné alors que j'avais été l'instigateur de cette situation. Je ne comprenais plus. Comme ça, il allait partir alors que jamais il ne m'avait laissé réellement.

Pourtant, les rebelles étaient tout autant une menace que l'étaient les dictatoriaux. Je n'avais pas vraiment la force de lui brisé cette image parfaite du camp qu'il avait choisi. Je n'en avais pas non plus l'envie. Et lorsqu'il m'attrapais pour me poser toutes ces questions, que je devais me redresser un minimum, je n'avais réussi à contenir une petite plainte en plaquant ma main sur ma hanche.

Mon attention fut pourtant davantage porté sur ces question auxquelles, sous la pression, j'avais répondu naturellement dans la hâte. "Je serai prêt à tout pour toi parce que c'est toi!"

J'ouvrais alors grand les yeux à mes propres propos tout en reprenant place sur ma chaise. Qu'avais-je dis là ?

Trop perdu face à mes propres paroles, j'eludais, bien que je prenais note mentalement, de ce qu'il me disait ensuite. De toute façon, je n'avais rien à répondre à cela. S'il ne me faisait pas confiance alors à quoi bon? S'il doutais de moi parce que je n'aimais pas partager mes pensées et sentiments, je ne pouvais pas vraiment y faire grand chose. J'étais comme ça.

Finalement, il conclut de manière à ce que je me livre à lui. Je le fixais alors, de nouveau prêt à tout déballer sans savoir même ce que j'allais dire mais je réalisais alors que même s'il avait toujours cherché à passer du temps avec moi, lui même de s'était jamais livré réellement.

Ce fut alors d'une voix plus calme, toujours posé derrière mon bureau, que je m'adressais à lui, regard rivé sur lui. "Pourquoi tu t'acharnes à tenter de me comprendre? Qu'est ce que ça t'apporterait exactement? Tu veux des réponse quand toi tu restes aussi silencieux sur ta fixation me concernant. Avant de me demander de me livrer à toi, tout en sachant que ça ne serait pas naturel de ma part, tu devrais le faire."

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 24 ans
Emploi : Ouvrier - Rebelle
Nam Sang Min

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [+18] We need to talk || ft. Aran   Jeu 28 Avr - 2:56


We need to talk
Sang Min & Aran


Je fus vraiment déstabilisé à l'entendre soudainement déclarer qu'il était prêt à tout pour moi, parce que c'était moi. Je le regardais vraiment surpris. Je crois que jamais je n'aurais imaginé l'entendre me dire ces mots là un jour. Je le pensais si fermé, si peu attaché à ma personne. Et puis je remarquais cette crispation sur son visage et sa main sur sa hanche. Était-il malade ? S'était-il fait mal ? Ma vague de colère s'atténua peu à peu. M'étais-je vraiment trompé sur son compte ?

Tout un tas de question m'assaillirent d'un coup. Qu'est-ce qu'il essayait de cacher encore ? Avait-il mal à la hanche ? Et que ressentait-il exactement pour moi ? Voilà qu'après me demander de ne plus le voir, il me disait qu'il était prêt à tout pour moi... Ressentait-il la même chose que moi ? Jamais je ne lui avais parlé de mes sentiments, parce que je pensais toujours qu'il ne m'appréciait pas. Que je devais l'aimer mais pas lui. Qu'un jour peut être j'en viendrai à être contraint à renier tout ces sentiments là pour lui.

Il me retourna la question que je venais de lui poser. Je le regardais longuement, me demandant vraiment ce que je devais faire. Devais-je m'ouvrir ? Pouvais-je seulement lui dire ce que je ressentais?
- ... Je t'aime voilà pourquoi... je m'acharne parce que je t'aime. Je l'avais fit finalement, sans trembler quasiment. J'étais vraiment sincère. Mais s'ouvrir comportait toujours des risques. On affichait ses faiblesses, on s'exposait bien plus. Aussi j'espérais vraiment qu'il ne prenne pas mes mots à la légère. Maintenant dis moi, toi, pourquoi tu t'obstines à vouloir garder les choses pour toi, à te dissimuler ainsi derrière un visage imperturbable, et ce même quand t'es blessé, comme en ce moment.
Je ne le quitte pas des yeux. Je veux vraiment savoir, et comprendre.
- Tu crois que je ne l'ai pas remarqué ? Ne rien me dire aussi ne m'empêchera pas de m'inquiéter pour toi. Tu as dit être prêt à tout pour moi, parce que c'est moi... Et bien, même si je ne suis pas prêt de quitter la rébellion, je suis aussi prêt à tout pour toi. Je voudrais toujours te protéger, ou prendre soin de toi, je serais capable de m'inquiéter pour toi... Je pense déjà juste à toi.

Je soupire. J'ai l'impression d'en avoir trop dit. J'appréhende sa réaction, et espère qu'il ne prendra rien de tout ça à la légère.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 24 ans
Emploi : Médecin-vétérinaire
Sang Aran

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [+18] We need to talk || ft. Aran   Dim 1 Mai - 0:39


We need to talk
Sang Min & Aran


Nous étions chacun restés à nos places sans aviser un mouvement quelconque vers l’autre alors que nous avancions dans notre dispute. J’avais eu des propos que je ne comprenais pas moi-même mais que je ne pouvais ni retirer, ni nier. Il était vrai que je me trouvais avoir une attitude particulièrement protectrice envers l’ouvrier face à moi. Néanmoins, le fait que je puisse dire, sans avoir à y réfléchir, que j’étais prêt à tout me laissait perplexe. A vrai dire, j’étais tout de même perdu d’avoir même simplement parlé de la sorte alors que je n’y avais jamais pensé, m’y refusant probablement.

Mais il m’achevait bien vite en m’avouant éprouver pour moi un sentiment amoureux. Mon cœur se serrait alors tandis que ma tête semblait avoir cessé de fonctionner. J’étais tiraillé entre un incroyable confort apporté à cette idée et une forte incompréhension. Nous étions tous les deux des hommes et l’amour n’était qu’un sentiment illusoire. Pourtant sa déclaration semblait, je devais malgré tout me l’avouer, m’avoir fait plaisir. C’était étrange…

Je ne savais alors que dire, devant faire concorder cette information avec mes propres convictions. Il avait alors de nouveau fait appel à la parole et m’avait d’avantage perdu. Je me sentais embarrassé. Devoir expliquer ce que l’on est reste une chose inconfortable. De plus, lui qui prétendait m’aimer, comment le pouvait-il alors qu’il me prouvait là qu’il ne me connaissait pas tant que ça. Les paroles suivantes me firent détourner les yeux alors que je sentais mes joues se réchauffées. Même si je repoussais les autres loin de moi, j’avais toujours souhaité, enfant, être le centre de gravité d’une personne autre que ma famille. Est-ce que j’aurai pu être celui de Sang Min ? Un court moment, je me surpris à apprécier y croire avant de me rappeler que la première chose pour lui était et sera probablement toujours la rébellion. J’ignorais alors que mon visage s’était doucement assombrit. Après quelques instants, je portais mon regard à l’extérieur et parlait d’une voix maîtrisée.

« Ce que tu me dis ne peut pas être vrai. L’amour dont tu parles n’est qu’une illusion. De plus, je suis un homme, tout comme toi. Ne serait-ce pas là un mensonge pour aller encore plus loin dans ton rejet de notre société ? » Je retournais mon attention sur mon carnet et me remettait à l’ouvrage. « Pour prétendre aimer quelque chose, ne devrais-tu pas la connaître ? Tes questions me prouvent que tu ne me connais pas. Me dévoiler aux autres ne m’intéresse pas. On croît souvent décharger un poids en se confiant, mais ce n’est qu’une perche tendue pour se faire battre. »

Mais à côté de ça, je devais être honnête envers moi-même au moins une fois de temps à autres. Ce fut en fixant un point invisible que je lui dis : « Si je ne te parle pas de moi ou de mes souffrances, c’est pour te tenir loin de moi. En te tenant loin de moi, je m’évite le problème de perdre la tête. Lorsque tu es là, mes limites deviennent troubles. Ce que tu me fais ressentir, ce que je fais en pensant à toi ou en étant en ta présence… Cette perte de contrôle est tellement intense que ça m’effraie. »

Je fermais les yeux un instant et inspirait un longue bouffée d’air frais. Je ne savais toujours pas ce qui provoquait cela. Pourtant au départ, cet homme ne m’était pas plus marquant qu’un passant dans la rue. Pourquoi les choses avaient-elles changées ? Pourquoi lui ? Que m’avait-il finalement fait ? Trop de questions sans réponses qui me poussaient toujours à fuir.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 24 ans
Emploi : Ouvrier - Rebelle
Nam Sang Min

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [+18] We need to talk || ft. Aran   Dim 1 Mai - 17:31


We need to talk
Sang Min & Aran


J'avais pris le risque de lui dire ce que je ressentais pour lui. Je m'étais ouvert pour la première fois depuis que je l'aime. Alors j'appréhendais beaucoup sa réaction. Je savais qu'il risquait de me repousser, mais je ne m'étais pas du tout attendu à ce que la première chose qu'il me dise soit qu'il ne croyais pas du tout en ce que je venais de lui dire, ce qui me blessa. Je sentais mes muscles se mettre sous tension. Ceci dit, je ne répondais pas de suite. Il ne me regardait pas plus qu'avant, et s'était même remis à travailler tout en me parlant. Et je me sentais perdu. Il ne me croyait pas, mais ce qu'il m'avouait par la suite me laissais penser qu'il devait partager les mêmes sentiments. Qu'il tienne à moi, je m'en étais rendu compte tout de même la dernière fois, vu comment il s'était comporté d'une façon telle qu'en me voyant si mal que j'avais compris qu'il devait tenir véritablement à moi.

Cependant, c'était flou. C'était imprécis. Je voulais avoir le coeur net, est sûr, et lui montrer surtout que je ne racontais pas des histoires. Certes on était tout les deux des hommes, mais qu'est-ce que j'en avais à faire ? C'est lui et pas quelqu'un d'autre que je voulais dans ma vie. Je m'avançais alors vers lui, et lui retirai son carnet de devant lui pour qu'il reporte son attention sur moi, le posant donc ailleurs. Je m'avançais un peu plus, tout en gardant une distance normale entre lui et moi.
- T'ai-je déjà menti Aran ? Et sur un sujet aussi sérieux que des sentiments, je ne vais pas raconter des histoires. J'ai beau avoir des doutes et des interrogations, je te connais. Tu te caches derrière cette façade de sérieux, de froideur et tu mets de la distance. Tu te forces à tout garder pour toi, à tout surmonter tout seul, tu te méfies de tout le monde et finalement même de moi. La preuve, tu n'arrives même pas à croire en ce que je te dis. Mais il t'arrive que ça t'échappe oui. Sans le vouloir, tu montres qui tu es vraiment. T'as beau toujours me soigner brutalement pour des petites choses, c'est comme si tu me réprimandais à chaque fois de ne pas faire attention, ou de prendre toujours trop de risques, tu m'as même exprimé tes inquiétudes et tes peurs à mon sujet... J'ai bien compris oui, que t'as eu peur de me perdre la dernière fois.. Je te connais Aran...
Je le regardais droit dans les yeux, l'air sérieux encore. J'étais si sincère, il ne se rendait sans doute pas compte de ce qu'il était pour moi.
- Je suis sans doute celui qui te mets dans des états que tu ne comprends pas... Mais toi... Tu es ma plus grande faiblesse. Il t'arriverais la pire chose du monde, j'en deviendrais fou. Si je ne peux pas te protéger, je pourrais en être malade. Si tu n'es pas là, avec moi, je pourrais devenir plus fou encore. A cacher tes douleurs, le fait que tu es blessé, ou que sais-je encore, je m'inquiète énormément, me demande ce qu'il t'es arrivé. Je tiens aussi à toi. Plus peut être que tu ne l'imagines. Et si ma vie c'est la rébellion, tu es celui qui me permet encore d'avoir envie de rester en vie. Je prends peut être des risques, mais pas autant que si tu n'étais pas là, parce que je ne veux pas te perdre ou ne plus être en mesure de te voir. Je passe peut être ma vie à me battre contre la dictature et ses principes, à chercher un avenir meilleur pour Lansan, mais c'est parce que je veux pouvoir vivre une vie calme avec toi, dans un endroit meilleur que celui-là, où la rébellion n'aura plus sa raison d'être.

Je devais avoir l'air désespéré à dire tout cela. Mais je donnais tout. Je lui disais tout. Qu'il ose me dire une nouvelle fois que je lui racontais des salades. Le pire c'est que je sais qu'il en sera capable. Je sais qu'il pourra de nouveau faire rebondir mes sentiments pour lui contre son mur intérieur, sa façade imperturbable.
- Si tu ne crois pas en mes mots... je le dirai autrement. Si un je t'aime te paraît vide de sens... Je t'embrasserai... Te serrerai dans mes bras... Ne pense pas que je ne pourrais pas le faire ou que je ne le ferai pas... J'en suis tout à fait capable... Je sais très bien aussi que tu n'aimerais pas du tout que je le fasse sans te prévenir... Alors considère toi comme prévenu...
Je le levais de sa chaise, ne le quittant pas des yeux. Je vais te montrer que je ne mens pas.

On n'embrassais pas n'importe qui dans une vie. On ne serrai pas les gens de la même façon selon nos sentiments. Aussi je me disais qu'il comprendrait si je le faisais de cette façon. Les mots, tout le monde peut les dire n'importe quand. Il n'y a finalement que les gestes qui ne mentent pas. Je réduisais la distance qu'il y avait entre nous. Je sentais mon cœur battre, alors que je ne faisais que commencer par le prendre dans mes bras et le serrer doucement dans mes bras. Je le serrai ainsi avec la plus grande tendresse, sans le brusquer, sachant bien qu'il devait avoir mal quelque part. Je savourai un moment de pouvoir le tenir contre moi, même si j'appréhendais vraiment le fait qu'il me repousse. Mon coeur cognait assez fort dans ma poitrine. Je me demandais même s'il ne le sentait pas. Et puis, ma main passant sur sa joue, je vins poser mes lèvres sur les siennes, lui donnant un baiser chaste.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 24 ans
Emploi : Médecin-vétérinaire
Sang Aran

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [+18] We need to talk || ft. Aran   Lun 2 Mai - 0:36


We need to talk
Sang Min & Aran


Je n’avais qu’à demi-conscience de la dureté de mes mots. Etant donné que je ne considérais pas le sentiment amoureux comme existant, je ne prenais pas ce qu’il me disait réellement au sérieux. Mais je savais aussi que lorsqu’il arborait de telles expressions faciales, un tel ton de voix, Sang Min se trouvait tout à fait sérieux. Alors rejeter ainsi sa déclaration devait lui être douloureux… Comment pouvait-il seulement m’aimer alors que je lui faisais constamment du mal émotionnellement ? Il devait probablement être masochiste.

Même si je n’en donnais pas l’impression, il avait toute mon attention. Malgré cela, pour s’assurer que rien ne vienne obstruée celle-ci, il avait retiré mon carnet de sous mon stylo, l’avait déposé autre part puis s’était approché sans que je ne me sente agressé. Cette fois, son approche s’était faite progressive, ni trop rapide ni trop lente, sans geste de trop. Je le regardais alors de nouveau dans les yeux et frémissais en l’écoutant. Comment avait-il pu apprendre à me connaître ? Quand avait-il trouvé le temps d’autant m’observer ? Il était souvent venu à ma clinique, mais je n’avais pas tant changé mon comportement chaque fois. Alors qu’il puisse avoir percé que je n’étais pas si peu concerné par l’être humain et que je m’inquiétais profondément pour lui… C’était presque rassurant. Comme si enfin, j’avais trouvé ce que je cherchais. Mon cœur se sentait plus léger, bien malgré la lutte de mes pensées. Ma peur d’être blessé en le laissant m’approché de trop prêt ne me guidait pas, pas encore.

Puis rapidement, je l’écoutais me décrire plus intensément la flamme qui s’était allumée en lui pour moi. C’était à la fois beau et douloureux. J’aimais l’amour qu’il semblait me porter. J’acceptais doucement qu’il m’appréciait plus fort que nulle autre personne. Mais même s’il se battait dans l’optique de pouvoir resté paisiblement à mes côtés, il était assez bien placé pour savoir que cette lutte pouvait perdurer jusqu’à sa mort. Quand bien même ses sentiments pour moi puisse être partagé, deux perspectives d’avenir s’offrait à nous : des lendemains plus douloureux chaque fois avant que l’un de nous ne disparaisse, ou de dures épreuves avant de pouvoir imaginer un avenir plus beau. Sang Min n’avait pas tout perdu de son optimisme après tout, puisqu’il n’avait pas perdu l’espoir. Mais en m’impliquant ainsi dans sa vie, si je venais par être blessé… Allait-il s’autodétruire en prenant conscience que ce dans quoi il s’était lancé pouvait en être la cause ? J’aurais souhaité le lui rappeler, mais il m’aurait sûrement dit qu’il savait déjà tout les tenants et aboutissants de sa cause. Quant à moi, j’étais heureux d’entendre que j’étais la raison pour laquelle il s’accrochait à la vie… Mais sa vie était la rébellion. J’étais persuadé que la vie qu’il voyait avec moi et la rébellion serait sur un schéma simple. Il dissocierait la vie professionnelle et la vie personnelle. Après une journée voir plusieurs jours d’absence, il viendrait me voir, retrouverait peut-être un semblant de paix de quelques heures puis repartirait. Et moi, j’imaginerai probablement les pires scénarios, j’aurai peur qu’en quittant mes bras je ne puisse plus le revoir. Il avait vu sa pauvre mère morte d’inquiétude et n’en avait tiré aucune leçon… Voulait-il vraiment de cela ? Il ne pouvait probablement imaginer que la surface de la situation.

C’était dur. Je me sentais apaisé de connaître la force de ses sentiments, mais il y avait toujours cette question qui me venait en tête : « Et après ? ». Une question qui concernait tant l’évolution de cette situation que l’avenir. Je le fixais toujours sans un mot, cherchant dans son regard une quantité importante de réponse que je ne trouvais guère.

Il en vint à me dire que si les mots ne suffisaient pas à me convaincre, il me prouverait son amour par ses actions. Je ne comprenais alors pas qu’il allait mettre ses mots en applications sous si peu de temps, mais me trouvais bien vite debout. Il avait été délicat autant dans le fait de me prévenir que dans sa manière de me lever. Lorsque ses bras s’étaient enroulés autour de moi, je ne me reculais pas. Menton sur son épaule, mains tombant contre mes cuisses, je me laissais faire et profitais de la chaleur diffuse de son corps. Alors qu’il faisait si froid en cette période, je me sentais protéger contre lui. Il avait même montré beaucoup de délicatesse en faisant attention à ne pas me faire mal. Un peu perdu, je n’engageais aucun mouvement envers lui, ni d’acceptation, ni de rejet. Il me laissait alors m’accommoder à cette étreinte tandis que son cœur tapait si fort dans sa poitrine qu’il semblait faire vibrer nos deux corps. Sang Min avait-il toujours eu le cœur qui s’emballait en ma présence ? Tout de lui me disait que je lui étais précieux et que cette situation lui était probablement embarrassante puisqu’il s’était mit à nu sans avoir la certitude de recevoir en retour la moitié de ce qu’il m’avait confié.

Puis, doucement, l’une de ses mains vint se poser sur ma joue, permettant ainsi à nos visages de se faire face. Lorsqu’il approchait ensuite le visage, j’avais eu cette fois envie de le repousser. J’attrapais alors le tissu de son haut et le serrait entre mes doigts. Mais il m’embrassait alors. Je devais avouer être particulièrement surpris. Le contact de ses lèvres était doux et tiède, tendre et incroyablement précautionneux. Ce n’était pas aussi peu appréciable que j’avais pu l’imaginer… C’était même plus qu’agréable. Allez savoir comment, il me prouvait bien largement là les sentiments qu’il avait tenté de me communiquer jusque là.

Mes doigts se desserrèrent et je ne tenais plus que son haut de manière à le garder contre moi. Mes yeux grands ouverts ne furent finalement plus qu’à demi-clos. Je me trouvais à presser subtilement et à peine perceptiblement mes lèvres contre les siennes en retour. Et les battements de mon cœur s’étaient synchronisés avec le sien.

Si seulement mes peurs n’étaient jamais réapparues…

J’aurai pu partager d’innombrables baisers avec lui, le laisser me serrer indéfiniment et peut-être accepter l’idée de partager un bout de ma vie autrement que comme son médecin clandestin. Mais alors que je l’acceptais tout entier, l’image d’une femme me vint en tête. La mère de Sang Min m’avait montré une photo de ce qui devait être sa belle fille… Et de ce que m’avait dit l’ouvrier, il avait partagé avec lui bien plus qu’un baiser.

Doucement, j’avais alors tiré son haut en arrière pour lui faire comprendre que je voulais qu’il cesse. Lorsque j’eu ce que je désirais, mon visage était tordu par la peine et ma voix semblait à peine pouvoir et vouloir sortir. « Si tu dis…que les actes en disent plus long que les mots… Et que tes gestes prouvent ton amour pour moi… Pourquoi l’avoir fait avec elle… ? Je ne veux pas être possiblement un moyen de satisfaire ta curiosité. »

Je ne le repoussais pas vraiment, mais je voulais qu’il comprenne que je n’accepterai jamais d’être ce qu’avait été cette femme qui avait partagé sa vie. Je baissais la tête et fermais les yeux, effrayé de sa future réponse.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 24 ans
Emploi : Ouvrier - Rebelle
Nam Sang Min

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [+18] We need to talk || ft. Aran   Lun 2 Mai - 2:27


We need to talk
Sang Min & Aran


J'avais toujours eu plus ou moins des doutes sur ce qu'il pouvait ressentir pour moi. De simples interrogations toujours plus importantes, à mesure qu'il se montrait distant avec moi. J'avais toujours pu lire dans ses gestes et sa façon d'être avec moi. J'avais toujours eu le loisir de pouvoir lire dans ses réactions. Mais cela vacillait tellement entre l'attachement et la distance, que je n'avais pas su ou pu chasser les doutes qui m'avaient toujours assaillis. C'est aussi pour cette raison que je n'avais jamais pu m'ouvrir comme je le faisais à présent. Je craignais bien sûr la moindre de ses paroles, la moindre de ses réactions, bien sûr, mais j'avais pris mon courage à deux mains, me tenait prêt à tout encaisser malgré tout. J'avais envie qu'il sache combien j'étais sérieux. Je voulais qu'il se rende compte que je ne rigolais pas cette fois. Qu'en ce moment précis, je me livrais vraiment tout entier à sa personne.

Je lui dévoilais plus encore que je ne l'aurais pensé. Et ayant bien entendu ses doutes quant à l'expression par les mots de mes sentiments, je pris le risque de lui montrer par les gestes. Déjà, ce n'était pas l'envie de le faire qui me manquait. Depuis que j'éprouve tout cela pour lui, j'ai envie de le tenir contre moi, de le serrer entre mes bras, de l'embrasser... Et même plus parfois. Cependant, je le connaissais assez pour ne rien brusquer, faire les choses au fur et à mesure, et le prévenir de ce que j'allais faire. J'aurais pu lui voler un baiser par surprise, mais je sais qu'il m'aurait repoussé violemment.

Quand je pressais mes lèvres contre les siennes, je l'avais senti vouloir me repousser de nouveau, mais je l'avais maintenu là, contre moi. Je l'avais prévenu. Je lui avais dit que je le ferai. Aussi je ne me reculais pas. Pas encore. Et puis je le sentis se détendre. Et à vrai dire je ne m'étais pas forcément attendu à ce qu'il me réponde. Alors quand je sentis ses lèvres répondre aux miennes... J'en ressentis d'un coup un frisson. Sans doute que j'aurais pu aller plus loin encore, mais il finit par me pousser tout de même, mettant un terme à ce moment quasi parfait.

Cette fois encore il me prit au dépourvu. Je le regardais surpris. Je comprenais très bien de qui il voulait parler. Cette fille. Il parlait de mon ex-fiancée, Miss Min. Celle avec qui je m'étais mis pour que ma mère ne parte pas malheureuse de ne pas voir son fils prêt à se marier. Cela faisait tellement longtemps que je n'étais plus avec elle que j'avais été vraiment surpris d'entendre Aran en parler si soudainement.

Aussi je pris sa main dans la mienne et m'empressai de le rassurer :
- Je n'ai pas été avec elle par amour pour elle. Je n'ai été avec elle, que pour soulager les craintes de ma mère. Je n'ai pas été le fils idéal, j'en ai conscience. Mais pour elle, parce que je savais qu'elle voulait que je sois marié, j'ai été avec Choe Min. Je l'ai quittée après la mort de ma mère. Parce que je t'aimais déjà à ce moment là, et que je ne me voyais pas vivre les restant de mes jours avec elle, mais avec toi. Peut être que de là-haut ma mère est déçue... Mais je t'aime toi, et personne d'autre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 24 ans
Emploi : Médecin-vétérinaire
Sang Aran

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [+18] We need to talk || ft. Aran   Lun 2 Mai - 2:57


We need to talk
Sang Min & Aran


Ce fut au moment où je séparais nos lèvres que la solitude me parut à son apogée alors que je m’apprêtais à lui poser quelques questions qui avaient déjà tout gâché. Sa chaleur pourtant si diffuse semblait s’en aller aussi vite qu’elle m’avait enveloppée. Je n’avais pas tant envie de parler de son ex-fiancée, je voulais surtout lui faire comprendre que s’il avait pu aller si loin avec quelqu’un sans l’aimer, alors j’étais en droit de douter de ses gestes aussi. Pourtant, je savais pertinemment au fond de moi ce qu’il ressentait, j’étais juste apeuré de vivre une déception de laquelle je m’étais toujours bien protégé jusqu’à présent.

Alors que j’avais la tête baissé, il prit doucement ma main et tentait maladroitement de dissiper mes doutes sur ses sentiments. En l’écoutant, je ne fus pas tellement surpris qu’il ait fait cela si vite après avoir rencontré la demoiselle sachant les jours de sa mère comptés. Ce qui me fit relever les yeux vers lui fut le fait qu’il me dise l’avoir quitté tout de suite après parce qu’il m’aimait déjà.

Inconsciemment, mes joues se tintèrent d’un léger rose et mon regard ce fit timidement fuyant. Ma main dans la sienne resserrait doucement son étreinte alors que je me mordillais doucement la lèvre inférieure. Il fallait que je me reprenne. Mais j’étais toujours à me questionner, alors je ne retenais pas. « Depuis quand… ? Depuis quand me regardes-tu différemment ? »

Doucement mon regard se reportait sur lui, slalomant de sa main liée à la mienne vers le haut de son bras, vacillant sur son torse avant de s’attarder sur sa pomme d’Adam et enfin s’arrêter sur ses lèvres. Je n’aurai pas refusé une pluie de nouveaux baisers entouré au passage par la chaleur de ses bras. Je le détestais de me faire vouloir cela. Il ne devait définitivement pas être humain. Et un peu pour me venger, de manière puérile entendons-nous bien, étant donné qu’il me faisait me sentir inconfortable, je lui envoyais une petite pique sans réelle méchanceté, tout juste grommelé entre mes lèvres timidement pincées.

« Ca fait deux fois que tu parles de finir tes jours avec moi… Ca va tes chevilles ? Tu m’as l’air bien sûr de pouvoir partager ensemble une liaison sentimentale. » Mes yeux remontèrent dans les siens, légèrement humides et éclairés d’une petite étincelle témoignant du fait qu’il n’était pas dans l’optique de lui faire véritablement du mal, ainsi que de la demande muette de recevoir plus d’attention.

Pour une fois, même 5 minutes, je voulais laisser mes doutes de côté et me laisser aller avec le courant que représentait Sang Min. Il n’était pas dit que je resterais ainsi plus d’un quart d’heure, mais au moins l’espace de ce temps là, je voulais me montrer un peu honnête.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 24 ans
Emploi : Ouvrier - Rebelle
Nam Sang Min

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [+18] We need to talk || ft. Aran   Lun 2 Mai - 18:20


We need to talk
Sang Min & Aran


Choe Min. Je ne m'étais pas attendu à ce qu'il mette le sujet sur la table. Surtout que cela remontait si loin ! Je comprenais bien qu'il parlait des gestes et de leur honnêteté. Mais comprendrait-il que je n'avais finalement fait que mentir à ma mère ? J'avais tout de même eu une expérience avec Min, mais ce n'était pas allé très loin. Après tout... Lui, Aran, avait déjà été dans mon esprit à ce moment là. Je fis donc au mieux pour expliquer les choses, poru ne pas qu'il s'en fasse ou qu'il doute encore de moi. C'était fini avec Min. Et j'étais sincère, vraiment, envers lui. Je lui tenais la main, et attendait de nouveau une réaction de sa part, lui qui avait de nouveau la tête baissée.

Aussi le voir, les joues légèrement rougies, me troubla suffisamment. Je le trouvais en cet instant tellement mignon. Je ressentais sa main se resserrer sur la mienne. De mon pouce, je venais la caresser doucement, avant de répondre à sa question :
- Depuis... Depuis que tu as pris soin de ma mère...Dès que je t'ai vu. J'allais encore me livrer. J'allais encore sans doute trop en dire. Mais qu'importe. Tu sais, tu n'aurais pas été là, elle serait partie plus vite. Mon père a commis le pire crime ici en attentant à la vie du dictateur. Je ne l'ai su qu'après avoir pu récupérer son corps, qui avait été laissé au milieu de la rue à titre d'exemple, par la dictature. Ma mère n'a rien vu bien sûr, mais à cause des gros titres, parlant de mon père, personne n'a eu envie d'aider ma mère. Mais toi, tu as été différent. Et plus je te côtoyais, plus ce que je ressentais pour toi devint fort.

Je ris un peu à sa pique, ne le quittant pas des yeux. Je voyais bien sa manière de me regarder. J'avais bien vu sa façon de me détailler du regard aussi. Je voulu alors me faire aussi taquin qu'il ne le devenais là. De nouveau sans le brusquer, je me rapprochais de lui, la main venant doucement effleurer sa mâchoire et sa joue.
- Si tu ne le veux pas, alors pourquoi me regarder de cette façon ? A me regarder comme ça, je vais avoir envie de t'embrasser une nouvelle fois...

Et peut-être même de façon plus intense que la première fois, s'il insistait. Et dieu sait que j'en avais déjà envie. Si je m'écoutais vraiment, je volerais ses lèvres, les couvrirai de baisers à en perdre la raison, je le serrerais contre moi... Mon regard glissa sur ses lèvres. Sans me rendre vraiment compte, je me pinçais la lèvre, voulant déjà retrouver le contact des siennes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 24 ans
Emploi : Médecin-vétérinaire
Sang Aran

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [+18] We need to talk || ft. Aran   Mar 3 Mai - 23:28


We need to talk
Sang Min & Aran


A bien y réfléchir, bien que Sang Min m'ait beaucoup parlé de lui, mon attitude avait dû le freiner quant au fait de me parler des choses les plus importantes. Comme le fait de me dire clairement qu'il faisait partie de la rébellion, ou l'implication de son père avant lui dans ce mouvement. Il ne me parlait jamais de son travail ou des gens qu'ils côtoyait. En fait, bien malgré le nombre de fois où il m'avait parlé, je ne pouvais pas prétendre bien le connaitre.

Lorsqu'il m'apprit m'avoir porté de l'intérêt presque aussitôt notre rencontre, je me dis simplement qu'il était donc normal que je n'ai pas vu de changement flagrant dans son regard. Puis, pour m'expliquer le pourquoi, il me confiait enfin quelque chose de réellement important. A l'époque, bien sûr que j'avais entendu parler de cet événement. Néanmoins, je me fichais pas mal de cela. Lorsque la mère de Sang Min me faisait la conversation, je n'avais pas fait de rapprochement. Quand bien même ç'aurait été le cas, mes actes d'un individu ne devait pas détruire l'avenir de toute une famille. Enfin, ce n'était là que min avis.

J'avais un pincement au coeur que ça lui soit arrivé, mais j'étais aussi pour une fois content qu'il me parle de lui. Pour ses explications, je trouvais tout de même étrange de porter de l'intérêt pour un homme, surtout au premier abord, mais je n'avais plus envie de le rejeter ou lui faire du mal.

Rapidement ce fit à son tour de me taquiner tout en se rapprochant de nouveau de moi. J'avais alors comme la sensation qu'il tentait de me faire réclamer ce baiser et je n'étais pas assez à l'aise avec cette idée. Pour autant, hors de question de se laisser avoir. "Je me rend simplement compte que je ne t'ai jamais bien observé finalement."

Je profitais du contact de sa main sur ma joue tandis que la mienne l'imitait sur la sienne. Mon pouce vint alors faire une légère pression sur sa lèvre inférieure afin de le faire cesser ce pincement incontrôlé. Mon autre main dans la sienne le tira doucement avant de poser sa main sur mes reins, nous collant subtilement tout en donnant la sensation mensongère qu'il avait réduit la distance entre nous.

"Tu ne t'es jamais fait prié pour prendre ce que tu voulais..." murmurais-je alors tout en continuant de jouer avec sa lèvre de mon doigt.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 24 ans
Emploi : Ouvrier - Rebelle
Nam Sang Min

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [+18] We need to talk || ft. Aran   Mer 4 Mai - 20:54

[quote="Nam Sang Min"]

We need to talk
Sang Min & Aran


J'avais révélé beaucoup de moi-même. Je ne sais pas si un jour il en fera autant, mais si aujourd'hui cela permettait de le rassurer, alors je pouvais bien le faire. Il savait maintenant tout de moi, qui était mon père, ma mère, ce qui a pu être le déclic qui m'ait fait intégrer la rébellion. J'en voulais à mon père d'avoir osé faire ce genre de chose, mais j'en voulais à la dictature de l'avoir traité ainsi et de m'avoir ainsi tenté de m'empêcher de tenter de l'enterrer dignement. Ma mère en a payé le prix aussi. Moi je voulais laver notre nom, et foutre en l'air tout le système.

Ces pensées disparurent juste pas les paroles d'Aran. Il ne m'avait jamais bien observé ? Peut-être... Mais finalement, il savait malgré tout, à présent. Alors il n'y avait aucun mal à ça. Je lui souris doucement et m'étais rapproché à sa pique. Je fus un peu surpris de le voir être maintenant totalement différent de d'habitude. Sa main sur ma joue puis la pression de son pouce sur ma lèvre me firent légèrement frissonner. Sa façon de me regarder me disait assez ce qu'il souhaitait, malgré les mots. Mais quelque part, malgré l'envie de l'embrasser, j'avais cette crainte de faire quelque chose qu'il ne souhaitait tout de même pas. J'avais besoin qu'il me donne plus qu'un regard pour le faire. Etrangement il accédait déjà à cette volonté de ma part, me rapprochant davantage et posant ma main sur ses reins. Il allait me rendre fou. Je sentais déjà mon coeur s'emballer.

Ne le quittant pas des yeux, ma main quitta sa joue pour rejoindre la sienne posé sur ma joue. En douceur, je le faisais cesser ses caresses tentatrices sur mes lèvres.
- Non c'est vrai... Et je ne pense pas que ça changera... murmurai-je en retour. Et poussé par l'envie, mes lèvres allèrent retrouver la douceur des siennes. Mais si j'avais pu ne pas aller plus loin la première fois, cette fois-ci, le serrant doucement un peu plus contre moi, à l'aide de ma main présente sur sa taille, je ne pu m'empêcher de l'embrasser véritablement, ma langue passant la barrière de ses lèvres pour aller rejoindre la sienne.

Je cessais même de me poser trop de questions. Je souhaitais juste profiter. Je me laissais donc guider par mes envies, l'embrassant encore avec tendresse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 24 ans
Emploi : Médecin-vétérinaire
Sang Aran

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [+18] We need to talk || ft. Aran   Mar 10 Mai - 1:53


We need to talk
Sang Min & Aran


Finalement, leur attirance avait fait en sorte que les choses se faisaient doucement plus fluides. Leurs deux corps s’appelant l’un à l’autre, leurs regards craintifs et pourtant brûlants d’un désir non-dissimulé et finalement leurs lèvres se mêlant avaient été comme une évidence. Aran fut de nouveau collé à Sang Min, retrouvant la sensation tant désirée des lèvres de cet homme.

Pourtant, il ne s’attendait pas à un tel baiser. Lorsque l’ouvrier passait le barrage des lèvres pourtant jusque là closes du médecin, ce dernier eut envie de fuir, faisant aussitôt un pas en arrière. Pourtant, il se heurtait au bureau derrière lui. Cambré au dessus, prenant appui sur sa main pour ne pas s’y étaler, il ne savait où se mettre. Mais puisqu’il avait lui-même attiré son assaillant, il laissait retomber doucement les armes et s’accordait au rythme de cette langue avide. Il n’était pas à l’aise à l’idée de ce qu’il se passait mais, malgré ce dégoût premier, il devait avouer que ce n’était pas désagréable et qu’il appréciait cette passion. Sa main sur le bureau avait emportée avec elle celle de Sang Min et doucement, lentement, leurs doigts s’étaient mêlés les uns aux autres. De son autre main, il avait agrippé sa nuque avant de la laisser se perdre dans la chevelure du citadin.

Doucement, quelques petits soupirs s’étaient joints aux sons de leur jeu de langues. Dans un premier temps, Aran ne s’était pas rendu compte qu’il était celui qui émettait ces soupirs fiévreux, cependant, bien vite, alors qu’il se sentait totalement tomber dans le piège de la passion grandissante de son partenaire, ses sens semblaient le rappeler à l’ordre. Plus encore, tout son corps se montrait bien trop sensible à cet homme l’enlaçant. C’était incroyablement gênant et incompréhensif, lui qui n’avait ressenti certaines choses qu’au petit matin comme une réaction naturel à l’homme.

Doucement, il éloignait les lèvres de Sang Min en éloignant doucement son visage, le poussant délicatement de ses longs doigts venus sur son menton. Comme essoufflé, il détournait le regard en reprenant timidement son souffle. Ses yeux s’étaient légèrement teintés de rouge, alors qu’ils étaient recouverts d’une légère couche aqueuse. Son torse se soulevait anormalement à chaque fois qu’il respirait et il semblait incroyablement plus fragile que d’habitude.

C’était bien là ce qui le faisait fuir. Sang Min avait un pouvoir envoutant sur lui…

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 24 ans
Emploi : Ouvrier - Rebelle
Nam Sang Min

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [+18] We need to talk || ft. Aran   Mar 10 Mai - 15:32


We need to talk
Sang Min & Aran

Son regard sur ma personne, ses caresses sur mes lèvres... Il était devenu de plus en plus tentant et attirant. Savait-il seulement l'effet et l'attraction qu'il avait sur moi. C'était incroyablement fort. Alors, j'avais répondu à sa demande silencieuse, faite simplement par le biais de ses gestes, m'attirant plus contre lui, sa main m'autorisant à le tenir par la taille. J'avais alors décidé de ne plus me poser de questions. Je suivais mes envies, me laissait guider par celle-ci. Je cessais de me bloquer. De toute façon, il n'avait qu'à me dire "non", m'arrêter, je le respecterai, ne voulant tout simplement pas faire quelque chose qu'il n'aime pas et ne veut pas. L'envie de l'embrasser est trop forte. J'avais repris ses lèvres entre les miennes en douceur, mais j'avais aussi osé passer la barrière de ses lèvres pour laisser ma langue retrouver la sienne, et l'entrainant dans une valse tendre et passionnée.

A ce moment précis, je le sentis reculer précipitamment, s'acculant contre le bureau. Il m'avait entraîné avec lui, ma main devant m'empêcher de tomber et prenant aussi appui sur le meuble derrière lui. J'avais du le surprendre par ce geste. Et si je m'attendais à ce que le baiser s'arrête là, il n'en fut rien. Au contraire, sa main vint se lier à la mienne. Je sentais ses doigts sur ma nuque, pour mon plus grand plaisir. Je l'embrassais encore alors, le coeur battant. J'étais bien incapable de résister, surtout alors qu'il m'invitait à poursuivre. J'entendais aussi ses soupirs fiévreux, ce qui n'arrangeait en rien ce que je ressentais en cet instant pour lui. S'il savait... J'avais toujours rêvé un moment ou un autre de ce jour où j'en serais là. J'étais presque collé à lui, ma main encore sur sa taille. Et c'était un supplice que de devoir résister à l'envie de le toucher d'avantage, et de sentir sa peau sous mes doigts.

Le baiser malgré tout prit fin. Il me repoussait en douceur. J'avais la respiration lourde. Son corps contre le mien, j'avais l'impression de tout ressentir venant de lui. Je voyais même très bien dans quel état je le mettais. Mais il devait aussi se rendre compte de l'état dans lequel il me mettait. Il détournait de nouveau les yeux. Mon front se posa sur son épaule. Mon autre main restée sur sa taille, remonta sur son dos, rejointe par l'autre. J'avais l'impression que mon coeur s'harmonisait avec le sien, que ma respiration s'harmonisait avec la sienne. Je voulais plus. Je l'avais toujours désiré. C'était sans doute idiot de ma part, mais de nouveau je suivis mes envies, laissant mes lèvres caresser son cou, ma main redescendant sur sa taille, tirant sur sa chemise pour la libérer de la ceinture.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 24 ans
Emploi : Médecin-vétérinaire
Sang Aran

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [+18] We need to talk || ft. Aran   Jeu 19 Mai - 3:26


We need to talk
Sang Min & Aran


L’énervement et les peurs avaient laissé place à la passion d’une attirance et d’un amour certain. Leurs corps et leurs sentiments avaient toujours été étroitement attirés comme des aimants mais la conscience d’Aran avait été comme un répulsif, comme un mur entre les deux parties ne cherchant qu’à se trouver. Pourtant ce mur avaient des failles et enfin les deux hommes arrivaient à se comprendre un peu, à s’enlacer l’un et l’autre. Plus encore, Aran avait tout accepté des gestes de Sang Min, jusqu’à le laisser l’embrasser langoureusement, témoignant de son désir gardé secret jusqu’ici. C’était là une situation étrange puisque le médecin n’aurait jamais pensé se laisser aller au rythme d’un partenaire par envie et non par devoir. Son corps tout entier hurlait à la consommation de leur amour refoulé, en même temps que celui de l’ouvrier montrait un désir égal.

Perdu dans un corps sincère, aux nombreuses attentes, Aran se laissait tomber à peine assit sur son bureau, ne perdant pas plus de cinq centimètres de hauteur. Son regard fuyait la réalité alors que tout de lui montrait une facette que Sang Min n’avait pu qu’imaginer dans ses rêves les plus téméraires. Son torse se soulevait péniblement au gré de sa respiration, d’entre ses lèvres sifflaient entre deux respiration des soupirs à la limite de petit gémissements et, bien qu’il eut souhaité le caché en posant une main située entre ses deux jambes au bord du bureau, il était vrai que oui, son corps appelait à l’assouvissement d’un désir qu’il ne connaissait pas encore. Alors qu’il découvrait progressivement l’état équivalent du corps l’enlaçant, il se laissait pleinement faire encore une fois, ne montrant aucune hostilité, désirant simplement se laisser aller, ne prendre aucune responsabilité de la consommation d’une union tant souhaitée.

La raison l’ayant abandonnée, Aran offrait gracieusement son cou aux lèvres de son partenaire, ne réprimant guère quelques petits frissons. Pourtant, il se sentait fiévreux et se mit à déboutonner fébrilement quelques boutons de sa chemise, espérant trouver un peu de fraicheur en la découvrant. Il acceptait et appréciait également le fait de sentir sa chemise être libérée de son pantalon pour légèrement découvrir sa peau. Mais Sang Min serait probablement surpris de l’audace à demi innocente de l’être qu’il aimait lorsque celui-ci, après avoir ressentir la chaleur du cou du rebelle sous ses doigts, se mit à déboutonner également plusieurs boutons de son hauts.

« Tu es brûlant… » Adorablement attentif et professionnel, il avait pensé le découvrir un peu pour le soulager.

Délicatement, la main qui se trouvait encore au bord du bureau, remontrait sur son torse, se heurtant involontairement dans son ascension avec celui-ci contre l’intimité tout aussi expressive de son vis-à-vis. Rassuré de ne pas être seul ainsi, il ne s’en était pas tellement trouvé gêné et n’avait faire aucun mouvement de recule ou aucune remarque. Finalement, d’une main sur sa nuque, il tira Sang Min afin de l’empêcher de continuer ses baisers dans le cou du médecin pour s’occuper des lèvres esseulées qui n’attendaient que leurs partenaires. Son autre main elle s’était frayé un chemin sous le col négligemment desserré de sa chemise pour venir se perdre sur le haut de son épaule et doucement glisser entre la fin de la nuque du citadin et le haut de son dos.

Il ne l’ignorait pas, ne voulait pas l’ignorer… Il appelait aux attentions de Sang Min, lui offrait quelques intentions pour en obtenir le double. Sans qu’il ne sache comment ce pourrait être possible et pourquoi il avait de telles pensées, il ne pouvait se le cacher : il souhaitait du plus profond de son être se fondre avec cet homme si spécial à son cœur. Sa raison ayant mit les voiles, il se sentait comme un animal appelant à assouvir des besoins aussi important que manger ou boire, celui de consumer une obsession trop longtemps contenue.

« Montres moi… à quel point tu m'aimes… Sang Min…! » Sa voix étaient tremblante, hachées entre deux gémissement réclamant aux attentions, entre deux baisers fougueux, bien plus passionnés que peu de temps auparavant.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 24 ans
Emploi : Ouvrier - Rebelle
Nam Sang Min

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [+18] We need to talk || ft. Aran   Dim 29 Mai - 0:37


We need to talk
Sang Min & Aran


Je l'avais toujours désiré. Et ce qui était en train de se produire, je ne l'avais vécu jusqu'ici que dans mes rêves les plus fous. C'était incroyable, presque impensable que j'en sois maintenant là avec lui. Les choses venaient de prendre un tel tournant que je ne voulais plus m'empêcher de suivre mes envies même les plus folles. D'autant qu'Aran semblait de plus en plus me pousser à le faire. Le mur qui nous avait toujours tenu à distance, venait-il de tomber ? Rien n'était moins sûr, mais je n'y pensais plus. Je ne pensais qu'à nous à présent, et rien qu'à ce moment unique. Enfin je pouvais aimer Aran totalement, le lui montrer, l'exprimer de toutes les façons possibles. Et ce qui me confortait à le faire encore et encore était de le sentir exprimer la même chose.

Je remarquais sa main voulant dissimuler la réaction de son corps que je sentais brûlant à présent que je passais ma main sous sa chemise. Il pouvait dire tout le contraire, son corps lui ne mentait pas. Il ressentait les mêmes envies, les mêmes désirs que moi. J'embrassais son cou, le caressant parfois de mes lèvres. Et puis je ressentis comme de la fraicheur. Aran avait commencé à s'occuper de ma chemise, la déboutonnant peu à peu. Je ressentis même un frisson au passage de ses doigts sur ma nuque. Tout comme lui, ma main déboutonnait sa chemise avant d'appliquer des caresses subtiles sur sa peau chaude avant de faire glisser le vêtement de ses épaules.

- Sans doute parce que tu l'es aussi... Un nouveau frisson me saisit alors que sa main rencontra mon entrejambe. Ce geste involontaire avait été si inattendu qu'il m'avait presque surpris. Mais l'audace et les prises d'initiatives de plus en plus grandes du médecin me surprenaient bien davantage.

Plus qu'en temps normal, Aran se montrait très expressif. Parce qu'il le décida, je cessai mes baisers sur son cou et retrouvai la douceur et le goût fort agréable de ses lèvres. Ma main sur sa taille le serra un peu plus contre moi. La sensation soudaine de fraîcheur me saisit de façon très agréable. Et de nouveau Aran me troubla et excita mes envies les plus folles par ses baisers extrêmement passionnés, ses soupirs tièdes et sa réclamation.

Je souris contre ses lèvres. Mes mains se perdirent ensemble au niveau de ses reins, collant davantage nos corps si bien que ni lui ni moi ne pouvions vraiment ne pas faire attention à nos intimités très expressives.
- Avec grand plaisir Aran... Je le fis quitter le bureau pour aller avec lui à un endroit tout de même un peu plus confortable. Installé au dessus de lui, suivant sa demande, ayant plus qu'envie de le lui montrer, l'une de mes mains commença à déboutonner son pantalon. Je ne vais pas me retenir.... Même si tu me dis non par la suite, à présent j'irai jusqu'au bout... Parce qu'il me l'a demandé. Parce qu'il le veut tout autant que moi. Ma main finit de dégrafer son pantalon et le lui retira. Je vins alors l'embrasser fiévreusement, ma main se glissant dans son sous-vêtement, pour caresser en douceur son entrejambe.  

Il était si beau et si excitant à être aussi demandeur d'attention... Maintenant, je pouvais encore plus sentir ses frissons, et ses réactions gonflaient mon désir déjà ardent. Je vins mordiller son oreille, ma main entamant des mouvements sur son membre en douceur. Je le massai, savourai son corps en le marquant de baiser et de caresses, et le trouvai toujours plus beau. Cette peau parfaite, ce corps aux airs fragiles si expressif... Je l'aimais bien plus encore qu'avant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 24 ans
Emploi : Médecin-vétérinaire
Sang Aran

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [+18] We need to talk || ft. Aran   Mer 1 Juin - 2:17


We need to talk
Sang Min & Aran


La température semblait avoir accrut au point que j’eu l’illusion d’être en été. L’air semblait lourd et incroyablement chaud. Mais ce que j’ignorais, c’était que la chaleur de nos deux corps réchauffait celle-ci. Je m’étais dis que parce que la température environnante avait augmenté, notre propre température également. Une pensée bien naïve qui me poussait à ouvrir en partie la chemise de mon vis-à-vis. A vrai dire, c’était bien la seule pensée qui trônait dans ma tête, en plus de celle d’obtenir toujours plus d’attentions et de tendresse de la part de Sang Min. Alors je lui en offrais pour le pousser à m’en donner toujours plus, caressant sa peau de mes doigts. Je me rendais compte au passage que ses lèvres étaient comme une drogue pour moi, à mesure que je l’embrassais, je m’offrais toujours d’avantage à cet homme.

Finalement, il me retirait cette chemise trop encombrante encore sur mes épaules, et je l’aidais même à m’en débarrasser. Mais plus que la fraicheur, je ne désirais que ses lèvres contre les miennes. Elles me procuraient une douce ivresse dans laquelle je voulais m’enfoncer, me laissant consumer par la tentation, me laissant aller au déclin d’un péché immoral aux yeux de notre société. Aimer être aimer par un homme en en étant un également. Je n’arrivais pas à mentir sur leur effet sur moi, à la limite de vouloir les mordre, soupirant mon désir et mon plaisir. J’étais réduit à l’état de bête, d’animal sous le contrôle de ses instincts les plus primaires. Mais je ne m’en rendis compte que lorsqu’il me collait à lui, me faisant ressentir plus explicitement l’état dans lequel je le mettais. La sensation dure contre mon bas ventre et ses mots me firent pousser un grognement sourd alors que je plantais nerveusement mes ongles dans son épaule.

Je le laissais me diriger vers la banquette sur laquelle mes clients s’installaient dans l’attente de leur tour, tirant sur les derniers boutons de sa chemise sans douceur, aucune, et me retrouvais sous lui. Le soleil déclinait, offrant au dehors une coloration rouge-orangée. Les rayons se faufilaient dans la grande pièce et lorsque la chemise de mon ouvrier tombait de ses épaules, son corps me semblait galvanisé. Le mouvement de ses muscles étaient incroyablement sensuels, soulignés par cette lumière aux couleurs chaudes. A vrai dire, ses mots ne furent d’aucune utilité, mon esprit tout entier captivé par cette image. Il ressemblait à mes yeux à un dieu, un dieu passionné déchainant mes propres passions sur son passage, appelant à une débauche que je ne connaissais aucunement. Pour certains, il pouvait sembler insignifiant, mais pour moi… C’était une histoire bien différente. La seule réponse que je réussissais à lui souffler, sans l’avoir écouté, fut un gémissement de pleine soumission. Même si je l’avais écouté, la réponse aurait probablement été la même. Je le voulais et il pouvait bien faire les choses les plus inimaginable de moi que je l’aurai laissé jouer avec moi.

Alors qu’il déboutonnait les boutons de mon pantalon, je caressais son torse de mes doigts, retraçant les courbes de ses muscles avec minutie. Il n’était pas trop musclé mais ne l’était pas non plus pas assez. J’avais envie d’y planter mes ongles, d’y planter mes dents, d’y laisser ma marque. C’était purement bestial, je ne voulais pas y laisser la simple marque de mon passage mais l’y enfoncer de la plus vile des manières. Ma raison ne m’en aurait guère empêchée, seul le fait que ma vision puisse être obstruée d’une pareille vue en faisant une telle chose m’en empêchait. Et finalement, sans que je m’en aperçoive, je me retrouvais vêtu d’un unique tissu.

Ma perte de contrôle sembla être totale alors que je retrouvais ses lèvres et je ne pris même pas conscience tout de suite de sa main aventureuse, trop occupé à reprendre une nouvelle dose de cette drogue de laquelle je devenais dépendante. Pourtant, une chaleur semblait grimper plus violemment de mon bas-ventre, aussi brulante que mes lèvres. Yeux à demi-clos, j’observais son épaule semblant s’activer à un rythme régulier. Alors doucement, mes yeux suivirent les lignes de son bras alors qu’il parsemait ma peau de baiser et je réalisais ses gestes. Je ne saurai dire si j’étais choqué, surpris, mais effectivement, j’observais ce qu’il me faisait avec curiosité, et cette prise de conscience me fit réaliser les sensations me parcourant. Me mordant la lèvre, j’agrippais la bordure de la banquette d’une main et son bras de l’autre tandis que mes jambes venaient s’enrouler avec les siennes.

Dans un premier temps, je le laissais faire, me laissant simplement emporter égoïstement dans mon propre plaisir, mais le désir égoïste ne fut pas long à se transformer à un désir de partage. C’était agréable au point que je me laissais engloutir dans un nouvel univers et je voulais qu’il le partage avec moi, qu’il s’y perde avec moi, que nous ayons une bulle bien à nous, à l’abri de tout autre chose que nous. Alors finalement, ma main tenant la banquette vint faire son chemin vers son pantalon que je dégrafais avant de libérer son membre de sa prison de tissu, tirant son boxer et son pantalon sous son postérieur. C’était la première fois que j’observais l’intimité d’un autre homme et je n’avais pas là une réaction pudique, bien au contraire, je trouvais cela grisant de la découvrir, tant visuellement que par le touché de mes longs doigts fins. C’était à la fois pareil et différents de la mienne, et je trouvais cela fascinant. Précautionneusement, je mimais alors doucement ses gestes pendant un temps, avant de jouer sur le rythme et la pression de ma main. J’étais curieux de connaître son appréciation, ses préférences.

Malgré tout, ce ne durait que peu de temps avant que le rythme de ma main se fasse plus saccadé tandis que l’étau de mes doigts se desserrait. Mon corps se tortillait fébrilement sous le sien, mon dos se cambrant légèrement tandis que mes cuisses remontaient sur ses hanches pour les serrer entre elles. Yeux clos, lèvres pincées, les première traces se mon plaisir perlaient de mon intimité, une pré-semence s’échappant de mon entrejambe. J’avais déjà dû soulager quelques ardeurs matinales, mais jamais je n’avais éprouvé de plaisir et jamais je n’avais réagis si rapidement. Alors entre les mains de cet être divin, l’air semblait me manquer à mesure que le plaisir mes faisait perdre l’esprit. Transpirant, soupirant, je soupirais son prénom à un rythme tout aussi discontinu que les battements de mon cœur. J’avais un désir inexpliqué de ne faire plus qu’un avec lui, m'unir à lui et ne devenir qu’un seul et même être, mais ma requête silencieuse ne pourrait être comblée, n’étant ni lui ni moi de la gente féminine. De ce fait, bien que mon corps réagissait instinctivement à ce désir d'union, ma tête semblait tout à fait prête à se contenter de la jouissance offerte par la main de l'être que j'ignorais aimer.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 24 ans
Emploi : Ouvrier - Rebelle
Nam Sang Min

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [+18] We need to talk || ft. Aran   Jeu 2 Juin - 19:35


We need to talk
Sang Min & Aran


Aran ne devait pas vraiment se rendre compte combien il devenait de plus en plus sensuel à mes yeux. La glace était belle et bien brisée. Le médecin me montrait peu à peu ce qu'il voulait vraiment, exprimait enfin ce qu'il pensait en cet instant. Jamais il n'avait été aussi expressif et démonstratif. Etait-ce à cause de l'atmosphère devenue plus chaude, plus tentatrice? Je n'en savais rien. Mais j'avais l'impression qu'il s'ouvrait enfin à moi, dévoilant sous mes yeux l'ensemble de ses sentiments. Son toucher sur mon corps ne me laissait absolument pas indifférent. J'avais envie même qu'il ne cesse pas ses caresses, tant elles étaient agréables. Je ne me posais même plus la question de savoir si j'étais en train de rêver, ou non. Je me laissais aller totalement. Aran ne m'en empêchait pas non plus et rien pour l'instant ne venait briser ce moment que j'avais pourtant toujours cru impossible, malgré tout.

J'étais heureux qu'il se donne enfin à moi. Qu'il s'agisse d'un rêve éveillé ou non, j'adorais la sensation de sa peau douce et tiède sous mes doigts, dessiner les lignes de ce corps que je découvrais sans aucune retenue. Sous la lumière déclinante rouge orangée, je le trouvais encore plus beau, encore plus attirant, sa fragilité physique mise bien plus en évidence sous mes yeux. Ses baisers passionnés me rendaient fou. Ses lèvres étaient si savoureuses... Je ne me lassais pas de les embrasser. Plus je le touchais, plus je l'embrassais, et plus il m'en demandait. Savait-il seulement jusqu'où je pouvais aller ? J'étais maintenant capable de tout. Mais à présent plus rien ne pourrait m'arrêter. Pas même un non de sa part. Je laissais mes lèvres l'embrasser à nouveau, alors que ma main s'était mise à caresser son entrejambe tendue par le plaisir. A découvrir ainsi davantage son corps, j'en eu un frisson. Mes lèvres embrassèrent son cou puis sa clavicule, tandis que ma main entama des vas et vient, cherchant à amplifier son plaisir. Mes lèvres continuaient également à parcourir son corps, passant ma langue sur sa peau parfaite.

Je le sentais sous mes doigts. Ce que je faisais en cet instant ne lui déplaisait pas bien au contraire. Aussi je n'hésitais pas à accentuer mes caresses, les rendant plus appuyées de temps à autre, accélérant ou ralentissant le rythme. Je remontais mes lèvres et puis de nouveau il me surprit. Sans que je ne m'y attende, il avait ouvert mon pantalon, l'avait baissé, et venait passer ses doigts sur mon entrejambe. Je lâchais un soupir tiède contre la peau de son cou alors que ses doigts me faisaient ressentir un plaisir de plus en plus intense à mesure qu'il imitait mes gestes. Qu'il me touche de cette façon était quelque chose que je n'aurais jamais imaginé, et c'était si agréable, si bon, que je voulais qu'il le fasse encore. En retour, je lui offrait le même plaisir, ma main renforçant encore ses gestes sur son sexe.

Bientôt, je le sentis perdre pied, son corps réagissant d'avantage, se cambrant sous le mien et ses jambes se resserrant autour de ma taille. J'avais la sensation que tout son corps me réclamait. Et moi je le voulais tout entier, ne faire qu'un avec lui, le posséder... Tout ceci était bien interdit. Embrasser Aran aussi langoureusement que je le faisais à présent, aussi fiévreusement, mordillant sa lèvre par moment, mais aussi savourer son corps tout entier de cette manière, tout cela la dictature n'en voulait pas, mais je m'en fichait éperdument. La seule chose à laquelle je pensais même en cet instant c'était d'aimer Aran encore et encore, et de le faire mien, tout entier.

Je le sentais atteindre sa limite. La mienne n'était pas loin non plus, tant sa main me procurait un plaisir fou. Mes doigts jouaient cependant avec son entrejambe, changeant par moment la manière de le toucher, effleurant ou bien caressant à pleine main cette peau chaude et gonflée de plaisir. Ma main libre venait glisser le dernier vêtement qui lui restait, laissant l'autre à ses occupations. L'entendre soupirer ainsi mon nom, son corps réagissant à présent à chacune de mes caresses, je ne pouvais plus réfréner l'envie d'aller encore plus loin. Je ne sais pas s'il était capable d'imaginer cela possible ou même envisageable. Aussi je me montrais plus que doux et tendre avec lui. Cessant alors mes caresses, je venais glisser à son oreille avec envie:
- Aran... J'en veux davantage... J'en veux encore... J'ai vraiment envie de toi... Mes doigts allèrent plus loin, venant jouer cette fois avec son intimité. Il était un homme oui. Mais j'espérais ne pas lui faire peur à agir ainsi. Aussi je prenais le temps de faire les choses. Allait-il m'arrêter? M'empêcher de le toucher de la sorte? Laisse-toi aller... Détends-toi... Je ne te ferai jamais de mal Non jamais. Jamais je n'oserai le blesser ou lui causer la moindre souffrance. Aussi je me montrais extrêmement tendre avec lui, laissant un de mes doigts le pénétrer lentement et en douceur. J'espérais aussi que mes mots le rassure, lui fasse comprendre qu'il pouvait me faire confiance et que je savais ce que je faisais. Seulement, j'en était rendu à un point où je ne pouvais vraiment plus reculer, ni m'arrêter. Je le voulais tout entier, dès à présent.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 24 ans
Emploi : Médecin-vétérinaire
Sang Aran

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [+18] We need to talk || ft. Aran   Lun 6 Juin - 2:30


We need to talk
Sang Min & Aran


Alors que nous nous embrassions, mon esprit réussit à faire naître quelques pensées négatives. Et s’il se moquait de moi encore une fois ? Qu’il jouait ? Jusqu’à aujourd’hui, son affection pour moi avait toujours été exprimée sous forme de plaisanteries. Alors si ce dit « amour » n’était qu’un jeu ? Mon cœur se serrait à cette idée alors que j’étais ainsi entre ses bras. Peut-être était-ce une réaction pour me protéger de cette douleur sourde, mais je chassais volontairement ces pensées. Ses lèvres me laissaient croire que l’enfer était doux, suave, et que se laisser tenter était un tabou rendant bien heureux ceux qui l’enfreignent. Tout ceci avait un goût de paradis. Je voulais m’enfoncer dans l’illusion de ses étreintes et ne plus revenir à la réalité.

Je me laissais charmer par ses attentions envoutantes et son corps me semblait divin sous cette lumière. L’observer se mouvoir sur moi était un délice pour mes yeux. Les mouvements de son torse sous sa respiration discontinue, le gonflement de ses muscles à chacune de ses actions. C’était comme si tout son corps, tout son être, me happait dans un univers de luxure. De nombreuses images me traversaient l’esprit et je me sentais réduis à l’état d’animal. Je ne voulais faire qu’un avec lui, le marquer tant physiquement que de manière spirituelle. Le marquer comme m’ayant appartenu à toute personne souhaitant s’en approcher. Plus il faisait naître en moi des désirs libidineux, plus cet envie s’intensifiait et ce bien malgré le fait que je lui donne également quelques intentions. Tout mon corps s’exprimait, aucun muscle ne semblait manquer dans l’expression de mon plaisir. Mais j’étais bien heureux de le sentir aussi réceptif que moi. Même s’il venait à jouer, je ne lui étais pas indifférent.

Doucement, je le sentais devenir plus tendre dans sa manière de me toucher avant de cesser ses caresses sur mon membre. J’avais envie de lui hurler de reprendre, n’ayant pas encore atteint le plaisir le plus puissant qu’il m’ait été donné d’avoir. Mais je n’y arrivais guère. Alors qu’il murmurait à mon oreille, mon sexe tressauta en même temps que mon corps était secoué d’un frisson. L’entendre ainsi parler créait en moi une nouvelle forme de plaisir, un plaisir impudique. Je ne pouvais pas le cacher, l’entendre me parler à un tel instant de ses souhait me semblait incroyablement érotique et je rougis imperceptiblement à l’idée qu’il puisse me murmurer quelques avances plus crues mais pourtant bel et bien désirées. Pour l’encourager et parce que je mourrais d’envie de le faire, je mordillais doucement son épaule, me contenant cependant d’y appliquer une véritablement morsure. J’étais mitigée entre timidité et débauche, mue par quelques actions naturelles et certaines plus calculées, n’ayant aucune connaissances sur ce genre d’instant.

Ses premières paroles d’abord me firent ressentir un désir violent, mais ses doigts ne tardèrent pas à me mettre mal à l’aise. D’abord les petites pressions me firent sortir de mon état second pour le fixer avec des yeux interrogateurs, puis, ses mots pourtant rassurant, me rendirent plus nerveux. J’étais déjà détendu, alors pourquoi me disait-il de le faire ? Et pourquoi se sentait-il dans le besoin de me demander de lui faire confiance alors que je m’étais totalement donné à son désir jusque là ? Bien assez tôt, je prenais conscience du pourquoi et me braquais, me resserrant sur ses doigts venus se frayer un chemin en moi comme pour l’empêcher d’aller plus loin.

« Qu-qu’est ce que tu fais… ?! » dis-je d’une voix enrouée.

J’allais repousser sa main en même temps que la totalité de sa personne. Mais un instant je plantais mon regard dans le sien. Mon esprit en éveil me hurlait de fuir, de ne pas le laisser me toucher d’avantage, qu’il ne faisait qu’assouvir quelques fantasmes pervers sur moi. Néanmoins, dans son regard, je pouvais également voir toute l’importance que j’avais pour lui. Il ne m’avait jamais fait de mal et je doutais quelques parts que ses actions actuelles soient dans ce but. Une larme perlait pourtant le long de mes tempes alors que je m’abandonnais de nouveau à lui, toujours crispé sur ses doigts.

« Tu m’as pourtant déjà brisé le cœur… » Murmurais-je en posant mes avant-bras sur mes yeux.

Mon cœur était serré à l’idée de tout lui donner de moi, m’abandonner à des choses que je ne comprenais et ne connaissais pas, pour la simple raison que c’était lui. Et cette douleur liée à la peur de l’inconnu me rappelait ces fois où il m’avait dit que je passerai après la rébellion. Pourtant, « faire l’amour » était un acte que je voulais vivre avec lui et personne d’autre. Mon corps l’aimait, tout mon être l’aimait. Plus encore… Je l’aimais.

« Fais juste en sorte que ce ne soit pas douloureux… » Avais-je dis d’une petite voix presque suppliante.

Je ne savais pas ce qu’il allait me faire, même à cet instant, mais me donner immergé par l’inconnu était bien là la plus belle preuve de mon affection pour lui.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 24 ans
Emploi : Ouvrier - Rebelle
Nam Sang Min

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [+18] We need to talk || ft. Aran   Lun 6 Juin - 16:51


We need to talk
Sang Min & Aran


A ne suivre et n'écouter que mes envies, n'avais-je pas trop négligé les ressentis d'Aran, trop mis de côté tout le reste? Je m'étais laissé porter par ses gestes, ses prises d'initiatives, sa façon de me délivrer ses sentiments et de répondre au miens. J'avais suivi le cours des choses, laissant mes envies prendre le dessus sur tout le reste. Les angoisses s'étaient amondries. J'avais eu le sentiment que la barrière entre lui et moi était définitivement tombée. Les appréhensions ceci dit étaient revenues alors que je voulais déjà aller plus loin avec lui. Je voulais l'embarquer avec moi, au delà de ce qu'il pouvait penser comme imaginable. L'emmener vers l'inconnu et l'impossible. Mais j'en avais sous-estimé le reste.

Bien qu'ayant pris mes précautions, choisi les mots, et bien qu'ayant fait au mieux pour le rassurer, je le sentis se crisper soudain, m'empêchant d'en faire d'avantage, et exprimant d'un coup une angoisse. J'angoissai moi-même, cessant de faire quoi que ce soit. J'avais beau le désirer bien plus fort, le son de sa voix enrouée m'empêcha de faire quoi que ce soit de plus. J'avais agi bêtement. J'écartais ma main, ne voulant pas faire quelque chose qu'il ne voulait pas, refusant qu'il pense que je ne tenais pas compte de ce qu'il pouvait bien vouloir et accepter que je fasse avec lui. Je ne voulais pas qu'il pense que je ne prenais pas ses ressentis en considération. Je tenais énormément à lui. Lui faire du mal ou faire quelque chose qu'il n'aimait pas étaient de loin les dernières choses que je voulais. Certes je m'étais engagée sur une voie d'où j'aurais du mal à en revenir à présent. Mais je ne voulais pas la prendre tout seul.

Voir la larme rouler sur sa tempe m'acheva. Je lui avais effectivement déjà fait du mal... Mais je ne voulais pas recommencer. Je poussais doucement ses avant-bras, le regardant avec amour et essuyant ses larmes, avant de venir le serrer fort contre moi et embrasser sa tempe.

- Aran... Je ne ferai rien que tu ne veuilles pas. Pardonne-moi. Je t'aime tellement...

Je ne souhaitai plus qu'une chose à cet instant. Qu'il ne pleure plus. Le voir pleurer me serrai trop le coeur, surtout si j'en étais la cause. Le serrant tout contre moi, sa peau contre la mienne, ma main glissa dans ses cheveux, voulant surtout le rassurer. Il n'avait qu'à dire qu'il ne voulait pas s'aventurer sur ce chemin là, et je l'écouterai. Même si j'en avais terriblement envie. Mais ça ne se faisait pas tout seul. A n'écouter que mon envie, je serai monstrueux. Et je ne voulais pas l'être à ses yeux.

Et puis ses derniers mots résonnèrent longtemps dans ma tête. Faire en sorte que ça ne soit pas douloureux? Acceptait-il vraiment de se donner tout entier maintenant? J'eus du mal à réaliser. Pouvais-je vraiment le faire? J'avais peur des conséquences. Et s'il n'acceptait aussi que pour moi? Non non... J'espérais vraiment qu'il ne le faisait pas dans ce sens là... Sous le coup du doute et de l'hésitation, mon coeur se mettait à battre contre ma poitrine. Il représentait tellement pour moi que j'osais espérer représenter la même chose pour lui.

Faire l'amour avec lui était quelque chose que j'avais pensé parfois impossible, mais depuis le début de ce moment intense, je m'étais dit que cela pouvait bien nous arriver, et que je pourrais finir par être à lui tout comme il serait à moi. J'avais beau dire... J'avais beau me sentir tiraillé entre l'amour que j'avais pour lui et la rébellion, je savais bien qu'au final je pouvais me retrouver capable de tout... Trahir mes camarades pour lui. Tuer pour lui. Fuir pour lui.... Mourir pour lui.

Ne voulant plus penser à tout cela, je me focalisais finalement sur ses mots. Je le regardais dans les yeux. Sa voix m'avait supplié. Son regard me suppliait malgré son angoisse de ne pas lui faire mal. Ses muscles étaient encore tendus. Je savais que c'était la première fois. Sa réaction avait été suffisamment claire pour que je le comprenne. Je me retrouvais avec la difficulté de lui faire passer un moment dont le souvenir doit être positif pour lui. A cette pensée le rythme de mon coeur s'accéléra. J'approchais mon visage du sien et l'embrassais dans une infinie douceur.

- Je te le promets...

L'embrassant encore avec tendresse, ma main lui apporta de nouveau des caresses le long de sa cuisse et sur sa hanche. L'autre main le souleva légèrement. Et puis je revins le préparer, glissant un doigt en lui, sans me presser, lui laissant le temps de s'habituer. Je caressai en même temps de mon autre main, son dos. Je me faisais tendre. Même mes gestes en lui se faisaient doux, attentifs à la moindre plainte ou crispation de douleur de mon amant.

Je ne faisais pas ça seulement pour assouvir un désir que je nourrissais depuis longtemps. Je cherchais à lui donner du plaisir. Lui montrer de nouveau tous l'amour que j'avais pour lui. Et s'il me disait non, ou m'arrêtait subitement, je le respecterai. Je refusais de faire quelque chose qu'il n'aimait pas. Un deuxième doigt rejoignit le premier suivant les mouvements et le rythme précédent.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [+18] We need to talk || ft. Aran   

Revenir en haut Aller en bas
 

[+18] We need to talk || ft. Aran

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Le Lai d'Ameth'Aran
» "Nabaztag vous propose l'alerte Google Talk" - Mai
» Val d'Aran 1944
» Samus Aran. [validée]
» Crazy Talk

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Lansan, vaste & mystérieux :: Lapanalda-
votez toutes les 2 heures

demandez vos points