AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Un lieu si paisible... [Sang Kil - Liu Tuin Qie ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Âge : 37 ans
Emploi : Conseiller du Conseiller - Médecin - Bourreau
Baek Sang Kil

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Un lieu si paisible... [Sang Kil - Liu Tuin Qie ]   Dim 6 Déc - 13:47


   

   

   

     

   

   Un lieu si paisible
Une Matinée un peu grise



   

 

Sang Kil n'avait pas souhaité être escorté pour cette sortie. Il ne souhaitait aucun gardes du corps ni secrétaires pour l'occasion. Il ne s'agissait pas vraiment d'un rendez vous amoureux, mais d'une visite que personne ne lui aurait fait manquer.
Il avait pris une simple voiture banalisée pour sortir de la capitale et se rendre au cimetière. Sa destination n'était  un mystère pour personne. Mais il ne voulait cependant aucun témoin direct de cela. Sang Kil montrait parfois une curieuse timidité, une grande pudeur dans certaines situations. Mais personne n'aurait songé à s'en moquer...

Le cimetière s'organisait en terrasses. Le silence et le calme qui y régnaient en faisait un lieu de recueillement, de réunions de famille autour de tombes et plus surprenant... de rendez vous amoureux.

Le chemin serpentait autour des terrasses et n'en finissait pas de monter. Sang Kil tout en marchant laissait ses pensées dérivées. La dernière fois, il était monté avec sa fille sur les épaules. Le père et la fille avaient nettoyé la tombe. Et tous les deux avaient longuement parlé à la morte. Sang Kil avait laissé un instant sa fille seule. Elle avait des choses à raconter à sa mère. Mais sa petite voix avait été portée par le vent. Elle avait demandé à sa mère de lui laissé son père le plus longtemps possible. Elle avait promis de le rendre à sa mère uniquement quand elle serait elle-même très, très vieille...


Sang Kil sourit tendrement tout en marchant. Les enfants étaient toujours désarmant par leur innocence. Et l'image de sa fille devenue très vieille et peut être grand mère le portait tout en marchant. Ses mâchoires se crispèrent quand une autre image traversa son esprit.. Il ne laissera jamais sa fille mourir avant lui. Il ne ferra  jamais ce chemin pour la voir. Jamais un enfant ne doit partir avant ses parents.

Sans un regard pour les tombes environnantes de personnalités proches du pouvoir, il s’arrêta devant une tombe semblable aux autres. Seules une modeste dalle annonçait qui dormait sous le dôme de terre et de verdures.

Et comme à chacune de ses visites, il ne voyait que l'age de la mort de sa femme inscrit sous une photo que le soleil et la pluie commençaient déjà à effacer.... vingt ans.

C'est presque d'une humeur massacrante qu'il contempla  la tombe de sa femme. Il fusilla la photo du regard. Il lui aurait presque hurlé dessus si elle avait été en vie. Il se sentait comme un homme abandonné par sa maitresse... et il se trouvait pathétique.

Il s'inclina comme il l'aurait fait devant une reine.

"Notre fille n'est pas venue. Elle est un peu grippée. J'ai du lui promettre de revenir avec elle dans quelques semaines. Elle est terriblement tenace. Elle ne m'a pas permis de partir sans avoir fait cette promesse
Je reviendrais avec de l'alcool et ton plat favori. Nous mangerons tous les trois. Et je vais boire. Je sais que tu détestes cela. Et tu sais que je fume aussi parce que tu détestes l'odeur du tabac..."

Il se tut un instant. Il aurait presque pu sentir son parfum dans le vent. Il inclina la tête. Il ne réalisait pas qu'il pleurait comme un enfant

"Je suis navré pour  cette solitude qui fut la tienne. Mais souviens toi de la promesse que je t'ai faite... Je n'aurais pas d'autre épouse, pas d'autres enfants. C'est la seule consolation que je puisse t'offrir"


Il suspendit sa phrase. Il y avait dans l'air quelque chose de palpable, le parfum d'une vivante toute proche. Il eut un vague sourire à travers ses larmes. Les femmes de la haute société peuvent changer d'amant mais jamais de parfum. Il connaissait parfaitement celui-ci. Et sans lui accorder un regard, il s'adressa à la femme au parfum

"Madame, je n'aurais jamais pensé vous rencontrer dans ce lieu"

   

   © Jawilsia sur Never Utopia

   


*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 26 ans
Emploi : infirmière
Liu Tuin Qie

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un lieu si paisible... [Sang Kil - Liu Tuin Qie ]   Mer 9 Déc - 20:06


Un lieu si paisible...
Sang Kil & Tuin Qie

“Bien qu'elle s’atténue, la douleur reste.”
Les fleurs trônent sur la tombe comme si elles amenaient un peu de vie à ce triste lieu. Je reste un moment immobile à regarder le nom inscrit sur la pierre. Mon père nous a quittés depuis vingt ans et pourtant son absence est toujours aussi forte. Beaucoup dise que l'on finit par oublier cette douleur mais c'est faux : on apprend seulement à vivre avec. Je m'agenouille devant ces tristes pierres et mes doigts passent sur l'inscription. Il est mort en héros, pour la patrie m'a-t-on dit. J'étais bien trop jeune pour comprendre réellement ce que tout cela signifiait. Lorsqu'on a cinq ans on ne peut pas comprendre la mort de quelqu'un, d'un être cher, et encore moins celle de son père. Tout au long de ma vie j'ai marché dans ses pas en ayant un bon poste et en épousant l'actuel conseillé. Je sais qu'il serait fier que j'avance pour le pays, que je me comporte comme une parfaite citoyenne. Rien n'aurait pu rendre plus fier un conseiller, un père.

Ayant eu une courte après-midi avec peu de patient j'avais pensé à me rendre au cimetière pour changer les fleurs sur sa tombe. Ma mère vis aux frontières de Lapanalda et n'a que trop peu le temps de venir. Elle est bien trop occupée avec la ferme, tout comme mon beau-père. Ce dernier a toujours témoigné un immense respect envers mon défunt paternel, accompagnant ma mère à chacune de ses venues. Il n'a jamais essayé de le remplacer, ni même de le faire oublier. Cet homme était le parfait second époux pour ma mère.
Mes yeux se pose une dernière fois sur cette tombe. Elle se démarque des autres, Lansan ayant voulu nous l'offrir pour rendre le meilleur hommage à ce conseiller ayant donné sa vie pour le pays. C'était une manière de la remercier pour son service rendu des années durant. Je finis par détourner le regard en remarquant le temps changeant. J'ai passé bien plus de temps que prévu dans ce lieu. Son Sil rentre tard ces derniers temps mais j'espère tout de même être à notre appartement avant lui. Je me détourne de mon défunt père sans un mot de plus. J'ai toujours été bien trop rationnelle pour m'adresser à une tombe bien que je comprenne ceux qui en éprouvent le besoin.

Le reste du cimetière est organisé en différentes terrasses avec beaucoup de tombent bien moins somptueuses. Au fond je trouve tout cela un peu triste : chaque citoyen mériterait d'être autant honoré que mon père. Le reste du lieu est vide, presque sinistre. Mes mains resserrent les pans de ma veste contre mon corps lorsque le vent souffle, faisant voler mes cheveux. Seul un homme se dresse face à une tombe quelques mètres plus loin et lorsque je passe à ses côtés mes yeux se plissent légèrement. Il me semble l'avoir déjà vu, si ce n'est seulement croisé... Sa voix s'élève dans l'espace qui nous sépare et je crois assurément le reconnaître. Il est l'un des bras droit du conseiller, je dirais même du pays entier. Pourtant je ne le connais pas réellement. L'occasion de faire sa connaissance ne s'est jamais présentée.

Mes pieds me traînent doucement vers l'homme. « Tout comme vous Monsieur Baek. » Une fois proche de lui et pourtant à une distance raisonnable je m'incline poliment afin de le saluer. C'est un grand homme que le pays honorera certainement comme il se doit. Mes yeux se posent lentement sur la tombe qui se situe face à lui pour y lire le nom. Je devine aisément qu'il s'agit de sa femme. Monsieur Baek est veuf depuis un certain temps et je m'étonne toujours de ne pas voir de compagne à son bras. « Je suis profondément désolée pour votre femme. » Et je partage sa douleur puisque je sais combien il est difficile de perdre une personne à laquelle on tient. Peu importe s'il l'aimait ou non, s'il est là c'est qu'il tenait à elle.
Etre infirmière m'a certainement appris à côtoyé nombre de personnes ayant perdu des membres de leur famille, que ce soit des parents ou des époux. Le vent souffle une nouvelle fois et m'arrache un frisson. D'ordinaire je tiendrai une conversation courtoise et savamment tournée vers le pays avec un tel homme. Dans une telle situation aucun mot ne me vient. « Peut-être voudriez_vous venir prendre le thé dans notre appartement dès que vous serez libre ? » finis-je par suggérer, comme pour combler le vide qui nous entour. « Vous êtes proche de mon époux et pourtant j'ignore tout de vous. » Ce qui est vrai dans une certaine limite. Je ne le connais qu'en tant que bras droit de Son Sil, veuf et père d'une petite fille. Il me semble plus qu’approprié de devoir connaître l'entourage de mon époux.
Revenir en haut Aller en bas
 

Un lieu si paisible... [Sang Kil - Liu Tuin Qie ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Lieu] Guet - Estranger, Recrues , présentez vous !
» Aventures de Gurlizek "hache de sang"
» He - Skaven ile de sang
» Les elfes de sang en manque
» [CDA] La grande compagnie de Kjarl Sang Farouche

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Dalis, capitale de Lansan :: Huài :: Cimetière-
votez toutes les 2 heures

demandez vos points