AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 unis dans l'adversité || Feat Hwang Sun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: unis dans l'adversité || Feat Hwang Sun   Mer 11 Nov - 4:06




Unis dans l'adversité
Hwang Sun & So Hui


C’était l’une de ces visites de « courtoisie » qui me rendait nerveuse. Pourquoi mon père tenait-il autant à nous voir tous les deux ? La veille, j’avais indiqué à Hwang Sun que mes parents souhaitaient nous inviter chez eux, histoire de discuter un peu. C’est vrai que depuis le mariage, ils n’avaient pas beaucoup échangés avec Hwang Sun, ce qui me convenait parfaitement. La plupart des échanges de mon père concernant ma vie se faisait avec le père de Hwang Sun. A part le jour du mariage, ils n’avaient pas vraiment eu de moment pour discuter. Je ne voyais pas ce qu’il avait soudainement à vouloir l’inviter chez lui. Mais c’est ainsi qu’ils nous reçurent. Ma mère, comme à son habitude, se montra très avenante envers Hwang Sun, lui demandant s’il souhaitait quelque chose à boire ou à manger. Elle s’enquit de sa santé et de tout le tintouin. Ça me faisait toujours sourire de la voir si prévenante envers les autres. De nombreuses fois, elle m’avait indiqué vouloir rencontrer celui qui était aujourd’hui mon mari. Je lui promettais, mais ne m’exécutais jamais. Je me sentais encore mal à l’aise dans toutes ces introductions et cette vie maritale. En fait, j’avais plus l’impression de vivre avec un ami. Nous dormions certes ensemble, mais toujours à une distance raisonnable. La plupart du temps, nous en profitions pour échanger des banalités. Je racontais les choses qui m’avaient marquées, ou bien quelque chose qui me chiffonnait. Lui, il me posait des questions, retenant certaines, oubliant d’autres. Il parlait peu de son travail. Je crois que ça ne lui passionnait pas vraiment. De toute façon, je ne le voyais pas dans une carrière militaire. Je l’écoutais me raconter des anecdotes ou d’autres qu’il avait vu. Avec le temps et à la force des choses, une relation d’amitié s’était installée entre nous. Notre appartement était devenu un cocon dans lequel j’adorais me réfugier. Nous parlions très peu de nous en tant que couple, seulement devant les autres, quand nous y étions obligés. Il ne m’avait plus reparlé de Hae Mi et je n’avais pas cherché à en savoir plus.

J’acceptais le thé que ma mère me tendit et m’assit à côté de Hwang Sun, voyant que mon père nous étudiait. J’étais soudain mal à l’aise de devoir jouer à la femme mariée. De toute façon, nous n’étions pas vraiment habitués à jouer le rôle des époux, notre « couple » étant très peu exposé. Mon père nous annonça pourtant que nus le serions peu à peu, nos familles étant toutes deux importantes, il fallait que les jeunes mariés s’affichent ensemble. J’en étais dégoûtée d’avance. Je participais peu à la discussion entre mon père et Hwang Sun, me concentrant plus sur ma mère. Elle avait l’air fatiguée, mais je ne voyais aucune trace de violence, du moins apparente. Au bout de quelques heures, je signalais à mes parents que nous devions nous rendre ailleurs et mon père voulus échanger quelques minutes avec sa fille, en privé. Nous nous retirâmes dans le petit jardin. Je le vis préoccupé, contrarié. Il aborda de suite la question de l’enfant et du fait que je n’étais toujours pas enceinte. Il s’inquiétait de voir que je ne lui annonçais aucune bonne nouvelle, me pressant de questions, me demandant si nous essayons. Je me retournais brusquement vers lui, agacée, lui répondant brutalement que ce n’était pas des choses à demander. Il partit au quart de tour, s’énervant à son tour, haussant la voix. Il me rappela notre accord, les raisons de mon mariage et ce qu’on attendait de nous. Il continua en me disant que le père de Hwang Sun s’impatientait également. Voilà plus d’un mois que nous étions fiancés et que rien ne venait. Devant sa colère, je ne baissais pas les bras et parti de plus belle. Je n’étais pas sa chose, je ferais les choses en son temps. « Mais le temps, nous n’en avons pas ! Pourquoi penses-tu que nous vous avons marié à 20 ans ? Pourquoi avoir accélérer votre mariage ?? » Son ton montait à mesure qu’il énonçait toutes ces choses qui faisaient qu’il était mon père et que je lui devais obéissance.

— N’oublies pas que ta mère vit parce que je le veux bien.
Je t’interdis de poser tes mains sur elle !

Ma voix était devenue plus forte, ne contenant pas ma rage contre lui à l’idée qu’il puisse lui faire du mal. La seconde d’après, ma tête pivota sur le côté, ma joue en feu. La main de mon père, toujours en l’air.

— Qui es-tu pour m’interdire quoique ce soit ?

Je le fusillais du regard, prête à répondre. Il maintenait mon regard, m’interdisant de lui jeter ce regard-là.


©TENNESSEE.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 20 ans
Emploi : Etudiant & Travaille chez différents paysans
Yi Hwang Sun

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: unis dans l'adversité || Feat Hwang Sun   Jeu 12 Nov - 1:32




Unis dans l'adversité
Hwang Sun & So Hui


Yi Hwang Sun n’était guère enchantée à l’idée de cette visite de courtoisie. En effet, il devait se rendre, en compagnie de son épouse respective.. chez sa belle famille. Il semblerait que c’était nécessaire, et son propre père l’avait prévenu qu’il n’avait pas interêt à manquer à ce rendez-vous. Alors il n’avait pas réellement d’autre choix que d’y accompagner So Hui. La relation entre les deux s’était beaucoup améliorée depuis un mois déjà qu’ils vivaient ensemble en tant que couple marié. Enfin, officiellement parlant. Puisqu’une fois seuls tous les deux, ils entretenaient une simple relation amicale, rien de plus. Même s’ils dormaient dans le même lit depuis peu, il n’y avait rien d’intime dans cela. Tous les deux faisaient attention à garder une certaine distance l’un par rapport à l’autre, dans le lit. Une petite routine s’était ainsi installée, petit à petit. Il ne lui était désormais plus pesant et agaçant de vivre avec elle. Il avait commencé à la connaître davantage, à découvrir quel genre de personne elle était, et même à remarquer des petites habitudes qu’elle avait, et anticiper certaines de ses réactions. En un mois, ils avaient réussi à installer un certain sentiment de confiance entre eux, et ne plus se blâmer l’un l’autre pour la situation dans laquelle ils se trouvaient, mais plutôt à se montrer compréhensifs et à s’apporter un soutien moral lorsque cela était nécessaire. Ce n’était pas une relation horrible, même si Hwang Sun aurait préféré ne pas avoir eu à l’épouser. Mais au moins il était soulagé que ce soit une fille comme So Hui, et non pas quelqu'un d’autre. Il s’était même attaché à elle, ce dont il ne s’était pas réellement rendu compte. Après tout ils étaient amis, et se côtoyaient jour et nuit. C’était donc tout à fait normal. Arrivés chez la famille de So Hui, ils s’installèrent tous autour d’un thé pour discuter de tout et de rien, le père de So Hui portant un certain intérêt à Hwang Sun et son travail. Le jeune homme se montra poli envers ses beaux parents, et répondit à toutes les questions que son beau-père lui posa, ne voulant commettre aucune erreur qui lui attirerait les foudres de son propre père, qui aurait sans aucun doute un rapport détaillé de cette visite plus tard. Au fond, Hwang Sun comptait les minutes, se demandant quand est-ce qu’ils pourraient enfin s’en aller, et par chance, après une longue attente, le moment de partir arriva. Il se leva donc et salua sa belle-mère avant d’aller chercher So Hui qui était sortie dans le jardin avec son père. Mais il tomba sur une scène plus qu’embarrassante et inquiétante. Il surprit son beau père frapper sa fille, puis l’entendit dire :

— Qui es-tu pour m’interdire quoique ce soit ?

Hwang Sun s’éclaircit la gorge pour se faire remarquer, et son beau-père baissa la main qu’il avait toujours suspendue dans l’air avant d’ajuster son costume mine de rien. Il adressa alors un sourire à son gendre qui en fit de même, comprenant qu’il était préférable de faire comme s’il n’avait rien vu. Ils purent alors enfin s’en aller, So Hui et lui, saluant avec de larges sourires la belle famille. Une fois arrivés à l’appartement, c’est comme s’ils pouvaient enfin redevenir eux-mêmes, et faire tomber les masques. Jouer le couple parfait n’était pas réellement agréable, mais ils n’avaient pas vraiment le choix. Hwang Sun retira sa veste ainsi que ses chaussures et se laissa tomber dans le canapé. Il pensait que So Hui en ferait de même mais elle disparut dans la chambre à coucher. Il resta assit sur le canapé se demandant comment il devait réagir. Il l’avait vu dans une situation délicate, et peut-être lui en voulait-elle. Mais il se demandait réellement ce qu’il s’était passé pour qu’en quelques minutes ils se disputent et que son père en vienne aux mains. Qu’avait-elle fait ou dit de tel qu’il se mette ainsi en colère et la frappe ? Était-ce quelque chose de fréquent ? Avait-il l’habitude d’être violent avec sa fille ? Il soupira, frustré de ne pas comprendre, et de ne pas savoir comment réagir. Puis son ventre se mit à gargouiller, ils étaient rentrés pile pour le dîner mais So Hui était partie se coucher.. Hwang Sun se leva et prépara le dîner avant de mettre la table. So Hui ne sortit pas manger même s’il l’appela. Il se mordit l’intérieur de la joue en fronçant les sourcils. Puis il entreprit de tout mettre sur un plateau et apporta le dîner dans leur chambre, posant le plateau sur le lit, il s’y assit aussi et posa les yeux sur son épouse.

— So Hui, j’ai préparé le dîner..

La jeune fille ne semblait pas l’entendre, ou l’ignorait simplement ? Elle ne voulait pas manger, mais lui s’inquiétait pour elle et ne comptait pas la laisser le dormir le ventre vide.

— J’ai une faim de loup, mais je ne mangerais pas tant que tu ne le fais pas.


Aucune réaction, il ne se montrait pas assez convaincant. Hwang Sun soupira. Il savait bien qu’elle n’était pas dans son assiette, mais elle devait manger malgré tout.

— Tu comptes me laisser mourir ?

Hwang Sun s’empara des baguettes puis saisit la main de So Hui, les lui donnant doucement. Il l’aida à se redresser et s’asseoir sur le lit puis posa le plateau sur ses genoux. Il n’abandonnerait pas aussi facilement. Il était bien déterminé à la faire manger, sinon il ne pourrait pas manger en sachant qu’elle était mal.. Il prit un peu de riz dans une cuillère et la lui tendit, la forçant presque à ouvrir la bouche pour l’avaler, avant de sourire satisfait et reposer la cuillère.

— Manges seule ou je te fais manger comme une enfant.


©TENNESSEE.


   .

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: unis dans l'adversité || Feat Hwang Sun   Jeu 12 Nov - 2:12




Unis dans l'adversité
Hwang Sun & So Hui


Je n’avais pas desserré les dents une seule fois sur le chemin du retour. Jamais je n’arriverais à faire changer la situation et le fait de tomber enceinte ne les arrangerait que pour un laps de temps. J’avais beau prendre le problème de tous les côtés, je ne voyais aucune échappatoire. Et je n’étais pas encore prête à poser mon fardeau sur les épaules de Hwang Sun. J’étais d’ailleurs soulagée qu’il n’en vienne pas à me poser des questions sur l’altercation entre mon père et moi. Cela reviendra à tout lui raconter. Quoique son père n’était pas mieux que le mien. Visiblement, ils aimaient à jouer de la vie des autres. Sauf que cette vie, c’était celle de sa femme, ma mère … Comment pouvait-il arriver à de telles extrémités ? Une fois dans notre appartement, je détalais dans la chambre et je me jetais toute habillée dans le lit. Je savais que je me comportais de manière égoïste et puérile. Hwang Sun n’avait rien à voir dans l’histoire et je n’avais aucune raison de m’enfermer de la sorte. Pourtant, je n’arrivais pas à me calmer, sentant la colère gagner un peu plus de terrain. A chaque fois que je pensais pouvoir souffler un peu, voilà qu’il me rappelait à l’ordre. Ce mariage était une monumentale erreur et j’avais été folle d’accepter. Plus le temps passait, plus je me disais que j’aurais dû opter pour la solution fuite. Simple, efficace. Exceptée que je condamnais ma mère à vivre comme une fugitive. Mon père avait bien trop de connaissances et nous finirions très vite par être rattrapées. Je nous imaginais courir pour sauter dans un train en marche.

Je me retournais et plaçais mes deux mains sous ma joue, m’en servant comme appui-tête. Depuis ses aveux, j’avais longtemps hésité à tout lui raconter. Même si Hwang Sun n’aurait rien pu faire, j’aurais eu quelqu’un avec qui partager mes doutes et mes inquiétudes. Est-ce que je devrais tout lui dire ? Je l’entendis m’appeler, mais prétendis être sourde. Je ne voulais pas manger, j’étais trop triste maintenant. Triste de me sentir si inutile, pour ma mère et pour Hwang Sun aussi. Qu’avais-je fait de bien depuis notre rencontre ? Il m’avait confié son histoire et moi je restais obstinée dans mon silence. Je l’entendis entrer dans la chambre et je fermais les yeux. Ah, pourquoi devait-il se montrer aussi attentionné d’un coup ? Cherchait-il à me consoler  par rapport à la gifle de tout à l’heure ? Je me mordillais la lèvre, honteuse qu’il ait assisté à ça. Fermant les yeux un peu plus fort, je le suppliais mentalement de s’en aller. Je ne voulais pas lui parler, je ne voulais pas qu’il me voit. Je voulais rester seule et mourir de faim. Pourquoi me faisait-il culpabiliser ? En plus de ça, il avait pris sa voix inquiet. J’aurais donné n’importe quoi pour qu’il ne fasse pas attention à moi. Je me sentais encore plus triste quand il faisait attention à moi comme ça. Ça me donnait envie de me blottir dans ses bras, juste pour retrouver cette chaleur réconfortante. Comme si c’était la solution miracle. Contre ma volonté, il m’assit sur le lit et me força à manger. Comme une enfant, je reposais les baguettes et poussa le plateau au loin. Je ne servais à rien. Je n’étais pas capable de protéger ma mère toute seule, j’étais incapable de satisfaire mon père et je laissais Hwang Sun s’inquiéter. Je me sentais vide. J’amenais mes jambes contre ma poitrine et posa mon menton sur mes genoux, la mine triste.

— Tu devrais aller manger. Je ne suis pas de bonne compagnie ce soir.

Je marmonnais que j’étais désolée, avant de me murer à nouveau dans mon silence, pensant qu’il serait suffisant pour le faire partir. Au fond, j’en voulais à ma mère d’être si faible envers mon père. Mais, qu’avais-je fait pour alléger son poids ? Elle m’avait élevée, nourri, elle m’avait transmis ses valeurs et moi qu’est-ce que j’en faisais ? Je me rebellais contre mon père et j’avais fini par faire d’elle un moyen de pression. A cause de moi, sa vie était désormais en jeu. J’essuyais avec rage la larme qui perlait sur ma joue.

— Vraiment, tu devrais partir Hwang Sun.

Je le poussais doucement, accompagnant ma parole au geste. Je n’aimais pas qu’il me voit dans cet état de faiblesse. Je pensais que j’avais tout vu avec mon père. Mais malgré moi, notre dispute m’avait plus ébranlée que ce à quoi j’avais pensé.


©TENNESSEE.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 20 ans
Emploi : Etudiant & Travaille chez différents paysans
Yi Hwang Sun

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: unis dans l'adversité || Feat Hwang Sun   Jeu 12 Nov - 2:58




Unis dans l'adversité
Hwang Sun & So Hui


So Hui mange. Du moins quelques bouchées avant de reposer ses baguettes et repousser le plateau. Elle ramène alors ses jambes contre son buste et pose son menton sur ses genoux, se refermant ainsi complètement sur elle meme. Comme si elle cherchait à lui cacher quelque chose et lui fermer complètement accès à ses pensées et ce qui la préoccupait. Il aurait aimé lui poser des questions, demander pourquoi, savoir, comprendre.. Mais il n'en fait rien.

— Tu devrais aller manger. Je ne suis pas de bonne compagnie ce soir.

Elle murmura qu'elle était désolée et Hwang Sun la fixa avec insistance sans daigner bouger d'un pouce. Il ne partirait pas. Il voulait qu'elle se confie à elle, mais elle ne semblait pas du même avis puisqu'elle répéta :

— Vraiment, tu devrais partir Hwang Sun.

Puis s'essuyant un larme qui glissait le long de sa joue, elle poussa doucement Hwang Sun pour le faire partir. Au lieu de quoi il saisit son poignet alors qu'elle tentait de le pousser pour qu'il s'en aille. Il fronça les sourcils, inquiet, et tira sur son poignet, pour l'attirer dans ses bras. Son autre main se posa dans son dos, la tapotant doucement, afin de tenter de la consoler. Il savait bien qu'elle ne comptait pas lui en parler, il l'avait compris. Tant pis si elle ne voulait pas manger. Il ne le ferait pas non plus. Ils restèrent ainsi un moment, Hwang Sun ne vouait pas le temps passer, et lorsqu'il sortit enfin de pensées, So Hui s'était endormie dans ses bras. Il sourit en l'allongeant sur le lit puis débarrassa le plateau, éteignit la lumière et enfila son pyjama avant de se coucher lui aussi. Lorsqu'il se glissa dans le lit, So Hui vint se blottir dans ses bras. Il ne savait pas si elle s'était réveillée ou si elle l'avait fait inconsciemment alors qu'elle dormait, mais ne la repoussa pas pour autant. Après tout il n'en mourrait pas de lui apporter un peu de réconfort dans une telle situation. Le lendemain lorsqu'il se réveilla ils étaient serrés l'un contfd l'autre.


©TENNESSEE.
[/quote]


   .

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: unis dans l'adversité || Feat Hwang Sun   Jeu 12 Nov - 15:18




Unis dans l'adversité
Hwang Sun & So Hui


La seconde d’après, je me retrouvais dans ses bras. D’abord surprise, je cherchais à me dégager. Mais il posa sa main sur mon dos. Etait-il véritablement inquiet ? J’hésitais sur ce que je devais faire, avant de me détendre et de poser ma tête sur son torse. C’était plutôt agréable et je dois dire que j’en avais besoin. Je me laissais aller, laissant retomber le bras qu’il retenait, le long de mon corps, fermant les yeux. La dispute avec mon père n’existait soudain plus, seulement le réconfort de Hwang Sun. J’inspirais profondément, m’imprégnant de son odeur avant de me blottir un peu plus franchement contre lui. Je me disais que j’avais vraiment de la chance de l’avoir avec moi. Cela ne faisait pourtant pas si longtemps que nous nous connaissions, mais il était devenu cher à mon cœur. Les fois où je rentrais avec lui, je me sentais triste, toute seule dans cet appartement silencieux. Il était devenu un ami sur lequel je pouvais compter, une oreille attentive et une épaule sur laquelle je savais pouvoir me reposer. J’avais tort de lui mettre des barrières, alors que, visiblement, il ne cherchait qu’à m’aider, lui aussi. J’inspirais une nouvelle fois, avant de tomber lentement dans le sommeil.

En m’étirant de tout mon long, le lendemain matin, je me rendis compte que nous étions beaucoup plus proches, physiquement parlant, qu’à l’accoutumé. Nos bras entouraient le corps de l’autre et gênée, je me décalais doucement pour lui laisser la place. Je le regardais comme ça, quelques secondes, avant de me lever et de lui dire d’attendre là. En arrivant dans la cuisine, je constatais qu’il n’avait rien mangé la veille et m’en voulu. Quel garçon entêté ! Je préparais rapidement quelque chose pour le petit-déjeuner et revint avec ce même plateau dans la chambre, pour le déposer sur le lit. Je vins m’assoir à côté de lui. Les mains sur mes genoux, je lui adressais un sourire timide.

— Pardon, Hwang Sun. A cause de moi, tu n’as rien mangé hier.

Je lui donnais son assiette, comme pour me faire pardonner, avec d’attraper des baguettes. Reposant la main sur le plateau, je restais hésitante.

— Je n’ai pas envie de t’embêter avec mes problèmes, tu sais. Mais, j’ai aussi quelqu’un que je veux protéger. Si elle n’était plus là à cause de moi, je n’arriverais pas à me le pardonner.

J’esquissais un faible sourire avant d’attraper un peu de riz que je mis dans ma bouche. Je me rapprochais un peu plus de Hwang Sun pour pouvoir manger à mon aise, bien en face du plateau. Nos épaules se frôlaient par moment et même si j’étais gênée, j’avoue ne pas rechercher à m’éloigner.


©TENNESSEE.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 20 ans
Emploi : Etudiant & Travaille chez différents paysans
Yi Hwang Sun

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: unis dans l'adversité || Feat Hwang Sun   Jeu 12 Nov - 20:50




Unis dans l'adversité
Hwang Sun & So Hui


Ils se fixèrent durant quelques minutes. Dans le silence du matin, alors que les rayons de soleil pénétraient dans leur chambre. La pensée qu'elle était vraiment jolie au réveil vint lui effleurer l'esprit, mais il la chasse bien vite, et se redressa en même temps que So Hui. Mais cette dernière lui demanda d'attendre là, et disparut. Elle revint une quinzaine de minutes plus tard les mains chargées du plateau qu'il avait ramené la veille. Elle le déposa devant lui et s'assit dans le lit près de lui, les mains sur les genoux, et lui souriant timidement.

— Pardon, Hwang Sun. A cause de moi, tu n’as rien mangé hier.

Elle lui tendit alors son assiette et soudain son ventre se mit à gargouiller lui rappelant à quel point il était affamé, il la remercia et s'en empara avec un sourire bien content, avant de s'attaquer au petit déjeuner qu'elle avait préparé pour eux. C'était délicieux, ou il était réellement affamé.

— Je n’ai pas envie de t’embêter avec mes problèmes, tu sais. Mais, j’ai aussi quelqu’un que je veux protéger. Si elle n’était plus là à cause de moi, je n’arriverais pas à me le pardonner.

Hwang Sun reposa les yeux sur So Hui et la regarda manger un peu de riz. Elle venait enfin de se confier à lui, même si elle n'avait pas donné de détails, il venait de comprendre. Elle se retrouvait un peu dans la même situation que lui.. Il sourit et s'empara d'un morceau de viande avec ses baguettes qu'il mit dans l'assiette de So Hui.

— Ne te contente pas simplement de manger du riz, sinon j'arrête aussi de manger, et tu dois te douter à quel point j'ai envie définir ce délicieux repas.

Il sourit et attendit qu'elle commence à manger comme il faut avant de s'autoriser lui aussi à le faire. Hwang Sun ne comptait pas la laisser endosser ce fardeau seule, maintenant qu'elle s'était confiée à lui, lui avait accordé sa confiance, il était déterminé à prendre soin d'elle. La pauvre jeune femme devait souffrir autant que lui, et craindre tout comme lui pour cette personne qu'elle aimait.


©TENNESSEE.


   .

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: unis dans l'adversité || Feat Hwang Sun   Ven 13 Nov - 0:17




Unis dans l'adversité
Hwang Sun & So Hui


J’avais souri, me contentant de manger le morceau de viande qu’il venait de me donner. Ce n’était pas grand-chose pourtant, je ne voyais pas ce qu’il y avait de délicieux là-dedans. Je me resservais donc et le repas se passa aussi tranquillement qu’il avait commencé. Nous finîmes par nous lever et nous préparer. Je crois que c’était la première fois que nous partions ensemble. C’était une sensation étrange. Une de ces situations où, si nous étions les personnages d’un roman, nous commencerions à nous tenir par la main, négligemment, sans prêter attention. La journée me sembla interminable pour la première fois depuis longtemps. Je repensais à hier soir, à ce matin, me demandant si j’imaginais des choses. Ça devait sûrement être mon esprit de femme, toujours prêt à analyser et faire des hypothèses, qui devaient me jouer des tours. Non, Hwang Sun n’était rien de plus qu’un ami qui jouait le rôle de mari. Combien de personnes peuvent se vanter de s’entendre aussi bien avec leur moitié ?

Sur le chemin du retour, je retrouvais mon père sur le trottoir d’en face. Ce dernier ne semblait pas de bonne humeur. Je soupirais d’avance. Les mains dans les poches de mon manteau, j’avançais vers lui, le saluant brièvement, lui montrant que je n’étais pas ravie de le voir. Il me gratifia d’un simple signe de tête, avant d’avancer. Nous avançâmes dans le silence pendant quelques mètres. Qu’avait-il à me dire cette fois-ci ? Et puis, il finit par me tendre un formulaire. Je le regardais sans vraiment le lire. Ce n’est qu’en apercevant le nom de ma mère dessus, que je lui accordais plus d’attention. Je lui demandai de quoi s’agissait-il. Il me répondit que le papier était prêt à partir, dans un mois au plus tard et que cela dépendait uniquement de moi. Je ne comprenais pas. J’y lis les mots « psychiatrique », « dépression », « bouffé délirante ». J’agitais le papier, ne voulant pas comprendre. Que signifie ceci ? Il se contenta d’esquisser un demi-sourire, me disant que je n’étais pas si idiote. Avait-il l’intention de l’envoyer là-bas ? J’en frémissais d’horreur. C’était encore pire que la mort elle-même. Comment pouvait-il pousser le vice aussi loin, juste pour me faire plier.

Le vase vint s’écraser à l’autre bout du salon, éclatant en morceau. Je lâchais un cri de rage, faisant les cent pas dans l’appartement. Etait-il seulement sérieux ? Un mois ? C’est tout ce qu’elle avait ? C’était tout ce qui me restait pour la sauver ? Ma main toucha mon ventre et je maudissais mon père d’être si fourbe et tordu. J’étais effrayée de voir qu’il n’avait décidément aucune limite. Il me l’avait déjà dit, qu’il ferait tout pour arriver à ses fins. Mais je ne l’imaginais pas penser à quelque chose de pire que de donner la mort à sa femme. Etait-elle si peu importante pour lui ? Toutes ces années passées à ses côtés n’avaient même pas atteint son cœur de glace ? J’ouvrais les placards, ne sachant pas vraiment ce que je cherchais. Mais en apercevant les bouteilles, elles furent comme la réponse à mon désespoir. Un verre, deux verres, trois verres engloutis. J’espérais oublier, penser à autre chose. Mais plus je buvais, plus son visage me revenait avec force. J’imaginais aussi celui de ma mère, meurtrie, me suppliant du regard et me demandant pourquoi n’avais-je pas essayé plus ? Je me frottais le crâne avec le poing, tentant de chasser les images, quand j’entendis la porte s’ouvrir. J’essayais de cacher la bouteille presque vide sous le canapé, mais je croisais son regard surpris. Je finis par hausser les épaules, avant de glisser sur le canapé pour m’allonger de tout mon long.

— Hwang Sun ! Quand est-ce qu’on va nous laisser tranquille ?


©TENNESSEE.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 20 ans
Emploi : Etudiant & Travaille chez différents paysans
Yi Hwang Sun

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: unis dans l'adversité || Feat Hwang Sun   Ven 13 Nov - 1:57




Unis dans l'adversité
Hwang Sun & So Hui


Hwang Sun dévora le repas comme quelqu'un qui n'aurait pas mangé depuis des jours. C'était bon, et il avait faim. Lorsqu'ils eurent fini, ils se préparèrent pour sortir. Sa journée de travail lui parut longue, vraiment longue, et si ennuyante. Il n'avait pas choisi ce travail, il n'avait fait que suivre les indications de son père, et il n'était guère enchanté de se retrouver là, entouré de ces idiots qui servaient le dictateur. Lorsque le soleil se coucha enfin, et qu'il put rentrer, il se sentit soulagé, libéré. Mais avant qu'il ne quitte le travail, quelqu'un vint lui apporter un mot de la part de son père. "Elle va bien. Pour le moment... Dernière chance : un mois." Hwang Sun resta un moment à fixer la feuille, reconnaissant l'écriture de son père. Ce mot lui rappela étrangement celui qu'il avait trouvé sous le canapé, et qui devait appartenir à So Hui. Tous les deux se faisaient donc menacer.. Car bien entendu, ce mot était une menace, son père parlait de Hae Mi. Il venait d'accorder un mois à Hwang Sun, pour remplir le dernier point de leur accord. Avoir un enfant. Il serra les dents et brûla la feuille, la regardant consumée par le feu pendant de longues minutes, perdu dans ses pensées, le regard dans le vide. Etait-ce la fin ? Etait-il dans une situation sans issue ? N'avait-il réellement pas d'autre choix que d'obéir contre son gré ? Il retourna rapidement chez lui, à l'appartement, se demandant si So Hui était déjà rentrée. Et il eut réponse à sa question en la trouvant sur le canapé, tentant vainement de cacher une bouteille d'alcool. Mais comme il l'avait surpris, elle se contenta de s'étendre sur le canapé.

— Hwang Sun ! Quand est-ce qu’on va nous laisser tranquille ?

Elle ne semblait pas en forme elle non plus. Lui avait-on aussi gâché sa journée ? L'avait-on aussi menacé comme lui ? Lui avait-on aussi donné un délai ? Il semblerait que leurs pères respectifs agissaient d'un commun accord.. La mâchoire toujours crispée, Hwang Sun retira sa veste et ses chaussures, avant de s'asseoir sur le canapé, poussant légèrement ses pieds pour se faire de la place. Il s'empara alors de la bouteille dans laquelle elle avait bu, et la vida entièrement, ne la reposant que lorsqu'il en eut avalé la dernière goutte. Puis il partit en reprendre une autre.

— Je doute que ça n'arrive jamais So Hui. Nous ne pouvons pas grand chose contre eux..

Il ouvrit la bouteille et la but aussi, jusqu'à la moitié, tendant le reste à So Hui. Puis il s'adossa au canapé, les jambes de son amie toujours derrière lui. Il se tourna vers elle, et l'observa attentivement. Comment devait-il aborder le sujet ? Ou ne pas parler et agir était-ce une meilleure solution ? Il se frotta la tête perturbé, frustré de devoir réfléchir à cela. Puis il se souvint de leur nuit de noces. Que malgré tout ils avaient finit par passer ensemble. Il se souvenait de ce plaisir éprouvé à enlacer le corps de la jeune femme, il ne voulait se l'admettre, mais il avait réellement aimé cette nuit. Et penser ainsi le poussait à se détester encore et encore, chaque fois. Il se haïssait d'avoir éprouvé autant de plaisir à enlacer ce corps, à embrasser ces lèvres, à caresser cette peau.. Alors qu'il chérissait Hae Mi. Mais ce n'était pas la dernière fois, car il devait le refaire, encore, et encore s'il le fallait, jusqu'à ce qu'elle porte enfin son enfant. Il n'arrivait pas à trouver le courage. Et il la regardait toujours, sans détacher son regard de son visage, de ses yeux. Il finit tout de même par s'arracher à son regard, et se lever. Il lui tendit la main pour l'aider elle aussi à se relever. "Viens, je pense que nous devrions aller dormir." Il n'y avait aucun sous entendu dans cette phrase, il ne comptait réellement pas faire autre chose que d'aller se coucher, et il conduisit une So Hui chancelante jusqu'à leur chambre, où il l'aida à se coucher, et se laissa à son tour tomber sur le lit, près d'elle. Il fixa alors le plafond, où il avait peint des nuages. Leurs lampes de chevet étaient allumées, mais la lumière dans la chambre était faible. Parfaite pour pouvoir s'endormir rapidement. Sauf que Hwang Sun restait là, les yeux grands ouverts, et bien éveillé tout à coup. Il pivota alors la tête, croisant le regard de So Hui, allongée près de lui. Trop prêt peut-être.. Leurs visages se retrouvaient éloignés de quelques centimètres seulement. Il plongea ses yeux dans les siens, et la fixa, longuement. Puis déglutit. Il repensait à nouveau à cette nuit là, et tout à coup, la présence de la jeune femme le mettait mal à l'aise. Il ne la voyait soudain plus comme une amie.. Il n'était soudain plus indifférent à son charme. Son sang était en ébullition, et son coeur avait accéléré ses battements dans sa poitrine. Sang qu'il ne s'en rende réellement compte, il s'était un peu plus rapproché, encore et encore, lentement. Jusqu'à ce que ses lèvres se posent sur celles de So Hui. Il avait trouvé le courage, ses hormones avaient fait le reste. Ce n'était que pour Hae Mi, il n'y avait pas d'autres raisons.. N'est-ce pas?
Ce fut un baiser doux, tendre, hésitant. Puis il passa un bras autour de sa taille et l'attira contre lui, alors il l'embrassa avec plus d'insistance, ses lèvres brûlant de désir. Il avait beau tenter de se persuader qu'il n'éprouvait rien en cet instant, qu'il lui était totalement indifférent, et qu'il se forçait. La vérité était, qu'il ne faisait aucun effort, et qu'au contraire, s'il devait faire un effort, ce serait non pour l'embrasser, mais pour s'arrêter. Il cessa de réfléchir, se laissant aller, s'abandonnant à ce désir, à cette tentation qui prenait peu à peu possession de son corps. Son corps qui connaissait déjà chaque parcelle du sien, et qui appelait à nouveau ces sensations agréables qu'il avait ressentit il y a un mois de cela. Il la serra plus fort contre lui, dévorant son cou, son épaule, revenant à ses lèvres, et glissant sa main libre sous ses vêtements. Que faire quand il ne se contrôlait plus ? Pour la premiere fois, Hae Mi s'évanouit de ses pensées.


©TENNESSEE.


   .

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: unis dans l'adversité || Feat Hwang Sun   Ven 13 Nov - 2:50




Unis dans l'adversité
Hwang Sun & So Hui


Intriguée, je l’observais, voulant lui demander si lui aussi venait d’être embêté par son père ? Visiblement oui, puisqu’il vida la bouteille et alla s’en chercher une autre. Je lui laissais une place, bon une petite place et posa ma tête sur le dossier du canapé, les yeux dans les siens. Il me regarda un peu perdu dans ses pensées, un peu plus longtemps. Je finis par pousser légèrement sa jambe avec mon pied, cherchant à attirer son attention.

— Qu’est-ce que tu regardes, comme ça ?
Viens, je pense que nous devrions aller dormir.
— On doit vraiment ?

Comme une enfant, je croisais les bras sous ma poitrine. Mais Hwang Sun m’entraina à sa suite. L’alcool ne me réussissait décidément pas et je voyais déjà venir le mal de tête au réveil. Je soufflais sur une mèche de cheveux venue sur mon visage. Chancelante, j’agrippais le bras de Hwang Sun qui, lui, semblait gérer parfaitement la situation. Etait-il un buveur professionnel ? Je ris de ma question stupide et me laissa glisser sur le lit. Me servant de mes mains comme appui, je posais ma joue dessus et fixais mon mari. C’est drôle, je n’avais vraiment pas l’impression d’être une femme mariée. Pourtant, je sentais la bague sur ma joue. C’était bien vrai que j’étais mariée, que maintenant je me présentais sous le nom de Yi So Hui. C’est comme si je changeais d’identité, qu’avec le passé, je me construisais un nouveau présent … avec Hwang Sun. Nos visages étaient très proches, mais je ne reculais pas. A la place, je plongeais mon regard dans le sien, m’y noyant presque. Le souvenir de son regard brillant, le soir du mariage me revint en mémoire et j’en rougis. Cette nuit-là … j’avais chaud tout à coup, l’alcool me faisait avoir de curieuses pensées. Nous n’en avions jamais reparlé, nous avions effacés cette nuit de nos mémoires. En parler nous mettait mal à l’aise. J’étais prise d’une irrémédiable envie de replacer cette mèche glissée sur sa joue et d’y laisser ma main, descendant de sa jour jusqu’à sa nuque. Je vis sa pomme d’Adam bougée. J’avais envie de dormir mais n’arrivais pas à le quitter des yeux. Mais mes paupières devinrent lourdes et je fermais les yeux, juste quelques secondes, avant de les ouvrir. Etait-ce moi ou nous étions plus proches ? Je pouvais sentir son souffle sur ma peau et ce regard … Ne me regardes pas de cette façon, Hwang Sun … J’avais légèrement relevé la tête lorsqu’il vint m’embrasser, fermant franchement les yeux. Mes doigts vinrent frôler sa mâchoire alors que mon corps fut attiré tout contre le sien.

Je soupirais de soulagement lorsqu’il poursuivit son étreinte et me colla un peu plus à lui. Je répondis à son baiser avec la même envie, la même passion. Ma main glissa jusqu’à son torse, agrippant son vêtement. C’est à ce moment-là que je sentis que cette nuit me manquait, que je cherchais ses bras autour de mon corps. Depuis cette nuit, j’avais refoulé ce besoin de lui, je ne voulais pas avoir envie de lui comme ça. Mais je me racontais des mensonges. Ses lèvres embrasèrent mon cou et je sentis la chaleur de mon corps grimper à une vitesse fulgurante. Un instant, nos regards se croisèrent et je l’interrogeais silencieusement. Es-tu sûr, Hwang Sun ? Ce n’est pas elle que tu vois en moi ? Ma main remonta sur son cou, s’attardant sur ses lèvres, caressant ses cheveux, attendant ma réponse silencieuse.


©TENNESSEE.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 20 ans
Emploi : Etudiant & Travaille chez différents paysans
Yi Hwang Sun

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: unis dans l'adversité || Feat Hwang Sun   Sam 14 Nov - 18:31




Unis dans l'adversité
Hwang Sun & So Hui


C'était nouveau et étrange comme sentiment. Il se sentait irrésistiblement attiré par elle, par So Hui. Ses lèvres ne se lassaient pas d'embrasser sa peau, elles semblaient déjà connaître d'elles mêmes chaque parcelle de ce corps, ainsi que les parties qu'il préférait embrasser. Il ne comprenait pas pourquoi il avait autant envie d'elle, mais se rendit compte que cela durait un moment, qu'il l'avait refoulé, mais ce soir, il ne pouvait plus y résister. Il ne pouvait s'arrêter, c'était plus fort que lui, et il ne pensait à rien d'autre. Lorsqu'il se détacha un peu d'elle pour croiser son regard, il y lit une certaine hésitation. Il lui rendit un regard plein d'assurance, oui, car en quelques minutes, il avait cessé d'hésiter, il était sûr de lui. Et même si sa conscience voulait se cacher sous l'excuse du devoir, de sa promesse à son père, il savait pertinemment au fond de lui que c'était plus que ça. C'était différent. Même si son père venait à changer d'avis en cet instant, il serait incapable de s'arrêter. Ses lèvres se posèrent une nouvelle fois contre celles de So Hui. Leur baiser semblait embrasé, passionné. Doucement, il lui retira ses vêtements, et se débarrassa assez vite des siens. Ses mains tremblaient légèrement sous l'émotion. Il avait l'impression de déborder sous une avalanche de sentiments multiples et différents sur lesquels il n'arrivait pas forcement à mettre un nom. Mais peu importe. Sa main caressa le corps de la jeune femme, de son cou, il descendit jusqu'à sa poitrine, s'arrêta sur son sein, le serrant doucement entre ses doigts. Pendant ce temps, il glissa ses lèvres le long de son cou, déposant des baisers ici et là, et arrivant à son autre sein, il joua de la langue avec son téton, le faisant durcir. Plus il l'embrassait, la caressait, et plus il se sentait brûlant de désir. Sa main descendit la première, passant son nombril, elle s'enfouit entre ses cuisses qu'il lui écarta doucement. La respiration saccadée, il y glissa ensuite ses lèvres, y déposant de tendres baisers. Il avait l'impression que tout s'était effacé, tout sauf elle et son désir. Il n'était même plus sûr de savoir qui il était lui même. Sa langue vint taquiner le petit bouton de rose et ne cessa que lorsqu'un son agréable sortit d'entre les lèvres de So Hui. Les coins de ses lèvres s'étirèrent en un petit sourire satisfait alors qu'il revenait capturer ses lèvres. Son bras vint entourer sa taille, la serrant contre lui alors qu'il s'immisçait doucement en elle. Cela ne dura que quelques minutes, mais ces quelques minutes lui parurent aussi longues que des heures. Un râle de plaisir, une vague de plaisir électrisant, le souffle court, et à bout de forces, Hwang Sun se laissa tomber sur elle, enfouissant son visage dans son cou, aspirant son parfum qui dorénavant le hanterait pour longtemps. Il la serra fort contre lui, comme s'il avait peur qu'elle ne soit qu'un mirage qui ne s'évapore d'un instant à l'autre. Et contre son cou, il murmura «So Hui..» avant de fermer les yeux. Il embrassa encore son cou, malgré son épuisement, ses lèvres en demandant d'avantage encore. Il sombra lentement dans un profond sommeil, et en se réveillant le lendemain, il était toujours là dans le lit avec So Hui. Leurs corps nus serrés l'un contre l'autre. Leur jambes l'une sur l'autre, ses bras autour de sa taille, et son visage contre sa poitrine, il n'ouvrit pas tout de suite les yeux, mais un petit sourire se dessina sur ses lèvres. Il se sentait bien, il n'avait pas envie d'ouvrir les yeux. En sentant la jeune femme bouger, il l'attira d'avantage contre lui, la serrant plus fort, au cas où elle voulait se lever et le laisser. «Encore un peu..». Il se rendormit pour encore une heure. Puis, se réveilla enfin pour de bon. En ouvrant les yeux, il s'écarta légèrement en fronçant les sourcils et croisa le regard de So Hui. Leurs visages à quelques centimètres l'un de l'autre. Il avait encore les paupières lourdes et essaya de se réveiller complètement. Pendant au moins une minute, son regard ne quitta pas celui de la jeune fille, et il ne bougea pas. Puis il réalisa qu'il était nu, qu'elle était nue, et se redressa brusquement. S'emparant du coussin, il cacha son entrejambes alors qu'elle lui arrachait la couette. Hwang Sun se détourna pour qu'elle puisse s'habiller, et se racla la gorge comme si quelque chose y était resté coincé, comme s'il s'apprêtait a parler, mais il garda le silence. Trop interloqué par la situation, et les souvenirs de cette nuit qui remontaient à la surface, le mettant de plus en plus mal à l'aise. Ils avaient fait l'amour... Et sans drogue cette fois-ci. Il n'arrivait pas à prendre pleinement conscience de la situation. Lui, il lui avait fait l'amour..

— Je.. Je ne regarde pas promis..


Il se sentait vraiment ridicule. Ils avaient fait l'amour. Il se le répétait encore et encore intérieurement sans y croire. Ce n'était pas la première fois certes, mais c'était totalement different. Il... Il ne le regrettait pas. Pourquoi il ne le regrettait pas ? Il avait l'impression d'être devenu complètement fou. Que lui arrivait-il ? Et pourquoi était-il embarrassé de la regarder alors qu'il l'avait déjà vu, ce corps nu...? C'est juste qu'il n'arrivait pas à croire qu'il l'avait fait, à se l'admettre. Que devait-il lui dire à présent ? Comment s'expliquer ?


©TENNESSEE.


   .

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: unis dans l'adversité || Feat Hwang Sun   Dim 15 Nov - 1:44




Unis dans l'adversité
Hwang Sun & So Hui


Il avait légèrement différent de la dernière fois. Il y avait toujours cette assurance, cette ardeur dans son regard. Mais c’est comme si, comme si ce voile n’existait plus, ce voile qui faisait qu’il me voyait sans vraiment me voir. J’étais électrisée par ces yeux là et mon hésitation s’évanouit aussitôt. Dans son baiser, je sentis cette passion dans laquelle j’avais envie de me noyer. Ma respiration s’accélérait ; j’étais déjà haletante alors qu’il ne faisait que de m’embrasser. Puis ses lèvres quittèrent les miennes pour se poser sur mon corps, de mon cou, sur ma poitrine, sur mon ventre. Mes mains froissèrent les draps tandis qu’il descendit, desserrant mes jambes. Je me cambrais sous le plaisir et laissa échapper un gémissement de satisfaction. Ma jambe accompagna son mouvement tandis qu’il remontait vers moi et je me saisis avec avidité de son visage que je ramenais près du mien. Je l’embrassais soudain avec fougue, n’y tenant plus. Mon corps frissonnait de plaisir et je ne pouvais plus taire l’envie qu’il faisait naitre en moi. Mon corps se colla à lui avant même qu’il ne saisisse ma taille. Ses mains sur mon corps me rendaient folle. Je ne pouvais pas contrôler ce que je ressentais, l’exprimant librement par les ondulations de mon corps, épousant ses mouvements alors qu’il rentrait en moi. A quel point son contact m’avait manqué, à quel point ses mains caressant mon corps nus, la sensation qu’il faisait naitre en moi, qu’il me rapprochait de lui comme ça. Tout de lui m’avait manqué. Je redécouvrais avec un plaisir non dissimulé son corps, prenant mon temps. Quand il accéléra le rythme, je vins mordre son épaule, mes mains descendant le long de ses hanches. Je resserrais l’étreinte de mes jambes autour de lui. J’en tremblais de plaisir. Lorsqu’il se retira, ses bras se resserrent autour de ma taille, écrasant ma poitrine contre son torse. Je sentis son souffle sur ma nuque et frissonna. Il souffla mon nom et mon corps s’électrisa. Encore, j’avais qu’il m’appelle encore, qu’il me serre encore plus fort contre lui. Peu de temps après, nous tombâmes ensemble dans le sommeil. Ce soir-là, je connus ce sentiment nouveau que je n’arrivais pas à nommer. Hwang Sun prenait peu à peu de la place dans mon cœur, ce dernier se réchauffant à chacun des contacts de Hwang Sun. Je m’endormis en l’enlaçant et émergea le lendemain de la même façon. J’entrouvris les yeux, bougeant doucement. Mais senti une pression, me bloquant dans mes mouvements. Et ce contact gonfla mon cœur. Je souris sans raison, caressant ses cheveux, embrassant le sommet de sa tête, avant de me rendormir. Quelques heures plus tard, j’émergeais, réveillée par les rayons du soleil pénétrant dans la chambre à travers les rideaux. Je gémis, mécontente d’avoir le soleil dans les yeux et m’étira doucement. Je croisais le regard de Hwang Sun et fut instantanément emplie de bonheur. Son regard, c’est fou ce que j’aimais lorsqu’il posait les yeux sur moi, même s’il était à moitié endormi. Je rompis le contact et constata … qu’il était nu. Et moi aussi d’ailleurs ! Me redressant brusquement, je tirais sur la couverture, l’attirant sur moi. Je remis de l’ordre dans mes cheveux en pagaille, fixant la couverture, détournant mon regard, gênée, du corps de Hwang Sun. Puis, je lui tournais franchement le dos, la couverture toujours sur moi. Je cherchais mes vêtements des yeux, mais ne les voyaient pas. Pourquoi ne faisions-nous pas glisser les vêtements de sorte à les retrouver le lendemain ? Ils avaient dû glisser sous le lit ou un truc du genre. Les seuls vêtements que j’apercevais étaient : ma culotte et le T-shirt de Hwang Sun. Je m’empressais de les enfiler tous les deux, délestant la couverture. J’attrapais mes cheveux pour les faire tomber sur mes épaules, regardant d’un air absent les rideaux toujours clos, le dos tourné à Hwang Sun, au milieu du lit. La nuit dernière nous avions fait l’amour et … Dans ma tête, je l’entendis souffler mon nom comme la nuit dernière et rougit. Il n’avait pas pensé à Hae Mi. Malgré moi, cela me fit sourire, un de ces sourires bêtes dont on ne connait pas la raison. Je mourrais d’envie de voir son visage d’un coup, me demandant s’il était en train de me regarder. Je pivotais sur moi-même, sans doute un peu trop rapidement et perdit l’équilibre. Mais je me rattrapais de justesse, mon visage à quelques centimètres du sien. Ce n’était pas passé loin. Mon regard se balada sur son visage et je l’entendis encore, cette voix qu’il avait quand il avait soufflé mon nom la nuit dernière. Je crus rester là un temps indéfinissable, mes yeux rivés sur ses lèvres. Malgré moi, ma respiration s’accéléra et sans y réfléchir, mes lèvres s’approchèrent des siennes. J’hésitais soudain, mes lèvres frôlant les siennes, avant de fermer les yeux et de l’embrasser franchement. Les flashs de la nuit dernière me revinrent en mémoire, avant de me rendre compte ce que j’étais en train de faire. J’ouvris brusquement les yeux et m’écarta.

— Excuse-moi … Je …

Je me levais du lit, sans donner d’explication et parti dans la cuisine à la volée.

©TENNESSEE.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 20 ans
Emploi : Etudiant & Travaille chez différents paysans
Yi Hwang Sun

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: unis dans l'adversité || Feat Hwang Sun   Dim 15 Nov - 3:32




Unis dans l'adversité
Hwang Sun & So Hui


Hwang Sun s’empara de son pantalon au sol et l’enfila rapidement, mais en le remontant, il se laissa tomber sur le lit, c’est alors que, se retournant au même moment, So Hui apparut au dessus de lui, leurs visages à quelques centimètres l’un de l’autre. C’est comme si tous les deux furent figés, transformés en statuettes de pierre en cet instant, plongés dans le regard l’un de l’autre. Et le temps sembla ralentir jusqu’à s’arrêter. Loki déglutit. Pourquoi ses yeux cherchaient encore et encore à s’arracher aux siens pour descendre se poser sur ses lèvres ? Il la sentit alors approcher son visage du sien, et les lèvres de So Hui vinrent frôler les siennes, le laissent interdit. C’est comme s’il n’osait plus bouger de peur de tout gâcher. Mais.. Etait-il en train d’espérer, au fond de lui même qu’elle l’embrasse ? Il n’en revenait pas, il ne comprenait plus ses propres sentiments. Et il n’eut pas le temps d’y réfléchir d’avantage puisque So Hui finit enfin par le faire, par l’embrasser, lui rappelant la douceur et la folie de la nuit embrasée qu’ils venaient de passer ensemble dans ce lit. Le coeur du jeune homme se mit à battre à vive allure mais soudain elle s’écarta de lui, rompant leur baiser, à son grand regret.

— Excuse-moi … Je …

So Hui se redressa soudain et sortit de la chambre sans poursuivre sa phrase. Il cligna plusieurs fois des yeux se demandant ce qu’il venait de se passer quelques secondes plus tôt. C’était la première fois qu’ils s’embrassaient en journée. Le faire à la lumière du jour.. c’était étrange. Il se racla la gorge en passant ses mains dans ses cheveux. Et maintenant ? Que devait-il faire à présent ? Il se leva et chercha son t-shirt partout avant de se souvenir que So Hui l’avait enfilé. Il se rallongea donc sur le lit, attendant on ne sait quoi. Il était un peu perdu. Lorsqu’elle l’avait embrassé… il ne l’avait pas repoussé. Il avait failli répondre à son baiser, si seulement elle ne l’avait pas interrompu. Hwang Sun ferma les yeux, voulant penser à autre chose, mais lorsqu’il les ferma, il se remémora la nuit qu’il venait de passer, et les rouvrit tout de suite après. Son coeur battait plus fort dans sa poitrine. Il se sentait étrange, mais aussi coupable, car il repensa à Hae Mi qu’il avait oublié jusqu’alors, ou du moins, dont il avait repoussé le souvenir depuis la veille. Comment devrait-il lui faire face à présent? Il ne lui ferait jamais face de toute manière, ceci faisait partie de sa promesse après tout. Il soupira. Il l’avait fait pour elle de toute manière, pour la sauver….. non? Non, il n’en était pas si sûr en réalité ça ressemblait plus à une excuse qu’autre chose. Hwang Sun finit par se lever et sortit de la chambre pour aller directement s’enfermer dans la salle de bain ou il prit une douche et une fois ressortit, ses boucles encore humides, il se rendit dans la cuisine où So Hui lui avait laissé un petit déj’ sur la table. Il dévora le tout avec appétit, comme s’il avait été à l’entraînement militaire juste avant….. Hwang Sun s’étouffa avec la nourriture et vida un grand verre d’eau. Que lui arrivait-il…? Il se leva ensuite et se rendit dans la chambre, se demandant où était passée So Hui, et en ouvrant la porte de la chambre il tomba nez à nez avec elle. Il s’écarta pour la laisser sortir mais lorsqu’elle passa près de lui, sa main vint d’elle même agripper le poignet de la jeune fille. Il croisa alors son regard, sans savoir que dire.

—Euh.. je me disais.. comme on ne travaille pas aujourd’hui et que il fait assez beau dehors et qu’il y a pas mal d’endroits intéressants a visiter ici et puisque tu n’habitais pas à la campagne…tu veux sortir..te promener?

Il se sentait vraiment ridicule.


©TENNESSEE.


   .

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: unis dans l'adversité || Feat Hwang Sun   Dim 15 Nov - 16:48




Unis dans l'adversité
Hwang Sun & So Hui


Nerveusement, je replaçais mes cheveux derrière mes oreilles, tout en m’agitant dans la cuisine. Etais-je devenue folle ? Depuis quand étais-je si entreprenante … avec un homme qui en aime une autre, de surcroît ? Jetant de temps à autre un coup d’œil derrière mon épaule, je préparais le petit-déjeuner, en croisant les doigts pour qu’il ne se pointe pas. Mon cœur battait à deux cent à l’heure et je repassais la scène en boucle dans ma tête. Je venais, spontanément, d’embrasser Hwang Sun. Certes, je n’avais plus qu’un mois avant de tomber enceinte, certes j’avais bu la veille. Mais … Touchant mes lèvres du bout des doigts, je me rappelais qu’il ne m’avait pas repoussé. Il était resté là. Attendait-il réellement que je l’embrasse ? Je secouais la tête frénétiquement, chassant cette pensée. Non, il ne m’aimait pas. Rappelles-toi So Hui. C’est Hae Mi qu’il aime. Mais alors … Alors pourquoi m’avoir serré de cette façon ? Ce qu’on avait fait, la nuit dernière, était-il vraiment dû à une trop forte consommation d’alcool ? Je mangeais sans voir ce que je prenais. Non, je me souvenais de cette soirée, j’avais éprouvé du plaisir. J’en rougissais de nouveau. Pourquoi d’ailleurs ? En regardant ma main, je fixais l’anneau qui nous unissait depuis maintenant un mois. Hwang Sun était mon mari. C’était, normal, non ? Je glissais sur ma chaise, ne sachant plus trop quoi penser de tout ça. Nous étions mariés par obligation. Il était amoureux d’une autre … Je fermais les yeux, soudain déprimée. J’en venais à penser qu’il se jouait de moi et qu’il n’était qu’un homme avec des envies. Comme un autre. Je décidais de me lever, profitant qu’il fut dans la salle de bain pour m’enfermer dans la chambre, mettant un peu d’ordre dans la pièce. L’entendant sortir de la salle de bain, j’allais pour ouvrir la porte de la chambre quand il me devança. J’évitais soigneusement son regard et traça droit devant moi, mais il retint mon poignet.

— Euh... je me disais... comme on ne travaille pas aujourd’hui et que il fait assez beau dehors et qu’il y a pas mal d’endroits intéressants à visiter ici et puisque tu n’habitais pas à la campagne…tu veux sortir… te promener ?
Oui, pourquoi pas. Comme ça tu me montreras tes endroits préférés ?

J’acquiesçais d’un air entendu avant de filer dans la salle de bain, me rendant compte que je n’étais vêtue que du long T-shirt de Hwang Sun. A l’extérieur, on avait l’air un peu gênés, ne sachant pas trop comment se comporter vis-à-vis de l’autre. Est-ce que je devais attraper son bras ? Est-ce que nous devions maintenir une certaine distance l’un de l’autre ? Je finis par laisser mes bras le long de mon corps, observant cet endroit que je ne connaissais pas. La campagne était agréable, ça changeait. Plus tranquille aussi. Par moment, je lui demandais ce qu’était tel ou tel endroit. C’est vrai que je n’avais jamais pris le temps de me balader, car j’étais plutôt préoccupée par mon travail. J’hésitais à aborder le sujet de la nuit dernière et de mon baiser du matin. J’avais envie d’éclaircir certaines choses. Mais je me retins, parce que j’avais peur de connaitre les réponses. Du genre « Oublions ce qu’il s’est passé hier soir », « Je ne voulais pas qu’on en arrive là. » Je repensais à ce qu’il m’avait dit, la première fois, à quel point il avait été triste à l’idée de blessé Hae Mi. Malgré moi, cela me faisait mal. Est-ce qu’il regrettait ce qu’il s’était passé ? Est-ce qu’il mettrait ça sur le compte de nos obligations respectives, de ses envies ? Ma main froissa ma robe, mais je regardais obstinément droit devant moi. Je sentis qu’il eut envie de dire quelque chose. Mais je finis par me placer devant lui, le sourire aux lèvres :

— Alors, quel est l’endroit que tu préfères ici ?

Je n’avais pas envie qu’il parle de cette nuit, surtout si c’était pour me refouler, me remettre à la place de femme non désirée. Alors je faisais semblant et lui adressa un sourire, détournant le potentiel sujet de conversation.



©TENNESSEE.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 20 ans
Emploi : Etudiant & Travaille chez différents paysans
Yi Hwang Sun

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: unis dans l'adversité || Feat Hwang Sun   Ven 20 Nov - 0:07




Unis dans l'adversité
Hwang Sun & So Hui


Hwang Sun était mal à l'aise mais il fut surpris et à la fois content qu'elle accepte sa proposition. Ils quittèrent donc la maison pour sortir et commencèrent leur promenade. Cependant aucun des deux ne parlait. Hwang Sun se gratta l'arrière de la tête réfléchissant à ce qu'il pouvait dire pour briser ce silence gênant. Mais il n'arrivait à parler. En réalité la nuit qu'ils avaient passé ensemble ne sortait pas de sa tête, il avait du mal à la regarder sans y penser. Finalement So Hui fut celle qui agit, se postant devant lui, sourire aux lèvres il demanda :

— Alors, quel est l’endroit que tu préfères ici ?


Hwang Sun lui sourit en retour, faisant mine de réfléchir. À vrai dire il le savait, quel endroit il préférait, c'était ce petit coin près d'un cours d'eau où la nuit des lucioles venaient danser atour de lui.. Mais il ne savait pas vraiment s'il était correct d'y emmener So Hui. Après tout c'était un lieu chargé de souvenirs de Hae Mi. S'il le disait à So Hui, elle ne s'en réjouirait certainement pas. Il sentit comme une pointe de culpabilité avant de réaliser ce à quoi il était en train de penser. Il s'inquiétait de blesser So Hui, or ce qu'il avait fait cette nuit là blesserait Hae Mi.. La première fois il lui avait fallut un moment avant de s'en remettre, mais cette fois-ci... Cette fois-ci il ne regrettait pas. Sans pouvoir se l'expliquer il ne regrettait pas. Ce n'est pas ce qu'il avait fait qui le faisait culpabiliser, c'est de ne pas culpabiliser qui le faisait culpabiliser.... Il se sentit soudain trop perdu, embrouillé dans ses propres pensées alors il arrêta simplement d'y réfléchir.

— Je n'en ai pas, mais nous pouvons en chercher un.


Il sourit à So Hui avant de la saisir soudain par la main et la tirer vers lui, ayant aperçu une voiture militaire qui arrivait en trombe. So Hui se retrouva dans ses bras, et le camion militaire passa près d'eux sans s'arrêter. Hwang Sun croisa le regard de la jeune femme et resta ainsi un moment ne réalisant pas qu'ils étaient dans une position gênante. Puis il lui sourit avec un petit rire gêné en s'écartant.

— Tout va bien ? Ils roulent comme des fous sans faire attention...





©TENNESSEE.


   .

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: unis dans l'adversité || Feat Hwang Sun   Ven 20 Nov - 19:36




Unis dans l'adversité
Hwang Sun & So Hui


Il n’en avait pas ? Vraiment ? Il devait habiter depuis plus longtemps que moi. Ça m’étonnait. Mais je ne fis aucun commentaire. Je me contentais simplement d’acquiescer et de balader mes yeux partout, essayant de trouver un endroit préféré donc. En fait, j’avançais sans vraiment savoir où j’allais. Je marchais sans vraiment regarder où j’allais. Je regardais à droite, à gauche. J’aimais bien cet endroit. C’est dommage que nous n’ayons pas eu suffisamment de temps pour se balader, comme ça. Respirer comme ça l’air frais, ça faisait du bien. Je me rendais compte que ces derniers temps, mes voyages à l’extérieur, se limitaient au travail et à la maison de mes parents. Ni plus, ni moins. La seconde d’après, je me retrouvais dans les bras de Hwang Sun, une voiture passant près de nous. Il s’écarta un peu et je fus déçu que ce soit déjà fini.

— Oui ça va … Plus de peur que de mal.

Je me passais la main dans les cheveux, avant de m’écarter moi aussi. Je marchais donc devant lui et nous quittâmes peu à peu les maisons et le sentier goudronné. On marchait désormais sur un chemin de terre entouré par les champs. Le silence était à nouveau retombé. Il n’y avait que le bruit des pas de Hwang Sun pour me signifier sa présence. Est-ce qu’on allait redevenir ce faux couple ou est-ce que cette nuit était le début de quelque chose ? J’attrapais mes mains dans mon dos et marcha comme ça encore quelques mètres, avant de trouver un peu plus loin un champ fleuri. Je me stoppais net. C’est joli ça.

— J’ai trouvé !

Je coupais le chemin pour aller dans le champ qui m’intéressait. Il y avait un grand arbre sur lequel je pris appui. Le temps était agréable. Légèrement frais, mais supportable. Enroulant mes bras autour de mes jambes, je fixais ce nouveau décor. J’appréciais vraiment de vivre ici. Je me voyais bien y passer plusieurs heures.


©TENNESSEE.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 20 ans
Emploi : Etudiant & Travaille chez différents paysans
Yi Hwang Sun

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: unis dans l'adversité || Feat Hwang Sun   Dim 22 Nov - 0:13




Unis dans l'adversité
Hwang Sun & So Hui


Après cet petit accident évité de justesse, Hwang Sun s’était retrouvé avec So Hui dans les bras, mais trop embarrassé, il s’est rapidement écarté d’elle, peut-être un peu maladroitement. Il se sent donc soulagé de voir qu’elle ne l’a probablement pas mal prit. Elle répond à sa question :

— Oui ça va … Plus de peur que de mal.


Ils reprirent leur promenade, le silence retombant à nouveau entre le couple de jeunes mariés. Hwang Sun marchait derrière So Hui, observant son dos, ses longs cheveux dans lesquels il adorait passer les mains… il observa sa démarche, et ses courbes.. avant que ses joues ne prennent une teinte logement rose. Il posa ses mains sur son visage essayant de les refroidir, comme s’il pouvait effacer ça rien qu’on frottant. C’était autre chose, ce n’était pas une tache sur ses joues, c’était quelque chose qui ne pouvait être effacé, le souvenir de leurs deux corps unis par le désir. Hwang Sun regarda son épouse s’arrêter soudain et l’imita, avant de la voir s’écrier qu’elle avait trouvé. Elle se mit alors à courir dans un champ de fleurs sous le regard émerveillé du jeune homme. C’était magnifique. Non pas ce champ de fleurs, mais So Hui qui courrait à travers.. Il n’avait pas bougé d’un pas, et la regardait s’asseoir sous un arbre. Il resta là à la fixer, n’osant troubler ce beau tableau. Puis il finit par se décider à la rejoindre, cueillant une fleur au passage qu’il fit tournoyer entre ses doigts, il vint s’asseoir près d’elle et la lui tendit.

— Souvenir.


Il sourit en lui donnant la fleur puis observa à son tour le paysage. C’était agréable, cette promenade. Il était content qu’elle ait accepté. Assis près d’elle, il ne savait que faire de ses mains qui désirait tant l’attirer contre lui. Mais il résista à cette envie, faisant mine de s’intéresser au paysage. Finalement, il déglutit avant de poser la tête sur l’épaule de So Hui, fermant les yeux.

— J’ai sommeil…,
dit-il.

En réalité, il n’en était rien, il éprouvait simplement le besoin de ressentir un quelconque contact avec elle, et n’avait trouvé mieux comme excuse pour créer cette proximité entre eux, car il la trouvait distante depuis ce matin. Pourtant la veille… Elle lui avait semblé aussi passionnée que lui, autant consumée par le désir qu’il l’avait été. Il ne s’était certainement pas imaginé tout cela, alors elle devait être mal à l’aise. Ou peut-être était-ce à cause de l’alcool ? Non, elle était simplement timide. Hwang Sun resta ainsi, sans ouvrir les yeux, réfléchissant à ce qu’il était en train de faire, et pourquoi. Lui même ne se comprenait pas. Il n’arrivait à comprendre pourquoi il se sentait si attiré par elle, et pourquoi il éprouvait une telle tendresse envers elle, cette envie de la serrer dans ses bras.. Il repensa à Hae Mi mais le sentiment de bien être qu’il éprouvait fut troublé, alors il la chassa inconsciemment de son esprit, comme si.. comme s’il ne voulait y penser, qu’il ne voulait pas culpabiliser, et faire mine de rien, faire semblant de l’avoir oublié un instant..? Plus il réfléchissait à cela, plus il essayait de comprendre ce qu’il ressentait et…et plus il s’en voulait. Ses reproches le mettaient de mauvaise humeur, or, il ne voulait pas déprimer sans cesse.

©TENNESSEE.


   .

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: unis dans l'adversité || Feat Hwang Sun   Lun 21 Déc - 22:48




Unis dans l'adversité
Hwang Sun & So Hui


C’était agréable de passer du temps en dehors de l’appartement, de profiter de l’extérieur. J’y habitais depuis voilà plus d’un mois et pourtant, je ne connaissais rien de ce lieu. Je me surprenais à l’apprécier. C’était tranquille, les gens étaient relativement agréables. La vie elle-même était relativement agréable. Avec Hwang Sun en prime. Ce dernier me tandis une fleur que je pris en tendant le bras. Je la fis tourner entre mes doigts et ne pus m’empêcher d’être touchée par cette attention. Toute simple, presqu’idiote, innocente. Mais ça me plaisait. Ça me faisait sentir comme légitime, comme si j’avais le droit d’être proche de lui de cette façon, le droit de laisser sa tête retombée sur mon épaule. Je souris en observant la fleur, me contentant d’acquiescer quand il me dit vouloir dormir. Tout ça paraissait tellement naturel. Les hésitations du début avaient presque disparues. Nous restâmes encore quelques minutes, silencieux. Je n’osais pas bouger, de peur qu’il se redresse et s’éloigne. Je me retenais même de risquer à appuyer ma tête sur la sienne, malgré que cette idée fût extrêmement tentante. J’en arrivais presque à un point où la haine que je ressentais pour mon père se dissipait grâce à Hwang Sun. Car sans lui, sans ses arrangements, je n’aurais sans doute jamais croisé la route de Hwang Sun. Je respire, mais prends garde à ne pas prendre de trop grandes inspirations pour ne pas le réveiller, s’il dort. Le vent souffle sur mes joues et même si je sens le froid me gagner, je ne bougerais pour rien au monde.

La fleur tourne toujours sur elle-même par les mouvements exercés par mes doigts. Je dois me rendre à l’évidence, au fur et à mesure des jours, je ressens de plus en plus d’attirance, de plus en plus de sentiments envers l’homme qu’est mon mari. Mon cœur bat plus fort quand il est proche de moi de cette façon et encore plus quand il me regarde. Je ne peux plus tenir la promesse que je me suis faite, d’aller au bout des choses, même si je dois faire souffrir l’homme qui partagera ma vie. Mais cet homme … Cet homme est Hwang Sun … Je ferme les yeux. J’ai l’impression d’être scindée en deux et que les deux parties se livrent bataille. Il y a d’un côté celle qui veut sauver sa mère. Personne d’autre ne compte plus qu’elle. Cette partie de moi sait que sa mère a besoin d’elle et que personne n’est là pour la protéger à part elle. De l’autre, il y a celle qui ne veut pas blesser Hwang Sun, parce qu’il ne le mérite pas. Celle qui pense qui perd ses moyens quand Hwang Sun s’approche d’elle et qui soupire quand il n’est pas là.

— Hwang Sun …

J’ai comme du mal à respirer.

— Quand on m’a dit que je devrais t’épouser … Je n’ai pensé qu’à la sauver, même si je devais faire les pires choses, même si je devais te blesser, toi.

Je ne le connaissais pas ; je n’avais pas de remords à avoir. Mais voilà, j’avais découvert qui était Hwang Sun, que nous étions dans la même situation. J’avais finalement pivoté pour me retrouver face à lui, les yeux dans les yeux. Je ne pouvais plus faire taire le chantage que je subissais. Pas pour m’attirer sa sympathie, mais parce que je ne pouvais plus continuer à lui mentir et lui cacher des choses. Parce que, peut-être, j’avais dans l’espoir qu’à deux nous trouverions une solution, une échappatoire.

— Mais c’est ma mère Hwang Sun. Je ne peux pas le laisser lui faire du mal. Elle n’a que moi sur qui compter. Et je ne sais plus quoi faire maintenant. Parce que ça n’arrêtera jamais. Hier le mariage, aujourd’hui l’enfant. Demain …

Je baisse la tête, comme accablée par tout ça. Qu’est-ce que je pourrais faire. C’était un puit sans fond et je devais me rendre à l’évidence : je n’y arriverais plus toute seule.

— Aides-moi Hwang Sun, s’il te plait …


©TENNESSEE.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 20 ans
Emploi : Etudiant & Travaille chez différents paysans
Yi Hwang Sun

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: unis dans l'adversité || Feat Hwang Sun   Mer 23 Déc - 11:39




Unis dans l'adversité
Hwang Sun & So Hui


Le jeune homme avait la tête posée sur l'épaule de sa femme, et s'assoupissait presque, les yeux fermées et une sensation d'aise à l'esprit. Sauf que la douce voix de So Hui le tira des bras de Morphée.

— Hwang Sun …

Il ne réagit pas et garde les yeux fermés se demandant ce qu'elle veut lui dire, et appréhendant la chose. Mais il est à cet instant loin de s'imaginer les révélations qui suivent.

— Quand on m’a dit que je devrais t’épouser … Je n’ai pensé qu’à la sauver, même si je devais faire les pires choses, même si je devais te blesser, toi.

Il ouvre les yeux et l'écoute en silence tandis qu'elle parle avant qu'elle ne pivote et plante ses yeux dans ceux du jeune homme. Il la laissait poursuivre, parce que elle semblait avoir plus à lui dire, et parce qu'il ne savait pas réellement que lui répondre.

— Mais c’est ma mère Hwang Sun. Je ne peux pas le laisser lui faire du mal. Elle n’a que moi sur qui compter. Et je ne sais plus quoi faire maintenant. Parce que ça n’arrêtera jamais. Hier le mariage, aujourd’hui l’enfant. Demain …

Elle baisse la tête et Hwang Sun sent comme un pincement au coeur. Il n'aime pas la voir dans cet état. Vraiment pas. Il a envie de lui redonner le sourire.

— Aides-moi Hwang Sun, s’il te plait

Le fait qu'elle lui demandait ça le met mal à l'aise, pourquoi est-ce qu'elle lui demande de l'aider ? Hwang Sun garde le silence, il la fixe alors qu'elle baisse les yeux et il tend la main pour la poser derrière sa tête et l'attirer contre lui, la serrant dans ses bras. Le jeune homme dépose un baiser sur sa tête.

— Je t'aiderais, je ferais en sorte que vous n'ayez plus rien à craindre, ni toi, ni ta mère.

C'était pourtant évident qu'il ferait tout ce qui est en son pouvoir pour aider sa femme à se sentir en sécurité. Pour la mettre en sécurité, et elle, et sa belle mère. Il a tout à coup l'impression d'avoir été trop faible tout ce temps, et d'avoir laissé les adultes jouer avec lui trop longtemps. Il doit devenir plus fort, pour So Hui. Et puis pour Hae Mi..
Ses lèvres viennent se déposer sur le front de sa jeune femme et il la garde contre lui encore un peu avant de finalement s'écarter. Il se lève et lui tend la main pour l'aider à faire de même.

— Rentrons à la maison.

Hwang Sun sourit à sa femme et tous les deux reprennent le chemin vers chez eux. Sur le chemin retour il garde la main de So Hui dans la sienne, mine de rien. Il réfléchit déjà à comment il va pouvoir l'aider. Et se rend compte qu'il a la possibilité d'agir. Pour elle.

©TENNESSEE.


   .

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: unis dans l'adversité || Feat Hwang Sun   

Revenir en haut Aller en bas
 

unis dans l'adversité || Feat Hwang Sun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Passi - Reviens dans ma Vie (Feat. Jacob Desvarieux et Lorenzo Raphael)
» Fleur ♣ La fleur qui s’épanouit dans l’adversité est la plus rare et la plus belle de toutes.
» Racisme dans WOW
» [RESOLUE]Importer des images dans Little Big Planet
» Le moon est dans Wakfu :p

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Lansan, vaste & mystérieux :: Lapanalda :: Habitations-
votez toutes les 2 heures

demandez vos points