AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 This feeling

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Âge : 23
Emploi : Peintre
Lee Song Ki

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: This feeling   Jeu 22 Oct - 0:40

This feeling
Song Ki & In Su
So darling, darling, stand by me


Beaucoup de temps s’était écoulé depuis ma semaine de repos à Gyeong-U, beaucoup trop de temps était passé depuis la dernière fois que j'ai pu admirer son visage, il me manquait, il me manquait énormément. Je pensais revenir plus en forme que jamais de cette semaine au gîte, finalement je me suis retrouvée vide, sans réelle envie de faire quoi que ce soit, il manquait quelque chose à ma vie, tout du moins quelqu'un, ses mains me manquaient, son sourire me manquait, ses mots doux, sa gentillesse, tout. Tout me manquait chez lui. Un sourire niais se dessinait toujours sur mes lèvres lorsque je repensais à tout ça, même que parfois mes joues rosissaient et mon cœur battait plus fort, je crois comprendre ce qui est en train de m'arriver, je crois ressentir bien plus que de la sympathie pour lui. Nous avions passé une semaine ensemble, j'en ai davantage appris sur lui sur cette courte durée que sur mon ancien fiancé depuis notre première rencontre jusqu'à la rupture. Il était tellement plus intéressant, tout du moins, le dialogue venait plus facilement, enfin … Je n'arrive pas à lui trouver de défaut, de le placer en dessous de quelqu'un, personne ne pouvait prendre sa place dans mon cœur désormais, oui, je crois que je l'aime.

Par peur de déranger, par manque de temps, par timidité, par toutes les mauvaises excuses que nous pouvions citer, lui et moi ne nous étions pas envoyés de lettre, jusqu'à dernièrement (et Dieu sait à quel point le temps m'a paru long). Cela faisait longtemps que je n'avais pas mis les pieds à Dalis, notre représentant ne semblait pas avoir besoin de mes services en ce moment et je ne trouvais plus l'inspiration, l'harmonie des couleurs ne venait que lorsqu'il était là auprès de moi. J'avais laissé le tableau que j'avais peint là-bas, ses parents et sa sœur étaient si gentils et disaient apprécier mon travail, c'était donc normal pour moi de le leur offrir. Je restais donc à la ferme, j'aidais mes parents non plus par plaisir, simplement pour tuer l'ennui qui prenait de plus en plus place dans ma vie, jusqu'à ce que ces derniers me disent que je devrais changer d'air, refaire une pause, je pensais donc retourner au gîte mais maman s'exclama qu'il me fallait aller dans un endroit plus actif que la campagne, aller à Dalis me ferait du bien disait-elle. Pendant un court instant j'ai cru qu'elle me faisait une blague mais elle en était des plus sérieuses, jamais elle ne m'aurait dit ça auparavant. Je ne comprenais pas, mais maintenant qu'on y pense, c'était l'occasion idéal pour le revoir. Et c'est là qu'une première lettre fut écrite, faisant attention à mon écriture, à mes fautes d'orthographes … je ne voulais pas qu'il me prenne pour une souillon ! Et quelques jours plus tard, une lettre de sa part était arrivée, ce n'était qu'un bout de papier et pourtant il était tellement important à mes yeux, il avait touché cette feuille, peut-être avait-elle même son odeur, le sourire niais ne quittait plus mon visage. En tout cas, il était d'accord pour qu'on se voit à Dalis, il n'écrivait pas très bien mais ça me faisait rire, j'avais l'image de lui en train de couper des légumes en étant hyper concentré, je le voyais faire la même chose en écrivant, qu'est-ce qu'il pouvait être adorable … Et c'est ainsi que nous fixâmes une date.

C'était bien la première fois que je montais dans le bus pour aller jusqu'à Dalis avec le sourire aux lèvres et bizarrement, mes parents ne semblaient pas s'inquiéter, ça me rassurait quelque peu. Et dire que d'ici quelques heures je serai en sa compagnie … je me voulais excitée comme une puce, je regardais fixement par le carreau pour apercevoir les premiers bâtiments de la capitale, les gens devaient me prendre pour une dérangée mais qu'importe, j'allais enfin le revoir !

Sortant d'un pas pressé du bus, je suivais les indications fournies dans la lettre pour me rendre jusqu'à chez lui. Il travaillait toute la journée et ne pouvait donc pas m'accueillir, je devais encore patienter quelques heures avant de le revoir, il savait se faire attendre … Je trouvai facilement chez lui, je trouvai donc la clef cachait à l'endroit indiqué et entrai donc chez lui.
Posant mon sac, je constatai qu'il y en avait un peu partout chez lui, ça me fit sourire, cet endroit le représentait parfaite, ce n'était ni plus ni moins que sa chambre au gîte en un peu plus grand, des plantes, des croquis, un peu de bazar … J'en ris. Il était adorable. Je l'imaginais se déplacer chez lui, s'occuper de ses plantes, se donner du mal à faire la cuisine, vivement qu'il soit là !

Ayant mis mon sac dans un coin, j'avais pris pour initiative de préparer le repas pour ce soir, histoire qu'il n'ait rien à faire en rentrant après sa journée de travail certainement crevante. Son placard et son frigo étaient pleins, j'avais de quoi préparer un bon dîner, en espérant juste que ça lui fasse plaisir. Et le soir tomba bien vite. J'avais rapidement débarrassé la table de cuisine qui ne ressemblait même plus à ça, pour faire une jolie table avec ce que je pouvais trouver chez lui. Je m'étais changée pour une robe que j'avais acheté il y a quelques temps à la capitale et mis, pour une fois, un peu de maquillage, je voulais être jolie pour lui, déjà que mon pansement sur le bout de mon doigt me rendait ridicule, je ne voulais pas donner une mauvaise impression. Il ne restait plus qu'à l'attendre, ce qui ne fut pas si long que ça. Lorsque la porte s'ouvrit, je l'accueillis avec le plus beau de mes sourires, il était enfin là, mon cœur se mit à battre très rapidement et mes joues rosirent instantanément.

« B-bonsoir In Su. »



© Gasmask


Hey, I love you like a love song baby
You are beautiful, like a dream come alive, incredible, a center full of miracle, lyrical. You've saved my life again and I want you to know baby ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 25 ans
Emploi : Chercheur médical
Yu In Su
Administrateur

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: This feeling   Mer 25 Nov - 19:13

This Feeling
Amoureux

La radio tournait en continue dans le laboratoire, dès que j'y étais je mettais en route la machine. Je n'étais pas un grand partisan de Lansan, mais je détestais plus encore les bruits s'échappant des autres salles du centre de recherche. Personne ne méritait d'entendre ça chaque jour. J'étais calé dans mon fauteuil devant un énorme dossier sur mes récentes recherches sur un vaccin. Je n'avais pas encore tester mon nouveau procédé et je décalais fortement le jour où je devrais le faire. Parce que ça allait peut-être compter la vie à quelqu'un. Et je détestais être un bourreau. Je n'en avais pas la carrure, physique ou mental. Je soupirais, frottant mes cheveux dans tous les sens. J'aurais dû rentrer depuis un moment déjà. Je passais vraiment trop d'heures entre ces quatre murs. Seul Min Hwan parvenait à me sortir de mon antre. Je repensais à notre dernier conversation. Nous avions parler de Song Ki, et juste avant que je ne me rende compte de ce que je faisais, j'avais envoyé une lettre à ses parents. Mes joues chauffèrent à ce souvenir. J'ai été vraiment impétueux sur le coup. Je ne me pensais pas si pressé. Quelques jours après, c'est une lettre de mon amoureuse que je reçu. MON AMOUREUSE. Je plaçais rapidement ma tête dans mes mains pour cacher ma timidité, bien que personne n'était avec moi. Il était trop tard pour que j'ai un collègue maintenant. Elle voulait venir à Dalis. Je mettais empresser de lui répondre par l'affirmative de mon écriture la plus fébrile. Maintenant que j'y repense ça devait être illisible, comme un enfant. Je soupirais une nouvelle fois...je ne devais plus penser à elle pour le moment. Je n'arrivais pas à me concentrer quand son visage s'insinuait dans mon esprit. Je repris la lecture de mon dossier et de mes formules.

Je relevai brusquement la tête. Je n'arrive pas à croire que je me sois endormi ! La pendule au dessus de la porte ne me rassura pas du tout dans l'état de mon retard. Song Ki devait déjà être chez moi là. Rien qu'à cette pensée, j'envoyais valser un tube à essais qui trainait là. Heureusement vide, mais il se brisa sur le sol. Je le regardais tomber piteusement, me mettant à sa place...j'étais pathétique. Ou beaucoup trop nerveux. Il fallait que je me calme rapidement si je ne voulais pas mourir par ma propre maladresse. Déjà, je devais aller prendre une douche. Je sentais le chien mouillé et mes cheveux étaient dans un état proche de la paille. Quelle horreur. Je fonçais dans les vestiaires des scientifiques et partis me mettre sous l'eau relativement chaude. Du savon, du shampoing aux plantes fait par mes soins, je me frottais comme si j'étais couvert de boue. Je me devais d'être impeccable. Je me séchais à la vite grand V, enfilais un débardeur, jetais un oeil à ma tête dans le miroir...je suis énervé contre moi même en fait. Elle doit être dans mon appartement, je ne l'ai pas rangé, j'ai fait les courses pour lui faire à manger, mais c'est tout. Je me sens minable. Vite, vite, j'avais toujours des vêtements de rechange dans mon casier, heureusement vu le nombre de fois où je restais ici. Une chemise bleu pâle, un pull épais blanc, mon jean noir...voilà. J'étais prêt en moins d'un quart d'heure. J'attrapais mon sac dans mon laboratoire, le fermais à clé pour éviter les curieux et je couru à l'extérieur récupérer ma bicyclette.

Je n'arrivais pas à croire que j'étais en retard. J'avais jamais pédalé aussi vite de toute ma vie. Même à Lapanalda. Je n'étais jamais en retard à l'école en fait, même je faisais parti des élèves toujours en avance. Donc je ne connaissais pas ça. Même en étant scientifique, je ne me permettais pas d'être à la bourre, au contraire, j'étais le roi des heures supplémentaires, peut être est-ce là le problème. Je suis seul depuis trop longtemps, d'habitude personne ne m'attends à la maison. Je rougis plus encore à cette image. Je posais contre un mur de la cour ma bicyclette et grimpais les marches pour rejoindre mon appartement, la lumière était déjà allumée. Je ne repris mon souffle que lorsque je passais la porte de chez moi. Je n'osais pas imaginer le nid que devait former ma tignasse. Puis, plus rien ne comptait vu que Song Ki était là, aussi lumineuse que mes souvenirs. Et sa voix timide...je fondais complètement.

« Bonsoir...Song Ki...Tu es...ravissante. » J'enlevais mon sac de mon épaule pour le poser près de la porte. Je jetais un oeil derrière elle. « Oh! Tu as fais à manger...Je suis vraiment désolé pour mon retard...j'avais la tête dans le travail. » Littéralement.

J'avançais vers elle, dans un élan, je lui pris la main. Elle était douce et fraîche. Alors que je la regardais dans les yeux pour vanter sa beauté, je le sentis. Un pansement. Je ramenais vivement sa main vers mon visage.

« Tu es blessée ! Comment? Où? Ici? Olalala, je savais que je devais rentrer plus tôt. Je peux pas le croire.... »

Non, je n'exagérais en rien...


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 23
Emploi : Peintre
Lee Song Ki

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: This feeling   Jeu 26 Nov - 23:20

This feeling
Song Ki & In Su
So darling, darling, stand by me


Tout l'après-midi, j'avais réfléchi à tous les sujets de conversation que nous pourrions avoir In Su et moi, à vrai dire, j'avais peur de n'avoir rien à lui dire justement, ce qui était un peu bête car cela faisait un long moment que son visage ne se trouvait pas auprès du mien. Et puis, j'étais bête de penser ça, avec lui, je ne suis jamais à court d'idée, je n'ai pas à me retenir, je peux absolument tout lui dire ! Et le mieux, c'est qu'il n'est pas passif, bien au contraire, il s'intéresse à tout ce que je dis ! Tout, tout, tout ! Ca me rassurait un peu, surtout que j'avais la boule au ventre à l'idée de le revoir, à l'idée qu'il ait pu changer, à l'idée que mes propres sentiments aient changé, un tas de facteurs qui s'avérèrent sans suite car, dès l'instant que je l'entendis enclencher la poignée de porte, mon cœur se remit à battre très vite et mes joues à virer au rose. Et puis le voilà devant moi, toujours aussi craquants lui et sa tignasse mal coiffée, ses mimiques de débordé et enfin ce sourire tendre que j'aimerais qu'il ne fasse qu'à moi. Oui, c'est tout ça qui dissipa ces hésitations qu'il y avait en moi. Qu'est-ce que j'aurais aimé m'incruster dans ses bras à peine il eut le temps de rentrer, mais malheureusement, je ne pouvais me le permettre.
Sa voix, ses premiers mots, ses compliments à mon égard, je rougis bêtement tout en le suivant du regard. Il semblait fatigué, mais je souris. « Ho, tu … tu n'as pas à t'excuser e-et oui, je me suis dit que tu allais être fatigué... », je n'eus le temps de finir que ce dernier prit possession de ma main et en même temps de mes émotions, mes joues chauffaient tandis que le contact entre ma paume et ses doigts froids se faisaient. Ses mains m'avaient tant manquée, elles se voulaient tellement plus grandes que les miennes, mais j'aimais qu'elles soient blotties à l'intérieur, en sécurité, comme quelqu'un dans une maison, ou moi dans ses bras. Et puis ces yeux, ce regard, je ne l'avais pas oublié bien au contraire, je l'attendais depuis tellement longtemps. Dans ce dernier, nous pouvions lire sa douceur, sa gentillesse et cette part de mystère qu'il y avait encore en lui.
In Su s'inquiéta à propos du fait que je me sois coupée au bout du doigt, ça me rappela mon premier soir au gîte et j'en ris un peu, je reconnaissais bien là mon In Su, toujours à s'alarmer pour pas grand chose, très vite dépassé par les événements. Mon cœur allait exploser tant il battait vite !

« In Su ... », je ris timidement avant de poser mon autre main sur la sienne, pour lui cacher la vue du pansement, et de doucement faire descendre nos mains pour que je puisse profiter de son visage, « Détends-toi, ce n'est qu'une toute petite coupure ! » mon sourire se remplit de gêne, « et … et toi aussi t-tu es … r-ravissant. », je rougis fortement et quittai son regard pour le déposer sur le sofa avant de retourner vers lui quelques secondes plus tard « Ho, et mets-toi à l'aise surtout. », je lui souris. Je voulais passer une bonne soirée en sa compagnie, je voulais qu'il ne s'occupe de rien et surtout qu'il apprécie. Il avait l'air si fatigué et avait moins bonne mine qu'à Lapanalda. Cela m'inquiéta un peu mais ne surtout pas s'alarmer ! « Ho, attends ! », je lui souris avant de lâcher ses mains et de m'en aller fouiller dans mon sac. Je pensais que ce serait bien de lui ramener un cadeau, après tout il m'accueillait chez lui c'était donc la moindre des choses, je sortis donc un petit sac en papier de mon sac dans lequel se trouvait une écharpe que Maman et moi avons été cherchées dans le centre ! Puis je lui tendis en rougissant fortement, « M-merci pour … d-de m'accueillir … c'est très gentil ... », je n'osais même pas le regarder, imaginez que le cadeau ne lui plaise pas, de quoi aurai-je l'air ?



© Gasmask


Hey, I love you like a love song baby
You are beautiful, like a dream come alive, incredible, a center full of miracle, lyrical. You've saved my life again and I want you to know baby ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 25 ans
Emploi : Chercheur médical
Yu In Su
Administrateur

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: This feeling   Jeu 17 Déc - 22:33

This Feeling
Amoureux

Elle se mit à rire devant mon ton alarmé. Je me figeais légèrement devant ce son divin. Elle me permit de contempler son visage en me débloquant la vue de nos mains. Je fronçais un peu le nez, mais observais son joli minois amusé. Si je pouvais lui permettre de rire, alors elle avait le droit de se moquer de moi.

« Les petits coupures peuvent menées à de plus grandes infections ! J'espère que tu as bien nettoyé la plaie!»

Bon, je l'avouais. J'étais vraiment trop protecteur, mais je l'avais toujours été auprès des personnes que j'aimais. Song Ki n'allait pas être une exception, bien au contraire. Elle quitta une fraction de secondes mon regard, et je me détendis légèrement alors qu'elle venait de me faire un compliment. Mes joues rougirent un peu, mais je mis ça sur le plaisir de la revoir. Elle est trop adorable. J'allais lui dire quelque chose lorsqu'elle me coupa subitement dans mon élan. Ses petites mains lâchèrent les miennes et un vide se fit de suite sentir. Quelle horreur. Je ne pouvais plus me passer d'elle ! J'en profitais pour m'avancer vers la table, humais les bonnes odeurs. J'avais faim d'un coup. Je me retournais alors qu'elle me tendait un paquet. Je fus totalement pris au dépourvu. J'attrapais le sac fébrilement, comme s'il contenait le plus fragile des trésors.

« Il fallait pas...je...merci. »

J'entrepris de suite de voir de quoi il s'agissait. J'en ressortis une écharpe toute douce. Je souris à la vue d'un si joli cadeau -que je mettrais tous les jours-. Je la passais à mon cou en l'espace d'une seconde.

« Alors? ....je suis tellement content que tu sois là! » Spontanément je l'approchais de moi et la serrais fortement dans mes bras. J'étais bien plus grand qu'elle, ainsi son corps se fondit instantanément contre mon torse. J'étais vraiment heureux. Je ne pouvais pas lui présenter la bague maintenant. Je voulais lui offrir à la fin du repas. Mon estomac se manifesta, abrogeant le silence. Je m'éloignais d'elle, un air gêné sur les traits.

« Je suis tellement désolé de pas être arriver plus tôt. Mais je vais bien profiter de ce repas. J'aime beaucoup que tu me tiennes compagnie. Vraiment. » Je lui attrapais la main alors que je lui indiquais la chaise en face de la mienne. Je remarquais alors l'état de mon appartement. « Je suis navré pour le bazar... » Boulet In Su.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 23
Emploi : Peintre
Lee Song Ki

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: This feeling   Ven 18 Déc - 16:24

This feeling
Song Ki & In Su
So darling, darling, stand by me


In Su, c'est l'homme le plus adorable de Lansan, il est si doux, si gentil, si protecteur. Ce serait un papa génial, oui, je l'imaginais bien avec un bébé dans les bras et une petite famille qui lui court autour des jambes, je le voyais avec son air de débordé, perdant le contrôle de la situation tandis qu'il maintiendrait le nourrisson contre lui avec la plus grande attention du monde. Oui, ce serait un papa génial. C'était un très joli tableau en tout cas, et je souhaite qu'un jour il ait une famille qui le rendra heureux, et je me souhaite d'être dans cette famille qui le rendra heureux. Mes joues bouillirent à ce moment là, et, pour qu'il arrête de parler comme un docteur je posai mon doigt sur sa bouche, rougissant de plus belle en le regardant dans ses prunelles noires. « J-je vais bien, ne t'en fais pas ... », mes joues étaient toutes chaudes et je lui adressai un sourire à la fois timide et rassurant, il s'inquiétait vraiment pour pas grand chose, ça en était chou.

J'avais remis ma main dans la sienne après cela pour finalement repartir pour lui chercher son cadeau. Il semblait étonné, je rougis encore plus et mon cœur se mit à battre très vite, souhaitant savoir si mon cadeau lui plaisait. Son sourire me rassura et le fait qu'il entreprit de l'essayer me fit extrêmement plaisir. Je souris à mon tour.
Je m'apprêtais à lui dire quelque chose alors qu'il m'entraîna contre lui, sans que je ne m'y attende. A force de rougir ainsi, mes joues garderont à vie cette couleur. Mais ses bras m'étaient si agréables, ils m'avaient tellement manqué, et tandis que je passais fébrilement mes mains autour de lui, je fermai les yeux un instant me rappelant l'une des dernières nuits que nous avons passé au gîte.
Cette nuit-là, il y avait l'orage, toute la journée qui avait précédé me l'avait fait comprendre, toute la journée j'avais appréhendé ce moment. Je ne parlais pas à table et je préférais rester dans ma chambre, ou bien à regarder par la fenêtre comment le temps se détériorait. Puis les premières gouttes s'étaient mises à tomber, les premiers coups de tonnerre à se faire entendre, et moi j'étais dans ma chambre, non pas dans mon lit, mais contre le mur le plus éloigné de la baie-vitrée, la couverture autour de moi. J'étais totalement tétanisée, je crois même qu'à un moment je me suis mise à pleurer. Certainement était-ce pour ça qu'In Su était venu me voir, qu'il me tendit sa main et qu'il m'emmena avec lui dans sa chambre. Le vent soufflait très fort et nous voyions des feuilles voler depuis sa fenêtre, mais l'orage était moins impressionnant à cet endroit-là. Nous nous mîmes dans le lit, je refusais de le lâcher, il m'avait pris dans ses bras pour me calmer et sans que nous nous en rendions compte, lui et moi nous étions endormis. Jusqu'au lendemain matin, où la vie semblait avoir repris son cours.

« M-moi aussi, je suis contente d'être là In Su ... », je me voulais toute gênée, contrairement à lui qui semblait moins indécis qu'autre fois et beaucoup moins timide. « E-et tu es beau … avec l'écharpe. M-mais je ne veux pas dire que sans t-tu ne l'es pas hein ! T-tu me comprends ... », j'avais l'impression que les rôles s'étaient inversés, auparavant, c'est lui qui était toujours obligé de se justifier, je me transformais en In Su !
Je fus sauvée par un gargouillis, cela me fit sourire parce que je savais très bien qu'il allait être tout gêné.

J'avais l'impression qu'il me faisait encore plus rougir qu'autrefois, qu'il me touchait en plein cœur encore plus qu'autrefois, et qu'il prenait mes mains encore plus qu'autrefois aussi, il est beaucoup trop adorable. J'allais m'asseoir quand je me dis que j'allais prendre l'initiative de lui servir à manger, il avait l'air que de n'attendre que ça, je ris. « Ne t'en fais pas, j'aime bien moi, ça te ressemble ! », je ris tandis que je laissai ma main glisser de la sienne, me permettant ainsi de pouvoir prendre les bols pour servir nos pâtes au bouillon de légumes puis de disposer sur la table les quelques accompagnements comme des brochettes d'asperges et de porcs et quelques autres petites choses au cas où il aurait encore faim. Je m'en allai ensuite m'asseoir enfin en face de lui.

« J'espère que ça va te plaire. », je lui souris et me mis à manger après lui avoir souhaité un bon appétit. J'avoue que moi aussi, je commençais à avoir faim.



© Gasmask


Hey, I love you like a love song baby
You are beautiful, like a dream come alive, incredible, a center full of miracle, lyrical. You've saved my life again and I want you to know baby ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 25 ans
Emploi : Chercheur médical
Yu In Su
Administrateur

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: This feeling   Mar 5 Jan - 20:31


This Feeling
Amoureux

« Veux-tu...m'épouser? »
Son air gêné était vraiment le plus adorable. Pouvais-je mourir d'autant de bonheur? L'avoir dans mes bras me rendait vraiment tout chose et j'avais envie de graver ce moment dans mon esprit. Elle méritait tellement que je prenne soin d'elle! Cela me rappelais cette nuit d'orage où je l'avais serré fort, simplement pour lui permettre d'être en sécurité. Je voulais plus voir des traces de larmes sur ses joues. Je rougis légèrement à ce souvenir, bien heureux de la retrouver dans mes bras, rougissant en me faisant un compliment. Vraiment, j'allais devenir nerveux...

Je l'observai me servir, n'était vraiment pas habitué à ça lorsque j'étais à mon appartement. Seul la solitude m'accompagnait, et mes plantes..puis mes dessins...en fait, mon bazar me réchauffait le coeur quand j'étais loin de ma famille. Je pensais un instant à ma chambre à Gyeong-i dans le même état que cet endroit. Ca n'avait peut-être aucun rapport avec le manque de compagnie. Je reportai mon regard sur les mains de ma bien-aimée alors qu'elle servait le repas qu'elle avait pris soin de concocter.

« Rien que l'odeur, je suis déjà satisfait ! Je vais m'habituer ! » je riais à cette constatation tout en goûtant avec appétit à tous ses plats. Evidemment, je ne cachais ma joie à chaque bouchée. Plus je la côtoyer, plus je remarquais à quel point elle était parfaite. Y avait-il une femme mieux qu'elle dans Lansan? Même dans le monde extérieur? J'étais persuadé qu'une telle personne ne pouvait exister en dehors de Song Ki. Je lui parlais de ma journée, de combien je pensais à elle, des recherches que je faisais pour tenter de guérir les lansanais. Puis je parlais de ma petite soeur, parce qu'elle avait été mon rayon de soleil avant de la rencontrer. Elle avait été ma vocation. Je l'écoutais parler quand j'avalais avec plaisir ce qu'elle m'avait fait. Les assiettes devaient être vide à la fin du repas. J'attrapais moi-même le dessert, une tarte au citron que la voisine avait eu la gentillesse de préparer à ma demande. Bien que je venais d'un gîte, il fallait le dire, je n'avais aucun talent particulier pour la cuisine. Je faisais le minimum mais sans plus de fantaisies.

J'apportais nos deux petites assiettes sur la table devant mes fauteuils. Mon lit était plus loin dissimulé par des plantes hautes. J'allais ensuite chercher ce que j'avais préparé. Un cahier caché dans le tiroir de mon bureau. J'y avais mis tout mon coeur et je ne pouvais qu'être nerveux maintenant que j'arrivais à ce moment-là. Je me raclais la gorge, admirais Song Ki et attendit, le cahier sur mes genoux. Je ne pouvais pas lui présenter de suite.

« Song Ki...je sais bien que nous nous connaissons pas depuis longtemps. Mais je dois te dire....que je tiens vraiment à toi....je voulais savoir si...euh...oh pardon ! Je devrais pas te demander tes sentiments d'un coup...ça ne se fait pas. Oublie oublie ! »

Je secouais les mains devant elle, les joues cramoisies. La nervosité avait pris le dessus.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 23
Emploi : Peintre
Lee Song Ki

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: This feeling   Mer 6 Jan - 22:30

This feeling
Song Ki & In Su
Détends-toi, ça va aller


J'étais des plus ravies en constatant que ce que j'avais préparé avec amour plaisait à mon In Su. C'était la première fois que nous avions l'occasion d'être en tête à tête, au gîte nous partagions toujours le repas avec sa famille et parfois d'autres clients, ce n'était pas comme mes repas en compagnie de papa et de maman non plus. Là, nous pouvions parler calmement de ce qui nous plaisait et de tout et de rien, par exemple le médecin me racontait son travail, me fit découvrir qu'il était un héro qui avait dû sauvé des tas de gens, me lançant des fleurs parfois, il était adorable et semblait tellement passionné, le voir comme ça me laissait toute chose et j'aurais aimé l'écouter me raconter des choses pendant des heures et des heures ! Pour tout vous dire, il parlait tellement que je n'eus le temps de dire grand chose, ce n'était pas nouveau disons-le, déjà à Gyeong-u c'était comme ça, mais je pensais que c'était dû au fait qu'il venait de retrouver sa famille, mais non. In Su était juste très bavard, le rendant encore plus mignon.

Et aussi, suite à ça, le repas se termina bien vite. En effet nous arrivions déjà au dessert, une jolie tarte au citron était posée plus loin, In Su m'avait caché ses talents de pâtissier ! Je le regardais faire depuis ma place que j'avais quitté un instant le temps de débarrasser, du moins le temps de débarrasser avant que M. IlNeFautPasQueTuTeBlessesTesJoliesMains ne me renvoie sur mon siège.
Le repas fut plutôt consistant et mon ventre était bien plein, j'en étais un peu fatiguée mais je devais tenir le plus longtemps possible afin de profiter de mon hôte autant que je le peux ! Heureusement qu'il avait de fines parts de tarte, sinon je crois bien que j'allais exploser devant lui. Je me demande si il était dans le même état que moi, peut-être n'avait-il pas assez mangé, si ça se trouve il n'avait pas aimé et s'était forcé … Un tas de suppositions me vint à l'esprit lors de sa courte absence, une petite moue vint même se dessiner sur mon visage que je dissimulai bien vite lorsqu'il revint. Penchant ma tête, je m'interrogeai sur le pourquoi avait-il ramené un cahier, il voulait me montrer les équations qu'il faisait au travail ? Ho ! Peut-être écrivait-il un livre comme Jae Soo ! J'aimais un homme décidément très très intelligent. Cela m'arracha un sourire bien que je me sentais bien bête à côté de lui.

Il me fit un discours, du moins un semblant de discours et j'en rougis même si je n'avais pas vraiment compris ce qui était en train de se passer. Lui aussi était tout rouge, comme une tomate ! Il venait de me dire plein de choses gentilles à mon sujet, c'était tellement adorable, certainement s'était-il emmêlé les pinceaux … le pauvre. Il n'allait pas bien du tout, ça se voyait. Ma main attrapa la sienne, exerçant une certaine pression pour qu'il comprenne que j'étais là pour le soutenir, puis dès lors que son regard vint vers moi, je le regardai tout sourire, il ne fallait pas qu'il s'angoisse pour si peu.

« Tu n'as pas besoin de te mettre dans cet état là In Su tu sais ? Moi aussi je tiens vraiment beaucoup à toi, je … tu es même le seul garçon avec qui je suis comme ça. », lui souriant une nouvelle fois, je me levai de ma place pour m'approcher de lui et lui retirer l'écharpe qu'il avait gardé autour du cou, « tu m'étonnes que tu sois tout rouge si tu gardes ça autour de toi ! », je ris avant de prendre mon courage à deux mains et de l'enlacer, fermant les yeux et humant son parfum, je me sentais si bien auprès de lui. « Tu … tu es la personne la plus gentille que j'ai rencontré, et la plus touchante. », je rougis tandis que je le relâchais, lui souriant malgré mes joues rouges, je retournai m'asseoir en face de lui, comme pour fermer la parenthèse. J'aimerais beaucoup lui avouer mes sentiments, lui dire que je l'aimais, que je l'aimais pas comme j'aimais les autres non, que je l'aimais vraiment. Sauf que j'en étais incapable, j'avais peur que ce ne soit pas réciproque, qu'une fois encore je ressente de la honte, comme à l'école, et je ne voulais pas ça. « Donc, qu'est-ce que tu voulais savoir ? Et il y a quoi dans ce cahier dis-moi ? », demandai-je en souriant, essayant au mieux de le rassurer.



© Gasmask


Hey, I love you like a love song baby
You are beautiful, like a dream come alive, incredible, a center full of miracle, lyrical. You've saved my life again and I want you to know baby ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 25 ans
Emploi : Chercheur médical
Yu In Su
Administrateur

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: This feeling   Ven 8 Jan - 0:50


This Feeling
Amoureux

« Veux-tu...m'épouser? »

In Su, reprends toi! Tu es un homme ! Je reprenais lentement mon souffle afin d'apaiser mon esprit. Malheureusement, je venais de me ridiculiser devant ma bien aimée, et ça me stressait bien davantage. Quel imbécile j'étais ! Elle m'attrapa la main et me rassura quelque peu. Mais elle ne savait pas ce que je lui réservais, ni ô combien je devais rassembler mon courage pour le faire. Son sourire était tellement tendre et aimant à la fois. Je ne devrais pas douter de mon instinct. Je sentais une profonde affection entre nous. Elle se leva, faisant accéléré mon coeur plus que la normal. Qu'est-ce qu'elle fait? Elle enlevait délicatement mon écharpe, m'étonnant par la même occasion. Je portais de suite mes mains à mes joues et effectivement, je devais être bien rouge. Mais l'écharpe n'avait pas grand chose avoir là dedans. Elle venait de me dire qu'elle tenait à moi. Et plusieurs autres compliments qui me rendaient encore plus fébrile pour la suite. Je me demandais sérieusement si j'allais pouvoir tenir le choc. Je serrais bien fort le cahier entre mes mains, au point que mes jointures blanchirent.

Je n'avais jamais été aussi nerveux de toute mon existence. Vraiment ! Même les examens ne m'avaient jamais mis dans un état pareil. J'étais toujours très calme pendant ses périodes d'études, lorsque je travaillais je n'étais pas vraiment stressé. Au contraire, je me focalisais sur mon objectif et même s'il y avait des erreurs, je ne perdais pas ma confiance. Ou alors très peu. Le vrai problème, c'était les opérations qui me panique et m'horrifie. Mais c'est une autre émotion ça. Là, c'était bien plus profond, plus pur, plus...amoureux. Je devais reprendre le dessus afin de ne pas paniquer. Elle méritait que je prenne de l'assurance, sinon je serais rejeter....NON, je refusais de m'ancrer cette idée autrement je resterais figé à jamais dans ce fauteuil. Je me reprenais rapidement, souriant à Song Ki alors qu'elle me demandait pour le cahier. C'est le moment. Le GRAND moment. Je soufflais un bon coup, avant de lui tendre le cahier à la couverture brune.

« Je sais bien que ce n'est pas grand chose. Mais je voulais que tu gardes une preuve de cette journée...tourna la première page. Vas-y. »

J'avais dessiné avec beaucoup de plaisir les moments que nous avions passé ensemble à Gyeong-u: notre rencontre, la cuisine, nos promenades, elle et ma petite soeur -ce qui me tenait énormément à coeur- elle et moi endormis dans ma chambre, et puis une scène qu'elle ne devait pas connaitre. Moi venant chez ses parents pour avoir leur permission. Puis la dernière page du cahier était une lettre, pas n'importe laquelle puisqu'à l'intérieur, il y avait un dernier croquis avec une bague. Avant qu'elle ne la fasse glisser dans sa main, je m'accroupissais devant elle, pour lui saisir les mains. Je voulais avoir son visage tout près du mien, pour admirer ses traits délicats et innocents. Je souriais, alors que délicatement je prenais la bague.

« Notre rencontre n'est pas si éloignée, et nous nous connaissons pas très bien encore. Je le sais. Mais...tu es bien plus importante que le temps qui passe, que toutes les choses sur cette terre. Je crois, non non, je suis même sûr que je ne peux plus me passer de toi. Song Ki, tu m'as envoûté par ta peinture, puis toi, tout entière. Alors comme sur le dessin que tu tiens encore, accepterais-tu de devenir ma femme? Celle qui pourra partager le reste de ma vie? »

Et honnêtement, tout sembla si limpide à cet instant que je ne voulais plus fermer les yeux avant d'avoir sa réponse. Même si l'émotion me tenait la gorge.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 23
Emploi : Peintre
Lee Song Ki

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: This feeling   Dim 24 Jan - 1:02

This feeling
Song Ki & In Su


Il était un garçon très nerveux, du peu de temps que nous avions passé ensemble il n'y eut que très peu de moments où je pus avoir affaire à un In Su calme et serein, mais ce constant état m'amusait beaucoup, le rendant toujours des plus adorables, je ne devais pas être la première à rougir face à ces joues roses et ces prunelles perdues. En effet, beaucoup de filles devaient lui tourner autour, surtout ici à Dalis. Ici, les femmes n'avaient certes pas le charme de nos fleurs de campagne mais se voulaient très coquette et savaient se mettre en valeur et d'ailleurs, beaucoup de femmes devaient s'être assise là où j'étais en ce moment même … mais ne nous démoralisons pas.
Le médecin était encore plus stressé qu'à notre première rencontre, le rendant encore plus touchant mais me rendant à mon tour inquiète, j'avais beau tenter de ne rien laisser paraître j'aurais aimé comprendre qu'est-ce qui n'allait pas. Mon pauvre In Su, j'avais fait quelque chose de mal ? Je n'agis jamais comme il faut et ce n'était pas le moment, pas en face de lui. Quand je me trouve à proximité d'In Su je veux faire en sorte de sembler parfaite, je veux faire en sorte de lui plaire, je m'arrange pour essayer d'être jolie, mais je ne sais pas m'y faire avec les garçons, et encore moins avec lui.

Et puis il me sourit, me voyait-il désenchanter ? Quoi qu'il en soit je rougis, surtout lorsqu'il me tendit ce fameux cahier. J'allais enfin savoir ce qu'il y avait à l'intérieur, et même que si c'était un tas de calcul ou un écrit compliqué, j'essaierai de faire en sorte de ne pas paraître trop bête ! Lorsqu'il me donna l'autorisation de l'ouvrir, je ne me fis pas attendre et découvris un dessin qui prenait tout l'espace de la page, comment ne pas paraître trop bête alors que je devais certainement sourire comme une idiote ? C'était nous deux et le chapeau, je sentais déjà mes joues chauffer, puis je tournai progressivement les pages, prenant le temps nécessaire pour admirer chaque dessin qu'In Su s'était appliquer de faire, je reconnaissais toutes les scènes, je me rappelais précisément de chacune d'entre elles. A chaque fois que je tournais une page, je sentais mon cœur battre plus fort, je n'arriverai jamais à finir de contempler ce cahier, je vais faire un arrêt cardiaque bien avant. Jusqu'à ce que je tombe sur une scène qui ne me disait rien, je reconnaissais ma maison. Et In Su. Et mes parents. Je fronçais un sourcil, tandis que ma main laissa glisser la dernière page avant d'être prise dans la poigne presque affirmée de mon hôte. Un sursaut plus tard, je le regardai dans les yeux, parce que je ne pouvais regarder autre part, In Su était différent à ce moment-là, il y avait quelque chose que je ne saurai décrire dans son regard, de la détermination peut-être.

Le temps s'était arrêté après ses mots, je ne m'attendais pas à ça, je ne m'y étais absolument pas préparée. J'avais regardé brièvement l'ultime page du cahier, on y voyait une bague ainsi qu'une lettre que je ne pouvais lire tout de suite, c'en était impossible car la stupéfaction et la nervosité m'avaient brouillé la vue, je ne pus que le regarder à nouveau. Mes lèvres, mes mains, mes yeux, tout mon corps tremblait, j'arrivais à peine à déglutir.
A vrai dire je ne comprenais pas. Il y avait un tas de femmes bien plus jolies que moi partout à Lansan, bien plus intelligentes aussi, et je le voyais à genoux devant moi avec ce bijou dans la main. Je rêvais ? Je n'y croyais pas, il se moquait peut-être de moi, sauf que ce n'était absolument pas son genre. Il était sincère. Je devais y croire et non je ne rêvais pas. Cela voulait-il dire que moi aussi … j'avais le droit au bonheur ? Je tentais de lui sourire tandis que quelques larmes glissaient le long de mes joues, je n'arrivais encore une fois à rien et me sentais nulle, mais avant qu'il ne regrette quoi que ce soit je m'agrippai à son cou, le serrant fort contre moi et hochant fébrilement la tête et dis d'une façon à peine audible un « oui » des plus tremblants et des plus remplis d'émotions. Oui je voulais être sa femme, oui je voulais partager le reste de sa vie, de notre vie. A cet instant, j'étais tout simplement heureuse, heureuse de me dire qu'en plus de ne plus craindre un méchant fiancé, je venais de me fiancer avec le garçon dont j'étais amoureuse. Et le pire dans l'histoire, c'est que lui aussi venait de m'annoncer qu'il était amoureux de moi ! C'était possible. Même pour moi.

Je restai un long moment accrochée à son cou, essayant de me calmer. Je tremblais encore comme une feuille tandis que je reprenais ma place initiale et tentais de ne pas paraître gênée, sauf que l'effet donné était le total contraire. Un rire nerveux se fit même entendre de ma part.

« Merci pour tout, je … c'est gentil, voir même adorable enfin tu vois … je … on se marie quand ? », je rougis de plus belle avant de mettre ma main sur ma bouche, qu'est-ce que je venais de dire ? Pour quoi allais-je passer ?



© Gasmask


Hey, I love you like a love song baby
You are beautiful, like a dream come alive, incredible, a center full of miracle, lyrical. You've saved my life again and I want you to know baby ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 25 ans
Emploi : Chercheur médical
Yu In Su
Administrateur

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: This feeling   Sam 5 Mar - 15:09


This Feeling
Amoureux

« Veux-tu...m'épouser? »
J’avais observé chacun de ses traits, chacune de ses émotions et j’allais devoir attendre fébrilement sa réponse. Elle tardait à venir, alors que Song Ki ne semblait pas y croire. Elle avait les yeux légèrement paniqués comme si j’avais fait la demande à une autre. Pourtant, je ne voyais qu’elle depuis le début. Elle était parfaite. Enfin, elle reprit son assurance et je parvins à ne pas tomber alors qu’elle me sautait dans les bras. Je sentais les mouvements de sa tête, mais ne faisait pas attention, seul son oui remplit mon cœur de joie. Je la serrais encore plus fort, mais pas trop non plus. J’avais toujours la peur de la blesser et je ne voulais absolument pas ça. Elle tremblait encore d’émotion, me rendant moins aussi fébrile. J’étais tellement heureux ! Je nous voyais déjà ici, plus amoureux que jamais, peut être avec des enfants. J’ai toujours voulu des enfants… je me sentis rougir avant de secouer la tête. Je pensais à des choses pas vraiment d’actualité. Nous n’étions même pas encore mariés ! Je souris bêtement alors qu’elle s’éloigna de moi. Quoi ? Déjà ? J’inclinais légèrement la tête sous l’étonnement alors qu’elle semblait gênée. Je suis adorable de la demander en mariage ? Je souris un peu plus alors que sa dernière phrase me réchauffa le cœur ! Je me levais d’un coup et lui pris les mains.

« Quand tu le souhaites ! Je suis tellement heureux que tu veuilles de moi ! Je pense que l’on doit faire un tour à Lapanalda pour prévenir nos proches ! Je suis vraiment impatient moi aussi ! Oh ! »

Je me calmai un peu, puis finis par m’asseoir. Je ne lâchais pas pour autant ses mains.
« Je sais que c’est bizarre de parler de ça maintenant. Mais…tu sais que je ne peux pas venir vivre à Lapanalda pour le moment, n’est-ce pas ? Je veux dire que je peux faire des séjours, évidemment ! Mais je suis rattaché au centre de recherche…je dois être pas loin. »

Je me sentais vraiment coupable pour le coup. Je n’avais pas réfléchi à cette variable. Song Ki aimait la campagne, tout comme moi, je me voyais pas la forcer à quitter son monde pour le mien. Ce dernier était beaucoup moins beau. Même si j’avais fait un effort dans mon appartement pour apporter un peu de chez moi. Est-ce qu’elle pourrait vivre ici pour quelques années ? Le temps que je me fasse une meilleure place dans le centre et que je puisse travailler à la campagne ? Je l’ignorais et ça me faisait très peur.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 23
Emploi : Peintre
Lee Song Ki

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: This feeling   Mer 16 Mar - 0:14

This feeling
Song Ki & In Su


Alors que je me retrouvais contre lui, j'étais la plus heureuse de tout Lansan. Je me sentais vraiment fiancée contrairement à l'époque où je devais me marier avec Jin Kyung, je me sentais épanouie et particulière, privilégiée de pouvoir profiter de ses bras, de sa chaleur et de son amour et encore plus émerveillée à me dire que ce n'était qu'un début, que nous avions toute notre vie devant nous. Notre vie ne sera que bonheur et passion, notre vie sera nos enfants et nos familles … ou devrais-je dire notre famille à présent ? Ho j'avais tout le temps d'y réfléchir ! Mais oui, nous serons heureux tous ensembles et plus encore quand notre progéniture courra dans les champs pour profiter du bon air de la campagne, je voulais une grande famille aussi ! Mais j'avais tout le temps de parler de ces projets plus tard avec lui, lorsque nous serions officiellement mari et femme, lorsque je serai Yu Song Ki, la femme la plus heureuse de Lansan.
Ce n'était que du bonheur de le voir aussi excité que moi, qu'il avait hâte de prévenir tout le monde, qu'il voulait vite se marier. Lorsque je repartirai demain je n'attendrai qu'une chose : pouvoir poser véritablement mes affaires chez lui – et d'avoir un double des clefs, ce sera beaucoup plus simple pour nous ! Je lui souriais de toutes mes dents, les joues roses, le trouvant terriblement adorable, encore plus qu'avant ! Et puis son ton changea, comme si l'extase était redescendue, comme si il voulait que l'on passe à autre chose, mon sourire disparut de ce fait, me contentant à présent de le regarder, mes mains serrées dans les siennes.

Il tentait de m'expliquer que je ne vivrai pas à Lapanalda pour le moment, bien sûr cette nouvelle me chagrinait un petit peu mais je m'y étais préparée. Chez mes parents, avant de dormir je m'imaginais des histoires d'amour avec In Su et j'en étais venue à l'idée de devoir quitter ma douce campagne pour lui, mais justement, c'était pour lui, pour nous et cela ne me dérangeait pas. Et puis, comme il le disait, ce n'était que pour le moment, je pouvais bien faire un effort, j'avais la certitude que notre premier enfant fera ses premiers pas sur l'herbe verdoyante des collines de chez moi ! Un moment n'était pas long, j'attendrai. Lui offrant un sourire attendri, je vins poser ma main sur sa joue avant de la caresser avec mon pouce.

« Je sais In Su, je serai patiente. », je lui souris davantage et serrai son autre main dans la mienne, « mais j'aimerais me marier là-bas quand même, pourquoi pas au gîte de tes parents ! D'ailleurs … tu les as prévenu ? », mes joues virèrent au rouge, ayant encore du mal à assimiler que j'allais me marier avec l'homme le plus beau et le plus adorable de tous les temps. Ma main sur sa joue repartit rejoindre la sienne, la serrant elle aussi, « et repars avec moi demain ! Comme ça tout le monde pourra être au courant et on pourra déjà s'occuper des premiers préparatifs ! », peut-être m'emballais-je un peu trop, « j'ai vraiment hâte ! C'est bête qu'on ne peut pas se marier sur le champ ... », je me penchai pour venir poser sa joue contre son torse, « je n'ai plus envie de te quitter ... », ajoutai-je avec les joues rouges.

Je crois qu'In Su ne m'a jamais entendu autant parler.



© Gasmask


Hey, I love you like a love song baby
You are beautiful, like a dream come alive, incredible, a center full of miracle, lyrical. You've saved my life again and I want you to know baby ...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: This feeling   

Revenir en haut Aller en bas
 

This feeling

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Feeling Drained est arrivée!
» Feeling drained , ses différents visages
» WGP Real Race Feeling
» Le retour de Cérès (Feeling Drained)
» L'arrivée de feeling Drained chez Sandra

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Dalis, capitale de Lansan :: Huài :: Habitations-
votez toutes les 2 heures

demandez vos points