AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 A sunny afternoon | Song Ki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Âge : 18 ans
Emploi : travaille au gîte Gyeong-u
Yu Guangli

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: A sunny afternoon | Song Ki   Dim 30 Aoû - 16:01


A sunny afternoon
Song Ki & Guangli
In Su a annoncé partir l'après-midi avec notre père, certainement chercher toutes ces plantes qu'il ne trouve pas à Dalis. Un long instant mon esprit reste dans le vide pensant à ces quelques derniers jours. Mon regard se pose sur la vitre face à moi où se dressent les fleurs et les arbres du jardin. L'eau du récipient refroidit entre mes doigts mais je n'y fais pas attention, je reste simplement pensive. Nous avons l'habitude de voir plusieurs personnes à Gyeong-u. La plupart d'entre elles cherchent le repos, un endroit où vivre paisiblement pour quelque temps. Depuis ma naissance je suis habituée à voir tout ce monde aller et venir au gîte, tout comme mon grand frère. Mais depuis ces derniers jours il semble différent, plus particulièrement envers une certaine femme. Lee Song Ki. Cette dernière semble bien l'affecter, ce qui me rend heureuse. La gentillesse et la douceur semble l'habiter, pour dire vrai je l'aime énormément. L'image d'elle appartenant à notre famille me fait sourire et rire doucement de joie. Si elle devenait ma belle-soeur je ne pourrait être qu'heureuse de voir une femme comme elle aux côtés de mon frère. Je sais que j'ai toujours tendance à m'emporter pour rien, à rêver et laisser bien trop courir mon imagination. Mais je ne peux m'en empêcher.

Un sursaut me prend lorsque ma mère apparaît à mes côtés pour me sortir de mes pensées. Sa main vient doucement caresser mes cheveux et elle m'affirme d'une voix douce que je devrais lui laisser terminer la vaisselle puisqu'à ce rythme j'y serai encore ce soir. Un baiser déposé sur sa joue, je me dirige vers le grand jardin derrière le gîte. Enfant j'aimais beaucoup m'y promener, passer des heures à écouter les oiseaux et admirer la végétation. Il parait que nous possédons l'un des plus beaux jardins de Lapanalda. Les clients aiment beaucoup s'y promener pour apprécier le paysage, comme si ce lieux était un havre de paix. Au fond il l'est sans doutes, perdu dans Lapanalda et éloigné de notre capitale. Mes pieds suivent le chemin de pierres et je salue quelques clients qui s'y promènent sous ce doux soleil. Le vent n'est pas très puissant et cette boule dans le ciel ne tape pas fort aujourd'hui. Même certains nuages semblent se promener dans le ciel. Parfois j'aime m'allonger et deviner leur forme. C'est si paisible !

Ce n'est qu'au bout du chemin que j'aperçois Song Ki, de dos, semblant admirer une partie du paysage. Elle est si jolie avec ses cheveux au vent. Par moment j'ai l'impression qu'elle ne se rend pas compte de l'effet qu'elle procure aux autres. C'est une jeune femme qui semble si timide... Sa simplicité est sans doutes ce qui me fait encore plus l'aimer. Doucement et sans bruits je m'approche d'elle. Une fois à sa hauteur j'accroche vivement mes bras à sa taille en collant ma joue dans son dos. « Kidnapping! » Un rire traverse mes lèvres. Sans la lâcher je desserre mon étreinte et glisse doucement mon corps face à elle. Ses bras son pris en étaux par les miens. Je relève la tête pour que nos visage se fassent face. Elle n'est pas si grande, je suis seulement plus petite que le moyenne. « Maintenant je te garde l'après-midi entière pour moi. » Un grand sourire se dessine sur mon visage. Je ne sais pas même si elle est d'accord ou si elle veut bien passer un moment à mes côtés, mais après tout c'est un kidnapping non ?

Ma main vient chercher la sienne et je laisse nos doigts s'enrouler. « In Su est parti avec papa. Alors je te garde que pour moi aujourd'hui. Tu es d'accord ? » Mes yeux s'arrondissent. Non pas que je cherche à la convaincre mais telle une enfant j'essaie de faire en sorte qu'elle cède d'un seul regard. Ce qui semble être en bonne voie selon moi. L'arrachant de sa contemplation et gardant nos mains liées je me dirige vers le gîte. Je sais qu'il se dresse non loin de la porte arrière un banc, un lieu où l'on pourra s'asseoir un moment. Bien que je l'aime déjà j'aimerais en savoir plus sur elle. La laisser me parler au lieu de tirer mes conclusions. Une fois près du banc je lâche sa main pour m'y asseoir, sans me presser. Il faut toujours que je fasse les choses à un rythme normal ou lent, évitant que mon coeur ne s'emballe trop vite. Munie à nouveau d'un sourire je pose mon regard sur Song Ki. « L'autre jour je t'ai vue peindre dans le jardin. C'est ton métier ? » Après une très courte pause j'ajoute: « C'était très beau! » Il parait qu'enfant déjà j'aimais tout ce qui était artistique: peinture, chant, musique. Bien que je joue de la guitare et que j'arrive à chanter, je serais incapable de manier un pinceau. Rien que pour ça je peux déjà l'admirer!

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 23
Emploi : Peintre
Lee Song Ki

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: A sunny afternoon | Song Ki   Dim 30 Aoû - 19:53

A sunny afternoon
Song Ki & Guangli
Please stay for a long time, if you want to, I can show you how the dreams are made of ...


Cela faisait deux jours et demi que j'étais arrivée au gîte, deux jours et demi de pur bonheur et de repos. Gyeong-u était calme, apaisant et les gens y étaient adorables, c'était une famille qui dirigeait l'affaire et ils étaient tous très charmants, surtout leur fils. In Su. In Su, c'était quelqu'un de très intelligent et terriblement attachant, il avait ce petit truc en plus, ce côté adorable et l'humilité que je n'ai jamais trouvé chez les autres garçons qui m'entourent. Mon ancien fiancé était un militaire et le garçon dont j'étais amoureuse à l'école n'avaient pas tout ça, bien au contraire, ils essayaient sans arrêt de cacher leurs faiblesses. Mais pas lui. Lui, c'est celui qui est venu naturellement vers moi, c'est celui qui m'a mise en garde des dangers du soleil, c'est celui qui n'a fait que de me dire de gentilles choses, c'est celui à côté de qui je mangeais, c'est celui qui m'offrait des cadeaux comme ce chapeau de paille que je portais sur la tête – même si il ne m'appartenait pas réellement, je ne suis pas dupe il devait être à sa mère ou sa sœur.
Cela faisait deux jours et demi que j'étais arrivée au gîte, deux jours et demi où des papillons semblaient avoir pris place dans mon ventre et où mon cœur battait très fort constamment. En sa compagnie, je me sentais bien, je me sentais moi, comme si je pouvais tout lui dire et qu'il ne me jugerait en aucun cas. Seulement deux jours et demi, alors que j'avais l'impression de le connaître depuis aussi longtemps que le petit Joo. J'essayais de ne pas y penser mais lorsque je partirai, ce garçon me manquera terriblement. Comme là, à cet instant.
Lui et son père était parti à la cueillette de plantes, j'aurais bien aimé y aller mais je voulais les laisser entre père et fils, mais qu'est-ce que sa présence me manquait, à croire que j'en étais devenue dépendante, son sourire, son regard, ses paroles devenaient une addiction.

Il venait tout juste de partir et moi, je le regardai s'éloigner avec son père d'un des coins du jardin, légèrement en hauteur pour pouvoir l'observer le plus longtemps possible. Ma poitrine était serrée et toutes les merveilles qui m'entouraient semblaient si dérisoires, pourtant le lieu était plus que magnifique, encore plus beau que mon coin de campagne, plus fleuri, plus gai, plus reposant. Ce n'était pas un terrain rempli de légumes, d'animaux et de paysans, c'était autre chose et ce n'était qu'ici que j'eus pu voir un tel spectacle. En plus, je m'étais faite un ami : le vieux matou des Yu, il venait toujours se mettre derrière mon chevalet pour profiter de l'ombre – et des quelques morceaux de gâteaux au sésame que je lui donnais, mais chut, ça c'est un secret. Une fois la silhouette des deux hommes disparue, mon existence toute entière semblait n'avoir aucun sens, aucun but. Du coup je restais là, à croire que j'étais prête à l'attendre.

Un court instant plus tard, quelqu'un m'attrapa par derrière et bien sûr, je fis un sursaut ne m'y attendant en aucun cas, c'était de petits bras fins et une voix aiguë et familière cria un mot que je ne connaissais pas. C'est lorsque la personne décida de se mettre en face de moi que je reconnus la fille des propriétaires, la petite sœur d'In Su, Guangli. Une adorable fille, elle aussi, elle devait avoir l'âge de Joo et avait une bouille d'ange, on avait envie de tirer ses petites joues comme on le ferait à un bébé, bien sûr je ne me le permettais pas et la façon dont elle me tenait m'en empêcher. Son étreinte me fit rougir, n'ayant en aucun cas l'habitude d'être aussi proche d'une personne et puis ses mots me laissaient sans voix. Elle voulait que je reste en sa compagnie, c'était tellement adorable et ça me touchait beaucoup, cela signifiant qu'elle appréciait ma personne. Au début, cela semblait être une contrainte qu'elle m'imposer, puis, lorsque sa main vint chercher la mienne, elle la tourna en question avec ses deux prunelles et ce sourire remplit d'innocence.

« H-ho euh d-d'accord … j-je n'ai rien à faire de toute façon. », je n'avais rien à faire ? Je pouvais aller me promener, continuer le tableau que j'avais entamé le jour de mon arrivé, avancer dans l'écriture de la lettre pour Joo mais non, je n'avais rien à faire. Ma seule occupation ici était In Su et rien d'autre.
J'étais totalement déstabilisée et ma timidité prenait le dessus, mais c'est sans broncher que je suivis Guangli, ma main dans la sienne, sans réellement savoir où elle allait m'emmener. A l'aide de mon autre main, je maintenais le chapeau de paille sur ma tête, je ne voudrais pas qu'il s'envole.
Nous allâmes jusqu'à un banc où la jeune fille s'assit avant de me parler, elle aussi me disait des paroles gentilles, je ne pus m'empêcher d'avoir les joues roses encore une fois.

« O-oui, je … je suis peintre oui. », je détournais son regard, suffisamment gênée comme ça, puis m'inclinai légèrement, « M-merci, c'est gentil. », dès lors que je me redressai je m'installai auprès d'elle sur le banc. Qu'est-ce qu'elle était mignonne, pourtant je ne trouvais pas qu'elle ressemblait à In Su mais ça, ça ne veut rien dire. Peut-être que mon frère et moi ne nous ressemblions pas, je le saurais bientôt, lorsque Min Hwan me dira qu'il l'a retrouvé et me donnera son adresse. J'avais hâte de le rencontrer, lui, sa femme et peut-être ses enfants, il me manque tellement.
Je regardais mes pieds pendant un instant, ne sachant trop quoi dire mais qu'est-ce qu'elle allait penser de moi si je ne disais rien ? Prenant mon courage à deux mains, les joues rouges, je me lançai donc : « Tu … tu as une famille formidable. Ton frère est quelqu'un de t-très gentil, comme vous tous en fait ... », certainement que mon visage devait ressembler à une tomate, mais je pensais vraiment ce que je venais de dire.



© Gasmask


Hey, I love you like a love song baby
You are beautiful, like a dream come alive, incredible, a center full of miracle, lyrical. You've saved my life again and I want you to know baby ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 18 ans
Emploi : travaille au gîte Gyeong-u
Yu Guangli

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: A sunny afternoon | Song Ki   Sam 5 Sep - 13:42


A sunny afternoon
Song Ki & Guangli
Après m'avoir suivie une main posée sur son chapeau de paille Song Ki reste face à moi pour écouter mes mots. Ses joues commencent à rosir, ce qui la rend encore plus adorable qu'avant. C'est facilement que j'imagine les joues de la jeune femme prendre la même couleur face à In Su. Mon frère ne pas la trouver qu'adorable, je pense. Au fond peut-être que mon imagination me conduit bien trop loin mais ce serait agréable d'avoir une belle-soeur telle que Song Ki. Cette femme a toutes les qualités requises pour faire une parfaite épouse et encore plus pour être celle d'In Su. C'est la première fois que je vois un changement pareil chez lui, même s'il doit penser que je n'ai rien remarqué. Mon frère et moi nous connaissons si bien que l'on pourrait facilement lire dans le regard de l'un ou de l'autre. La jeune femme affirme qu'elle est peintre tout en me remerciant pour le compliment avant de s'installer à mes côtés. Je me contente de lui sourire, sans en ajouter plus. Que cela doit être agréable de vivre de ce qu'on aime! Bien sûr j'aime plus que tout travailler au gîte et c'est sans doutes pour cela que je le comprends si bien. A sont tour elle me complimente, ou plutôt affirme que notre famille est formidable. Ses joues virent presque au rouge tandis qu'elle baisse la tête. J'aimerais tant qu'elle soit moins gênée face à moi! Même si cela la rend adorable je ne voudrais pas que son sang cesse de circuler pour stagner sur ses pommettes. « C'est très gentil! » finis-je par affirmer, sans réellement savoir que répondre d'autre. Un court instant je reste à ses côtés, le vent poussant légèrement nos cheveux. C'est drôle mais être aux côtés de Song Ki me rend heureuse, simplement heureuse.

Sans réfléchir plus je me lève doucement du banc en souriant à la jeune femme. In Su est parti avec notre père et je sais que notre mère avait prévu de préparer plusieurs tartes pour les clients. Si Song Ki et moi nous occupions de les préparer ma mère aurait sans doutes le temps de s'occuper d'autre chose ou même de se reposer. Il faut avouer que je me propose en grande partie pour faire une activité avec la jolie peintre, mais aussi parce que j'adore cuisiner. « Est-ce que tu pourrais m'attendre quelques secondes ? Je revient immédiatement! » C'est en essayant de ne pas me précipiter que je vais chercher un chapeau dans un placard et que je récupère un panier d'osier dans la cuisine. Une fois l'un sur ma tête et l'autre à mon bras je retourne voir la jeune femme, non sans avoir prévenu ma mère de notre activité. « Ça te plairait de m'aider à cueillir les fruits et faire des tartes ? » Le panier à mon bras je me tortille légèrement. « Je pense que ce serait amusant de faire ça toutes les deux. » Je ne sais pas si elle connait les ingrédients nécessaires ou la préparation, mais si ce n'est pas le cas je lui apprendrai. De cette manière elle pourra toujours réaliser de magnifiques tartes pour In Su.

De la main j'indique le verger au loin où se dressent quelques arbres. « Nous avons un pêcher. Il faut que l'on récupère environ vingt pêches pour pouvoir faire cinq tarte. » Un court instant je ne parle pas, attendant qu'elle me donne une réponse positive. Puis j'ajoute en souriant et riant légèrement: « Tu es obligée de venir avec moi parce que si je tombe et que je me casse un membre ce sera ta faute! » Un sourire étire longuement mes lèvres, dévoilant mes dents. Voyant le teint cramoisi de la jeune femme et son air légèrement gêné j'ajoute en lui prenant la main: « Je plaisante. » Comme toujours mes blagues ne semblent faire rire personnes. Parfois j'aimerais que les personnes qui m'entourent trouvent les même choses que moi drôle, mais ce n'est pas le cas. Je rit plus souvent parce qu'il m'arrive de rire de toutes choses, même lorsque je ne comprends pas. Peut-être que j'ai l'air d'une idiote ainsi, mais jamais ma famille ne m'en a tenu rigueur. Jamais In Su ne m'a reproché mon idiotie bien qu'il soit très intelligent. Alors c'est tout ce qui compte et des autres je ne fait pas attention. En tout cas ceux qui ne savent pas comprendre. Parfois seule ma maladresse et ma bêtise suffisent à faire rire les clients, j'arrive à amener la bonne humeur et c'est ce qui compte.

Une nouvelle fois j'attrape sa main pour l’emmener avec moi, beaucoup plus lentement cette fois. Si nous allons chercher des pêches mon cœur à besoin d'être totalement tranquille. En théorie les attraper ne demande pas beaucoup d'efforts, seulement de grimper à une échelle. Il suffit que les pêches soient trop hautes ou difficiles à attraper et mon petit cœur peu s'emballer. Ce n'est qu'une fois prêt du pêcher que je remarque une échelle non loin. « Song Ki, peux-tu m'aider à déplacer l'échelle prêt de l'arbre ? Je ne peux pas le faire seule. » Et de toute manière je n'en ai pas le droit, si In Su venait à savoir que j'ai fait autant d'efforts seules il ne serait pas heureux. Il me répéterait de me ménager. Avec les années j'ai appris à connaître mon cœur et ses limites. Tirer une échelle est bien trop pour moi. Par moment j'ai l'impression que si l'on écoutait mon frère je devrais rester à ne rien faire, comme une poupée de porcelaine. Mais je ne suis pas en porcelaine. Il s'inquiète souvent pour moi. Parfois trop. Et je sais que c'est parce qu'il tient à moi, pourtant je refuse de l'inquiéter! « Qui grimpe la première pour les pêches ? » Un grand sourire accompagne mes paroles. Après tout je l'ai enlevée pour l'après-midi complète !

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 23
Emploi : Peintre
Lee Song Ki

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: A sunny afternoon | Song Ki   Dim 13 Sep - 21:32

A sunny afternoon
Song Ki & Guangli
Please stay for a long time, if you want to, I can show you how the dreams are made of ...


Je me sentais tellement bien ici, dans ce gîte, dans ce cadre, dans cette famille. Ils étaient si gentils et serviables, je ne parlais pas au père que je trouvais un peu trop intimidant, la maman était d'une gentillesse folle, leur fils était tout simplement parfait et leur fille un amour, bien que je me sentais terriblement mal à l'aise avec elle, comme avec tout le monde en fait. Je n'ai pas de confiance en moi, j'ai toujours peur de dire quelque chose de travers, de faire une gaffe et de blesser quelqu'un. Si cela venait à arriver je ne me le pardonnerai pas, surtout si cela devait arriver à la jeune Guangli, à In Su ou à n'importe quelle personne de cette famille. Ils ne méritaient pas d'être malheureux et j'espère que ce n'était pas le cas.
Certainement que lorsque je repartirai chez mes parents, j'aurai un petit pincement au cœur, ils me manqueront énormément, surtout In Su, même si j'espère qu'il acceptera de me revoir après mon départ, il y aura un vide dans ma vie sans lui, comme cet après-midi bien que très ensoleillé, sans In Su j'étais si seule, quand bien même je me trouvais en compagnie de son adorable petite sœur, il fallait que je me dise que j'allais passer un très bon après-midi avec sa sœur, mais ce dernier aurait pu être mieux si il avait été là. Enfin bref.

Guangli s'était absentée quelques secondes et, pendant ces secondes-ci je ne pus m'empêcher de lever le visage vers l'horizon, vers là-bas où In Su et son père devait se trouver, ne sait-on jamais, peut-être qu'il allait revenir … mais non. Ce fut la jeune fille qui revint avec un panier d'osier et un chapeau en plus qu'elle revint vers moi. Elle me proposait de faire des tartes. Un tas d'idées vint à mon esprit, oui, je voyais déjà In Su en manger un morceau et sa sœur dire que c'est elle et moi qui l'avions fait. Je devais me mettre en avant pour lui, jamais je n'avais fait ça pour quelqu'un mais pour lui, c'était important si je voulais le revoir. C'est donc avec un léger sourire que j'accepte l'invitation de la jeune fille, de plus j'adorais cuisiner, aussi bien toute seule qu'avec maman et ce n'est pas comme si je n'avais pas déjà aidé leur mère à préparer le repas d'un soir, qui plus est le repas préféré d'In Su.
Après sa remarque un peu gênante à propos de la responsabilité que j'avais à propos d'elle, nous nous en allâmes vers le verger. C'est vrai que je devais prendre soin d'elle, si il lui arrivait quelque chose j'en serai tenue pour responsable, sa famille me détesterait et c'est bien la dernière chose dont j'ai envie qu'il m'arrive, si In Su me déteste, à quoi bon être heureuse ?

Il faisait tellement beau, un petit vent frais caressait nos visages et passait ses longs doigts fins dans nos chevelures, le soleil se voulait très haut dans le ciel et quelque nuage venait de temps à autre lui rendre visite. Heureusement que nous avions un chapeau, nous serions vraiment vulnérable face à la seule chose qui se voulait au dessus de notre dirigeant : cette espèce de boule de feu. Certainement que nous allons bronzer également, chez moi je m'occupe souvent de la récolte des fruits avec maman, c'était notre petit moment à nous et nous nous partagions nos secrets et les idées de recette que nous pourrions réaliser avec les excellents fruits provenant de nos arbres, j'avais son grain de peau, certes j'étais très pâle, mais un rien de temps au soleil me faisait bronzer et, en un rien de temps, des reflets légèrement roux ornaient mes cheveux.

C'est suite à un hochement de tête que j'aidai la sœur d'In Su à déplacer l'échelle vers le pécher qui se trouvait non loin de là, il était bien plus imposant que le notre, devant avoir davantage de bouteille que le notre. De douces pensées traversaient mon esprit, une main puis une autre, se frôlant, nous serions allongés là, lui et moi, nous souriant mutuellement. Rien qu'à cette pensée le rose me vint aux joues, qu'est-ce que j'aimerais avoir un petit instant comme ça, rien que nous deux, comme si le temps avait décidé de s'arrêter le temps d'un amour. Le temps de notre amour. La douce voix de Guangli me sortit de mes pensées, mon visage se tournait automatiquement vers elle, puis, avec un sourire davantage assuré qu'il y a un instant je lui dis : « Je, je veux bien m'en charger. », et c'est ainsi que je lui pris gentiment le panier accroché à son coude pour le mettre à mon bras, de remonter très légèrement ma longue jupe pour pouvoir mettre mon pied sur l'échelle et d'ainsi pouvoir grimper sans réel souci. J'étais plus grande que maman, de ce fait, elle me chargeait toujours d'attraper les plus hautes et puis, elle commençait à avoir des problèmes de dos donc c'est tout naturellement que je m'occupais de cette tâche, ça ne me gênait pas vraiment. Ici, c'était donc sans chercher à comprendre que je récoltais une, deux, trois … huit pêches. J'aurais voulu en attraper plus, mais un coup de vent emporta le chapeau que m'avait offert In Su, si je le perdais, il risquait de mal le prendre, et je ne voulais pas le perdre, ni le chapeau, ni lui. Je descendis donc l'échelle, le pécher n'était pas bien grand et ce n'était même plus nécessaire d'utiliser l'outil en bois pour cueillir ces délicieux fruits. « Je te laisse terminer, c'est le chapeau d'In Su ! », non ce n'était pas son chapeau, mais juste un peu. M'empressant donc d'aller le retrouver, je fus plus que rassurée de le voir pris au piège par un buisson, je souris tout en reprenant possession de la seule chose qui me permettait de penser à lui. La phrase que m'avait dit plus tôt la jeune fille me revint en tête « si je tombe et que je me casse un membre ce sera ta faute ! », d'un élan de panique, je me remis à courir pour la rejoindre, m'imaginant le pire et une fois sur place, je dis inquiète : « Est-ce que tout va bien ?! », j'en tremblais, les yeux brillants, un tas de scénarios stupides me traversait l'esprit, à mon grand désarrois.



© Gasmask


Hey, I love you like a love song baby
You are beautiful, like a dream come alive, incredible, a center full of miracle, lyrical. You've saved my life again and I want you to know baby ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 18 ans
Emploi : travaille au gîte Gyeong-u
Yu Guangli

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: A sunny afternoon | Song Ki   Lun 19 Oct - 19:14


A sunny afternoon
Song Ki & Guangli
C'est munie de ce doux sourire que la jeune peintre accepte d'être la première à grimper. Vingt pêches pour cinq tartes. Si nous en récoltons la moitié chacune tout cela sera parfaitement équitable. Peut-être même que je pourrais en récolter plus qu'elle encore ! Song Ki n'est pas au courant de mes problèmes de cœur et peut-être bien qu'elle le sera après avoir vu In Su. Beaucoup trop de personnes ont pris l'habitude de me couver et faire les choses à ma place. Parfois cela devient vraiment étouffant, d'autres fois je me sens un peu privilégiée. Toutes ces attentions me chauffent le cœur même si elles peuvent être embêtantes. C'est certainement pour ça que j'adore les grandes prairies, partir avec ma guitare seule un moment pour jouer devant les moutons. Inquiétant souvent ma famille ! Partir seule ne les rassurent jamais comme si j'allais disparaître d'un seul coup. Pourtant je ne compte pas les quitter. Tout comme je ne compte pas laisser la jeune femme m'échapper aujourd'hui. Je la rendrai aux bras de mon frère lorsqu'il reviendra avec notre père. Peut-être même que je pourrais l'encourager à se jeter d'elle-même dans ses bras. Mais l'un comme l'autre semblent trop timides pour tout ça.

Alors je regarde sa main attraper mon panier et son corps grimper à l'échelle pour atteindre ces fruits dans l'arbre. Mes yeux suivent son avancée alors que je compte le nombre de pêches qui glissent dans le panier. Une, deux, trois... huit. Huit pêches avant que son chapeau ne s'envole d'un coup de vent et que la peintre descende de l'échelle presque affolée. « Je m'en occupe ! » finis-je par opiner avant qu'elle ne disparaisse un peu plus loin. Ou plutôt que mon regard ne se concentre sur l'échelle et les fruits en hauteur. J'inspire un grand coup, le sourire aux lèvres. Pour une fois on ne me cajole pas.

Le chapeau visé sur la tête, le panier au coude, je tends à plusieurs reprises mon bras pour tenter d'attraper tout ce dont nous avons besoin. Je colle mon buste au tronc et à l'échelle tandis que mes mains attrapent difficilement les quelques pêches à ma hauteur. Il me faut plus de temps que la jeune femme, mon souffle est plus court et plus haché. Je suis certaine que j'ai l'air d'un petit animal maladroit voulant attraper plus gros que lui ! Après cinq pêches glissées dans le panier j'entends la jeune femme arriver et en baissant la tête je croise son regard presque apeuré. Elle me demande si je n'ai rien, sincèrement et totalement inquiète. Un long sourire fend mes lèvres. « Tout va bien ! » J'aurais aimé lui dire que je me suis cassée un membre, que je lui en tiendrai rigueur toute ma vie et que sa punition sera la bouderie éternelle de Guangli ; mais je sais que cette blague tomberait à l'eau même si un rire s'échappe de mes lèvres. Rire seule de mes blagues m'arrive bien trop souvent ! « Tu as pu attraper le chapeau d'In Su ! » crie-je, légèrement essoufflée. Mon regard tombe dessus. Elle semble tellement y tenir que c'en est bien trop adorable ! Song Ki serait la parfaite belle-soeur.

Quatre autres pêches atterrissent dans le panier avant que mes doigts ne tremblent légèrement, signe d'épuisement et de fatigue. Une moue boudeuse tire mes traits. Me tendant sur la pointe des pieds je tente d'en attraper une dernière mais elle échappe à mes doigts et atterrie sur le sol. Je descends l'échelle pour me tenir aux côtés de Song Ki, comprenant que je ne peux en demander d'avantage à mon petit corps. Elle semble si grande à mes côtés que je comprends rapidement pourquoi elle a pris si peu de temps à remplir le panier ! Cachant mes mains tremblantes dans mon dos, feignant une moue réjouie et non épuisée, je contrôle autant que possible mon souffle avant de parler. « Il n'en manque que trois. Je ne peux plus les attraper. Désolée de n'avoir pas pu le faire... » puis d'un sourire j'ajoute : « Mais nous en avons assez tout de même ! Et je ne te laisserai pas monter à nouveau. » Il ne faudrait pas que ce précieux chapeau s'envole une nouvelle fois !

Une nouvelle fois je l'amène avec moi dans un autre lieu. Sans réellement attendre son avis. Parfois c'est embêtant de me suivre. Je le sais parfaitement. Mais à défaut de pouvoir faire de grands efforts je peux aller d'un coin à l'autre du gîte sans trop de soucis. Bien moins rapidement qu'avant nous rejoignons l'arrière de la maison. La jeune femme me suis jusqu'à la cuisine où je pense enfin à lâcher l'emprise de ma main sur la sienne. « Tu sais faire les tartes ? » Après avoir posé le panier sur un meuble je récupère une passoire où l'on pourra laver les fruits. Je glisse la moitié des pêches dedans avant d'actionner l'eau et de m'affairer au nettoyage. « Maman m'a toujours appris à faire mille et un bon repas. Même si j'aime beaucoup les desserts ce n'est pas ce que je préfère préparer. » D'un signe de main j'indique les placards où se trouvent tout ce qui est nécessaire à la préparation de cinq tartes aux pêches : farine, œufs, lait... Un petit rire m'échappe. « Je crois qu'In Su a beaucoup trop goûté mes plats. Avant ils n'étaient pas bons ! Mais je me suis améliorée. » J'attrape l'autre moitié des pêches pour les nettoyer à leur tour. « Tous mes plats sont excellents maintenant ! » Mes mains s'affairent sur les fruits et je remarque que je parle beaucoup trop depuis un long moment. C'est plus fort que moi. Les silences me font un peu peur. Ils sont vide, mort, emplis d'un rien horrible. C'est sans doutes pour cela que j'aime tant la musique, ou la nature ; il n'y a jamais de silence. Mes doigts agrippent les derniers fruits et les dix-sept pêches se retrouvent bien vite dans un énorme saladier. Je le pose devant Song Ki, lui faisant face. « Combien tu l'aimes In Su ? » Je laisse mon regard glisser tendrement sur le mien, l'invitant à me confier sincèrement tout ce qui est contenu dans son cœur.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 23
Emploi : Peintre
Lee Song Ki

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: A sunny afternoon | Song Ki   Jeu 26 Nov - 11:27

A sunny afternoon
Song Ki & Guangli
Please stay for a long time, if you want to, I can show you how the dreams are made of ...


Elle était si douce et si fragile, avec ce sourire attendrissant et constant sur ses jolies lèvres. J'avais beau avoir quelques années de plus que cette dernière, j'avais l'impression d'avoir connu moins de choses que sa petite frimousse. Ses yeux pétillants semblaient si curieux et éveillés, comme si ils avaient soif de tout connaître, ce devait être une jeune fille très intelligente et très appréciée. Il n'était pas rare que je me sente bête à côté de la plupart des gens que je côtoyais, mais à côté d'elle, c'était sûr : j'étais pitoyable. Impossible de m'identifier à Guangli lorsque j'avais son âge, elle était mon total opposé. Elle devait avoir un tas d'amis, un tas de passions et pour couronner le tout, elle avait son grand frère et qui plus est, un grand frère en or. Et moi, je n'avais pas beaucoup d'amis, ni beaucoup de passions si ce n'est la peinture, et je ne connaissais pas mon grand frère. Ce n'était pas de la jalousie que je ressentais vis-à-vis de cette jeune fille, plutôt de l'envie. J'aimerais bien être comme elle, avoir sa vie.

Cet après-midi, elle était donc sous ma responsabilité, je devais prendre soin d'elle. Moi, je m'en étais allée pour aller récupérer un vulgaire chapeau, un vulgaire chapeau que m'avait offert In Su, donc un chapeau pas si vulgaire que ça ; mais qui avait tout de même moins d'importance que la santé et le bien-être de sa petite sœur. Je me sentais stupide, mon cœur battait terriblement fort et des tas de scénarios catastrophes avaient pris place dans mon esprit jusqu'à ce que je la revois en haut de l'échelle, apparemment en bonne santé. Je ne vous raconte pas à quel point j'en fus soulagée, elle allait bien et avait toujours ce sourire plus que craquant, un petit rayon de soleil supplémentaire en plus de l'agréable fraîcheur qu'elle apportait à ce monde. Je suivais ses pas, un sourire bête aux lèvres, pendant qu'elle descendait de l'échelle et me rejoignit, Guangli semblait avoir la tête ailleurs, comme si quelque chose l'eut soudain tourmenté, je n'osai cependant pas relever ce point auprès d'elle. Tant que la situation ne s'aggrave pas, alors ça allait. Mais elle restait tout de même sous ma responsabilité, peut-être devrais-je quand même lui demander. Mais ce n'était plus un bébé, je ne devais pas être trop collante, pas vrai ? Qu'allait-elle dire de moi à son frère ? Que je suis une fille collante et embêtante ? Non je refusais une telle réputation, surtout auprès d'In Su. J'espérais juste que tout se passera bien, sans souci, et qu'elle et moi passions une bonne après-midi.
Guangli m'expliqua qu'il nous manquait trois pêches, cela ne m'aurait pas dérangé d'aller les chercher, je lui aurai confié mon chapeau et serai retournée à l'échelle, mais nous en avions apparemment assez selon elle. Et elle ne voulait pas me revoir monter dans l'arbre pour une raison que j'ignore, ce qui me dessina une petite moue et un levé de sourcil.

Sa main attrapa une nouvelle fois la mienne pour m'emmener vers le gîte, une cadence moins rapide que précédemment cela dit. Tout comme moi, elle n'était pas très endurante et certainement qu'elle devait détester le sport à l'école. Notre premier point commun, un nouveau sourire niais se forma sur mes lèvres. Je détestais le sport pour deux raisons, j'étais nulle et encore une fois, les autres se moquaient de moi. Si j'avais eu le choix, bien évidemment que je n'aurai pas été en sport, je détestais toutes les sortes de disciplines proposées, n'étant ni forte, ni rapide, ni endurante. Ce n'est qu'une seule fois que j'eus couru une sorte de marathon, la main dans celle de Jae Soo, main protectrice et sauveuse. Nous avions couru très vite et très loin, qu'aurais-je fait sans lui ? Lui étant à jamais reconnaissante.

« Tu sais faire les tartes ? », cette phrase me sortit soudainement de mes pensées, regardant la jeune fille se trouvant en face de moi et hochant doucement la tête. Oui je savais faire des tartes, j'aimais faire la cuisine en général et même que je savais coudre et faisais bien le ménage ! J'étais bonne à marier, mon père me l'avait toujours dit, il l'avait même dit à mon ancien fiancé, qui ne goûtera jamais à mes plats.
Guangli me raconta sa passion pour la cuisine, je l'imaginais à la place d'In Su la dernière fois, qui essayait de se concentrer sur ce pauvre navet qui se faisait charcuter. Il m'avait interdite d'entrer dans la cuisine, il avait peur pour mes mains disait-il, il m'avait même fait rougir, nous avions tous deux rougi d'ailleurs, et je rougis encore maintenant rien que d'y penser. Je pourrais vous raconter toute la scène dans ses moindres détails, vous en parler pendant des heures, vous expliquer pourquoi je trouvais cet homme gentil et merveilleux, mais le temps n'était malheureusement pas à cela. Le temps était aux tartes. Tandis qu'elle m'expliquait ses aventures culinaires, je me chargeais de sortir le nécessaire pour préparer les tartes en y sortant les ingrédients nécessaires de l'armoire que la jeune fille venait de m'indiquer. Parlant brièvement d'In Su, mes joues rosirent et je baissai les yeux, moi aussi j'aimerais qu'il goûte à l'un de mes plats, ou qu'il goûte à tous mes plats même ! Mes yeux glissèrent sur quelques moules à tartes que je sortis donc pour les poser sur la table en bois où je venais de disposer les quelques aliments dont nous avions besoin. J'entrepris même de sortir un couteau pour tailler les fruits que Guangli venait de laver. Et, alors qu'elle posait le saladier devant moi, je sentis une chaleur anormale se poser sur mes joues. Sa question m'avait littéralement tétanisée, je la regardais bêtement, le cœur battant à mille à l'heure, mettant mes mains tremblantes dans mon dos et quelque peu moites à cause d'un stress certain. Un long moment se passa ainsi, que pouvais-je bien lui dire ? Je ne voulais pas mentir, pas plus que de m'avancer sur le sujet, une situation très délicate se frottait à moi, je n'avais pas l'habitude de ce genre de contexte.

« He bien ... », j'avais une toute petite voix, ma gorge était serrée. Je n'arrivais plus à regarder la jeune fille dans les yeux, je me sentais tout simplement mal à l'aise. « In Su … ben … je l'aime bien ... » je toussai, « Beaucoup bien on va dire ... », je rougis de plus belle, déglutissant une nouvelle fois. Je ne voulais pas parler de ça, pas ici, pas maintenant et surtout pas avec sa petite sœur. Je ne voulais pas m'avancer davantage dans ce sujet, ce n'était pas fait pour moi ce genre de discussion.


© Gasmask


Hey, I love you like a love song baby
You are beautiful, like a dream come alive, incredible, a center full of miracle, lyrical. You've saved my life again and I want you to know baby ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 18 ans
Emploi : travaille au gîte Gyeong-u
Yu Guangli

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: A sunny afternoon | Song Ki   Sam 19 Déc - 13:42


A sunny afternoon
Song Ki & Guangli
Ma question semble bien l'embêter et un doux sourire prend place sur mes lèvres. Il se veut encourageant, réconfortant. Song Ki ne devrait pas être aussi gênée face à de tels sentiments. Si j'avais l'occasion d'en ressentir de tels je ne les cacheraient pas mais cela risquerait d'être bien difficile. Tout ce qui accélère le rythme de mon cœur m'est interdit et le médecin m'a souvent répété d'éviter l'amour. C'est peut-être pour cela que j'imagine aussi bien Song Ki et In Su ensemble. C'est peut-être pour cela que, lorsque deux êtres s'aiment, je refuse qu'ils s'ignorent. La jeune femme est gênée, le rouge aux joues et les mains dans son dos. Un moment rien ne sort de ses lèvres. Lorsqu'elle se décide à parler sa voix paraît étranglée. Song Ki ne me regarde plus en m'avouant qu'elle l'aime bien, même beaucoup. Une nouvelle fois elle rougit, ce qui m'arrache un doux rire. Un rire joyeux. Elle l'aime! A présent j'en suis certaine.

Mes mains s'affairent sur la pâte que je pose dans les moules en laissant à Song Ki le soin d'y poser les pêches. « In Su t'aime beaucoup aussi. » Je ne regarde pas sa réaction préférant récupérer tous les ingrédients nécessaires pour terminer la tarte. Dans un grand saladier je mélange le tout veillant à ne pas en mettre partout. Lorsque j'y trempe le bout de mon doigt pour y goûter c'est si délicieux qu'un doux son m'échappe. Mon regard se pose sur la jeune femme aux joues encore rougies pas tous ces aveux. « Vous devriez essayer d'être ensemble, tous les deux. » Un grand sourire s'affiche alors sur mon visage. « Tu serais la parfaite belle sœur et je suis certaine que mon frère pense la même chose. » J'essaie d'être aussi légère que possible en abordant le sujet, sachant pertinemment que toute cette histoire ne l'est pas. Je connais In Su et en le voyant cette semaine il m'a persuadée qu'il n'était pas indifférent face à Song Ki. Loin de là ! Il possède ce regard protecteur et aimant bien que presque caché par son affreuse timidité. Mais les évidences sont là ! Bien que j'imagine déjà la jeune femme comme étant ma belle sœur il faut faire les choses dans l'ordre : se voir et après envisager une vie ensemble ! Je me rattrape tant que je peux : « Du moins je suis persuadée qu'il serait heureux d'être ton chéri. » On ne se trompe jamais sur les regards de sa famille.

Je verse le contenu du saladier dans les cinq moules une fois que Song Ki eut dressé les pêches. J'enfourne seulement deux tartes, le four ne pouvant en contenir plus. Nous patientons un moment face aux trois tartes restantes. « Tu sais souvent In Su me manque lorsqu'il rentre à Dalis. » Un soupir m'échappe mais ce n'est pas le fruit d'une lamentation, plutôt de ce qui ne peut pas se produire. « Les voyages pour la capitale sont trop épuisants et je n'ai jamais l'occasion de m'y rendre. » Ou du moins je n'y vais que lorsque cela est nécessaire à mon cœur. Le bus ne passe pas souvent et il m'est impossible d'aller jusque Dalis d'une quelconque autre façon. Un sourire tire une nouvelle fois mes lèvres. Il est la seule chose que je peux lui offrir. « J'espère que tu pourras lui rendre souvent visite ! » Au moins il aura plus de compagnie à la ville même si je suis persuadée qu'un grand nombre d'amis l'entoure. In Su est le genre d'homme qu'on apprécie facilement et qui peut-être admirable. Moi-même je l'admire plus que n'importe qui !

Mon regard s'oriente vers l'horloge. Les tartes sont prêtes ! J'en retire deux avec réussite avant d'enfourner les deux autres. Mais la deuxième glisse bien trop rapidement à l'intérieur du four et en tentant de la rattraper je me brûle le bras. Un léger cri de douleur m'échappe et je vois le regard de Song Ki s'alarmer. Elle qui était si inquiète en m'ayant laissée seule près de l'arbre ! Je pousse la tarte au fond du four avant de le refermer puis me précipite près de l'évier. Là je tire l'eau pour la laisser couler sur mon bras. Je ferme les yeux en calant ma respiration sur une allure stable et normal. Il ne faut surtout pas que je laisse la panique m'envahir. Il ne faut surtout pas que je m'inquiète. Il ne faut surtout pas que mon cœur s'accélère. Alors je reste aussi calme que possible en laissant l'eau calmer la brûlure. « Ce n'est rien. Me brûler m'est arrivé plus d'une fois ! » Une fois ma respiration stable et mon cœur totalement calme, j'ouvre les yeux pour regarder la jeune femme et lui sourire. « On dit que ça forge le caractère ! » Je vois que ma vanne tombe à l'eau puis tente de me rattraper : « La cuisine comporte toujours ce risque. Surtout ne t'inquiète pas pour moi ! » Son inquiétude pourrait toucher mon calme et je préfère éviter tout ce qui pourrait faire accélérer mon rythme cardiaque !

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 23
Emploi : Peintre
Lee Song Ki

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: A sunny afternoon | Song Ki   Jeu 7 Jan - 21:09

A sunny afternoon
Song Ki & Guangli
Please stay for a long time, if you want to, I can show you how the dreams are made of ...


Je ne comprenais pas pourquoi elle essayait tant de me parler d'In Su, son but était-il de me mettre mal à l'aise ? Je ne voulais pas parler de lui, il me manquait suffisamment comme ça, rajouter une couche ne servait à rien et puis ce n'était pas comme si cela ne me laissait pas indifférente. Je veux dire par-là que je suis relativement gênée depuis que j'ai fait sa connaissance, mon cœur bat plus vite et des papillons sont dans mon ventre, alors me dire tout ça n'arrangeait rien … Je préférais ne rien dire à défaut de devoir écouter, je ne me suis jamais autant concentrée sur des fruits, comme si c'était l'épreuve de ma vie, mais la situation était beaucoup trop embarrassante pour moi. Certes elle était sa petite sœur, certes elle souhaitait son bonheur, mais qu'elle nous laissait faire les choses entre nous, entre adultes. Oui elle était plus intelligente que moi pour sûr, oui elle avait très certainement plus de vécu que moi, mais la différence de maturité était belle et bien flagrante. J'adorais ce petit bout de femme, mais elle poussait le bouchon peut-être un peu loin. In Su se voudrait aussi embarrassé que moi je suis sûre et si ça se trouve elle se trompait totalement et c'était même sûr ! D'où il aimerait être mon chéri ? Il me connaissait à peine et je n'étais pas bien intéressante, surtout pour lui … certes il aimait mes peintures mais je n'étais pas bien intelligente contrairement à lui, il était tellement plus cultivé que moi, moi qui ne connaissais rien d'autre que comment avoir une bonne récolte ou à la limite avoir la bonne couleur … Enfin bref.

Une fois les tartes misent au four, nous attendîmes un moment et encore une fois, elle me parla de son frère. Je me retins de soupirer pour rester polie vis-à-vis d'elle, parce que je l'appréciais malgré tout, elle se voulait aussi gentille que le reste de sa famille et particulièrement adorable. « J'espère aussi ... » fut la seule chose que je lui dis.

Guangli vint à se brûler en enfournant deux autres tartes, morte d'inquiétude je me précipitai vers elle tandis qu'elle insistait sur le fait que ça allait. Mais non ça n'allait pas ! Elle venait de se brûler par ma faute, j'avais tellement honte … c'est moi qui aurai dû mettre ces tartes au four. Je ne fixais que son bras sur lequel coulait de l'eau, honteuse, si ça se trouve c'était grave ? Qu'est-ce que j'allais dire à ses parents ? Et à In Su !! Il me détestera. Rien qu'à cette idée, je me mordis fortement la lèvre et en avait presque les larmes aux yeux, je déglutis.

« Excuse-moi … tout est de ma faute ... », je soupirai, « peut-être faut-il prévenir ta mère, elle doit avoir de quoi te soigner non ? »

C'était ce qu'il y avait de mieux à faire et comme ça, je pourrai m'excuser en même temps. De ce fait, je m'en allai en direction de la sortie afin de trouver l'honorable femme qu'était leur maman, à elle et In Su.


© Gasmask


Hey, I love you like a love song baby
You are beautiful, like a dream come alive, incredible, a center full of miracle, lyrical. You've saved my life again and I want you to know baby ...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: A sunny afternoon | Song Ki   

Revenir en haut Aller en bas
 

A sunny afternoon | Song Ki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Banana Song x)
» Song of Blade and Heroes
» Projet campagne Song of blades
» LUNAR: DRAGON SONG
» [Homebrew NEC] Mysterious Song

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Lansan, vaste & mystérieux :: Lapanalda-
votez toutes les 2 heures

demandez vos points