AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 smile again my dear . || ft Choe Min

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Âge : 23yo.
Emploi : Infirmier
Xia Yuhan

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: smile again my dear . || ft Choe Min   Dim 2 Aoû - 13:47



smile again my dear
Choe Min & Xia Yuhan


Yuhan commençait doucement à prendre ses marques aux dispensaires de Lapanalda. Doucement. Il avait encore du mal à concevoir comment dans un pays aussi 'parfait' que Lansan, il pouvait y avoir des petites villes de campagnes avec ce genre de matériel, ce genre de place en guise d'hôpital. Enfin non dispensaire, même si le mot était faible. Pour être qualifié de dispensaire il fallait pouvoir dispenser de soin. Le médecin n'était pas tous les jours là et les bénévoles portaient bien leur nom 'bénévole', à part faire un bandage ou rapporter une bassine d'eau et la faire chauffer, ils n'étaient pas d'une grande aide. Et lui pauvre petit infirmier s'était retrouvé à faire bien plus que le nécessaire. Et il n'avait jamais autant remercié Min Ha pour lui avoir appris à faire plus que nécessaire, comme les points de suture par exemple. Pas plus tard que ce matin, il s'était retrouvé avec un enfant installé sur la table d'examen, une vilaine blessure au niveau des bras parce qu'il était tombé sur une pierre tranchante dans les champs. La mère hystérique lui avait donné des envies de meurtre mais il s'était consacré sur le petit bout d'homme qui serrait les dents tentant de ne pas pleurer. Brave petit bout d'homme. Totalement différent de ce qu'il était lui quand il était jeune.

Oh non, il était un véritable enfant peureux quand il était jeune. Peureux et colérique mais malgré tout effacé. Il s'en souvenait encore. Il se rappelait de la petite chose un peu chétive qu'il était alors qu'il nettoyait l'aiguille à l'alcool expliquant de sa voix la plus douce possible qu'il allait le recoudre et qu'il nettoyait l'aiguille pour ne pas que ça s'infecte. Lui avait pleuré à l'hôpital. Il avait même supplié pour qu'on ne le recouse pas, et à force de jérémiades, le médecin avait soupiré et regardé sa mère lui donnant une crème pour ne pas que ça s'infecte. Tout ça parce qu'il avait voulu faire le malin devant ses nouveaux camarades de classe. Première année d'école, premier jour, et il était tombé dans les escaliers s'ouvrant l'arcade sourcilière. Depuis il avait toujours la cicatrice. Mais le plus dur avait été de le cacher à son père. Lei à l'époque n'était pas encore aussi froid que maintenant. Il l'avait juste regardé avant de soupirer en lui disant de faire attention la prochaine fois parce qu'un enfant maladroit n'irait pas loin dans la vie. Oh Yuhan était toujours maladroit, mais pas dans son travail. Non dans son travail il était soigneux comme en attestait les points qu'il venait de faire sur le bras de l'enfant. Enfant qui n'avait pas pleuré contrairement à lui et qui avait accepté de se faire recoudre comme un bon garçon. Yuhan eut un sourire pour lui, tandis qu'il rangeait son matériel et récupérait ce qu'il gardait chez lui.

Saluant la bénévole qui l'avait aidé la matinée et lui assurant que le médecin serait là pour l'après midi, il sortit à la suite de la mère et de l'enfant souriant quand le petit lui annonça qu'il avait les cheveux comme le blé dans les champs. Ce n'était pas faux. Un air mesquin au visage il lui annonça que c'était pour mieux se cacher et qu'il était ainsi imbattable à cache-cache s'attirant un regard noir de la mère. Il le lui rendit bien sûr avant de continuer vers sa maison. Bien sûr qu'il n'était pas forcément aimé ici. Pas avec ces cheveux blonds et son air trop jeune. Mais il était infirmier et une ville comme Lapanalda ne pouvait pas se passer de lui. Alors il avait le droit à des sourires un peu hésitants. Ca aurait du le blesser encore une fois, le regard de cette mère désapprobateur. Mais il passa par dessus. Il avait autre chose à faire pour le moment. Min arrivait bientôt et il devait absolument se changer et retourner à la gare routière. Il se voyait très mal aller la chercher avec une blouse blanche, surtout connaissant sa hantise du monde médical. Et dire qu'ils s'étaient connus ainsi. Min avait été envoyé aux urgences pour une tentative de suicide ratée et Yuhan avait du s'occuper d'elle. Autant dire que les mots n'avaient pas été mâchés des deux côtés. Ils auraient pu ne jamais s'entendre, ça aurait du être le cas même. Mais Yuhan avait pris sur soi et avait décidé de la considérer véritablement. Il ne l'avait pas jugé, pas plus que ses premiers mots acides lui disant de prendre sur elle. Non il l'avait écouté d'une oreille attentive, ne la traitant pas comme une patiente mais comme la personne derrière le mot patient. Et leur relation s'était adoucie. Il n'y avait plus toutes les piques du début. Et peu à peu ils s'étaient liés, gardant des nouvelles même après la sortie de Min.

Mais aujourd'hui était différent. Après avoir reçu les lettres plutôt alarmantes de son amie, ils avaient convenu de se retrouver à la gare. Il était assez inquiet de savoir ce qui pouvait inquiéter autant la jeune femme dans son futur mariage. Mariage, un mot qu'il ne se voyait pas imposer sur sa vie. Il avait eu vingt-trois ans récemment et dans cinq ans il se devait d'être marié. Et égoïstement il espérait que le monde ait changé un peu. Un tout petit peu histoire d'être plus libre. Un tout petit peu pour que Min soit enfin heureuse et qu'elle arrête de penser que la mort était quelque chose de beau et de tentant. Un tout petit peu aussi pour que des enfants comme celui qu'il avait soigné au matin puisse avoir accès à plus de chose sans que leurs parents craignent de se ruiner. Un tout petit oui, seulement un peu. Soupirant il replaça sa frange un peu mieux s'observant dans les vitres d'un des abris-bus de la gare routière. Il était arrivé à temps. Il ne manquait plus que le bus de Min qui ne devrait plus tarder.

musclor.




Désolé mon amour j'ai la bouche bien cousue de ces fils barbelés en forme de motus où s'accrochent tour à tour mes idéaux perdus, ces mensonges emboités comme des poupées Russes. ~
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 25 ans
Emploi : Animatrice radio
Bae Min

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: smile again my dear . || ft Choe Min   Mer 5 Aoû - 16:03

Smile again, my dear
Min & Yuhan
It's been written in the scars on our hearts ▬ Just give me a reason – PINK

La nuit avait été longue pour Min, l’appréhension, les tic tac incessants de l'horloge murale, le bruit du silence. Le lendemain, elle partait pour Lapanalda, le lendemain un jour de plus allait passer et l'attente d'une réponse sera de plus en plus pénible pour la personne concernée, pour Jin Kyung. Il pouvait être patient, certes, quand on pose ce genre de question l'on espère qu'une seule chose : que la réponse soit rapide ; et Min s'en voulait terriblement de le faire attendre mais cette question avait beau avoir effleuré deux fois ses oreilles, cette fois-ci était différente, pire même. La question des sentiments ne se posait pas contrairement aux fois précédentes, tout simplement car il n'y en avait pas, elle appréciait le militaire autant que ce dernier l'appréciait mais rien ne volait bien haut, l'intérêt était l'unique mot venant à l'esprit de la jeune femme, car oui la question tournait bien autour de ça. Il y avait de bons comme de mauvais côtés à ce type de mariage, mais peser le tout semblait compliqué pour la jolie animatrice, et si elle venait à l'aimer par la suite ? Elle savait son secret et cela finirait par la bouffer de l'intérieur si des sentiments venaient à se créer de façon non-réciproque,ou pire encore, si elle venait à en aimer un autre ? Un idylle impossible, la tristesse, la dépression, le suicide. Voici ce dont elle avait peur, elle savait de quoi elle était capable, elle avait peur d'elle-même et de ses sautes d'humeur.
Mais demain, elle verra Yuhan, ce garçon qui l'avait soigné et tout simplement considéré autrement que comme une patiente, mais bel et bien comme une personne. Min détestait les médecins et dérivés du monde médical et si il y avait bien une exception, c'était bien lui, pas même sa sœur qui était certainement celle qu'elle détestait le plus au monde.

Demain, elle ira à Lapanalda, là où vivait cette garce de Yon et par la même occasion sa génitrice qui avait décidé de se retirer en campagne avec son homme pour se rapprocher de sa princesse et pour profiter du calme. Min avait peur, elle gardait la tête haute et leur crachait ouvertement dessus, mais si elle venait à les croiser sa poitrine risquait de se resserrer tellement fort, ses mains se mettraient à trembler et ses yeux se mettraient à pleurer, toute cette rage, toute cette souffrance à leur égard, surtout auprès de sa sœur et de sa mère la rongeaient depuis tellement d'années à présent. Certes il y avait le calme, mais il y avait tellement de souvenirs aussi, comme son premier fiancé à qui elle a tout simplement brisé le cœur, à cause de sa fichue sœur, elle s'en voulait tellement. Tout ce que Min espérait, c'était que Yuhan et elle s'enferme chez lui, à condition qu'il ne vive pas auprès de chez madame parfaite ou bien encore auprès de sa génitrice. Même si dans la lettre, le garçon aux cheveux blonds annonçait qu'ils se poseraient dans un café.

Deux heures de sommeil plus tard, le grand jour arriva, déjeunant, se préparant, se coiffant, se maquillant, là voilà prête à monter dans le train en destination de l'Enfer. Min ne prit qu'avec elle un sac à main en cuir bleu assorti à sa jolie robe à fleurs la mettant plus qu'en valeur, comme tous ses vêtements d'ailleurs. Son cœur battait, c'est à se demander si elle ne se noyait pas dans la paranoïa, pensant que Jin Kyung allait débarquer d'un instant à l'autre dans sa cabine et lui demander sa réponse, pensant que toute sa famille, y compris son jeune neveu -elle n'en savait même pas le sexe à vrai dire- l'attendait à la gare, pensant que son ancien fiancé allait réapparaître dans sa vie. La jeune femme avait pris soin de prendre une gourde remplie d'eau, cette dernière fut finie avant la fin du trajet, Min n'allait pas bien et à présent elle regrettait de ne pas avoir prévenu Yuhan de ce malaise. Mais elle devait se calmer, tout ira bien, il n'y avait aucune raison de se mettre dans des états pareils, les Choe sont sagement chez eux, son ancien fiancé travaille et Jin Kyung est en ville, et son ami l'attendait gentiment à la gare. Tout va pour le mieux.

Le train entra en gare et nous sentions la diva crispée à son siège, elle avait bien évidemment pris un billet pour la première classe mais cela ne changeait rien, qu'importe le confort qu'elle aurait eu elle n'aurait été dans aucun cas bien, elle ne voulait pas que ce moment arrive, elle ne voulait pas affronter ses démons, tout devait cesser et dès qu'elle aura fini sa conversation avec Yuhan, elle appellera son prétendant pour lui annoncer sa réponse, ou alors elle demandera à le voir pour la lui annoncer, ça reste à voir.
Un long soupir plus tard, la jeune femme se décida enfin à quitter sa place, de reprendre son sac et de sortir de sa cabine et de descendre sur le quai. Miss Min n'était plus là, nous découvrions Min, aucun masque n'était là, les démons n'en avaient rien à faire de ça, la demoiselle regarda de gauche à droite et de droite à gauche à la recherche du type qui était censé l'attendre. Nous ne pouvions pas le louper lui, et sa tignasse blonde, alors pourquoi elle ne le voyait pas ? Min tremblait et sa respiration se voulait rapide et ce n'est qu'en se tournant qu'elle aperçut la touffe blonde, légèrement soulagée elle s'empressa de le rejoindre et de lui adresser un sourire droit, presque faux.

« On-on te reconnaît vite. », elle tenta de rire mais aucun son ne sortit, quelque chose n'allait pas en elle, le stress était la termite dont elle était le bois, Min passa la main dans ses cheveux avant de se faire un peu d'air avec sa main, « Sortons d'ici, il fait incroyablement chaud et je n'aime pas ça. »


© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 23yo.
Emploi : Infirmier
Xia Yuhan

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: smile again my dear . || ft Choe Min   Sam 8 Aoû - 22:20



smile again my dear
Choe Min & Xia Yuhan


Yuhan avait attendu calmement assis sur un banc de la gare qui reliait la ligne entre Lapanalda et Dalis, ses mains jouant distraitement avec le bas de sa veste en cuir. Il savait très bien quand la jeune femme qu'il attendait arriverait vu qu'il n'y avait que trois trajets possibles dans un sens, et pareil dans l'autre. Venant à peine de s'installer, il avait pourtant pris soin de retenir les horaires pour tous ses futurs passages à la capitale. Cela ne l'avait pas empêché de se dépêcher de rentrer chez lui à midi, de manger rapidement une salade qui trainait dans son frigo et qu'il avait faite la veille avant de se débarrasser de sa blouse blanche, d'enfiler un tee-shirt rayé par dessus son jean et de passer sa veste en cuir. Il avait à peine coiffé ses cheveux avant de sortir en dehors de son appartement, situé dans un quartier non loin du centre de Lapanalda et de s'élancer vers la garde routière. Il y était arrivé un peu en avance. Juste le temps de se poser à l'intérieur du bâtiment non loin du quai jusqu'au moment où la jeune femme arriverait.

Lorsqu'il avait vu des gens commencer à arriver dans l'espace commun, Yuhan s'était levé de son banc avant de se diriger dans le sens contraire de la foule, les mains dans les poches de son jean. Il était arrivé sur les quais peu après, faisant fi des personnes qui l'observaient avec un air outré, il faut dire que sa chevelure blonde était visible et de loin, vu que le jeune l'avait refait peu après son arrivée, soit il n'y avait même pas dix jours. Heureusement que Yuhan avait pris l'habitude. L'habitude de ne pas faire attention aux messes basses et aux regards outragés. Surtout concernant son apparence. Il était quelqu'un qui prenait soin de lui, et en maintenant huit ans il avait compris que peu de gens aimerait son coup d'éclat, dans tous les sens du terme, à vouloir être différent. Et puis à présent cette couleur blonde était devenue une partie de lui. Il se demandait d'ailleurs amusé comment les gens réagiraient s'il venait tout d'un coup à changer de couleur pour prendre quelque chose de moins tape à l'œil comme du brun, du châtain ou encore du noir. Il était certain que la seule personne qui apprécierait véritablement ce changement capillaire serait son frère, Lei. Mais malheureusement pour celui-ci Yuhan ne comptait pas changer de couleur. Pas avant quelques années tout du moins.

Alors qu'il s'avançait sur les quais il eut un sourire en voyant Min le rejoindre de manière assez pressée. « On-on te reconnaît vite. » annonça-t-elle un léger rire qui sonna enroué, faux, même déplacé. Yuhan lui fit un petit sourire mais il eut l'impression que son sourire n'atteignit pas ses yeux tandis qu'il l'étreignait avec délicatesse. A croire que toutes les craintes de la jeune femme se répercutaient inconsciemment sur l'infirmier. « Sortons d'ici, il fait incroyablement chaud et je n'aime pas ça. » continua-t-elle. Il hocha d'un signe de tête avant de faire glisser son bras autour de sa taille, récupérant le sac de la jeune femme de sa main libre, les guidant en dehors de la gare routière. Le café dans lequel il voulait l'emmener était attenant à la gare, mais pour l'instant ce qui importait le plus était que la jeune femme se sente mieux. Une fois dehors sur la place centrale de la petite ville, celle juste devant la gare, il s'excusa un instant avant de repartir vers la gare et d'en ressortir avec un verre d'eau fraiche. Un sourire aux lèvres, marque de fabrique de Yuhan, il lui tendit.

« Est-ce que ça va mieux Min ? demanda-t-il clairement inquiet pour son amie. Tellement inquiet qu'il posa une main délicate contre son front. – Tu n’as pas l’air de faire de fièvre. Le mal des transports peut-être ? »

Mais contrairement à ce qu’on aurait pu croire ce n’était ni les gestes d’un médecin, ni les gestes d’un infirmier mais bien ceux d’un ami soucieux. Jamais Yuhan ne se permettrait d’agir ainsi avec Min, surtout quant il connaissait les peurs de celle-ci. Non c’était bien en tant qu’ami que le jeune homme blond s’inquiétait. En tant qu’ami qui avait vu une personne avec une répartie toujours hors du commun, et des réactions vives, si pâle, si lointaine qu’il s’en était inquiété. Parce qu’il avait l’impression que l’idée de se marier ne faisait pas forcément du bien à la jeune femme. Mais si autant il agissait comme un conseiller du cœur et autres pour la jeune femme, autant il ne se permettait pas de juger tant qu’on ne lui avait pas demandé de le faire, et surtout tant qu’il n’avait pas toutes les informations entre ses mains.

« Si tu veux, on peut aller au café. Ils ont une petite terrasse à l’ombre, tu devrais t’y sentir bien. » reprit-il après quelques temps, son léger sourire aux lèvres.
musclor.




Désolé mon amour j'ai la bouche bien cousue de ces fils barbelés en forme de motus où s'accrochent tour à tour mes idéaux perdus, ces mensonges emboités comme des poupées Russes. ~


Dernière édition par Xia Yuhan le Lun 12 Oct - 0:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 25 ans
Emploi : Animatrice radio
Bae Min

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: smile again my dear . || ft Choe Min   Lun 10 Aoû - 21:27

Smile again, my dear
Min & Yuhan
It's been written in the scars on our hearts ▬ Just give me a reason – PINK

A peine Min était montée dans son train, elle avait déjà hâte de prendre celui dans le sens inverse même si selon elle ce n'est pas très confortable. Elle était mal, son cœur battait tellement fort qu'à un moment elle crut qu'il allait s'arrêter. Elle était crispée à son siège, la marque de ses ongles permettra de savoir où elle s'était assise, non ce n'était pas la peur du train, juste la peur de voir tous ses démons lui foncer dedans. Avec une légère pointe de paranoïa en plus. Pour la première fois de sa vie, Miss Min ne voulait pas qu'on la regarde, elle ne voulait pas paraître si faible aux yeux des autres passagers, surtout à ceux de la première classe qui avaient plus de chance de la côtoyer que ces autres gens n'ayant pas les moyens de se la payer.

Voir le jeune homme aux cheveux blonds lui enleva un certain poids du cœur, certes, mais rien, pas même le fait qu'il la prenne dans ses bras, ne la rassura. Yon, Mère, Père, Jin Kyung, ils étaient là, à l'entrée de la gare et l'attendaient pour diverses raisons. Sa jumelle tentait souvent d'envoyer des lettres à sa sœur chérie, pour prendre de ses nouvelles, lui donner des nouvelles de son neveu et même de ses parents, mais l'animatrice ne prenait même pas la peine de les ouvrir, préférant directement les jeter dans la cheminée. Pourquoi s'obstiner alors qu'en toute évidence elle la détestait ? Seul Dieu le sait.
Il avait ces manières de médecin, il savait s'y faire, il voulait la rassurer et voulait se savoir doux, puis il savait que Min avait l'habitude des hommes bien éduqués et que c'est certainement pour ça qu'il lui prit son sac. Quel amour ce Yuhan.
Sortant rapidement de cette abomination de gare, le voilà reparti, la laissant seule contre l'humanité toute entière. Quel était son but ? Pourquoi avait-il fait ça ? Min se sentait oppressée comme jamais elle ne l'a été, elle regardait les gens comme les gens la regardaient, certains devaient certainement la reconnaître, nous la voyions pâle et sous ce soleil nous aurions pu croire qu'elle faisait une insolation, au point qu'un pauvre homme vint lui demander si ça allait pour finalement se faire remballer, Min s'en voudra certainement. Mais elle n'était pas bien, non, pas bien du tout, Yon était quelque part, Yon et son bonheur de vie. Son pâquerette de bonheur. L'animatrice était tremblante et quand la chevelure rayonnante revint à sa rencontre, elle revint à ses esprits et but d'un trait son gobelet d'eau, la main tremblante. Un hochement de tête en guise de réponse, la gracieuse main du blond vint s'inquiéter sur le front de la jeune femme.

« Je te dis que ça va Yuhan. », elle enleva la main de l'infirmier de sa tête, « Je … ce n'est pas le mal des transports. Non. Mais ça va laisse. », soupirant. Il eut un temps avant qu'il ne propose d'aller à ce fameux café, la jeune femme déglutit puis hocha la tête. Se contentant de le suivre sagement jusqu'à cet endroit. C'était un petit café très mignon, très pittoresque, très campagnard. Lapanalda était une très belle ville, même pour la pure citadine qu'était Miss Min, si l'on oubliait le fait qu'une famille de monstres vivait ici. La petite terrasse dont le blond parlait n'était pas entouré de haies ou d'autres choses pour se cacher du reste du monde, si ce n'est quelques pots de fleurs mais rien de plus. Ils étaient à la vue de tous et cela ne plaisait vraiment à la jeune femme, mais elle se devait de faire un effort, un effort pour lui, Yuhan.
S'installant, le cœur de la jeune femme battait de nouveau à la chamade, si bien que le blond aurait pu le voir battre à travers le joli décolleté de la demoiselle. Se crispant à nouveau à son siège. Se mordant les lèvres. Elle regardait à nouveau partout autour d'elle, comme si elle finirait par venir ici parce que sa jumelle qui la rejetait s'y trouvait. Non, non il ne fallait pas que Yon vienne, Min était suffisamment remuée comme ça alors il ne fallait pas en rajouter.

« Je suis désolée de te demander ça Yuhan, mais est-ce qu'on ne peut pas plutôt aller chez toi … ? », elle ne le regardait même pas, elle avait tellement honte et pourtant ce n'était pas son genre. La crainte, l'angoisse et la paranoïa étaient tranquillement en train de la ronger, et la jeune femme se sentait de plus en plus faible, moins lucide, davantage humaine bizarrement. Elle en demandait tant à ce pauvre garçon dont elle ne lui avait envoyé une lettre que pour parler de ses problèmes et non pas pour prendre de ses nouvelles, quelle honte. Mais Yon ou même sa mère pouvait surgir à tout moment et ça, elle ne le voulait pas. Elle ne pouvait pas.


© Gasmask


    J'aime le souvenir ...

    Mais, louve au coeur gonflé de tendresses communes abreuvait l'univers à ses tétines brunes. L'homme, élégant, robuste et fort, avait le droit d'être fier des beautés qui le nommaient leur roi.©️endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 23yo.
Emploi : Infirmier
Xia Yuhan

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: smile again my dear . || ft Choe Min   Sam 26 Sep - 15:50



smile again my dear
Choe Min & Xia Yuhan


Il avait vu qu’elle était mal à l’aise, pas forcément bien. Il n’était pas stupide ni aveugle, il l’avait bien vu. Il fallait être trop porté sur soi, pour ne pas voir son teint pâle, sa main tremblante. Il avait tout fait pour essayer de l’aider, d’être sûr que ça aille. Parce que c’était dans les gènes de Yuhan. S’il était dur à apprivoiser, à connaître, une fois qu’il s’était entiché de quelqu’un, une fois qu’une personne avait sa confiance, il était tout bonnement impossible de s’en débarrasser. Deux portraits pour une même personne. Deux portraits si différents. Il avait toujours gardé cette froideur en couverture. Mais des gens comme la jeune femme pouvaient se targuer de connaître le vrai Yuhan. Celui qui était hésitant mais là, celui qui se battait pour les causes perdus. Celui qui avait un sourire fragile et pas celui tout prêt qui bluffait le reste. Alors quand Min lui confirma que ça allait, et surtout qu’il devait laisser tomber, Yuhan n’insista pas. Ce n’était pas son genre. Tant que Min ne voudrait pas en parler, il s’arrangerait pour changer de sujet. Et aujourd’hui elle ne semblait pas prête à en parler. « Laisse » avait-elle dit et il s’était exécuté, l’emmenant vers le café où il avait prévu de passer l’après midi avec elle. Lorsqu’il était arrivé à la campagne c’était la première chose qui l’avait marqué.

Ce petit café qui faisait le coin de la gare, le côté calme de celui-ci, l’un des pans couvert de vitre donnant sur cette petite terrasse à l’ombre. Ce joli petit endroit cosy, idyllique même. Il s’était dit qu’elle s’y sentirait bien. Pas trop de monde, voir même pas du tout, de quoi respirer, profiter de la vue. Oui c’était pittoresque mais ça changeait pour des gens de la ville comme Yuhan et Min, ça avait son petit côté charmeur. Et Yuhan avait été conquis. Mais pas Min semblait-il. Elle semblait tellement mal à l’aise à regarder autour d’elle comme un animal craintif. Apeurée. Elle n’était même plus troublée elle était terrorisée. A la limite de la crise d’angoisse et Yuhan en reconnaissait les signes. Alors qu’il allait lui parler pour essayer de la calmer, celle-ci lui demanda dans un murmure presque inaudible : « Je suis désolée de te demander ça Yuhan, mais est-ce qu'on ne peut pas plutôt aller chez toi … ? » Attrapant sa main délicatement, il la serra entre les siennes, faisant relever la tête de Min.

« Bien sûr. Je commande juste quelque chose à emporter parce que je n’ai pas grand-chose chez moi d’accord ? »

Se relevant, il récupéra le sac de Min, avant d’attraper la jeune femme et de placer délicatement son bras autour de sa taille. Le geste n’avait aucun sens romantique. C’était celui-ci d’un ami voulant la rassurer. Celui d’un ami qui avait du mal à concevoir ses peurs mais qui avait décidé d’être là, de ne pas la laisser seule. La dirigeant calmement vers la caisse il commanda des boissons fraiches à emporter ainsi que quelques douceurs. Quand il disait qu’il n’avait pas grand-chose chez lui, il ne plaisantait pas. Il était arrivé il y a de ça une semaine, deux tout au plus et il mangeait plutôt sur le pouce voir dehors pour le moment, essayant de jongler entre son installation et le boulot qu’il avait commencé très rapidement. Payant le tout assez rapide, le sac contenant les boissons et le reste en main à côté de celui de Min, il l’entraina dehors avec toute sa douceur habituelle.

« J’habite à dix minutes de la gare, dans le centre de Lapanalda. C’est pas très grand, mais c’est tranquille. » commenta-t-il tandis qu’il lui faisait remonter la rue principale sans pour autant l’avoir lâchée, son bras lui ceignant la taille de manière délicate.

Non, il n’habitait pas dans un palace. C’était ainsi que fonctionnait Lansan de toute façon. La taille de la demeure dépendait du nombre de personnes qui vivait à l’intérieur pas du salaire ou de quoi que ce soit d’autre comme cela se passait ailleurs. Et ce n’était pas plus mal dans un sens. Ca lui permettrait de se mettre de l’argent de côté pour retourner à Dalis de temps à autres. Le chemin se fit calmement et bien vite ils arrivèrent devant le domicile du jeune homme, une petite maison assez banale non loin de la rue centrale et de la gare dans un sens. Cherchant ses clefs dans les poches de la veste en jean, il desserra son bras de sa taille, avant de lui ouvrir la porte lui faisant signe de rentrer avant de refermer la porte derrière eux. Oui c’était un petit endroit, aux murs clairs et encore assez vide, des cartons trainant ici et là. Mais il n’allait pas se plaindre non plus, il avait pu récupérer ses meubles de son appartement à Dalis. La conduisant jusqu’au salon, il la laissa s’asseoir sur le petit canapé avant de sortir tout ce qu’il avait pu prendre au café et de l’installer sur la table, délaissant sa veste sur le dossier d’un des fauteuils en profitant pour ouvrir la fenêtre au passage.

« Est-ce que tu te sens mieux ? » demanda-t-il tout en s’asseyant en face d’elle, de l’autre côté de la petite table basse en bois sombre.

musclor.




Désolé mon amour j'ai la bouche bien cousue de ces fils barbelés en forme de motus où s'accrochent tour à tour mes idéaux perdus, ces mensonges emboités comme des poupées Russes. ~


Dernière édition par Xia Yuhan le Lun 12 Oct - 0:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 25 ans
Emploi : Animatrice radio
Bae Min

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: smile again my dear . || ft Choe Min   Dim 11 Oct - 20:33

Smile again, my dear
Min & Yuhan
It's been written in the scars on our hearts ▬ Just give me a reason – PINK

L'image était trop parfaite, bien trop idyllique. Lapanalda était connu de la ville comme le petit coin de paradis grâce à sa campagne et à sa tranquillité, grâce à sa verdure et sa douceur de vivre, grâce à ses habitants et toute la gentillesse qu'ils pouvaient inspirer. Qu'était donc Dalis à côté de ce petit nuage fleuri ? Un lieu riche, huppé par la haute société, où beaucoup de choses se passait dans le dos de la dictature. La rumeur disait qu'un groupe de personnes essayait de s'opposer à l'unique parti de ce monde, Min l'avait entendu et s'y était profondément intéressée, elle voulait comprendre le pourquoi du comment, elle voulait comprendre le monde, mais en vain, jamais elle n'eut trouvé un de ces rebelles comme certains les appelaient. Si seulement elle connaissait son entourage comme il se devait. Pour en revenir au fait, Min ne pouvait s'imaginer retourner à la campagne (si elle le souhaitait, ce qui n'est pas le cas pour le moment), d'une part il y avait sa sœur et de l'autre il y avait le bonheur, or le bonheur était une chose apparemment interdite pour la jolie jeune femme. Toutes ses tentatives désespérées d'un jour être heureuse comme il se devait avaient échoué, ses fiançailles furent des échecs, ses relations avec sa famille furent un échec, elle n'avait pas l'impression d'être une véritable amie aux yeux des siens alors qu'elle exprimait son amour avec maladresse, à sa manière, comme elle le pouvait. Peut-être ne savait-elle tout simplement pas aimer comme il le fallait, Miss Min y avait déjà pensé à cette hypothèse, l'amour de ses parents n'étaient pas des meilleurs exemples, l'amour normalement fusionnel entre jumelles était moindre, elle n'avait jamais su aimer son premier fiancé et peut-être que le second s'en est allé voir ailleurs car elle ne savait tout simplement pas s'y prendre. Peut-être était-elle condamnée à subir cela à vie, comme une malédiction, et peut-être que le seul moyen de lever le sort était de s'en aller, or même ça, elle était incapable de réussir.
Yuhan était là pour elle, pour l'empêcher de faire cette bêtise, cette bêtise qui avait causé leur rencontre. Yuhan était gentil, si ce n'est adorable lorsqu'on le connaissait – pour ne pas dire que leur première rencontre n'était pas des plus chaleureuses.

Peu de gens pouvaient reconnaître Miss Min dans cette campagne, seule la radio existait et la plupart des personnes la reconnaissant avaient découvert son doux visage suite à ses sorties ou ses quelques apparitions auprès du Dictateur, à part cela personne ne pouvait deviner qu'il s'agissait de la jeune femme s'occupant de la radio d'un simple coup d'oeil. Yon pouvait la reconnaître, son premier fiancé aussi, sa famille entière pouvait la reconnaître et ça, c'était de trop. Elle n'assumait pas, Min était au dessus de la Miss. Heureusement que Yuhan ait bien accepté qu'ils migrent tous deux chez lui et c'est d'un hochement de tête incertain qu'elle acquiesça à sa proposition. Elle et lui se relevèrent, tel un gentleman il lui avait pris son sac et, comme pour la rassurer, il la maintint contre lui le temps de ses petites emplettes. Elle tremblait tandis que lui restait très calme, c'était un drôle de tableau, il savait vraiment s'y faire, il connaissait son métier. Min se voulait très docile pour une fois, elle qui d'habitude avait un tempérament quelque peu hors du commun. Lorsqu'elle était à l'hôpital pour ses quelques tentatives ratées vous ne pouvez imaginer à quel point elle a pu être désagréable envers les personnes qui voulaient lui offrir son aide. Qu'ils l'aident plutôt à mourir plutôt que de la maintenir malheureuse ! Ainsi pensait-elle.

Les mots qui lui étaient adressés étaient tellement lointains, elle n'écoutait pas le jeune homme à la couleur blonde, elle n'y arrivait pas, tout ce qui se trouvait autour d'elle lui semblait si sauvage et dangereux, Yon pouvait bondir à tout moment, tout comme Jin Kyung et comme tous les autres. Jamais elle n'aurait dû venir ici, jamais elle n'aurait dû monter dans ce fichu train qui lui offrait un aller simple pour l'enfer.

Ils avancèrent le long de la rue principale, Min se rappelait de cet endroit, beaucoup trop bien même. Elle repensait à tous ces moments partagés avec son premier fiancé dans cette longue rue, les restaurants, les bouquets de fleurs … Comment a-t-elle pu être aussi ignoble avec cet homme qui se voulait si gentil, si attentionné, si adorable. Elle se détestait tellement, si Yuhan n'était pas en sa présence certainement qu'elle se serait donnée des baffes comme elle le faisait parfois, comme ses quelques hématomes pouvaient parfois l'affirmer. Autant s'adorait-elle autant son reflet pouvait la dégoûter, elle voyait Yon, sa jumelle parfaite, sauf qu'elle n'avait pas à être plus parfaite qu'elle, Miss Min devait être au dessus, Miss Min n'avait pas à se comparer à cette stupide fille, c'est ce qu'elle se disait, c'est ce que nous lui disions mais semblerait-elle mentir à elle-même. La haine la maintenait tout simplement en vie.

Bien que le chemin sembla prendre une éternité pour la beauté féline, ils furent bien vite arrivés à la petite maison de l'infirmier. Il ne lui faudra pas lui dire de rentrer deux fois, c'est bien vite qu'elle se rendit à l'intérieur pour inspirer profondément, en fermant les yeux, pour se calmer. Yon ne risquait plus de la voir, ni Jin Kyung, ni personne. Min ne fit même pas attention au manque évident de décoration de l'endroit dans lequel vivait son ami, elle était plus calme, plus sereine à présent et peu de chose semblait lui importer. Yuhan la conduit dans le salon et l'invita à s'asseoir dans le canapé, ce qu'elle fit sans broncher, se contentant de calmer sa respiration et d'essayer de contenir ses tremblements en se tenant fermement les mains. Elle avait le regard ouvert à présent, et non plus centré sur un quelconque problème (sa sœur, entre autres.), Min inspira une nouvelle fois avant de l'écouter tout en l'observant en train de s'asseoir sur le fauteuil juste en face d'elle. Puis acquiesça.

« Oui, ça va mieux. M-merci Yuhan. », ses joues rosirent suite à la gêne, ses yeux se baissèrent pour ne pas l'affronter non plus. C'était un comportement que notre animatrice n'avait que très rarement, certainement était-ce la première fois que le blond la voyait ainsi. « Elle, et beaucoup d'autres gens sont ici. J'ai suffisamment de problèmes comme ça … encore pardon. », sa main se glissa dans sa tignasse pour que ses yeux ne soient plus gênés par ces quelques mèches qui tombaient sur ce dernier. En tout cas, maintenant, elle était en état d'avoir une discussion de façon normale avec quelqu'un, qui plus est, avec lui.


© Gasmask


    J'aime le souvenir ...

    Mais, louve au coeur gonflé de tendresses communes abreuvait l'univers à ses tétines brunes. L'homme, élégant, robuste et fort, avait le droit d'être fier des beautés qui le nommaient leur roi.©️endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: smile again my dear . || ft Choe Min   

Revenir en haut Aller en bas
 

smile again my dear . || ft Choe Min

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Death Smile II 360 - Subtilités???
» Enora & Robbyn ⚡ I need your smile, I need your arms, .. I need you.
» Happy birthday, my dear ! ♦ Domenico
» [Vds] v smile cyber pocket
» Le Ambowl, le tournois des Ambiens 13/14 novembre (80)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Lansan, vaste & mystérieux :: Lapanalda :: Gare routière-
votez toutes les 2 heures

demandez vos points