AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 you will be the death of me . || ft Xia Lei

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Âge : 23yo.
Emploi : Infirmier
Xia Yuhan

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: you will be the death of me . || ft Xia Lei   Dim 26 Juil - 1:59



you will be the death of me
Xia Lei & Xia Yuhan


Ses valises étaient prêtes, son appartement avait été vidé, le peu de meubles qu'il avait en sa possession était déjà parti pour sa nouvelle demeure, ainsi que tout ce qu'il ne pouvait pas prendre. Il avait remercié ses collègues, salué son responsable de service, pris un dernier verre avec tout ses compagnons d'infortune, dit adieu aux patients qu'il avait à sa charge, et même eut le temps de revoir une dernière fois le peu de personnes qui comptait assez à ses yeux à la capitale. Oui Yuhan était prêt. Tellement prêt qu'il était encore dans son salon vide, ses deux valises de même que son sac qu'il prenait avec lui encore à ses pieds, son regard perdu dans la vue que lui procurait sa fenêtre. Il n'était pas si prêt que ça au final ... Il restait une personne qu'il se devait de prévenir. Une seule et unique. Son frère. Autant il savait que son père n'avait absolument rien à faire de lui, autant il régnait cet infime espoir dans son cœur que son grand frère ait encore quelques pensées pour lui. Des pensées oui, pas de l'affection ou de l'amour. Yuhan avait compris depuis bien longtemps que la seule personne qui avait pu l'aimer dans sa famille était sa mère et celle-ci était morte. Celle-ci était morte et il était sans doute le seul à avoir eu des larmes, à avoir eu des sentiments, ou tout simplement de la tristesse à l'idée de la perdre. Mais il ne pouvait pas juger sa famille. Il ne pouvait pas juger son père, ne sachant pas ce qu'il cachait derrière son masque d'autorité et de froideur, il ne pouvait pas juger son frère qu'il ne comprenait qu'à moitié finalement.

Oui il devait encore voir son frère. Et ça n'avait pas été une mince affaire que de se décider à le contacter. Et quand il avait enfin réussi à décrocher son téléphone et a appelé son bureau, il était tombé sur une personne assez désagréable avec qui il avait du négocier pour avoir un rendez-vous avec son frère. Un rendez-vous ! C'était tellement risible, mais c'était le genre de chose qui était normal ici à Lansan, tellement normal de savoir qu'une famille ce n'était que des gens vivants ensemble sans forcément s'apprécier ou se supporter. C'était l'image d'une famille unie en dehors, de personnes ayant le même nom mais aucun lien. Son père n'était plus qu'un étranger pour lui. Yuhan avait fait tout ce qu'il avait à faire durant son enfance. Ne pas porter la honte sur la famille. Ne pas apporter le déshonneur sur ses parents, sur son grand frère. Parce qu'il n'avait jamais su s'illustrer comme Lei, il n'avait jamais voulu non plus. Ce n'était pas ce à quoi il aspirait. Il avait toujours voulu être différent, original, unique oui. Mais pas le meilleur. Non juste lui. Et c'était quelque chose qui n'intéressait en rien son père. C'est à peine s'il avait reçu des félicitations de sa part lorsqu'il avait obtenu son diplôme d'infirmier. Au moins son frère lui avait téléphoné pour le féliciter d'avoir trouvé une place dans la société. Simple, clair, précis. Oui mais tellement froid. C'était à se demander si Lei avait des sentiments, c'était à se demander comment il avait fait pour vivre dans ce genre de famille, sans amour, allant jusqu'à refuser celui de leur mère. Yuhan ne comprenait pas.

C'était tout simplement de l'incompréhension que Yuhan avait envers son grand frère, pas de la haine, pas du dégoût, mais de l'incompréhension et surtout un désespoir sans fin. Parce que son frère n'ouvrirait sans doute jamais les yeux comme il l'avait fait. Son frère aimait Lansan. Il aimait la dictature, il adorait même le dictateur, il avait toujours tout fait pour servir le gouvernement, toujours tout fait pour être dans le moule, chacun à sa place. Et la place de Lei était en haut tandis que la sienne ... La sienne était en bas dirait son frère. Mais Yuhan n'arrivait pas véritablement à se trouver une place. Il haïssait Dalis à présent, il n'arrivait plus à vivre dans cette ville, il ne s'y sentait plus à sa place ... Pas comme s'il y était déjà senti bien. Et devant la porte du bureau de son frère encore une fois, il se sentait mal. Presque malade à l'idée de voir son frère qu'il avait un temps jalousé alors qu'il n'était qu'un adolescent. Il avait voulu un temps lui ressembler juste pour avoir l'attention de son père. C'était dans son caractère ce côté un peu jaloux de voir les autres avoir ce qu'il n'aurait jamais. Il n'avait jamais réussi à se débarrasser de cette sensation ignoble et saisissante qui lui vrillait le cœur à chaque fois qu'il devait voir son frère. Cette idée de savoir qu'il ne serait jamais qu'un reflet de miroir brisé de son frère. Il était l'échec. Mais un drôle d'échec avec ses cheveux blonds qu'il avait placé de côté, les accrochant avec une pince sous le regard désapprobateur de la personne qui l'avait accueilli et amené jusqu'à la porte du bureau de Lei.

Mais c'était bien tout d'être sur place, c'était autre chose que de toquer et de rentrer dans le bureau de son frère. C'était également risible, de savoir que le jeune Yuhan qui avait vu des choses horribles au service des urgences de l'hôpital sans cligner des yeux, craigne à ce point que de voir son frère. Il faut dire que chaque rencontre le laissait dans un état pitoyable, avec le moral encore plus morose que d'habitude. Mais heureusement pour le plus jeune des frères Xia, il avait su comme son grand frère comment ne pas montrer ses sentiments sur son visage, comment paraître neutre et stoïque alors qu'à l'intérieur de lui, chaque mot, chaque phrase créait des blessures sans pareil et des réactions violentes. C’était un pouvoir que semblait avoir Lei sur lui, mais jamais Yuhan ne lui avait fait le plaisir de lui montrer. Plus jamais après l’humiliation qu’il avait subie à ses quinze ans et ses cheveux nouvellement blonds. Il n’avait plus jamais montré ses faiblesses face à son frère après. Il avait toujours tout encaissé sans rien dire après, le visage lisse, le regard un peu ailleurs, comme si ça ne l’atteignait plus. Quel mensonge oui. Mais il ne pouvait plus faire demi-tour maintenant. S'observant une dernière fois dans la vitre du bâtiment, et tentant de discipliner vainement ses cheveux, il soupira avant de tourner les talons, sa veste en cuir noir battant contre ses côtes tandis qu'il toquait enfin à la porte de ce maudit bureau, et qu'il poussait celle-ci pour y entrer.

« Bonjour Lei » déclara-t-il, le regard droit, un léger sourire aux lèvres, comme si la personne en face de lui ne lui serait pas hostile quand il comprendrait la raison de ce rendez-vous. Ce serait déjà un grand pas s'il n'était pas réprimandé sur sa ponctualité.

C'était l'heure de la confrontation.
Peut-être la dernière au final.
Mais ça Yuhan en doutait.
musclor.




Désolé mon amour j'ai la bouche bien cousue de ces fils barbelés en forme de motus où s'accrochent tour à tour mes idéaux perdus, ces mensonges emboités comme des poupées Russes. ~


Dernière édition par Xia Yuhan le Lun 12 Oct - 0:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 28 ans
Emploi : Directeur de camp de travail
Xia Lei

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: you will be the death of me . || ft Xia Lei   Lun 3 Aoû - 8:50

Assis dans son grand fauteuil, derrière son bureau, Lei posa la tête sur le dossier. Il soupira et se permit deux secondes de répit. Une visite quelque peu inattendue aurait bientôt lieu et le directeur n’était pas sûr d’en avoir envie. Il se souvenait très bien de voir sa secrétaire, celle chargée de trier tous ses appels et s’occupait, en partie, de son emploi du temps, arriver dans son bureau ▬ sans même frapper ▬ pour annoncer qu’un certain petit frère souhaitait prendre rendez-vous. Quelle perte de temps. Lei savait très bien comment ce genre de rencontres se finissait et ne souhaitait pas prendre de retard dans son boulot. Après tout, qu’importe. Peut-être que le petit Xia avait quelque chose d’important à annoncer. Peut-être avait-il enfin compris la raison de sa naissance et décidé de se remettre dans le rang. Peut-être. Mais ça restait Xia Yuhan. Le mouton noir du troupeau. Le gamin qui pensait qu’être différent était quelque chose de bien. Non, non et non. Il n’avait jeté qu’un rapide regard à son calendrier posé innocemment sur son bureau avant d’annoncer à la bonne femme qui travaillait pour lui, qu’ils pourraient se voir, mais seulement s’il avait un créneau libre. Chose qui était difficile à trouver.

Mais le voilà, assis sur la chaise du directeur ▬ sa chaise ▬ la tête en arrière et les yeux fermés. Il lui restait encore quelques minutes avant le fameux rendez-vous. Quelques minutes pour finir son travail à temps. Rapidement, il se redressa, repris son stylo et gratta sur sa feuille son rapport de la journée. Il avait pris l’habitude de faire un rapport à la fin de chaque journée, pour être sûr que tout ait été fait dans les règles. Dernière phrase. Dernier mot. Il posa son stylo, le positionnant parfaitement parallèle aux autres et croisa les bras. Son regard trouva alors la double porte devant lui avant de se déplacer rapidement vers l’horloge au-dessus de cette dernière.

1 minute.

Il n’avait qu’une minute avant de voir son petit frère débarquer dans son bureau. Peut-être aurait-t-il l’intelligence de frapper. Lui, au moins. Lei n’avait pas hésité à faire remarquer à la bonne femme de l’autre côté de la porte qu’il y a des règles et qu’elles ont été faite pour être suivies. Il savait très bien qu’il n’était pas le patron le plus apprécié de la capitale, mais s’en fichait complètement. Il était bien au-dessus de ça. Bien au-dessus de tout ce qu’on racontait sur lui et ses manières d’agir. Lorsqu’il n’était pas présent bien sûr. Adorateur de la dictature, maniaque et perfectionniste jusqu’au bout des ongles, il n’hésitait jamais à rendre la vie dure à son personnel. Le travail était le travail et rien d’autre ne devait intervenir. Chaque chose devait rester à sa place et il y avait une place pour chaque chose. L’ainé de la famille repensa alors à son petit frère. Il est en retard pensa-t-il. De quelques secondes, certes, mais en retard. Pauvre petite chose qui ne savait où trouver sa place et qui pensait que sortir du rang était ce qu’il lui fallait.

Son regard se durcit lorsque le bruit de quelqu’un qui frappe à la porte retentit dans la pièce silencieuse. N’ayant même pas le temps de donner sa permission, la personne en question entra.
La première chose que Lei vit apparaitre fut cette crinière blonde qu’il détestait tant. Ses. Cheveux. Blonds. Cette couleur trop claire à son goût, signe de la faiblesse de son frère, le hantait. Elle était la honte de la famille et Lei ne comptait plus le nombre de fois où il avait eu envie de cacher cette chevelure sous une capuche lorsqu’ils sortaient tous les deux, étant plus jeunes. Quelle honte pour la famille. Quelle honte pour lui. S’il avait pu, il aurait pu sans problème nier que ce jeune homme étrange n’ait jamais été son frère.

« Tu es en retard. » Furent les seuls mots qui sortirent de la bouche de l’ainé.

Une minute n’était pas souvent considérée comme un énorme retard, mais pour Lei c’était une minute de perdue, déjà.

Non sans lâcher un soupir, Lei se leva de son siège, serra les dents et invita son petit frère à s’assoir sur l’un des deux canapés qui entouraient une table basse dans un coin de la pièce. « La prochaine fois tu penseras à attendre que je te donne l’autorisation pour entrer. » Le ton était sec, froid, sans pitié. Mais Lei n’avait aucune pitié pour qui que ce soit.

Ils furent interrompus par la secrétaire qui frappa ▬ cette fois-ci ▬ à la porte et attendit l’autorisation du directeur avant d’entrer. Celle-ci apportait deux tasses de café bien fumantes et les posa devant chaque personne se trouvant dans le bureau avant de repartir derrière ses plannings sans un mot. Un nouveau soupir. Lei n’avait pas envie de cette rencontre s’éternise, et cette tasse de café était souvent le signe d’une longue discussion. De plus, l’ainé des Xia comptait bien rentrer chez lui à l’heure, retrouver sa femme et prendre son repas. Les bases. Sa vie était complètement planifiée pour ne laisser aucune erreur passer et ce rendez-vous était déjà une erreur de trop. Une erreur que provoquait son frère. Encore et toujours. Il en a toujours été ainsi.

« Dépêche-toi de me dire la raison de cette rencontre, je n’ai pas que ça à faire. » Lâcha une dernière fois Lei avant de croiser les jambes et de laisser son bras droit trainer sur le dossier du canapé.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 23yo.
Emploi : Infirmier
Xia Yuhan

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: you will be the death of me . || ft Xia Lei   Ven 7 Aoû - 19:49



you will be the death of me
Xia Lei & Xia Yuhan


Passer le pas de la porte du bureau de son frère avait été une épreuve. Une dure et douloureuse épreuve. Mais sur le visage du plus jeune des deux frères il n'y avait rien. Rien si ce n'est un léger sourire. Rien de cette douleur qu'il avait pu ressentir en croisant le regard froid de son frère. Un regard à la limite de l'hostilité. Qu'avait-il pu bien lui faire et ce dès son enfance pour ne pas être assez bien pour Lei ? Pas assez bien en tant que frère et surtout pas assez bien en tant qu'être humain. Il avait vraiment cherché avant. Tellement. Vainement surtout. En essayant d'être le héro de son père, il avait cherché en même temps à devenir quelqu'un d'assez bien pour ce frère si lointain. Mais il n'avait pas réussi. Et encore aujourd'hui la froideur de son frère, son regard proche du dégoût pour ce qu'il arrivait à lire dans ses yeux le lui montrait bien. Il était un échec aux yeux de Lei, quelqu'un qui ne devait et ne devrait pas exister. Et Dieu que ça faisait mal. Il avait beau prendre sur lui, son cœur se serrait toujours parce qu'il n'arrivait pas à ne pas tenir ne serait-ce qu'un tout petit peu à son frère. Et ça faisait mal de voir que malgré tous les efforts ça ne marcherait jamais. Mais non il ne montra rien de sa douleur face à l'accueil, car malgré tout il s'y attendait il s'y était préparé.

« Tu es en retard. » Furent les premiers mots qu'il entendit de son frère et il eut envie de rouler des yeux. En retard, de peu mais en retard. Alors que ça faisait dix minutes qu'il faisait le pied de grue devant la porte du bureau ne sachant s'il devait rentrer ou non. Yuhan avait d'ailleurs envie de faire demi-tour en courant, mais ce n'était pas convenable. Puis il avait tout de même du courage. Assez pour travailler jusqu'à maintenant dans les urgences de Dalis, de voir des choses qui vous retournerez l'estomac en moins de deux mais pas assez pour voir son frère ? C'était ridicule. Non il ne roula pas des yeux, il ne fit que donner un petit sourire d'excuse qui n'eut comme réponse qu'un soupir. Parce que ça ne servait à rien de s'excuser non plus. Ca ne changerait rien donc. L'observant se lever, toujours sur le pas de la porte, celle-ci de nouveau fermée derrière lui, il suivit docilement Lei pour s'asseoir sur le canapé qu'il lui avait désigné. A croire qu'ils allaient avoir une conversation charmante et tranquille. Non. Il n'y aurait rien de tout ça. Il y allait au final y avoir que des reproches pour le plus jeune, et un cœur encore une fois malmené.

« La prochaine fois tu penseras à attendre que je te donne l’autorisation pour entrer. Qu'est-ce qu'il disait ... Le contrôle que prétendait ou voulait avoir son frère sur tout venait encore une fois de se faire sentir. Encore. Ce n'est pas parce qu'il était son frère qu'il aurait pu être privilégié, non, c'était même l'inverse en y repensant. Parce qu'il était son petit frère, Yuhan se devait d'être sous ses ordres.
- Désolé, ta secrétaire m'a dit de rentrer non sans avoir toqué bien sûr donc ... » Oui on l'avait réprimandé. Elle le lui avait clairement dit. De rentrer, de ne pas faire le pied de grue derrière la porte pendant dix minutes à savoir si oui ou non il avait bien fait de venir ici.

Si Yuhan n'était pas très à l'aise, il fut heureux d'entendre frapper et devoir la secrétaire rentrer non sans l'autorisation de son frère. Il l'observa poser les tasses de café sur la table avant de ressortir. Tasses que Lei ne toucha pas, se contentant de s'installer un peu mieux dans son propre canapé, un bras sur le dossier, une position de supériorité qui différait totalement de celle de Yuhan, assis de manière droite, les deux jambes collées, ses mains posées sur celles-ci. « Dépêche-toi de me dire la raison de cette rencontre, je n’ai pas que ça à faire. » Les paroles de son frère le firent sursauter légèrement tandis qu'il attrapait la tasse de café avant de placer deux morceaux de sucre dans celui-ci de même qu'une dose de lait. Il fallait qu'il occupe absolument ses mains ou Lei allait bien voir qu'il était nerveux. Oh il était persuadé qu'il le savait déjà, mais il ne voulait pas continuer à l'afficher.

« Je pars Lei » marmonna-t-il après quelques instants de silence bien lourd, en guise de réponse quant à sa présence non souhaitée dans son bureau.

Il porta ensuite la tasse à ses lèvres, peu sûr de savoir comment continuer la discussion. "Pardon mais n'arrivant plus à vivre dans une ville où je ne peux m'épanouir, j'ai décidé de partir à la campagne ?" Oh oui il voyait ça d'ici. C'était tellement ridicule. Il pouvait déjà sentir le regard froid de Lei sur lui, le jugeant, comme toujours. Non. Ce n'était pas comme ça que ça fonctionnait. Il ne pouvait pas dire ses véritables intentions et pourquoi il avait été muté. Pourquoi il avait tout fait pour être muté loin de Dalis avec des arguments plus tordus les uns que les autres. Honnêtement il avait limite supplié pour partir, sous couvert de bien sûr. Non il ne pouvait pas tenter de faire comprendre à Lei qu'il n'en pouvait plus de vivre dans l'ombre, qu'il voudrait briller un tout petit peu. Son frère le traiterait de lâche, et lui rappellerait qu'il devrait trouver sa place tôt ou tard, non pire encore, il le forcerait à avoir une place dans la société, pas trop basse pour ne pas porter l'opprobre sur sa propre personne, mais pas trop honte non plus. Yuhan était même sur que s'il en avait les moyens, il serait capable de forcer leur père à le renier avant de l'envoyer dans un camp de travail où il ne serait plus rien d'autre qu'une erreur ...

« J'ai été muté. » continua-t-il le visage tout aussi vide de ce tumulte qui existait en lui. Comme s'il ne craignait pas chacune des réactions de Lei. Comme si.

musclor.




Désolé mon amour j'ai la bouche bien cousue de ces fils barbelés en forme de motus où s'accrochent tour à tour mes idéaux perdus, ces mensonges emboités comme des poupées Russes. ~


Dernière édition par Xia Yuhan le Lun 12 Oct - 0:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 28 ans
Emploi : Directeur de camp de travail
Xia Lei

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: you will be the death of me . || ft Xia Lei   Jeu 3 Sep - 21:30

Qui aurait bien pu penser que nous furent frères. Tout le monde. Tout notre voisinage, les différentes personnes fréquentées au cours de notre vie et surtout, le gouvernement en lui-même. C’est officiel, c’est écrit, testé, signé. Pour le plus grand malheur de Lei. Lui ? Cruel ? Bien sûr. Tout ce qui se rapproche de près ou de loin de son frère répugne le directeur du camp de travail. Il aurait volontiers échangé son frère contre un autre. Un garçon plus obéissant qui aurait la même vision du monde que son grand frère. Un être impeccable sans aucun défaut, peut-être pas très humain, mais quelqu’un qui ressemblerait à l’ainé des Xia. Et pourquoi pas une machine. Quelque chose de vide, sans émotion qui n’existe seulement pour exécuter les ordres. Après tout, il n’est plus très humain non plus.
C’est assez courant ce genre d’histoires tragiques entre frères. L’ainé, jaloux du cadet, va tout tenter pour le faire disparaitre. Ou le petit frère qui veut prendre la place du plus grand. Mais les frères Xia ne sont pas dans une de ces histoires. Le monde dans lequel ils vivent n’est pas un livre ouvert par un enfant innocent. C’est la réalité. Pure et dure. Et parfois, cette dernière peut être bien plus cruelle qu’un récit sorti de l’imagination d’un auteur.

Mais quelle déception fut de voir la tête blonde apparaitre par l’entrebâillement de la porte. En retard. Et toujours blond. Lei ne manqua pas le petit sourire ▬ d’excuse peut-être ▬ sur les lèvres. Ce petit sourire qu’il effacerait bien rapidement d’un bref contact entre sa main et la joue du plus jeune. Mais Lei ne perdrait pas des moyens. Son frère était un raté, tant pis pour lui. Il n’y avait plus rien à faire, plus rien à corriger. Son frère était bon à laisser tomber dans une benne à ordure, loin de lui. Loin de la capitale et de sa réputation. Tant qu’il arrêtait de salir le nom de famille qu’il osait encore porter, il était inutile de se soucier de lui.
Homme sans cœur. Monstre. Être inhumain. Lei était au courant de ce que certains disaient autour de lui, par rapport à sa relation avec sa famille, sa femme, et son frère. Mais c’était le dernier de ses soucis. Ça ne le dérangeait pas non plus de réprimander son frère pour cette simple minute de retard, ni même pour son entrée plutôt ratée. N’était-il pas le chien du gouvernement ? Près à mordre pour le moindre faux pas ? Une réputation à tenir, ce qui n’était pas très dur à faire pour l’ainé. C’était comme naturel pour lui et ce, depuis son plus jeune âge.

Alors oui, il ne manqua pas de le rappeler à l’ordre dès les premières secondes de leur rencontre. D’autant plus que cette secrétaire ne semblait pas lui avoir donné tous les détails sur une entrée en bonne et due forme. Lei laissa dans un coin de sa tête qu’il allait avoir à discuter à nouveau avec cette demoiselle qui ne ferait pas long feu dans cette entreprise. Mais ce n’était pas le plus important à ce moment-là.
L’ainé des deux frères était confortablement assis dans le canapé prévu pour les discussions avec des personnes plus ou moins importantes. Et cette chose qui devrait rapidement se régler était assise en face de lui, quelque peu mal à l’aise. Lei le dépêcha de dévoiler la raison de sa venue dans son bureau, précisant ▬ sans se soucier des dégâts ▬ qu’il avait d’autres choses bien plus sérieuses à gérer.

Une seule phrase passa la barrière des lèvres du plus jeune. Une seule phrase qui figea le directeur une demi seconde avant de lui faire apparaitre un léger sourire. Il partait. Il partait pour de vrai. Sans doute, loin de la capitale, loin de Lei, loin de sa réputation. Il aurait pu croire que ce n’était que pour son travail. On avait demandé à Yuhan d’aider ailleurs et il avait accepté. Mais Le plus âgé connaissait son petit frère et savait qu’il y avait autre chose. Cette petite cervelle qui ne souhaitait que se démarquer y était pour quelque chose. Il voulait ce que son frère lui avait toujours refusé et donc il partait. Loin de Lei, loin des Xia. Le lansanais ne se faisait pas d’illusion pour autant, il savait que ce n’était pas la dernière fois qu’il voyait son petit frère et qu’il allait entendre parler de lui. Après tout, ils sont liés aussi bien par le sang que par un simple livret de famille.

« Ou est-ce que tu pars ? » Furent les seuls mots qui sortirent. Même le petit sourire qui était timidement apparu fut reparti tout aussi rapidement. Le lieu importait peu. Ce qui comptait était de savoir s’il partait loin ou non. Le plus loin possible s’il vous plait. « Peut-être que tu attends à ce que je te félicite. Et peut-être que je devrais car tu comprends enfin que tu dois servir à quelque chose dans cette société. » Il fit une pause, pris la tasse devant lui, et but avant de la reposer à sa place, au millimètre près. « Mais ce qui m’ennuie c’est que j’ose penser que ce ne soit pas la seule motivation. » Lâcha-t-il avant de retomber en arrière contre le dossier du canapé. Il n’hésita pas à lancer à son petit frère un de ces fameux regards froids dont il avait le secret. « Tu n’espères quand même pas que je vais verser une petite larme pour ton départ, tu me connais n’est-ce pas. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 23yo.
Emploi : Infirmier
Xia Yuhan

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: you will be the death of me . || ft Xia Lei   Lun 12 Oct - 0:15



you will be the death of me
Xia Lei & Xia Yuhan


Lorsque Yuhan se présentait, bien souvent on lui demandait s’il était lié d’une quelconque manière à Xia Lei. Et lorsque l’infirmier répondait qu’il était son petit frère, bien souvent il avait droit aux regards remplis de pitié ou aux questions hasardeuses et déplacées derrière un sourire poli. Avait-il eu la même éducation ? Est-ce que ses parents avaient privilégié son frère à son détriment ? Pourquoi n’était-il pas comme son frère dans le monde de la politique ou dans l’armée. Et malheureusement c’était le genre de question qui blessait énormément Yuhan. Parce qu’on le remettait cruellement à une place qu’il n’acceptait pas : l’ombre de son frère. On avait soit pitié de lui parce que ses parents n’avaient pas eu de grands espoirs pour lui, soit on le jugeait parce qu’il n’était qu’un petit infirmier alors que son frère était tellement important pour le pays et pas lui. Lui il n’était que le deuxième enfant raté sans aucun doute des Xia, qu’on avait laissé pour compte en espérant qu’il rentrerait dans le moule et qu’il ne ternirait pas la réputation de sa famille et encore moins celle de Lei.

Mais malgré tout ce qui pouvait poser ses frêles épaules il y avait des choses que Yuhan n’avait pas abandonné et sa crinière blonde en était l’une d’elles. Ô il savait très bien que c’était quelque chose que de nombreuses personnes désapprouvaient, Lei le premier, mais ça faisait huit ans qu’il entretenait son blond et il ne comptait pas reprendre une couleur plus naturelle pour les beaux yeux de son frère. Yeux qui épiaient le moindre de ses faits et gestes comme toujours. Il savait très bien qu’il était jugé par son frère. Il savait également que celui-ci n’attendait qu’une erreur de sa part pour attaquer. Et ça n’avait pas manqué. Son retard, le fait qu’il n’avait pas toqué. Tout était bon en effet pour descendre le plus jeune des deux frères. Et chacun de ses faux pas étaient signalés, repris. Il avait l’impression d’être revenu des années en arrière lorsqu’il rentrait encore les genoux écorchés un hématome sur la joue. Sauf qu’à ce moment là c’était son père qui le reprenait, pas son frère. Lui il se contentait de soupirer ou de le regarder d’un œil navré. Pas comme maintenant. Pas ce regard sombre sans aucune expression si ce n’est la supériorité.

Parfois il se demandait comment son frère avait pu finir ainsi.
Parfois il se demandait comment sa famille avait pu finir ainsi également.
Tant de questions sans réponses, mais pas sans responsables.

Parce que Yuhan ne se leurrait pas. Il avait toujours su que son père et sa mère s’étaient mariés par obligation, afin d’unir deux bonnes familles. Il savait très bien que lui et son frère n’étaient là que parce qu’il fallait un héritier. Lei avait été parfait, et lui l’erreur. Sauf aux yeux de sa mère, sa tendre et si jolie mère qui avait toujours essayé de lui trouvé une place dans la vie, essayant de lui rendre les choses plus simples. Ca n’avait pas marché et elle était morte emportant avec elle tout ce qui avait pu véritablement lier Yuhan à sa famille. Il ne parlait plus à son père, et fuyait son frère. Une bien triste histoire que tout ça. Pourtant il ne détestait pas Lei. Là assis sur ce canapé sous son regard de rapace, il n’arrivait pas à le haïr. Il n’arrivait juste pas à le comprendre, et malgré tout sa naïveté faisait qu’il espérait encore. Il ne savait pas quoi, mais il espérait toujours quelque chose de cette relation stérile et vide de sang. Peut-être que Lei avait raison lorsqu’il disait qu’une famille ce n’était que des noms dans un registre. C’était juste un peu triste.

« Ou est-ce que tu pars ? » Bien sûr il n’aurait pas du s’attendre à autre chose. Encore une fois il avait été bête de croire que ça aurait pu atteindre Lei d’une manière ou d’une autre. Et comme toujours Yuhan fit ce qu’il faisait de mieux, il cacha ses sentiments derrière ce masque d’indifférence qu’il avait su avoir très tôt. A croire que c’était monnaie courante dans la famille. Aussi bien son père, son frère ou encore sa mère l’avait ce masque. Oui étrangement même sa mère qui avait encaissé des remarques désobligeantes sans broncher comme la parfaite femme mondaine qu’elle se devait de représenter. « Peut-être que tu attends à ce que je te félicite. Et peut-être que je devrais car tu comprends enfin que tu dois servir à quelque chose dans cette société. » Lei avait toujours appuyé là où ça faisait mal, et ceux depuis toujours. Mais Yuhan ne pouvait pas dire qu’il ne s’y attendait pas. Ce fut le ton pourtant employé qui le gêna, mais encore une fois il cacha sa gêne assez facilement, bougeant sa tasse de telle manière à ce que l’anse ne soit plus de travers.

« Mais ce qui m’ennuie c’est que j’ose penser que ce ne soit pas la seule motivation. » S’il n’avait pas pu perfectionner cette expression d’indifférence depuis des années, alors son frère aurait pu savoir, sentir les sueurs qui coulaient derrière la nuque de l’infirmier. Mais Yuhan était un bon acteur, contrairement à Lei. L’ainé des Xia ne jouait pas de rôle. Il était ce personnage froid, sans sentiment, à la limite de l’inhumanité. Yuhan jouait un jeu dangereux en se cachant derrière le masque, en cachant ses faiblesses et ses expressions de peur, parce que oui il craignait son frère, de peur qu’on ne le voit sous son vrai jour.

« Je ne vois pas ce qu’il pourrait y avoir d’autre comme motivation Lei. J’ai été reconnu pour mon travail et afin d’aider la nation on m’envoie à Lapanalda afin que je puisse apporter mon aide au médecin déjà présent là-bas. »

Que ça sonnait faux.
S’il avait pu il aurait grimacé.

« Tu n’espères quand même pas que je vais verser une petite larme pour ton départ, tu me connais n’est-ce pas.
- Ne t’inquiète pas. Je venais juste t’informer mon départ, ni plus ni moins. Je me doute que tu n’es pas du genre à faire dans l’effusion de sentiments. »


Il n’était même pas sûr qu’il en ait des sentiments
Et c’était bien malheureux.

musclor.




Désolé mon amour j'ai la bouche bien cousue de ces fils barbelés en forme de motus où s'accrochent tour à tour mes idéaux perdus, ces mensonges emboités comme des poupées Russes. ~


Dernière édition par Xia Yuhan le Mer 21 Oct - 17:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 28 ans
Emploi : Directeur de camp de travail
Xia Lei

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: you will be the death of me . || ft Xia Lei   Mer 21 Oct - 17:39

S’il y avait bien une erreur que Lei avait commise, c’était l’éducation de son petit frère. Il n’était, en aucun droit,  obligé de s’en mêler, laissant le sale boulot à ses géniteurs, mais il voulait que les choses soient bien faites, comme à son habitude. Et pourtant qu’elle erreur cela avait été. En voulant s’occuper de son éducation, il s’était engagé dans un défi qu’il n’était pas sûr de remporter. Or, Lei ne se trompait jamais. Il ne faisait jamais d’erreur et n’acceptait pas la défaite si facilement. Le seul devant qui il pourrait admettre être plus faible n’était autre que le dictateur en personne. Ayant un grand respect pour cette personne, jamais il ne se permettrait de penser qu’il pourrait lui être supérieur. Il connaissait sa place face à cet homme et ne risquerait jamais de franchir la limite. Par contre, pour les autres, c’était une autre histoire. Ils n’étaient jamais assez parfaits pour conseiller et rester auprès du dictateur, ils avaient chacun des défauts qui les retenaient. Lei n’avait aucun défaut. Il n’avait jamais montré aucune faiblesse non plus. Il se savait parfait rien que par le fait qu’il ne ressentait plus rien en lui. Devenir un robot, une machine ou un monstre était le prix à payer pour être parfait. Et il ne s’en plaignait pas le moins du monde.

Mais voilà, le problème restait son frère. Il était le dernier obstacle à éliminer avant d’atteindre son but. La dernière attache familiale et surtout, sa plus grande erreur. Pourquoi n’avait pas réussi à lui souffler ses idéaux ? Pourquoi a-t-il fallut que son frère passe à travers les mailles du filet et se retrouve avec beaucoup d’idées peu communes dans sa tête ? Leurs parents auraient dû l’abandonner dès le plus jeune âge pour qu’il ne salisse pas plus le nom des Xia. Peut-être aurait-il pu partir avec leur mère si celle-ci n’était pas indispensable pour le portrait traditionnel de la bonne famille qui s’aimait.

Une famille qui s’aimait. Les Xia étaient tout le contraire de cette image qu’ils essayaient de se donner. Et, malheureusement, la majorité de ceux qui les connaissaient, même que de nom, étaient au courant. La mère morte, le père rigide, le fils ainé un monstre et un fils cadet avec une crinière blonde. Quelle belle famille ils faisaient, en effet. Mais ils se devaient de passer par certaines étapes. Après la mort de leur génitrice, Lei avait pu penser que son petit frère allait se remettre dans les rangs, ayant perdu cet amour maternel à tout jamais. Plus personne n’était présent pour s’occuper de lui alors l’ainé des deux avait pensé pouvoir le remettre sur le droit chemin, lui faire la vie qu’il devait avoir. Mais encore une fois, il se trompait. Voir son frère sans aucune émotion sur son visage était une chose, mais de savoir que ce n’était pas le même visage stoïque et froid que portait Lei en était une autre. Il savait très bien que derrière cette impassibilité mal cachée – Aux yeux de Lei, du moins – se trouvait un pauvre petit être blessée et abandonné. Lei savait que chaque mot qui sortait de sa gorge était un coup de fouet direct dans le cœur du plus jeune.

Ils étaient donc tous les deux. Les deux frères, une confrontation, peut-être. Mais Lei ne voulait pas se battre. Il savait qu’il n’avait plus rien à faire avec son frère. Il était une cause perdue, et une perte de temps. Le considérer comme un étranger était la chose la plus avisée qu’il avait pu faire le concernant. Et pourtant, il continuait de lui poser des questions. Le jeune Yuhan devait savoir la façon dont son frère le regardait alors pourquoi continuait-il de venir ? Surtout pour lui annoncer son départ ? N’était-ce pas là stupide de sa part ?

Lei eu la justesse de retenir un rictus lorsque son petit frère niait une autre raison pour son départ. Il voulait simplement se rendre utile, aider les autres. Mais que pouvait-il vraiment faire ? C’était bien sympathique de travailler toute la journée dans un hôpital, mais ça ne faisait pas avancer le progrès du pays. Et ça, Lei ne pouvait pas le prendre comme un détail. Après tout, tant que son frère ne causait pas d’ennui dans sa campagne, l’ainé de la famille ne pouvait rien dire. Et puis, ce n’était pas comme s’il avait une envie de le retenir. Bien au contraire, le plus loin son frère son trouvait, mieux c’était pour eux.

« Pour une fois que tu as raison. Après tout, ça fait bien des années. » Que Lei était devenu un monstre. Mais ça, il le garda pour lui. Les sentiments ne faisaient pas parti de son vocabulaire. Cela faisait des années qu’il s’en était débarrassé et c’était pour le mieux. « Donc je n’entendrai plus parler de toi. Tu n’auras plus à me faire honte. Enfin, j’espère ? Est-ce que je peux au moins te faire confiance là-dessus ? » Confiance qui était déjà beaucoup à demander de la part de l’ainé.

Le directeur du camp se redresse et plante son regard dans celui de son petit frère. Un regard lourd et qui ne montre pas une seule faiblesse. Comme s’il voulait en dire plus mais prenait sur lui pour garder les lèvres scellées. « Quand est ton départ ? »






I wrap my HANDS around your neck so tight with LOVE.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: you will be the death of me . || ft Xia Lei   

Revenir en haut Aller en bas
 

you will be the death of me . || ft Xia Lei

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [ 40k ] Renegade Militia et death korps of krieg
» Jeu de Rôle sur Death Note
» [40k-Death Guard] Les Oubliés du Terminus Est
» Death Smile II 360 - Subtilités???
» Chroniques des Death Vectors

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Dalis, capitale de Lansan :: Donnan-
votez toutes les 2 heures

demandez vos points